Un entretien avec un voleur. Vol de téléphone portable

Il y a des matériaux qui ne quittent pas les murs de la rédaction, restent des enregistrements de dictaphone, des croquis dans des cahiers, des intrigues non réalisées. Parfois, des sujets surgissent et semblent appeler, un autre morceau est ajouté à la mosaïque, l'image devient plus volumineuse, plus réaliste. L'idée d'un document sur le vol de téléphones portables était mûre depuis longtemps. Au début, il y a eu plusieurs réunions informelles avec des officiers de police judiciaire, qui ont haussé les épaules et se sont plaints de ne rien pouvoir dire officiellement et avec des noms, et de ne pas le vouloir. Ils n'ont pas besoin d'une popularité excessive, il n'y a pas de campagnes pour lutter contre le vol de téléphones. Le maximum que le ministère de l'Intérieur peut faire aujourd'hui est de maintenir sa propre base de données de numéros IMEI. Il contient tous les téléphones qui ont été volés et dont les propriétaires ont insisté pour accepter l'application. Comme le disent eux-mêmes les représentants du ministère de l'Intérieur, la recherche de téléphones volés est techniquement simple, mais elle ne conduit pas à des voleurs, mais à des revendeurs ou à des acheteurs finaux. En cas de vol ordinaire d'un téléphone à un citoyen moyen, la recherche d'un tel appareil n'est pas rentable. C'est un gros fardeau pour le ministère de l'Intérieur, en fait, la police agit comme une agence de bons offices, retournant l'appareil et restant sans rien sous la forme d'une affaire pénale ouverte, puisque les voleurs n'ont pas été arrêtés.

L'aspect technique du problème est d'une simplicité déconcertante. Pour retrouver un téléphone volé, il suffit de faire des demandes aux principaux opérateurs et d'indiquer le numéro IMEI, puis les opérateurs vous diront avec quelles cartes SIM l'appareil a été utilisé et à qui, sur les données de passeport desquelles ils sont enregistrés. Ensuite, le téléphone est saisi au propriétaire actuel, et c'est là que l'histoire se termine. Parfois, la question se pose que la carte SIM est enregistrée dans les données de passeport "gauche", ou que le "propriétaire" du numéro ne le sait même pas. Ça se passe comme ça aussi. Malgré les assurances des opérateurs qu'il est impossible d'acheter une carte SIM sans présenter un passeport, c'est loin d'être le cas. Aux fins de l'expérience, votre obéissant serviteur a traversé plusieurs salons le long de Leninsky Prospekt. Le résultat a abouti à l'achat de 7 contrats avec remplissage de toutes les données « de mémoire ». Ils ont refusé un seul endroit, puis dans le salon du même réseau, à côté du plaisir, ils ont enregistré un contrat pour Dmitry Medvedev. Ayant pris l'ambiance, il a rempli un contrat pour Vyacheslav Malezhik, et la réaction du consultant a été nulle. Pour tenter sa chance et demander à entrer Dima Bilan, qui, apparemment, est mieux connue du consultant, ne pouvait pas s'abstenir.

Du point de vue de l'opérateur, de telles cartes SIM ne posent de problèmes qu'au moment où elles sont payées et dont on parle. Il est pratiquement impossible d'isoler les "faux" contrats de la masse générale, et les opérateurs ne le font pas, ils n'ont pas une telle tâche. Vous chercheriez donc des abonnés qui paient de l'argent et n'ont aucune réclamation, ainsi que des droits ? Trouver un téléphone avec une telle carte SIM "gauche" est déjà plus difficile. Mais il n'y a pas de tâches impossibles, et en analysant les appels entrants / sortants, en visualisant quels appareils ont utilisé d'autres cartes SIM, il est tout à fait possible de trouver les individus derrière un appareil particulier. Mais c'est un mal de tête sauvage, beaucoup d'efforts. Dans le cadre du vol d'un téléphone ordinaire, personne ne le fera. Mais dans les affaires criminelles très médiatisées, de telles actions sont justifiées.

Il s'avère un cercle vicieux. D'une part, il n'est pas rentable pour la police d'accepter des demandes de vol de téléphones portables, car il est impossible de clore correctement de telles affaires. D'autre part, les opérateurs ne sont pas non plus intéressés par la recherche de tels téléphones, en tout cas ils passeront des appels, y compris vers les téléphones de cet opérateur. Les victimes sont la seule partie qui crie vengeance, réparation des dommages, mais n'est pas prête à défendre ses droits jusqu'au bout. Ordalie dans la police, où sous aucun prétexte ils n'acceptent pas les candidatures, se traduit par un refus de celles-ci. Qui gagne? Il est facile de deviner que les gagnants sont des voleurs, pour qui les téléphones portables, au propre comme au figuré, se sont transformés en mine d'or.

La deuxième partie du ballet Marleson

Comment trouver quelqu'un qui vole des téléphones portables ? Placer une annonce sur les pages du site ? Dans les journaux ? Imaginez la comédie de l'annonce : « Recherché pour un professionnel qui vole des téléphones portables. Un entretien s'impose. Instamment". La tâche n'est pas facile et sans communication avec de tels personnages, l'image ne s'est pas développée. Les arguments de la police étaient clairs et compréhensibles, mais le volet criminel est resté par-dessus bord.

Les mêmes agents ont sauvé mes lamentations. Regardez "l'unité de service", où jour après jour, ils montrent comment des patrouilles à la poursuite attrapent ceux qui font du commerce de vol dans les rues, y compris le vol de téléphones. Mais je n'étais pas intéressé par de tels cas, ils étaient, à en juger par anonymes sur des notes télévisées, de nature épisodique, les détenus montrés n'avait aucune nuance d'intelligence et s'y est évidemment lancé sans y être préparé. Avec le même succès, ils ont emporté non seulement des téléphones, mais aussi des sacs, des portefeuilles, des bourses, tout en usant de force et de menaces. Il s'agit d'une grande couche de cas similaires, mais ils sont compréhensibles et explicables, tout comme les vols dans le métro.

C'est le deuxième endroit où j'ai été envoyé, au fait. Au poste de police linéaire dans le métro. Dans le métro, les appareils sont souvent arrachés juste avant la fermeture des portes. Regardez, par exemple, vous êtes dans votre communicateur, en train de regarder un film ou un livre, puis de nulle part une main, et l'appareil est sorti. Il y a quelques années, j'ai eu une histoire similaire. Avant le 9 mai, alors qu'il y avait peu d'habitants dans la ville et qu'il y avait plein de policiers et de militaires, un de ces camarades a essayé de sauter avec mon téléphone. J'étais assis et je jouais aux billes, et ce personnage s'est penché et a attrapé le Sony Ericsson P900i. Mais je ne l'ai pas donné. De plus, j'ai pris cette personne pour une connaissance et j'ai pensé, quelle blague stupide. Cependant, l'instant d'après, un ami a sauté de la voiture. Il y avait plusieurs personnes debout le long de la route, aucune d'entre elles n'a essayé de l'arrêter. Ceci est indicatif, ne comptez pas sur les autres pour intervenir et vous aider, cela n'arrivera très probablement pas.

Les cueilleurs professionnels préfèrent ne pas travailler aussi grossièrement, surtout dans le métro. Il n'y a pas de problèmes, il y a des caméras à toutes les gares et entrées, dans les voitures. S'ils travaillent, alors seulement en groupe et aux heures de pointe, dans la foule. Bien que la police ait honnêtement admis qu'il est difficile d'attraper ceux qui arrachent les téléphones des passagers. S'il s'agit de cas isolés, les chances de détecter et d'attraper un voleur sont faibles. Les gens hésitent à postuler.

En 2006, plusieurs sociétés de recherche ont mené des enquêtes sur la comparaison entre le nombre de vols de téléphone signalés et les vols réels. Le rapport s'est avéré mortel, un à cinq. Autrement dit, pour une application, il y a cinq cas où le téléphone est volé, mais le propriétaire a agité la main. Mais même si seules les statistiques officielles sont prises en compte, nous obtiendrons des chiffres décevants. Le ministère de l'Intérieur estime qu'une infraction pénale sur cinq aujourd'hui est liée aux téléphones portables. En 2006, 250 000 téléphones volés ont été enregistrés ; en 2007, leur nombre a presque atteint 350 000. En se souvenant du rapport de un à cinq, on peut supposer que le marché des téléphones volés est d'au moins 1,5 million de téléphones par an. En termes monétaires, cela représente environ 300 millions de dollars américains. Jolie silhouette, n'est-ce pas ?

Comment les téléphones des propriétaires disparaissent-ils ? Les statistiques de la direction des affaires intérieures de la région de Nizhny Novgorod pour 2007 sont indicatives, elles sont tout à fait applicables à d'autres régions également. Sur les 1 700 délits, environ 60 % étaient des vols, 25 % des cambriolages et le reste des cas de fraude.

Procès judiciaires

La Russie n'est pas le premier pays à faire face à une vague de vols de téléphones portables. Il y avait d'autres pays avant nous, par exemple, l'Allemagne, l'Australie, la Grande-Bretagne. La réaction du législateur dans ces pays a été beaucoup plus prompte. En peu de temps, en 2003-2005, des lois ont été adoptées pour lutter contre le vol de téléphone. Les opérateurs étaient obligés de tenir des listes « noires » de téléphones. Des procédures ont été élaborées pour rechercher les appareils volés, ce qui a permis de les localiser avec succès. Parallèlement, des lois ont été adoptées criminalisant la modification des numéros de téléphone IMEI, car dans 90 % des cas, une telle procédure n'est nécessaire que pour dissimuler un appareil volé.

Sous une forme ou une autre, le problème du vol de téléphones portables fait l'objet de discussions actives depuis 2003. A différents niveaux, les responsables exigent que des mesures efficaces soient prises, mais les choses sont toujours là. En septembre 2005, j'ai réussi à assister à une réunion de la Douma municipale de Moscou, où ce sujet a été discuté. Le sujet ressemblait à "Sur la suppression de la circulation illégale des communications mobiles sur le marché secondaire". Bref, les impressions de cette rencontre peuvent être qualifiées de positives. Différentes personnes ont dit les bonnes choses, à la suite des résultats de la réunion, ils ont formé une initiative législative et des amendements à la «loi sur les communications», ainsi qu'au Code pénal de la Fédération de Russie.D'une part, les opérateurs devaient aider à la recherche des téléphones volés à leurs propres frais et fournir toute l'assistance possible au ministère de l'Intérieur, d'autre part, la peine pour de tels vols est passée à 6 ans de prison. Nous n'avons pas non plus oublié de changer le numéro IMEI. Mais cette initiative est restée la même. En général, de telles discussions avaient lieu très souvent, sinon constamment. Le sujet du vol de téléphone portable revient tous les jours, mais il est passé d'un problème sérieux, ce qu'il est, à un lieu commun. Tout le monde le sait, mais ils ne peuvent rien faire. Manque de détermination. Et les opérateurs ne sont pas intéressés par ce sujet, car ils ne souffrent en aucune façon, mais le respect des nouvelles lois leur incombera. Ainsi toutes les factures sont torpillées d'année en année, et les personnes capables d'insister ne se présentent pas.

À cet égard, un projet Beeline tel que "Mobile Literacy" est très approprié. L'entreprise a organisé une session sur la fraude mobile, principalement liée au vol ou à l'extorsion de données de cartes prépayées. Après tout, les abonnés des opérateurs souffrent de ce genre d'activité, et le négatif, volontairement ou involontairement, est également projeté sur les entreprises. Mais dans le cadre du problème, le vol de téléphones portables prend une place plus importante, et pas un mot à ce sujet. Il n'y a aucune personne intéressée parmi les opérateurs, et le ministère de l'Intérieur ne peut lutter contre leur passivité sans le soutien du législateur.

Conversation avec le voleur

Si quelqu'un pense que les agents sont des gens insensibles, ne le croyez pas, cela dépend de votre attitude envers eux. Oubliant ses penchants à déterrer du matériel pour un article sur les vols de téléphone, il a vécu tranquillement et a continué à travailler. Quelques mois plus tard, un numéro inconnu appelle, et l'un des agents dit qu'il y a une occasion unique de rencontrer et de parler avec un voleur professionnel, qui s'occupe également des téléphones portables. Refuser une telle chance est stupide, et je me précipite au poste de police à travers tout Moscou. Pour mettre tous les points de cette histoire, j'avoue tout de suite que la conversation s'est déroulée de manière anonyme, mon homologue a été arrêté non pas pour avoir volé un téléphone, mais pour une autre infraction. Il a accepté de parler de téléphones indépendamment de lui, et, apparemment, cela lui a permis d'égayer le temps.

Pacha, appelons-le ainsi pour la simplicité, à l'âge de 35-40 ans, habillé décemment, ne se démarque pas de la foule moscovite, il est facile de reconnaître en lui un manager de la classe moyenne. Un discours bien prononcé, l'impression générale d'une personne intelligente, moyennement cultivée. En trente minutes j'arrive à ne demander que le plus basique et puis en plus, puis ils l'emmènent.

EM. Pourriez-vous expliquer pourquoi les téléphones portables sont si rentables à voler ?

P. D'après les journaux, je sais ce qui est rentable. Je ne peux que deviner sur la base de l'expérience générale (ci-après, Pavel est très prudent dans ses déclarations, il ne parle jamais de lui-même, il ne décrit que des situations).

EM. D'accord, utilisons des exemples généraux, si possible, et des histoires vraies.

P. Un téléphone volé est introuvable et il est impossible de prouver que vous l'avez volé. Ici, vous descendez la rue, trouvez le téléphone. Vous l'avez volé ? Répondez.

EM. Non, il gisait dans la rue.

P. Le voleur trouve le téléphone dans votre poche, et si vous ne saisissez pas sa main au moment où il sort le téléphone, vous ne pouvez rien prouver. Le portefeuille est pire, c'est pourquoi de nombreux voleurs aiment saisir les téléphones. Moins de tracas - j'ai jeté la carte SIM, je l'ai vendue sur un plateau ou dans une voiture à côté du métro. Vous obtiendrez 15% du prix réel, mais avec un prix de téléphone de 500 à 600 dollars, c'est délicieux. Et il n'y a pas de problèmes avec la police, car le téléphone est "trouvé", ce que je veux, je le fais.

EM. Hmmm, mais c'est difficile de "trouver" un téléphone de cette façon, il faut entrer dans sa poche ou son sac, ou à la ceinture d'une personne. Pourquoi ne fait-il pas attention ?

P. Ne tournera pas. Les gens vivent dans leur petit monde et ignorent les gens impolis. Trébuche dans la rue et ne saisis pas trop fort le bras de la personne. Il en voudra, mais ne vérifiera pas ses poches. Et le téléphone a déjà changé de mains. Ce schéma fonctionne, l'essentiel est de ne pas en abuser au même endroit. C'est encore plus sympa dans les transports, là c'est un coup de coeur.

EM. Combien de téléphones peuvent être "trouvés" dans la même zone ?

P. En une heure, une personne formée est capable de prendre d'un à une dizaine de téléphones. Ce n'est pas adapté aux poches. Vous devez choisir une personne, regarder son téléphone, ses vêtements, son comportement. Il vaut mieux ne s'embêter avec personne. Si vous travaillez seul, vous ne pouvez pas prendre plus d'un téléphone, personne ne croira que vous avez eu la chance de trouver plusieurs téléphones à la fois. Il faut donner la saisie à un ami pour qu'il range le tout dans une voiture ou dans un sac. Il est préférable de vendre des téléphones dans un autre quartier de la ville, puis la possibilité de les voir sur le plateau avec les propriétaires disparaît.

EM. Souvent surpris en train de voler des téléphones portables ?

P. Jamais entendu parler d'une telle chose. Parfois, ils conviennent que quelqu'un s'en charge en échange de l'absolution en vertu d'autres articles. Mais cela arrive rarement. Pas de vol, personne ne se souvient de vous. Il est impossible de prouver le fait du vol, il y a le fait de perdre le téléphone.

EM. Vous appelez des téléphones volés ?

P. Des voleurs de sociétés gop-stop appellent. Les Moldaves appellent. Les gens sérieux jettent la carte SIM, l'étui, les lacets, tout ce qui permet d'identifier rapidement le téléphone.

EM. Comment la victime est-elle choisie ? Pourquoi cette personne et pas une autre ?

P. Ils regardent le téléphone, il est rentable de prendre de nouveaux modèles coûteux. Ils sont nombreux, tout le monde parle dans la rue, puis ils mettent le téléphone dans leurs poches. Le pire, quand le téléphone est dans la poche avant du pantalon à droite. Et ici, vous pouvez faire beaucoup, mais il vaut mieux ne pas le risquer. Le moyen le plus simple de sortir des poches arrière, des vêtements d'extérieur, des lacets. La personne ne remarque rien.

EM. Quel est le montant maximum que vous avez entendu parler du vol de téléphones des passants par jour ?

P. Un de mes amis (souriant sournoisement) a trouvé un jour un Nokia 8800 et plus d'un. Pendant la journée, il a eu la chance de trouver 8 appareils. Les concessionnaires pour eux ont donné plus de 1500 USD. Si vous brûlez au travail, vous pouvez toujours recevoir 500 à 600 dollars, pas moins.

EM. Dois-je partager cet argent avec quelqu'un ?

P. Avec qui? Lorsque vous trouvez quelque chose dans la rue, le partagez-vous ? Ce n'est pas nécessaire. C'est un métier.

EM. Ce type de revenu est-il dangereux ? Existe-t-il des menaces cachées ?

P. Il faut comprendre les gens, et puis ce n'est pas plus dangereux que n'importe quel autre métier. L'essentiel est de comprendre les gens et qui est qui.

EM. Volerais-tu mon téléphone ?

P. Je ne prends jamais celui de quelqu'un d'autre. Si je trouvais votre téléphone, je vous appellerais et vous le retournerais moyennant des frais. Tout est juste.

EM. Avez-vous une préférence pour les marques de téléphones ?

P. Certainement. J'aime les téléphones Nokia, Sony Ericsson. Je n'aime pas autant les autres marques.

Combien de temps ? !

Lequel de nos fonctionnaires devrait se faire voler son téléphone pour qu'il y ait des initiatives législatives visant à lutter contre ce phénomène ? Ne sait pas. Mais tout ce qui se passe aujourd'hui rappelle une transfusion active de vide à vide. Le nombre de vols de téléphones portables augmente à un rythme sans précédent sur le marché de ces téléphones. Ceux qui lancent une telle « entreprise » se sentent impunis, car il n'y a pas de réelle menace pour leur bien-être. Nous voulons vous parler de ce problème aussi complètement que possible, il y aura bientôt un article sur le marché des téléphones d'occasion, sur la façon dont les appareils y apparaissent. Si vous avez des informations intéressantes, vous pouvez raconter des exemples de votre vie, alors vous êtes les bienvenus sur notre forum. Merci d'avance.

Un entretien avec un voleur. Vol de téléphone portable

Il y a des matériaux qui ne quittent pas les murs de la rédaction, restent des enregistrements de dictaphone, des croquis dans des cahiers, des intrigues non réalisées. Parfois, des sujets surgissent et semblent appeler, un autre morceau est ajouté à la mosaïque, l'image devient plus volumineuse, plus réaliste. L'idée d'un document sur le vol de téléphones portables était mûre depuis longtemps. Au début, il y a eu plusieurs réunions informelles avec des officiers de police judiciaire, qui ont haussé les épaules et se sont plaints de ne rien pouvoir dire officiellement et avec des noms, et de ne pas le vouloir. Ils n'ont pas besoin d'une popularité excessive, il n'y a pas de campagnes pour lutter contre le vol de téléphones. Le maximum que le ministère de l'Intérieur peut faire aujourd'hui est de maintenir sa propre base de données de numéros IMEI. Il contient tous les téléphones qui ont été volés et dont les propriétaires ont insisté pour accepter l'application. Comme le disent eux-mêmes les représentants du ministère de l'Intérieur, la recherche de téléphones volés est techniquement simple, mais elle ne conduit pas à des voleurs, mais à des revendeurs ou à des acheteurs finaux. En cas de vol ordinaire d'un téléphone à un citoyen moyen, la recherche d'un tel appareil n'est pas rentable. C'est un gros fardeau pour le ministère de l'Intérieur, en fait, la police agit comme une agence de bons offices, retournant l'appareil et restant sans rien sous la forme d'une affaire pénale ouverte, puisque les voleurs n'ont pas été arrêtés.

L'aspect technique du problème est d'une simplicité déconcertante. Pour retrouver un téléphone volé, il suffit de faire des demandes aux principaux opérateurs et d'indiquer le numéro IMEI, puis les opérateurs vous diront avec quelles cartes SIM l'appareil a été utilisé et à qui, sur les données de passeport desquelles ils sont enregistrés. Ensuite, le téléphone est saisi au propriétaire actuel, et c'est là que l'histoire se termine. Parfois, la question se pose que la carte SIM est enregistrée dans les données de passeport "gauche", ou que le "propriétaire" du numéro ne le sait même pas. Ça se passe comme ça aussi. Malgré les assurances des opérateurs qu'il est impossible d'acheter une carte SIM sans présenter un passeport, c'est loin d'être le cas. Aux fins de l'expérience, votre obéissant serviteur a traversé plusieurs salons le long de Leninsky Prospekt. Le résultat a abouti à l'achat de 7 contrats avec remplissage de toutes les données « de mémoire ». Ils ont refusé un seul endroit, puis dans le salon du même réseau, à côté du plaisir, ils ont enregistré un contrat pour Dmitry Medvedev. Ayant pris l'ambiance, il a rempli un contrat pour Vyacheslav Malezhik, et la réaction du consultant a été nulle. Pour tenter sa chance et demander à entrer Dima Bilan, qui, apparemment, est mieux connue du consultant, ne pouvait pas s'abstenir.

Du point de vue de l'opérateur, de telles cartes SIM ne présentent pas de problèmes exactement jusqu'au moment où elles sont payées et dont on parle. Il est pratiquement impossible d'isoler les "faux" contrats de la masse générale, et les opérateurs ne le font pas, ils n'ont pas une telle tâche. Donc, vous chercheriez des abonnés qui paient de l'argent et n'ont aucune réclamation, ainsi que des droits ? Trouver un téléphone avec une telle carte SIM "gauche" est déjà plus difficile. Mais il n'y a pas de tâches impossibles, et en analysant les appels entrants / sortants, en visualisant quels appareils ont utilisé d'autres cartes SIM, il est tout à fait possible de trouver les individus derrière un appareil particulier. Mais c'est un mal de tête sauvage, beaucoup d'efforts. Dans le cadre du vol d'un téléphone ordinaire, personne ne le fera. Mais dans les affaires criminelles très médiatisées, de telles actions sont justifiées.

Il s'avère un cercle vicieux. D'une part, il n'est pas rentable pour la police d'accepter des demandes de vol de téléphones portables, car il est impossible de clore correctement de telles affaires. D'autre part, les opérateurs ne sont pas non plus intéressés par la recherche de tels téléphones, en tout cas ils passeront des appels, y compris vers les téléphones de cet opérateur. Les victimes sont la seule partie qui crie vengeance, réparation des dommages, mais n'est pas prête à défendre ses droits jusqu'au bout. Le calvaire dans la police, où sous aucun prétexte ils n'acceptent pas les candidatures, se traduit par un refus de celles-ci. Qui gagne? Il est facile de deviner que les gagnants sont les voleurs, pour qui les téléphones portables, au propre comme au figuré, sont devenus une mine d'or.

La deuxième partie du ballet Marleson

Comment trouver quelqu'un qui vole des téléphones portables ? Placer une annonce sur les pages du site ? Dans les journaux ? Imaginez la comédie de l'annonce : « Recherché pour un professionnel qui vole des téléphones portables. Un entretien s'impose. Instamment". La tâche n'est pas facile et sans communication avec de tels personnages, l'image ne s'est pas développée. Les arguments de la police étaient clairs et compréhensibles, mais le volet criminel est resté par-dessus bord.

Les mêmes agents ont sauvé mes lamentations. Regardez "l'unité de service", où jour après jour, ils montrent comment des patrouilles à la poursuite attrapent ceux qui font du commerce de vol dans les rues, y compris le vol de téléphones. Mais je n'étais pas intéressé par de tels cas, ils étaient, à en juger par anonymes sur des notes télévisées, de nature épisodique, les détenus montrés n'avait aucune nuance d'intelligence et s'y est évidemment lancé sans y être préparé. Avec le même succès, ils ont emporté non seulement des téléphones, mais aussi des sacs, des portefeuilles, des bourses, tout en usant de force et de menaces. Il s'agit d'une grande couche de cas similaires, mais ils sont compréhensibles et explicables, tout comme les vols dans le métro.

C'est le deuxième endroit où j'ai été envoyé, au fait. Au poste de police linéaire dans le métro. Dans le métro, les appareils sont souvent arrachés juste avant la fermeture des portes. Regardez, par exemple, vous êtes dans votre communicateur, en train de regarder un film ou un livre, puis de nulle part une main, et l'appareil est sorti. Il y a quelques années, j'ai eu une histoire similaire. Avant le 9 mai, alors qu'il y avait peu d'habitants dans la ville et qu'il y avait plein de policiers et de militaires, un de ces camarades a essayé de sauter avec mon téléphone. J'étais assis et je jouais aux billes, et ce personnage s'est penché et a attrapé le Sony Ericsson P900i. Mais je ne l'ai pas donné. De plus, j'ai pris cette personne pour une connaissance et j'ai pensé, quelle blague stupide. Cependant, l'instant d'après, un ami a sauté de la voiture. Il y avait plusieurs personnes debout le long de la route, aucune d'entre elles n'a essayé de l'arrêter. Ceci est indicatif, ne comptez pas sur les autres pour intervenir et vous aider, cela n'arrivera très probablement pas.

Les cueilleurs professionnels préfèrent ne pas travailler aussi grossièrement, surtout dans le métro. Il n'y a pas de problèmes, il y a des caméras à toutes les gares et entrées, dans les voitures. S'ils travaillent, alors seulement en groupe et aux heures de pointe, dans la foule. Bien que la police ait honnêtement admis qu'il est difficile d'attraper ceux qui attrapent les téléphones des passagers. S'il s'agit de cas isolés, les chances de détecter et d'attraper un voleur sont faibles. Les gens hésitent à postuler.

En 2006, plusieurs sociétés de recherche ont mené des enquêtes sur la comparaison entre le nombre de vols de téléphone signalés et les vols réels. Le ratio s'est avéré mortel, un contre cinq. Autrement dit, pour une application, il y a cinq cas où le téléphone est volé, mais le propriétaire lui a fait un signe de la main. Mais même si seules les statistiques officielles sont prises en compte, nous obtiendrons des chiffres décevants. Le ministère de l'Intérieur estime qu'une infraction pénale sur cinq aujourd'hui est liée aux téléphones portables. En 2006, 250 000 téléphones volés ont été enregistrés ; en 2007, leur nombre a presque atteint 350 000. En se souvenant du rapport de un à cinq, on peut supposer que le marché des téléphones volés est d'au moins 1,5 million de téléphones par an. En termes monétaires, cela représente environ 300 millions de dollars américains. Jolie silhouette, n'est-ce pas ?

Comment les téléphones des propriétaires disparaissent-ils ? Les statistiques de la direction des affaires intérieures de la région de Nizhny Novgorod pour 2007 sont indicatives, elles sont tout à fait applicables à d'autres régions également. Sur les 1 700 délits, environ 60 % étaient des vols, 25 % des cambriolages et le reste des cas de fraude.

Procès judiciaires

La Russie n'est pas le premier pays à faire face à une vague de vols de téléphones portables. Il y avait d'autres pays avant nous, par exemple, l'Allemagne, l'Australie, la Grande-Bretagne. La réaction du législateur dans ces pays a été beaucoup plus prompte. En peu de temps, en 2003-2005, des lois ont été adoptées pour lutter contre le vol de téléphone. Les opérateurs étaient obligés de tenir des listes « noires » de téléphones. Des procédures ont été élaborées pour rechercher les appareils volés, ce qui a permis de les localiser avec succès. Parallèlement, des lois ont été adoptées criminalisant la modification des numéros de téléphone IMEI, car dans 90 % des cas, une telle procédure n'est nécessaire que pour dissimuler un appareil volé.

Sous une forme ou une autre, le problème du vol de téléphones portables fait l'objet de discussions actives depuis 2003. A différents niveaux, les responsables exigent que des mesures efficaces soient prises, mais les choses sont toujours là. En septembre 2005, j'ai réussi à assister à une réunion de la Douma municipale de Moscou, où ce sujet a été discuté. Le sujet ressemblait à "Sur la suppression de la circulation illégale des communications mobiles sur le marché secondaire". Bref, les impressions de cette rencontre peuvent être qualifiées de positives. Différentes personnes ont dit les bonnes choses, à la suite des résultats de la réunion, ils ont formé une initiative législative et des amendements à la «loi sur les communications», ainsi qu'au Code pénal de la Fédération de Russie.D'une part, les opérateurs devaient aider à la recherche des téléphones volés à leurs propres frais et fournir toute l'assistance possible au ministère de l'Intérieur, d'autre part, la peine pour de tels vols est passée à 6 ans de prison. Nous n'avons pas non plus oublié de changer le numéro IMEI. Mais cette initiative est restée la même. En général, de telles discussions avaient lieu très souvent, sinon constamment. Le sujet du vol de téléphone portable revient tous les jours, mais il est passé d'un problème sérieux, ce qu'il est, à un lieu commun. Tout le monde le sait, mais ils ne peuvent rien faire. Manque de détermination. Et les opérateurs ne sont pas intéressés par ce sujet, car ils ne souffrent en aucune façon, mais le respect des nouvelles lois leur incombera. Ainsi toutes les factures sont torpillées d'année en année, et les personnes capables d'insister ne se présentent pas.

À cet égard, un projet Beeline tel que "Mobile Literacy" est très approprié. La société a organisé une session sur les escroqueries mobiles, principalement liées au vol ou à l'extorsion de données de cartes prépayées. Après tout, les abonnés des opérateurs souffrent de ce genre d'activité, et le négatif, volontairement ou involontairement, est également projeté sur les entreprises. Mais dans le cadre du problème, le vol de téléphones portables prend une place plus importante, et pas un mot à ce sujet. Il n'y a pas d'intéressés parmi les opérateurs, et le Ministère de l'Intérieur ne peut lutter contre leur passivité sans le soutien du législateur.

Conversation avec le voleur

Si quelqu'un pense que les agents sont des gens insensibles, ne le croyez pas, cela dépend de votre attitude envers eux. Oubliant ses empiètements pour déterrer la matière d'un article sur le vol de téléphones, il a vécu tranquillement et travaillé. Quelques mois plus tard, un numéro inconnu appelle, et l'un des agents dit qu'il y a une occasion unique de rencontrer et de parler avec un voleur professionnel, qui s'occupe également des téléphones portables. Refuser une telle chance est stupide, et je me précipite au poste de police à travers tout Moscou. Pour mettre tous les points de cette histoire, j'avoue tout de suite que la conversation s'est déroulée de manière anonyme, mon homologue a été détenu non pas pour avoir volé un téléphone, mais pour une autre infraction. Il a accepté de parler de téléphones indépendamment de lui, et, apparemment, cela lui a permis d'égayer le temps.

Pacha, appelons-le ainsi pour la simplicité, à l'âge de 35-40 ans, habillé décemment, ne se démarque pas de la foule moscovite, il est facile de reconnaître en lui un manager de la classe moyenne. Un discours bien prononcé, l'impression générale d'une personne intelligente, moyennement cultivée. En trente minutes j'arrive à ne demander que le plus basique et puis en plus, puis ils l'emmènent.

EM. Pourriez-vous expliquer pourquoi les téléphones portables sont si rentables à voler ?

P. D'après les journaux, je sais ce qui est rentable. Je ne peux que deviner sur la base de l'expérience générale (ci-après, Pavel est très prudent dans ses déclarations, il ne parle jamais de lui-même, il ne décrit que des situations).

EM. D'accord, utilisons des exemples généraux, si possible, et des histoires vraies.

P. Un téléphone volé est introuvable et il est impossible de prouver que vous l'avez volé. Ici, vous descendez la rue, trouvez le téléphone. Vous l'avez volé ? Répondez.

EM. Non, il gisait dans la rue.

P. Le voleur trouve le téléphone dans votre poche, et si vous ne saisissez pas sa main au moment où il sort le téléphone, vous ne pouvez rien prouver. Le portefeuille est pire, c'est pourquoi de nombreux voleurs aiment saisir les téléphones. Moins de tracas - j'ai jeté la carte SIM, je l'ai vendue sur un plateau ou dans une voiture à côté du métro. Vous obtiendrez 15% du prix réel, mais avec un prix de téléphone de 500 à 600 dollars, c'est délicieux. Et pas de problème avec la police, puisque le téléphone est "trouvé", j'en fais ce que je veux.

EM. Hmmm, mais c'est difficile de "trouver" un téléphone de cette façon, il faut entrer dans sa poche ou son sac, ou à la ceinture d'une personne. Pourquoi ne fait-il pas attention ?

P. Ne tournera pas. Les gens vivent dans leur petit monde et ignorent les gens impolis. Trébuche dans la rue et ne saisis pas trop fort le bras de la personne. Il en voudra, mais ne vérifiera pas ses poches. Et le téléphone a déjà changé de mains. Ce schéma fonctionne, l'essentiel est de ne pas en abuser au même endroit. C'est encore plus sympa dans les transports, là c'est un coup de coeur.

EM. Combien de téléphones peuvent être "trouvés" dans la même zone ?

P. En une heure, une personne formée est capable de prendre d'un à une dizaine de téléphones. Ce n'est pas adapté aux poches. Vous devez choisir une personne, regarder son téléphone, ses vêtements, son comportement. Il vaut mieux ne s'embêter avec personne. Si vous travaillez seul, vous ne pouvez pas prendre plus d'un téléphone, personne ne croira que vous avez eu la chance de trouver plusieurs téléphones à la fois. Il faut donner la saisie à un ami pour qu'il range le tout dans une voiture ou dans un sac. Il est préférable de vendre des téléphones dans un autre quartier de la ville, puis la possibilité de les voir sur le plateau avec les propriétaires disparaît.

EM. Souvent surpris en train de voler des téléphones portables ?

P. Jamais entendu parler d'une telle chose. Parfois, ils conviennent que quelqu'un s'en charge en échange de l'absolution en vertu d'autres articles. Mais cela arrive rarement. Pas de vol, personne ne se souvient de vous. Il est impossible de prouver le fait du vol, il y a le fait de perdre le téléphone.

EM. Vous appelez des téléphones volés ?

P. Des voleurs de sociétés gop-stop appellent. Les Moldaves appellent. Les gens sérieux jettent la carte SIM, l'étui, les lacets, tout ce qui permet d'identifier rapidement le téléphone.

EM. Comment la victime est-elle choisie ? Pourquoi cette personne et pas une autre ?

P. Ils regardent le téléphone, il est rentable de prendre de nouveaux modèles coûteux. Ils sont nombreux, tout le monde parle dans la rue, puis ils mettent le téléphone dans leurs poches. Le pire, quand le téléphone est dans la poche avant du pantalon à droite. Et ici, vous pouvez faire beaucoup, mais il vaut mieux ne pas le risquer. Le moyen le plus simple de sortir des poches arrière, des vêtements d'extérieur, des lacets. La personne ne remarque rien.

EM. Quel est le montant maximum que vous avez entendu parler du vol de téléphones des passants par jour ?

P. Un de mes amis (souriant sournoisement) a trouvé un jour un Nokia 8800 et plus d'un. Pendant la journée, il a eu la chance de trouver 8 appareils. Les concessionnaires pour eux ont donné plus de 1500 USD. Si vous brûlez au travail, vous pouvez toujours recevoir 500 à 600 dollars, pas moins.

EM. Dois-je partager cet argent avec quelqu'un ?

P. Avec qui? Lorsque vous trouvez quelque chose dans la rue, le partagez-vous ? Ce n'est pas nécessaire. C'est un métier.

EM. Ce type de revenu est-il dangereux ? Existe-t-il des menaces cachées ?

P. Il faut comprendre les gens, et puis ce n'est pas plus dangereux que n'importe quel autre métier. L'essentiel est de comprendre les gens et qui est qui.

EM. Volerais-tu mon téléphone ?

P. Je ne prends jamais celui de quelqu'un d'autre. Si je trouvais votre téléphone, je vous appellerais et vous le retournerais moyennant des frais. Tout est juste.

EM. Avez-vous une préférence pour les marques de téléphones ?

P. Certainement. J'aime les téléphones Nokia, Sony Ericsson. Je n'aime pas autant les autres marques.

Combien de temps ? !

Lequel de nos fonctionnaires devrait se faire voler son téléphone pour qu'il y ait des initiatives législatives visant à lutter contre ce phénomène ? Ne sait pas. Mais tout ce qui se passe aujourd'hui rappelle une transfusion active de vide à vide. Le nombre de vols de téléphones portables augmente à un rythme sans précédent sur le marché de ces téléphones. Ceux qui lancent une telle « entreprise » se sentent impunis, car il n'y a pas de réelle menace pour leur bien-être. Nous voulons vous parler de ce problème aussi complètement que possible, il y aura bientôt un article sur le marché des téléphones d'occasion, sur la façon dont les appareils y apparaissent. Si vous avez des informations intéressantes, vous pouvez raconter des exemples de votre vie, alors vous êtes les bienvenus sur notre forum. Merci d'avance.

Un entretien avec un voleur. Vol de téléphone portable

Il y a des matériaux qui ne quittent pas les murs de la rédaction, restent des enregistrements de dictaphone, des croquis dans des cahiers, des intrigues non réalisées. Parfois, des sujets surgissent et semblent appeler, un autre morceau est ajouté à la mosaïque, l'image devient plus volumineuse, plus réaliste. L'idée d'un document sur le vol de téléphones portables était mûre depuis longtemps. Au début, il y a eu plusieurs réunions informelles avec des officiers de police judiciaire, qui ont haussé les épaules et se sont plaints de ne rien pouvoir dire officiellement et avec des noms, et de ne pas le vouloir. Ils n'ont pas besoin d'une popularité excessive, il n'y a pas de campagnes pour lutter contre le vol de téléphones. Le maximum que le ministère de l'Intérieur peut faire aujourd'hui est de maintenir sa propre base de données de numéros IMEI. Il contient tous les téléphones qui ont été volés et dont les propriétaires ont insisté pour accepter l'application. Comme le disent eux-mêmes les représentants du ministère de l'Intérieur, la recherche de téléphones volés est techniquement simple, mais elle ne conduit pas à des voleurs, mais à des revendeurs ou à des acheteurs finaux. En cas de vol ordinaire d'un téléphone à un citoyen moyen, la recherche d'un tel appareil n'est pas rentable. C'est un gros fardeau pour le ministère de l'Intérieur, en fait, la police agit comme une agence de bons offices, retournant l'appareil et restant sans rien sous la forme d'une affaire pénale ouverte, puisque les voleurs n'ont pas été arrêtés.

L'aspect technique du problème est d'une simplicité déconcertante. Pour retrouver un téléphone volé, il suffit de faire des demandes aux principaux opérateurs et d'indiquer le numéro IMEI, puis les opérateurs vous diront avec quelles cartes SIM l'appareil a été utilisé et à qui, sur les données de passeport desquelles ils sont enregistrés. Ensuite, le téléphone est saisi au propriétaire actuel, et c'est là que l'histoire se termine. Parfois, la question se pose que la carte SIM est enregistrée dans les données de passeport "gauche", ou que le "propriétaire" du numéro ne le sait même pas. Ça se passe comme ça aussi. Malgré les assurances des opérateurs qu'il est impossible d'acheter une carte SIM sans présenter un passeport, c'est loin d'être le cas. Aux fins de l'expérience, votre obéissant serviteur a traversé plusieurs salons le long de Leninsky Prospekt. Le résultat a abouti à l'achat de 7 contrats avec remplissage de toutes les données « de mémoire ». Ils ont refusé un seul endroit, puis dans le salon du même réseau, à côté du plaisir, ils ont enregistré un contrat pour Dmitry Medvedev. Ayant pris l'ambiance, il a rempli un contrat pour Vyacheslav Malezhik, et la réaction du consultant a été nulle. Pour tenter sa chance et demander à entrer Dima Bilan, qui, apparemment, est mieux connue du consultant, ne pouvait pas s'abstenir.

Du point de vue de l'opérateur, de telles cartes SIM ne posent de problèmes qu'au moment où elles sont payées et dont on parle. Il est pratiquement impossible d'isoler les "faux" contrats de la masse générale, et les opérateurs ne le font pas, ils n'ont pas une telle tâche. Vous chercheriez donc des abonnés qui paient de l'argent et n'ont aucune réclamation, ainsi que des droits ? Trouver un téléphone avec une telle carte SIM "gauche" est déjà plus difficile. Mais il n'y a pas de tâches impossibles, et en analysant les appels entrants / sortants, en visualisant quels appareils ont utilisé d'autres cartes SIM, il est tout à fait possible de trouver les individus derrière un appareil particulier. Mais c'est un mal de tête sauvage, beaucoup d'efforts. Dans le cadre du vol d'un téléphone ordinaire, personne ne le fera. Mais dans les affaires criminelles très médiatisées, de telles actions sont justifiées.

Il s'avère un cercle vicieux. D'une part, il n'est pas rentable pour la police d'accepter des demandes de vol de téléphones portables, car il est impossible de clore correctement de telles affaires. D'autre part, les opérateurs ne sont pas non plus intéressés par la recherche de tels téléphones, en tout cas ils passeront des appels, y compris vers les téléphones de cet opérateur. Les victimes sont la seule partie qui crie vengeance, réparation des dommages, mais n'est pas prête à défendre ses droits jusqu'au bout. Ordalie dans la police, où sous aucun prétexte ils n'acceptent pas les candidatures, se traduit par un refus de celles-ci. Qui gagne? Il est facile de deviner que les gagnants sont des voleurs, pour qui les téléphones portables, au propre comme au figuré, se sont transformés en mine d'or.

La deuxième partie du ballet Marleson

Comment trouver quelqu'un qui vole des téléphones portables ? Placer une annonce sur les pages du site ? Dans les journaux ? Imaginez la comédie de l'annonce : « Recherché pour un professionnel qui vole des téléphones portables. Un entretien s'impose. Instamment". La tâche n'est pas facile et sans communication avec de tels personnages, l'image ne s'est pas développée. Les arguments de la police étaient clairs et compréhensibles, mais le volet criminel est resté par-dessus bord.

Les mêmes agents ont sauvé mes lamentations. Regardez "l'unité de service", où jour après jour, ils montrent comment des patrouilles à la poursuite attrapent ceux qui font du commerce de vol dans les rues, y compris le vol de téléphones. Mais je n'étais pas intéressé par de tels cas, ils étaient, à en juger par anonymes sur des notes télévisées, de nature épisodique, les détenus montrés n'avait aucune nuance d'intelligence et s'y est évidemment lancé sans y être préparé. Avec le même succès, ils ont emporté non seulement des téléphones, mais aussi des sacs, des portefeuilles, des bourses, tout en usant de force et de menaces. Il s'agit d'une grande couche de cas similaires, mais ils sont compréhensibles et explicables, tout comme les vols dans le métro.

C'est le deuxième endroit où j'ai été envoyé, au fait. Au poste de police linéaire dans le métro. Dans le métro, les appareils sont souvent arrachés juste avant la fermeture des portes. Regardez, par exemple, vous êtes dans votre communicateur, en train de regarder un film ou un livre, puis de nulle part une main, et l'appareil est sorti. Il y a quelques années, j'ai eu une histoire similaire. Avant le 9 mai, alors qu'il y avait peu d'habitants dans la ville et qu'il y avait plein de policiers et de militaires, un de ces camarades a essayé de sauter avec mon téléphone. J'étais assis et je jouais aux billes, et ce personnage s'est penché et a attrapé le Sony Ericsson P900i. Mais je ne l'ai pas donné. De plus, j'ai pris cette personne pour une connaissance et j'ai pensé, quelle blague stupide. Cependant, l'instant d'après, un ami a sauté de la voiture. Il y avait plusieurs personnes debout le long de la route, aucune d'entre elles n'a essayé de l'arrêter. Ceci est indicatif, ne comptez pas sur les autres pour intervenir et vous aider, cela n'arrivera très probablement pas.

Les cueilleurs professionnels préfèrent ne pas travailler aussi grossièrement, surtout dans le métro. Il n'y a pas de problèmes, il y a des caméras à toutes les gares et entrées, dans les voitures. S'ils travaillent, alors seulement en groupe et aux heures de pointe, dans la foule. Bien que la police ait honnêtement admis qu'il est difficile d'attraper ceux qui attrapent les téléphones des passagers. S'il s'agit de cas isolés, les chances de détecter et d'attraper un voleur sont faibles. Les gens hésitent à postuler.

En 2006, plusieurs sociétés de recherche ont mené des enquêtes sur la comparaison entre le nombre de vols de téléphone signalés et les vols réels. Le ratio s'est avéré mortel, un contre cinq. Autrement dit, pour une application, il y a cinq cas où le téléphone est volé, mais le propriétaire lui a fait un signe de la main. Mais même si seules les statistiques officielles sont prises en compte, nous obtiendrons des chiffres décevants. Le ministère de l'Intérieur estime qu'une infraction pénale sur cinq aujourd'hui est liée aux téléphones portables. En 2006, 250 000 téléphones volés ont été enregistrés ; en 2007, leur nombre a presque atteint 350 000. En se souvenant du rapport de un à cinq, on peut supposer que le marché des téléphones volés est d'au moins 1,5 million de téléphones par an. En termes monétaires, cela représente environ 300 millions de dollars américains. Jolie silhouette, n'est-ce pas ?

Comment les téléphones des propriétaires disparaissent-ils ? Les statistiques de la direction des affaires intérieures de la région de Nizhny Novgorod pour 2007 sont indicatives, elles sont tout à fait applicables à d'autres régions également. Sur les 1 700 délits, environ 60 % étaient des vols, 25 % des cambriolages et le reste des cas de fraude.

Procès judiciaires

La Russie n'est pas le premier pays à faire face à une vague de vols de téléphones portables. Il y avait d'autres pays avant nous, par exemple, l'Allemagne, l'Australie, la Grande-Bretagne. La réaction du législateur dans ces pays a été beaucoup plus prompte. En peu de temps, en 2003-2005, des lois ont été adoptées pour lutter contre le vol de téléphone. Les opérateurs étaient obligés de tenir des listes « noires » de téléphones. Des procédures ont été élaborées pour rechercher les appareils volés, ce qui a permis de les localiser avec succès. Parallèlement, des lois ont été adoptées criminalisant la modification des numéros de téléphone IMEI, car dans 90 % des cas, une telle procédure n'est nécessaire que pour dissimuler un appareil volé.

Sous une forme ou une autre, le problème du vol de téléphones portables fait l'objet de discussions actives depuis 2003. A différents niveaux, les responsables exigent que des mesures efficaces soient prises, mais les choses sont toujours là. En septembre 2005, j'ai réussi à assister à une réunion de la Douma municipale de Moscou, où ce sujet a été discuté. Le sujet ressemblait à "Sur la suppression de la circulation illégale des communications mobiles sur le marché secondaire". Bref, les impressions de cette rencontre peuvent être qualifiées de positives. Différentes personnes ont dit les bonnes choses, à la suite de la réunion, elles ont formé une initiative législative et des amendements à la "loi sur les communications", ainsi qu'au Code pénal de la Fédération de Russie.D'une part, les opérateurs devaient aider à la recherche des téléphones volés à leurs propres frais et fournir toute l'assistance possible au ministère de l'Intérieur, d'autre part, la peine pour de tels vols est passée à 6 ans de prison. Ils n'ont pas non plus oublié de changer le numéro IMEI. Mais cette initiative est restée la même. En général, de telles discussions avaient lieu très souvent, sinon constamment. Le sujet du vol de téléphone portable revient tous les jours, mais il est passé d'un problème sérieux, ce qu'il est, à un lieu commun. Tout le monde le sait, mais ils ne peuvent rien faire. Manque de détermination. Oui, et ce sujet n'est pas intéressant pour les opérateurs, car ils ne souffrent en aucune façon, mais le respect des nouvelles lois leur incombera. Ainsi toutes les factures sont torpillées d'année en année, et les personnes capables d'insister ne se présentent pas.

À cet égard, un projet Beeline tel que "Mobile Literacy" est très approprié. L'entreprise a organisé une session sur la fraude mobile, principalement liée au vol ou à l'extorsion de données de cartes prépayées. Après tout, les abonnés des opérateurs souffrent de ce genre d'activité, et le négatif, volontairement ou involontairement, est également projeté sur les entreprises. Mais dans le cadre du problème, le vol de téléphones portables prend une place plus importante, et pas un mot à ce sujet. Il n'y a aucune personne intéressée parmi les opérateurs, et le ministère de l'Intérieur ne peut lutter contre leur passivité sans le soutien du législateur.

Conversation avec le voleur

Si quelqu'un pense que les agents sont des gens insensibles, ne le croyez pas, cela dépend de votre attitude envers eux. Oubliant ses penchants à déterrer du matériel pour un article sur les vols de téléphone, il a vécu tranquillement et a continué à travailler. Quelques mois plus tard, un numéro inconnu appelle, et l'un des agents dit qu'il y a une occasion unique de rencontrer et de parler avec un voleur professionnel, qui s'occupe également des téléphones portables. Refuser une telle chance est stupide, et je me précipite au poste de police à travers tout Moscou. Pour mettre tous les points de cette histoire, j'avoue tout de suite que la conversation s'est déroulée de manière anonyme, mon homologue a été arrêté non pas pour avoir volé un téléphone, mais pour une autre infraction. Il a accepté de parler de téléphones indépendamment de lui, et, apparemment, cela lui a permis d'égayer le temps.

Pacha, appelons-le ainsi pour la simplicité, à l'âge de 35-40 ans, habillé décemment, ne se démarque pas de la foule moscovite, il est facile de reconnaître en lui un manager de la classe moyenne. Un discours bien prononcé, l'impression générale d'une personne intelligente, moyennement cultivée. En trente minutes j'arrive à ne demander que le plus basique et puis en plus, puis ils l'emmènent.

EM. Pourriez-vous expliquer pourquoi les téléphones portables sont si rentables à voler ?

P. D'après les journaux, je sais ce qui est rentable. Je ne peux que deviner sur la base de l'expérience générale (ci-après, Pavel est très prudent dans ses déclarations, il ne parle jamais de lui-même, il ne décrit que des situations).

EM. D'accord, utilisons des exemples généraux, si possible, et des histoires vraies.

P. Un téléphone volé est introuvable et il est impossible de prouver que vous l'avez volé. Ici, vous descendez la rue, trouvez le téléphone. Vous l'avez volé ? Répondez.

EM. Non, il gisait dans la rue.

P. Le voleur trouve le téléphone dans votre poche, et si vous ne saisissez pas sa main au moment où il sort le téléphone, vous ne pouvez rien prouver. Le portefeuille est pire, c'est pourquoi de nombreux voleurs aiment saisir les téléphones. Moins de tracas - j'ai jeté la carte SIM, je l'ai vendue sur un plateau ou dans une voiture à côté du métro. Vous obtiendrez 15% du prix réel, mais avec un prix de téléphone de 500 à 600 dollars, c'est délicieux. Et il n'y a pas de problèmes avec la police, car le téléphone est "trouvé", ce que je veux, je le fais.

EM. Hmmm, mais c'est difficile de "trouver" un téléphone de cette façon, il faut entrer dans sa poche ou son sac, ou à la ceinture d'une personne. Pourquoi ne fait-il pas attention ?

P. Ne tournera pas. Les gens vivent dans leur petit monde et ignorent les gens impolis. Trébuche dans la rue et ne saisis pas trop fort le bras de la personne. Il en voudra, mais ne vérifiera pas ses poches. Et le téléphone a déjà changé de mains. Ce schéma fonctionne, l'essentiel est de ne pas en abuser au même endroit. C'est encore plus sympa dans les transports, là c'est un coup de coeur.

EM. Combien de téléphones peuvent être "trouvés" dans la même zone ?

P. En une heure, une personne formée est capable de prendre d'un à une dizaine de téléphones. Ce n'est pas adapté aux poches. Vous devez choisir une personne, regarder son téléphone, ses vêtements, son comportement. Il vaut mieux ne s'embêter avec personne. Si vous travaillez seul, vous ne pouvez pas prendre plus d'un téléphone, personne ne croira que vous avez eu la chance de trouver plusieurs téléphones à la fois. Il faut donner la saisie à un ami pour qu'il range le tout dans une voiture ou dans un sac. Il est préférable de vendre des téléphones dans un autre quartier de la ville, puis la possibilité de les voir sur le plateau avec les propriétaires disparaît.

EM. Souvent surpris en train de voler des téléphones portables ?

P. Jamais entendu parler d'une telle chose. Parfois, ils conviennent que quelqu'un s'en charge en échange de l'absolution en vertu d'autres articles. Mais cela arrive rarement. Pas de vol, personne ne se souvient de vous. Il est impossible de prouver le fait du vol, il y a le fait de perdre le téléphone.

EM. Vous appelez des téléphones volés ?

P. Des voleurs de sociétés gop-stop appellent. Les Moldaves appellent. Les gens sérieux jettent la carte SIM, l'étui, les lacets, tout ce qui permet d'identifier rapidement le téléphone.

EM. Comment la victime est-elle choisie ? Pourquoi cette personne et pas une autre ?

P. Ils regardent le téléphone, il est rentable de prendre de nouveaux modèles coûteux. Ils sont nombreux, tout le monde parle dans la rue, puis ils mettent le téléphone dans leurs poches. Le pire, quand le téléphone est dans la poche avant du pantalon à droite. Et ici, vous pouvez faire beaucoup, mais il vaut mieux ne pas le risquer. Le moyen le plus simple de sortir des poches arrière, des vêtements d'extérieur, des lacets. La personne ne remarque rien.

EM. Quel est le montant maximum que vous avez entendu parler du vol de téléphones des passants par jour ?

P. Un de mes amis (souriant sournoisement) a trouvé un jour un Nokia 8800 et plus d'un. Pendant la journée, il a eu la chance de trouver 8 appareils. Les concessionnaires pour eux ont donné plus de 1500 USD. Si vous brûlez au travail, vous pouvez toujours recevoir 500 à 600 dollars, pas moins.

EM. Dois-je partager cet argent avec quelqu'un ?

P. Avec qui? Lorsque vous trouvez quelque chose dans la rue, le partagez-vous ? Ce n'est pas nécessaire. C'est un métier.

EM. Ce type de revenu est-il dangereux ? Existe-t-il des menaces cachées ?

P. Il faut comprendre les gens, et puis ce n'est pas plus dangereux que n'importe quel autre métier. L'essentiel est de comprendre les gens et qui est qui.

EM. Volerais-tu mon téléphone ?

P. Je ne prends jamais celui de quelqu'un d'autre. Si je trouvais votre téléphone, je vous appellerais et vous le retournerais moyennant des frais. Tout est juste.

EM. Avez-vous une préférence pour les marques de téléphones ?

P. Certainement. J'aime les téléphones Nokia, Sony Ericsson. Je n'aime pas autant les autres marques.

Combien de temps ? !

Lequel de nos fonctionnaires devrait se faire voler son téléphone pour qu'il y ait des initiatives législatives visant à lutter contre ce phénomène ? Ne sait pas. Mais tout ce qui se passe aujourd'hui rappelle une transfusion active de vide à vide. Le nombre de vols de téléphones portables augmente à un rythme sans précédent sur le marché de ces téléphones. Ceux qui lancent une telle « entreprise » se sentent impunis, car il n'y a pas de réelle menace pour leur bien-être. Nous voulons vous en dire le plus possible sur ce problème, il y aura bientôt un article sur le marché des téléphones d'occasion, sur la façon dont les appareils y apparaissent. Si vous avez des informations intéressantes, vous pouvez raconter des exemples de votre vie, alors vous êtes les bienvenus sur notre forum. Merci d'avance.

Un entretien avec un voleur. Vol de téléphone portable

Il y a des matériaux qui ne quittent pas les murs de la rédaction, restent des enregistrements de dictaphone, des croquis dans des cahiers, des intrigues non réalisées. Parfois, des sujets surgissent et semblent appeler, un autre morceau est ajouté à la mosaïque, l'image devient plus volumineuse, plus réaliste. L'idée d'un document sur le vol de téléphones portables était mûre depuis longtemps. Au début, il y a eu plusieurs réunions informelles avec des officiers de police judiciaire, qui ont haussé les épaules et se sont plaints de ne rien pouvoir dire officiellement et avec des noms, et de ne pas le vouloir. Ils n'ont pas besoin d'une popularité excessive, il n'y a pas de campagnes pour lutter contre le vol de téléphones. Le maximum que le ministère de l'Intérieur peut faire aujourd'hui est de maintenir sa propre base de données de numéros IMEI. Il contient tous les téléphones qui ont été volés et dont les propriétaires ont insisté pour accepter l'application. Comme le disent eux-mêmes les représentants du ministère de l'Intérieur, la recherche de téléphones volés est techniquement simple, mais elle ne conduit pas à des voleurs, mais à des revendeurs ou à des acheteurs finaux. En cas de vol ordinaire d'un téléphone à un citoyen moyen, la recherche d'un tel appareil n'est pas rentable. C'est un gros fardeau pour le ministère de l'Intérieur, en fait, la police agit comme une agence de bons offices, retournant l'appareil et restant sans rien sous la forme d'une affaire pénale ouverte, puisque les voleurs n'ont pas été arrêtés.

L'aspect technique du problème est d'une simplicité déconcertante. Pour retrouver un téléphone volé, il suffit de faire des demandes aux principaux opérateurs et d'indiquer le numéro IMEI, puis les opérateurs vous diront avec quelles cartes SIM l'appareil a été utilisé et à qui, sur les données de passeport desquelles ils sont enregistrés. Ensuite, le téléphone est saisi au propriétaire actuel, et c'est là que l'histoire se termine. Parfois, la question se pose que la carte SIM est enregistrée dans les données de passeport "gauche", ou que le "propriétaire" du numéro ne le sait même pas. Ça se passe comme ça aussi. Malgré les assurances des opérateurs qu'il est impossible d'acheter une carte SIM sans présenter un passeport, c'est loin d'être le cas. Aux fins de l'expérience, votre obéissant serviteur a traversé plusieurs salons le long de Leninsky Prospekt. Le résultat a abouti à l'achat de 7 contrats avec saisie de toutes les données « de mémoire ». Ils ont refusé un seul endroit, puis dans le salon du même réseau, à côté du plaisir, ils ont enregistré un contrat pour Dmitry Medvedev. Ayant pris l'ambiance, il a rempli un contrat pour Vyacheslav Malezhik, et la réaction du consultant a été nulle. Pour tenter sa chance et demander à entrer Dima Bilan, qui, apparemment, est mieux connue du consultant, ne pouvait pas s'abstenir.

Du point de vue de l'opérateur, de telles cartes SIM ne posent de problèmes qu'au moment où elles sont payées et dont on parle. Il est pratiquement impossible d'isoler les "faux" contrats de la masse générale, et les opérateurs ne le font pas, ils n'ont pas une telle tâche. Donc, vous chercheriez des abonnés qui paient de l'argent et n'ont aucune réclamation, ainsi que des droits ? Trouver un téléphone avec une telle carte SIM "gauche" est déjà plus difficile. Mais il n'y a pas de tâches impossibles, et en analysant les appels entrants / sortants, en visualisant quels appareils ont utilisé d'autres cartes SIM, il est tout à fait possible de trouver les individus derrière un appareil particulier. Mais c'est un mal de tête sauvage, beaucoup d'efforts. Dans le cadre du vol d'un téléphone ordinaire, personne ne le fera. Mais dans les affaires criminelles très médiatisées, de telles actions sont justifiées.

Il s'avère un cercle vicieux. D'une part, il n'est pas rentable pour la police d'accepter des demandes de vol de téléphones portables, car il est impossible de clore correctement de telles affaires. D'autre part, les opérateurs ne sont pas non plus intéressés par la recherche de tels téléphones, en tout cas ils passeront des appels, y compris vers les téléphones de cet opérateur. Les victimes sont la seule partie qui crie vengeance, réparation des dommages, mais n'est pas prête à défendre ses droits jusqu'au bout. Ordalie dans la police, où sous aucun prétexte ils n'acceptent pas les candidatures, se traduit par un refus de celles-ci. Qui gagne? Il est facile de deviner que les gagnants sont des voleurs, pour qui les téléphones portables, au propre comme au figuré, se sont transformés en mine d'or.

La deuxième partie du ballet Marleson

Comment trouver quelqu'un qui vole des téléphones portables ? Placer une annonce sur les pages du site ? Dans les journaux ? Imaginez la comédie de l'annonce : « Recherché pour un professionnel qui vole des téléphones portables. Un entretien s'impose. Instamment". La tâche n'est pas facile et sans communication avec de tels personnages, l'image ne s'est pas développée. Les arguments de la police étaient clairs et compréhensibles, mais le volet criminel est resté par-dessus bord.

Les mêmes agents ont sauvé mes lamentations. Regardez "l'unité de service", où jour après jour, ils montrent comment des patrouilles à la poursuite attrapent ceux qui font du commerce de vol dans les rues, y compris le vol de téléphones. Mais je n'étais pas intéressé par de tels cas, ils étaient, à en juger par des notes anonymes à la télévision, de nature épisodique, les détenus montrés n'avaient pas la moindre intelligence et s'y sont clairement lancés sans y être préparés. Avec le même succès, ils ont emporté non seulement des téléphones, mais aussi des sacs, des portefeuilles, des bourses, tout en usant de force et de menaces. Il s'agit d'une grande couche de cas similaires, mais ils sont compréhensibles et explicables, tout comme les vols dans le métro.

Tous les mêmes agents ont sauvé mes lamentations. Regardez "l'unité de service", où jour après jour, ils montrent comment des patrouilles à la poursuite attrapent ceux qui font du commerce de vol dans les rues, y compris le vol de téléphones. Mais je n'étais pas intéressé par de tels cas, ils l'étaient, à en juger par anonyme anonyme selon des notes télévisées, de nature épisodique, les détenus présentés n'avaient aucune nuance d'intelligence et s'y sont clairement lancés sans y être préparés. Avec le même succès, ils ont emporté non seulement des téléphones, mais aussi des sacs, des portefeuilles, des bourses, tout en usant de force et de menaces. Il s'agit d'une grande couche de cas similaires, mais ils sont compréhensibles et explicables, tout comme les vols dans le métro.

C'est le deuxième endroit où j'ai été envoyé, au fait. Au poste de police linéaire dans le métro. Dans le métro, les appareils sont souvent arrachés juste avant la fermeture des portes. Regardez, par exemple, vous êtes dans votre communicateur, en train de regarder un film ou un livre, puis de nulle part une main, et l'appareil est sorti. Il y a quelques années, j'ai eu une histoire similaire. Avant le 9 mai, alors qu'il y avait peu d'habitants dans la ville et qu'il y avait plein de policiers et de militaires, un de ces camarades a essayé de sauter avec mon téléphone. J'étais assis et je jouais aux billes, et ce personnage s'est penché et a attrapé le Sony Ericsson P900i. Mais je ne l'ai pas donné. De plus, j'ai pris cette personne pour une connaissance et j'ai pensé, quelle blague stupide. Cependant, l'instant d'après, un ami a sauté de la voiture. Il y avait plusieurs personnes debout le long de la route, aucune d'entre elles n'a essayé de l'arrêter. Ceci est indicatif, ne comptez pas sur les autres pour intervenir et vous aider, cela n'arrivera très probablement pas.

Les cueilleurs professionnels préfèrent ne pas travailler aussi dur, et encore plus dans le métro. Il n'y a pas de problèmes, il y a des caméras à toutes les gares et entrées, dans les voitures. S'ils travaillent, alors seulement en groupe et aux heures de pointe, dans la foule. Bien que la police ait honnêtement admis qu'il est difficile d'attraper ceux qui arrachent les téléphones des passagers. S'il s'agit de cas isolés, les chances de détecter et d'attraper un voleur sont faibles. Les gens hésitent à postuler.

En 2006, plusieurs sociétés de recherche ont mené des enquêtes sur la comparaison entre le nombre de vols de téléphone signalés et les vols réels. Le ratio s'est avéré mortel, un contre cinq. Autrement dit, pour une application, il y a cinq cas où le téléphone est volé, mais le propriétaire lui a fait un signe de la main. Mais même si seules les statistiques officielles sont prises en compte, nous obtiendrons des chiffres décevants. Le ministère de l'Intérieur estime qu'une infraction pénale sur cinq aujourd'hui est liée aux téléphones portables. En 2006, 250 000 téléphones volés ont été enregistrés ; en 2007, leur nombre a presque atteint 350 000. En se souvenant du rapport de un à cinq, on peut supposer que le marché des téléphones volés est d'au moins 1,5 million de téléphones par an. En termes monétaires, cela représente environ 300 millions de dollars américains. Jolie silhouette, n'est-ce pas ?

Comment les téléphones des propriétaires disparaissent-ils ? Les statistiques de la direction des affaires intérieures de la région de Nizhny Novgorod pour 2007 sont indicatives, elles sont tout à fait applicables à d'autres régions également. Sur les 1 700 délits, environ 60 % étaient des vols, 25 % des cambriolages et le reste des cas de fraude.

Procès judiciaires

La Russie n'est pas le premier pays à faire face à une vague de vols de téléphones portables. Il y avait d'autres pays avant nous, par exemple, l'Allemagne, l'Australie, la Grande-Bretagne. La réaction du législateur dans ces pays a été beaucoup plus prompte. En peu de temps, en 2003-2005, des lois ont été adoptées pour lutter contre le vol de téléphone. Les opérateurs étaient obligés de tenir des listes « noires » de téléphones. Des procédures ont été élaborées pour rechercher les appareils volés, ce qui a permis de les localiser avec succès. Parallèlement, des lois ont été adoptées criminalisant la modification des numéros de téléphone IMEI, car dans 90 % des cas, une telle procédure n'est nécessaire que pour dissimuler un appareil volé.

Sous une forme ou une autre, le problème du vol de téléphones portables fait l'objet de discussions actives depuis 2003. A différents niveaux, les responsables exigent que des mesures efficaces soient prises, mais les choses sont toujours là. En septembre 2005, j'ai réussi à assister à une réunion de la Douma municipale de Moscou, où ce sujet a été discuté. Le sujet ressemblait à "Sur la suppression de la circulation illégale des communications mobiles sur le marché secondaire". Bref, les impressions de cette rencontre peuvent être qualifiées de positives. Différentes personnes ont dit les bonnes choses, à la suite des résultats de la réunion, ils ont formé une initiative législative et des amendements à la «loi sur les communications», ainsi qu'au Code pénal de la Fédération de Russie. D'une part, les opérateurs devaient aider à la recherche des téléphones volés à leurs propres frais et fournir toute l'assistance possible au ministère de l'Intérieur, d'autre part, la peine pour de tels vols est passée à 6 ans de prison. Ils n'ont pas non plus oublié de changer le numéro IMEI. Mais cette initiative est restée la même. En général, de telles discussions avaient lieu très souvent, sinon constamment. Le sujet du vol de téléphone portable revient tous les jours, mais il est passé d'un problème sérieux, ce qu'il est, à un lieu commun. Tout le monde le sait, mais ils ne peuvent rien faire. Manque de détermination. Et les opérateurs ne sont pas intéressés par ce sujet, car ils ne souffrent en aucune façon, mais le respect des nouvelles lois leur incombera. Ainsi toutes les factures sont torpillées d'année en année, et les personnes capables d'insister ne se présentent pas.

À cet égard, un projet Beeline tel que "Mobile Literacy" est très approprié. La société a organisé une session sur les escroqueries mobiles, principalement liées au vol ou à l'extorsion de données de cartes prépayées. Après tout, les abonnés des opérateurs souffrent de ce genre d'activité, et le négatif, volontairement ou involontairement, est également projeté sur les entreprises. Mais dans le cadre du problème, le vol de téléphones portables prend une place plus importante, et pas un mot à ce sujet. Il n'y a pas d'intéressés parmi les opérateurs, et le Ministère de l'Intérieur ne peut lutter contre leur passivité sans le soutien du législateur.

Conversation avec le voleur

Si quelqu'un pense que les agents sont des gens insensibles, ne le croyez pas, cela dépend de votre attitude envers eux. Oubliant ses empiètements pour déterrer la matière d'un article sur le vol de téléphones, il a vécu tranquillement et travaillé. Quelques mois plus tard, un numéro inconnu appelle, et l'un des agents dit qu'il y a une occasion unique de rencontrer et de parler avec un voleur professionnel, qui s'occupe également des téléphones portables. Refuser une telle chance est stupide, et je me précipite au poste de police à travers tout Moscou. Pour mettre tous les points de cette histoire, j'avoue tout de suite que la conversation s'est déroulée de manière anonyme, mon homologue a été détenu non pas pour avoir volé un téléphone, mais pour une autre infraction. Il a accepté de parler de téléphones indépendamment de lui, et, apparemment, cela lui a permis d'égayer le temps.

Pacha, appelons-le ainsi pour la simplicité, à l'âge de 35-40 ans, habillé décemment, ne se démarque pas de la foule moscovite, il est facile de reconnaître en lui un manager de la classe moyenne. Un discours bien prononcé, l'impression générale d'une personne intelligente, moyennement cultivée. En trente minutes j'arrive à ne demander que le plus basique et puis en plus, puis ils l'emmènent.

EM. Pourriez-vous nous dire pourquoi les téléphones portables sont si rentables à voler ?

P. D'après les journaux, je sais ce qui est rentable. Je ne peux que deviner sur la base de l'expérience générale (ci-après, Pavel est très prudent dans ses déclarations, il ne parle jamais de lui-même, il ne décrit que des situations).

EM. D'accord, utilisons des exemples généraux, si possible, et des histoires vraies.

P. Un téléphone volé est introuvable et il est impossible de prouver que vous l'avez volé. Ici, vous descendez la rue, trouvez le téléphone. Vous l'avez volé ? Répondez.

EM. Non, il gisait dans la rue.

P. Le voleur trouve le téléphone dans votre poche, et si vous ne saisissez pas sa main au moment où il sort le téléphone, vous ne pouvez rien prouver. Le portefeuille est pire, c'est pourquoi de nombreux voleurs aiment saisir les téléphones. Moins de tracas - j'ai jeté la carte SIM, je l'ai vendue sur un plateau ou dans une voiture à côté du métro. Vous obtiendrez 15% du prix réel, mais avec un prix de téléphone de 500 à 600 dollars, c'est délicieux. Et il n'y a pas de problèmes avec la police, car le téléphone est "trouvé", ce que je veux, je le fais.

EM. Hmmm, mais c'est difficile de "trouver" un téléphone de cette façon, il faut entrer dans sa poche ou son sac, ou à la ceinture d'une personne. Pourquoi ne fait-il pas attention ?

P. Ne tournera pas. Les gens vivent dans leur petit monde et ignorent les gens impolis. Trébuche dans la rue et ne saisis pas trop fort le bras de la personne. Il en voudra, mais ne vérifiera pas ses poches. Et le téléphone a déjà changé de mains. Ce schéma fonctionne, l'essentiel est de ne pas en abuser au même endroit. C'est encore plus sympa dans les transports, là c'est un coup de coeur.

EM. Combien de téléphones peuvent être "trouvés" dans la même zone ?

P. En une heure, une personne formée est capable de prendre d'un à une dizaine de téléphones. Ce n'est pas adapté aux poches. Vous devez choisir une personne, regarder son téléphone, ses vêtements, son comportement. Il vaut mieux ne s'embêter avec personne. Si vous travaillez seul, vous ne pouvez pas prendre plus d'un téléphone, personne ne croira que vous avez eu la chance de trouver plusieurs téléphones à la fois. Il faut donner la saisie à un ami pour qu'il range le tout dans une voiture ou dans un sac. Il est préférable de vendre des téléphones dans un autre quartier de la ville, puis la possibilité de les voir sur le plateau avec les propriétaires disparaît.

EM. Souvent surpris en train de voler des téléphones portables ?

P. Jamais entendu parler d'une telle chose. Parfois, ils conviennent que quelqu'un s'en charge en échange de l'absolution en vertu d'autres articles. Mais cela arrive rarement. Pas de vol, personne ne se souvient de vous. Il est impossible de prouver le fait du vol, il y a le fait de perdre le téléphone.

EM. Vous appelez des téléphones volés ?

P. Des voleurs de sociétés gop-stop appellent. Les Moldaves appellent. Les gens sérieux jettent la carte SIM, l'étui, les lacets, tout ce qui permet d'identifier rapidement le téléphone.

EM. Comment la victime est-elle choisie ? Pourquoi cette personne et pas une autre ?

P. Ils regardent le téléphone, il est rentable de prendre de nouveaux modèles coûteux. Ils sont nombreux, tout le monde parle dans la rue, puis ils mettent le téléphone dans leurs poches. Le pire, quand le téléphone est dans la poche avant du pantalon à droite. Et ici, vous pouvez faire beaucoup, mais il vaut mieux ne pas le risquer. Le moyen le plus simple de sortir des poches arrière, des vêtements d'extérieur, des lacets. La personne ne remarque rien.

EM. Quel est le montant maximum dont vous avez entendu parler de vols de téléphones à des passants ce jour-là ?

P. Un de mes amis (souriant sournoisement) a trouvé un jour un Nokia 8800 et plus d'un. Pendant la journée, il a eu la chance de trouver 8 appareils. Les concessionnaires pour eux ont donné plus de 1500 USD. Si vous brûlez au travail, vous pouvez toujours recevoir 500 à 600 dollars, pas moins.

EM. Dois-je partager cet argent avec quelqu'un ?

P. Avec qui? Lorsque vous trouvez quelque chose dans la rue, le partagez-vous ? Ce n'est pas nécessaire. C'est un métier.

EM. Ce type de revenu est-il dangereux ? Existe-t-il des menaces cachées ?

P. Il faut comprendre les gens, et puis ce n'est pas plus dangereux que n'importe quel autre métier. L'essentiel est de comprendre les gens et qui est qui.

EM. Volerais-tu mon téléphone ?

P. Je ne prends jamais celui de quelqu'un d'autre. Si je trouvais votre téléphone, je vous appellerais et vous le retournerais moyennant des frais. Tout est juste.

EM. Avez-vous une préférence pour les marques de téléphones ?

P. Certainement. J'aime les téléphones Nokia, Sony Ericsson. Je n'aime pas autant les autres marques.

Combien de temps ? !

Lequel de nos fonctionnaires devrait se faire voler son téléphone pour qu'il y ait des initiatives législatives visant à lutter contre ce phénomène ? Ne sait pas. Mais tout ce qui se passe aujourd'hui rappelle une transfusion active de vide à vide. Le nombre de vols de téléphones portables augmente à un rythme sans précédent sur le marché de ces téléphones. Ceux qui lancent une telle « entreprise » se sentent impunis, car il n'y a pas de réelle menace pour leur bien-être. Nous voulons vous en dire le plus possible sur ce problème, il y aura bientôt un article sur le marché des téléphones d'occasion, sur la façon dont les appareils y apparaissent. Si vous avez des informations intéressantes, vous pouvez raconter des exemples de votre vie, alors vous êtes les bienvenus sur notre forum. Merci d'avance.