Historique des cartes mémoire

Il n'existe probablement aucune autre classe d'appareils de ce type, dont toute l'histoire serait si étroitement liée à l'histoire de l'industrie mobile. Les appareils mobiles et les cartes mémoire sont apparus presque simultanément et depuis lors, ils se sont développés main dans la main, stimulant continuellement le développement les uns des autres. Ils sont tellement imbriqués qu'en suivant l'évolution des cartes mémoire, on peut jeter un regard neuf sur chaque époque de l'histoire du mobile... c'est ce que nous allons essayer de faire.

Partie 1. L'ère des ordinateurs portables

L'histoire des cartes mémoire a commencé vers 1989. Dans l'ensemble, l'histoire du développement intensif des appareils mobiles a commencé en même temps.

Ce fut une période difficile pour l'industrie mobile. "Lourd" au sens littéral - le poids des appareils mobiles a été mesuré en kilogrammes. Naturellement, à cette époque, les appareils mobiles étaient principalement compris comme des "ordinateurs mobiles", en d'autres termes, des ordinateurs portables.

Les utilisateurs qui commençaient tout juste à s'habituer au concept de "mobile" ont été confrontés aux tout premiers problèmes d'une vie numérique mobile. Curieusement, le premier de ces problèmes était la difficulté de modifier un ordinateur portable >.

Les gens ont payé très cher l'opportunité de transporter un monstre lourd avec un écran indiscernable, un clavier inconfortable et un 386e processeur dans un sac. Naturellement, pour leur argent, ils voulaient au moins un confort minimal. Ils n'aimaient pas fouiller dans l'ordinateur portable avec un tournevis ou le traîner chez les spécialistes pour cela chaque fois qu'ils avaient besoin d'ajouter quelque chose à sa configuration.

Requis d'ajouter fréquemment. Il n'y avait pas assez de périphériques et il n'y avait pas de clé USB à l'époque. Encore plus souvent, il n'y avait pas assez d'espace sur le disque dur. À cette époque, les volumes des disques durs étaient calculés en mégaoctets ou, dans les cas extrêmes, en dizaines de mégaoctets. Pas étonnant que tant de gens l'aient raté. Chaque fabricant d'ordinateurs portables a résolu ce problème à sa manière, il n'y avait pas de normes, mais, en théorie, la plupart des solutions se résumaient à l'utilisation de modules externes avec des disques durs ou de la mémoire flash. Bien sûr, ils ne conviennent tous qu'aux ordinateurs portables du fabricant respectif, ce qui a beaucoup agacé les utilisateurs. Ça ne pouvait pas durer longtemps comme ça.

Le moment de la fin de ce gâchis et du début de l'ère des normes de cartes flash est considéré comme la fondation en 1989 d'une organisation au nom imprononçable PCMCIA (Personal Computer Memory Card International Association). Cette association a réuni plus d'une centaine d'entreprises pour créer une norme internationale pour les cartes d'extension, et elle a réussi. À cette époque, le seul concurrent de PCMCIA était le JEIDA purement japonais, mais la guerre des normes n'a pas fonctionné. Déjà en 1991, ces organisations ont publié de nouvelles versions de leurs normes, JEIDA 4.1 et PCMCIA 2.0, qui étaient complètement identiques et représentaient en fait une seule norme, appelée PC-Card.

La norme était basée sur une nouvelle architecture, plutôt originalement nommée PCMCIA (cette fois, il signifiait "Peripheral Component MicroChannel Interconnect Architecture"). Il prévoyait le branchement "à chaud" des cartes d'extension, c'est-à-dire que pour brancher une carte, il n'était pas nécessaire d'éteindre l'ordinateur. Sous cette architecture, les cartes ont été produites dans trois facteurs de forme différents : Type I, Type II et Type III. Les trois facteurs de forme avaient la même longueur et la même largeur (85,6 x 54,0 mm), mais une épaisseur différente et un nombre de contacts différent.

Au départ, les cartes mémoire flash étaient conçues pour le facteur de forme de type I, qui comportait une seule rangée de contacts et une épaisseur de 3,3 mm. Les cartes de type I pouvaient être insérées à la fois dans l'emplacement de type I correspondant et dans d'autres emplacements de facteur de forme, mais l'emplacement de type I ne permettait pas l'utilisation de cartes de type II et de type III, de sorte que les ordinateurs portables n'étaient presque pas équipés d'emplacements de type I.

En dehors des ordinateurs portables, le facteur de forme de type I n'avait aucun avantage sur le type II plus épais (5,0 mm). Les cartes des deux facteurs de forme tiennent parfaitement dans une poche, et il n'y avait aucune valeur d'image de minceur à cette époque. Mais le type II avait deux rangées de broches et pouvait prendre en charge des interfaces 32 bits, en plus des interfaces 16 bits, comme le type I. En conséquence, le facteur de forme de type I a reçu très peu de distribution.

PCMCIA prévoyait le type II pour les périphériques d'E/S tels que les modems et les cartes réseau, mais rien dans la norme n'empêchait l'utilisation de ce facteur de forme pour les cartes flash. La plus grande taille de la carte a rendu possible une plus grande quantité de mémoire flash, ce qui était très important, car la première carte PC de type I, la quantité la plus courante n'était que d'un mégaoctet. Théoriquement, une interface 32 bits était censée offrir un avantage en termes de vitesse de lecture/écriture, mais il a fallu des années avant que cela ne commence à avoir de l'importance. Pendant plusieurs années, les facteurs déterminants dans le choix d'un standard étaient la taille de la carte et la prévalence des emplacements correspondants.

Bien sûr, les concepteurs de cartes flash auraient porté leur attention sur le facteur de forme de type III avec son épaisseur de 10,5 mm, mais à cette époque, la mémoire flash était trop difficile à concurrencer avec les disques durs. La différence de prix a absorbé tous les avantages de la fiabilité de la mémoire flash et de sa faible consommation d'énergie. Ainsi, le type III est resté le facteur de forme pour les disques durs amovibles, comme initialement prévu dans PCMCIA. Il y avait des exceptions, mais elles étaient rares et éloignées des périphériques d'E/S.

Un slot pour une PC-Card Type III avait un design très original. En même temps, il s'agissait d'une paire d'emplacements de type II, situés à proximité l'un de l'autre, même sans partition. Les cartes de type III pouvaient utiliser les quatre rangées de broches, bien qu'en pratique, elles se contentaient souvent de deux. Cette conception s'est avérée si pratique qu'elle est devenue pendant longtemps la solution standard pour presque tous les ordinateurs portables. Il a existé pendant de nombreuses années, jusqu'à ce que les lecteurs PCMCIA amovibles soient remplacés par des solutions plus modernes.

Emplacements de carte PC de type II et de type III

La plupart des ordinateurs portables disposent désormais d'un emplacement de type II, et c'est suffisant. Apparemment, les ordinateurs portables avec des emplacements PC-Card Type II seront vendus jusqu'à ce que le bus PCI soit remplacé par le nouveau PCI-Express, qui correspond à la nouvelle norme de carte d'extension - ExpressCard, qui a ses propres facteurs de forme qui ne sont pas compatibles avec PC- Carte et interfaces.

Facteurs de forme PC-Card et ExpressCard

ExpressCard contre. CardBus

En parlant de facteurs de forme PC-Card, on ne peut manquer de mentionner la tentative de Toshiba de créer un autre facteur de forme - Type IV. Son épaisseur était de 16,0 mm. Le facteur de forme n'a pas réussi et n'était demandé par personne d'autre que Toshiba. Dans les ordinateurs portables d'autres sociétés, il n'y avait pas de place pour un autre emplacement, qui, de plus, avait une telle taille «non mobile». Le type IV s'est rapidement éteint, ne laissant derrière lui que le nom.

En 1995, une nouvelle norme est apparue, PCMCIA 2.1, basée sur le bus CardBus. En fait, il s'agissait d'un bus PCI 32 bits avec une fréquence de 33 MHz, mais adapté au facteur de forme PC-Card. CardBus permettait à une paire d'appareils de communiquer directement sans solliciter le processeur, ce qui était un sérieux avantage pour ces années. Les nouvelles cartes n'étaient pas compatibles avec les slots 16 bits, mais cela n'a posé aucun problème particulier. Assez rapidement, les cartes 16 bits et les emplacements 16 bits sont tombés en désuétude. Les cartes CardBus Type II ont conservé leur pertinence à ce jour et ont de bonnes caractéristiques, par exemple, une capacité de mémoire de 16 Go et une vitesse de lecture de 133X (20 Mo/s) ne surprennent plus personne désormais. Certes, ces cartes ne sont pas devenues plus petites.

À l'origine de l'industrie des cartes mémoire de masse, les PC-Cards ont également lancé plusieurs tendances majeures qui existent encore dans cette industrie aujourd'hui. Ainsi, dans le domaine des supports de stockage amovibles, la concurrence entre la mémoire flash et les disques durs ne s'arrête pas aujourd'hui. Toutes ces années, du côté de ces derniers, le seul plus est le moindre coût d'une unité de mémoire. Le reste des pros en 1991 étaient du côté de la mémoire flash, qui n'a pas de pièces mobiles. La mémoire flash est nettement moins sensible aux chocs et aux vibrations, peut fonctionner sur une plage de températures et d'humidité plus large et consomme beaucoup moins d'énergie que les disques durs. Déjà sur l'exemple de la PC-Card, il était clair que le flash est préférable, et ce n'est qu'une question de prix. Depuis lors, les développeurs de mémoire flash n'ont cessé de travailler pour la rendre moins chère, mais cela ne les a pas menés à la victoire finale, car les développeurs de disques durs travaillent également en vain. Cette lutte est toujours en cours et se poursuivra probablement pendant un certain temps. Il est fort possible que le vainqueur de cette confrontation ne soit pas déterminé, car ses participants se disperseront dans différentes "catégories de poids": les cartes flash commenceront incontestablement à mener en taille miniature et les disques durs - en vitesse.

De plus, en même temps que la PC-Card, il y avait une tendance à implémenter des cartes mémoire et des périphériques d'E/S amovibles au même format. Cette approche eut des conséquences assez particulières. Plusieurs normes de cartes mémoire qui ne répondent pas aux exigences modernes de miniaturisation sont restées assez courantes, car beaucoup de choses ont été implémentées dans les mêmes facteurs de forme, à l'exception de la mémoire. Les périphériques d'E / S ne peuvent pas être insérés dans des cartes mémoire miniatures. Même si cela fonctionne techniquement, il ne sera pas pratique d'utiliser de tels appareils. Ainsi, les anciennes normes continuent de vivre. De nombreux appareils mobiles sont équipés d'emplacements correspondants. En particulier, pour cette raison, les cartes PC elles-mêmes ne sont pas encore éteintes. Certains types d'emplacements ont même une chance de devenir des connecteurs standard pour connecter des périphériques à des appareils mobiles.

En conclusion, il convient de noter une autre tendance, dont le premier exemple était la PC-Card. Il s'agit de la pratique consistant à utiliser des cartes plus petites dans des emplacements pour cartes plus grands. Le premier exemple était trois facteurs de forme PC-Card, mais les choses ne se sont pas arrêtées là. Au début des années 90, l'idée était évidente que même une carte avec une longueur et une largeur plus petites peut être connectée via un slot PC-Card à l'aide d'un adaptateur spécial, et avec la même interface, un simple adaptateur. Ainsi, il existe aujourd'hui des adaptateurs PC-Card pour toutes les normes courantes de cartes mémoire.

Adaptateur PC-Card pour cartes CompactFlash

En tant que mémoire supplémentaire pour les ordinateurs portables, les cartes nécessitant un adaptateur spécial n'avaient que peu d'intérêt, car elles étaient plus compliquées et la compacité avait un effet très notable sur le prix. Cependant, une nouvelle application a été trouvée pour ces cartes - le transfert de données. Les réseaux étaient peu développés, les disquettes fatiguaient par leur manque de fiabilité, et toutes les poches ne tenaient pas. Il y avait un besoin de "disquettes non mécaniques" compactes, en réponse à quoi plusieurs nouvelles normes de cartes mémoire sont apparues. En fait, un nouveau domaine est apparu dans le monde numérique qui mérite une attention particulière.

Historique des cartes mémoire

Il n'existe probablement aucune autre classe d'appareils de ce type, dont toute l'histoire serait si étroitement liée à l'histoire de l'industrie mobile. Les appareils mobiles et les cartes mémoire sont apparus presque simultanément et depuis lors, ils se sont développés main dans la main, stimulant continuellement le développement les uns des autres. Ils sont tellement imbriqués qu'en suivant l'évolution des cartes mémoire, on peut jeter un regard neuf sur chaque époque de l'histoire mobile... c'est ce que nous allons essayer de faire.

Partie 1. L'ère des ordinateurs portables

L'histoire des cartes mémoire a commencé vers 1989. Dans l'ensemble, l'histoire du développement intensif des appareils mobiles a commencé en même temps.

C'était une période difficile pour l'industrie mobile. "Lourd" au sens littéral - le poids des appareils mobiles a été mesuré en kilogrammes. Naturellement, à cette époque, les appareils mobiles étaient principalement compris comme des "ordinateurs mobiles", en d'autres termes, des ordinateurs portables.

Les utilisateurs qui commençaient tout juste à s'habituer au concept de "mobile" ont été confrontés aux tout premiers problèmes d'une vie numérique mobile. Curieusement, le premier de ces problèmes était la difficulté de modifier un ordinateur portable >.

Les gens ont payé très cher l'opportunité de transporter un monstre lourd avec un écran indiscernable, un clavier inconfortable et un 386e processeur dans un sac. Naturellement, pour leur argent, ils voulaient au moins un confort minimal. Ils n'aimaient pas fouiller dans l'ordinateur portable avec un tournevis ou le traîner chez les spécialistes pour cela chaque fois qu'ils avaient besoin d'ajouter quelque chose à sa configuration.

Requis d'ajouter fréquemment. Il n'y avait pas assez de périphériques et il n'y avait pas de clé USB à l'époque. Encore plus souvent, il n'y avait pas assez d'espace sur le disque dur. À cette époque, les volumes des disques durs étaient calculés en mégaoctets ou, dans les cas extrêmes, en dizaines de mégaoctets. Pas étonnant que tant de gens l'aient raté. Chaque fabricant d'ordinateurs portables a résolu ce problème à sa manière, il n'y avait pas de normes, mais, en théorie, la plupart des solutions se résumaient à l'utilisation de modules externes avec des disques durs ou de la mémoire flash. Bien sûr, ils ne conviennent tous qu'aux ordinateurs portables du fabricant respectif, ce qui a beaucoup agacé les utilisateurs. Ça ne pouvait pas durer longtemps comme ça.

Le moment de la fin de ce gâchis et du début de l'ère des normes de cartes flash est considéré comme la fondation en 1989 d'une organisation au nom imprononçable PCMCIA (Personal Computer Memory Card International Association). Cette association a réuni plus d'une centaine d'entreprises pour créer une norme internationale pour les cartes d'extension, et elle a réussi. À cette époque, le seul concurrent de PCMCIA était le JEIDA purement japonais, mais la guerre des normes n'a pas fonctionné. Déjà en 1991, ces organisations ont publié de nouvelles versions de leurs normes, JEIDA 4.1 et PCMCIA 2.0, qui étaient complètement identiques et représentaient en fait une seule norme, appelée PC-Card.

La norme était basée sur une nouvelle architecture, plutôt originalement nommée PCMCIA (cette fois, il signifiait "Peripheral Component MicroChannel Interconnect Architecture"). Il prévoyait le branchement "à chaud" des cartes d'extension, c'est-à-dire que pour brancher une carte, il n'était pas nécessaire d'éteindre l'ordinateur. Sous cette architecture, les cartes ont été produites dans trois facteurs de forme différents : Type I, Type II et Type III. Les trois facteurs de forme avaient la même longueur et la même largeur (85,6 x 54,0 mm), mais une épaisseur différente et un nombre de contacts différent.

Au départ, les cartes mémoire flash étaient conçues pour le facteur de forme de type I, qui comportait une seule rangée de contacts et une épaisseur de 3,3 mm. Les cartes de type I pouvaient être insérées à la fois dans l'emplacement de type I correspondant et dans d'autres emplacements de facteur de forme, mais l'emplacement de type I ne permettait pas l'utilisation de cartes de type II et de type III, de sorte que les ordinateurs portables n'étaient presque pas équipés d'emplacements de type I.

En dehors des ordinateurs portables, le facteur de forme de type I n'avait aucun avantage sur le type II plus épais (5,0 mm). Les cartes des deux facteurs de forme tiennent parfaitement dans une poche, et il n'y avait aucune valeur d'image de minceur à cette époque. Mais le type II avait deux rangées de broches et pouvait prendre en charge des interfaces 32 bits, en plus des interfaces 16 bits, comme le type I. En conséquence, le facteur de forme de type I a reçu très peu de distribution.

PCMCIA prévoyait le type II pour les périphériques d'E/S tels que les modems et les cartes réseau, mais rien dans la norme n'empêchait l'utilisation de ce facteur de forme pour les cartes flash. La plus grande taille de la carte a rendu possible une plus grande quantité de mémoire flash, ce qui était très important, car la première carte PC de type I, la quantité la plus courante n'était que d'un mégaoctet. Théoriquement, une interface 32 bits était censée offrir un avantage en termes de vitesse de lecture/écriture, mais il a fallu des années avant que cela ne commence à avoir de l'importance. Pendant plusieurs années, les facteurs déterminants dans le choix d'un standard étaient la taille de la carte et la prévalence des emplacements correspondants.

Bien sûr, les concepteurs de cartes flash auraient porté leur attention sur le facteur de forme de type III avec son épaisseur de 10,5 mm, mais à cette époque, la mémoire flash était trop difficile à concurrencer avec les disques durs. La différence de prix a absorbé tous les avantages de la fiabilité de la mémoire flash et de sa faible consommation d'énergie. Ainsi, le type III est resté le facteur de forme pour les disques durs amovibles, comme initialement prévu dans PCMCIA. Il y avait des exceptions, mais elles étaient rares et éloignées des périphériques d'E/S.

Un slot pour une PC-Card Type III avait un design très original. En même temps, il s'agissait d'une paire d'emplacements de type II, situés à proximité l'un de l'autre, même sans partition. Les cartes de type III pouvaient utiliser les quatre rangées de broches, bien qu'en pratique, elles se contentaient souvent de deux. Cette conception s'est avérée si pratique qu'elle est devenue pendant longtemps la solution standard pour presque tous les ordinateurs portables. Il a existé pendant de nombreuses années, jusqu'à ce que les lecteurs PCMCIA amovibles soient remplacés par des solutions plus modernes.

Emplacements de carte PC de type II et de type III

La plupart des ordinateurs portables disposent désormais d'un emplacement de type II, et c'est suffisant. Apparemment, les ordinateurs portables avec des emplacements PC-Card Type II seront vendus jusqu'à ce que le bus PCI soit remplacé par le nouveau PCI-Express, qui correspond à la nouvelle norme de carte d'extension - ExpressCard, qui a ses propres facteurs de forme qui ne sont pas compatibles avec PC- Carte et interfaces.

Facteurs de forme PC-Card et ExpressCard

ExpressCard contre. CardBus

En parlant de facteurs de forme PC-Card, on ne peut manquer de mentionner la tentative de Toshiba de créer un autre facteur de forme - Type IV. Son épaisseur était de 16,0 mm. Le facteur de forme n'a pas réussi et n'était demandé par personne d'autre que Toshiba. Dans les ordinateurs portables d'autres sociétés, il n'y avait pas de place pour un autre emplacement, qui, de plus, avait une telle taille «non mobile». Le type IV s'est rapidement éteint, ne laissant derrière lui que le nom.

En 1995, une nouvelle norme est apparue, PCMCIA 2.1, basée sur le bus CardBus. En fait, il s'agissait d'un bus PCI 32 bits avec une fréquence de 33 MHz, mais adapté au facteur de forme PC-Card. CardBus permettait à une paire d'appareils de communiquer directement sans solliciter le processeur, ce qui était un sérieux avantage pour ces années. Les nouvelles cartes n'étaient pas compatibles avec les slots 16 bits, mais cela n'a posé aucun problème particulier. Assez rapidement, les cartes 16 bits et les emplacements 16 bits sont tombés en désuétude. Les cartes CardBus Type II ont conservé leur pertinence à ce jour et ont de bonnes caractéristiques, par exemple, une capacité de mémoire de 16 Go et une vitesse de lecture de 133X (20 Mo/s) ne surprennent plus personne désormais. Certes, ces cartes ne sont pas devenues plus petites.

À l'origine de l'industrie des cartes mémoire de masse, les PC-Cards ont également lancé plusieurs tendances majeures qui existent encore dans cette industrie aujourd'hui. Ainsi, dans le domaine des supports de stockage amovibles, la concurrence entre la mémoire flash et les disques durs ne s'arrête pas aujourd'hui. Toutes ces années, du côté de ces derniers, le seul plus est le moindre coût d'une unité de mémoire. Le reste des pros en 1991 étaient du côté de la mémoire flash, qui n'a pas de pièces mobiles. La mémoire flash est nettement moins sensible aux chocs et aux vibrations, peut fonctionner sur une plage de températures et d'humidité plus large et consomme beaucoup moins d'énergie que les disques durs. Déjà sur l'exemple de la PC-Card, il était clair que le flash est préférable, et ce n'est qu'une question de prix. Depuis lors, les développeurs de mémoire flash n'ont cessé de travailler pour la rendre moins chère, mais cela ne les a pas menés à la victoire finale, car les développeurs de disques durs travaillent également en vain. Cette lutte est toujours en cours et se poursuivra probablement pendant un certain temps. Il est fort possible que le vainqueur de cette confrontation ne soit pas déterminé, car ses participants se disperseront dans différentes "catégories de poids": les cartes flash commenceront incontestablement à mener en taille miniature et les disques durs - en vitesse.

De plus, en même temps que la PC-Card, il y avait une tendance à implémenter des cartes mémoire et des périphériques d'E/S amovibles au même format. Cette approche eut des conséquences assez particulières. Plusieurs normes de cartes mémoire qui ne répondent pas aux exigences modernes de miniaturisation sont restées assez courantes, car beaucoup de choses ont été implémentées dans les mêmes facteurs de forme, à l'exception de la mémoire. Les périphériques d'E / S ne peuvent pas être insérés dans des cartes mémoire miniatures. Même si cela fonctionne techniquement, il ne sera pas pratique d'utiliser de tels appareils. Ainsi, les anciennes normes continuent de vivre. De nombreux appareils mobiles sont équipés d'emplacements correspondants. En particulier, pour cette raison, les cartes PC elles-mêmes ne sont pas encore éteintes. Certains types d'emplacements ont même une chance de devenir des connecteurs standard pour connecter des périphériques à des appareils mobiles.

En conclusion, il convient de noter une autre tendance, dont le premier exemple était la PC-Card. Il s'agit de la pratique consistant à utiliser des cartes plus petites dans des emplacements pour cartes plus grands. Le premier exemple était trois facteurs de forme PC-Card, mais les choses ne se sont pas arrêtées là. Au début des années 90, l'idée était évidente que même une carte avec une longueur et une largeur plus petites peut être connectée via un slot PC-Card à l'aide d'un adaptateur spécial, et avec la même interface, un simple adaptateur. Ainsi, il existe aujourd'hui des adaptateurs PC-Card pour toutes les normes courantes de cartes mémoire.

Adaptateur PC-Card pour cartes CompactFlash

En tant que mémoire supplémentaire pour les ordinateurs portables, les cartes nécessitant un adaptateur spécial n'avaient que peu d'intérêt, car elles étaient plus compliquées et la compacité avait un effet très notable sur le prix. Cependant, une nouvelle application a été trouvée pour ces cartes - le transfert de données. Les réseaux étaient peu développés, les disquettes fatiguaient par leur manque de fiabilité, et toutes les poches ne tenaient pas. Il y avait un besoin de "disquettes non mécaniques" compactes, en réponse à quoi plusieurs nouvelles normes de cartes mémoire sont apparues. En fait, un nouveau domaine est apparu dans le monde numérique qui mérite une attention particulière.

Historique des cartes mémoire

Il n'existe probablement aucune autre classe d'appareils de ce type, dont toute l'histoire serait si étroitement liée à l'histoire de l'industrie mobile. Les appareils mobiles et les cartes mémoire sont apparus presque simultanément et depuis lors, ils se sont développés main dans la main, stimulant continuellement le développement les uns des autres. Ils sont tellement imbriqués qu'en suivant l'évolution des cartes mémoire, on peut jeter un regard neuf sur chaque époque de l'histoire mobile... c'est ce que nous allons essayer de faire.

Partie 1. L'ère des ordinateurs portables

L'histoire des cartes mémoire a commencé vers 1989. Dans l'ensemble, l'histoire du développement intensif des appareils mobiles a commencé en même temps.

C'était une période difficile pour l'industrie mobile. "Lourd" au sens littéral - le poids des appareils mobiles a été mesuré en kilogrammes. Naturellement, à cette époque, les appareils mobiles étaient principalement compris comme des "ordinateurs mobiles", en d'autres termes, des ordinateurs portables.

Les utilisateurs qui commençaient tout juste à s'habituer au concept de "mobile" ont été confrontés aux tout premiers problèmes d'une vie numérique mobile. Curieusement, le premier de ces problèmes était la difficulté de modifier un ordinateur portable >.

Les gens ont payé très cher l'opportunité de transporter un monstre lourd avec un écran indiscernable, un clavier inconfortable et un 386e processeur dans un sac. Naturellement, pour leur argent, ils voulaient au moins un confort minimal. Ils n'aimaient pas fouiller dans l'ordinateur portable avec un tournevis ou le traîner chez les spécialistes pour cela chaque fois qu'ils avaient besoin d'ajouter quelque chose à sa configuration.

Requis d'ajouter fréquemment. Il n'y avait pas assez de périphériques et il n'y avait pas de clé USB à l'époque. Encore plus souvent, il n'y avait pas assez d'espace sur le disque dur. À cette époque, les volumes des disques durs étaient calculés en mégaoctets ou, dans les cas extrêmes, en dizaines de mégaoctets. Pas étonnant que tant de gens l'aient raté. Chaque fabricant d'ordinateurs portables a résolu ce problème à sa manière, il n'y avait pas de normes, mais, en théorie, la plupart des solutions se résumaient à l'utilisation de modules externes avec des disques durs ou de la mémoire flash. Bien sûr, ils ne conviennent tous qu'aux ordinateurs portables du fabricant respectif, ce qui a beaucoup agacé les utilisateurs. Ça ne pouvait pas durer longtemps comme ça.

Le moment de la fin de ce gâchis et du début de l'ère des normes de cartes flash est considéré comme la fondation en 1989 d'une organisation au nom imprononçable PCMCIA (Personal Computer Memory Card International Association). Cette association a réuni plus d'une centaine d'entreprises pour créer une norme internationale pour les cartes d'extension, et elle a réussi. À cette époque, le seul concurrent de PCMCIA était le JEIDA purement japonais, mais la guerre des normes n'a pas fonctionné. Déjà en 1991, ces organisations ont publié de nouvelles versions de leurs normes, JEIDA 4.1 et PCMCIA 2.0, qui étaient complètement identiques et représentaient en fait une seule norme, appelée PC-Card.

La norme était basée sur une nouvelle architecture, plutôt originalement nommée PCMCIA (cette fois, il signifiait "Peripheral Component MicroChannel Interconnect Architecture"). Il prévoyait le branchement "à chaud" des cartes d'extension, c'est-à-dire que pour brancher une carte, il n'était pas nécessaire d'éteindre l'ordinateur. Sous cette architecture, les cartes ont été produites dans trois facteurs de forme différents : Type I, Type II et Type III. Les trois facteurs de forme avaient la même longueur et la même largeur (85,6 x 54,0 mm), mais une épaisseur différente et un nombre de contacts différent.

Au départ, les cartes mémoire flash étaient conçues pour le facteur de forme de type I, qui comportait une seule rangée de contacts et une épaisseur de 3,3 mm. Les cartes de type I pouvaient être insérées à la fois dans l'emplacement de type I correspondant et dans d'autres emplacements de facteur de forme, mais l'emplacement de type I ne permettait pas l'utilisation de cartes de type II et de type III, de sorte que les ordinateurs portables n'étaient presque pas équipés d'emplacements de type I.

En dehors des ordinateurs portables, le facteur de forme de type I n'avait aucun avantage sur le type II plus épais (5,0 mm). Les cartes des deux facteurs de forme tiennent parfaitement dans une poche, et il n'y avait aucune valeur d'image de minceur à cette époque. Mais le type II avait deux rangées de broches et pouvait prendre en charge des interfaces 32 bits, en plus des interfaces 16 bits, comme le type I. En conséquence, le facteur de forme de type I a reçu très peu de distribution.

PCMCIA prévoyait le type II pour les périphériques d'E/S tels que les modems et les cartes réseau, mais rien dans la norme n'empêchait l'utilisation de ce facteur de forme pour les cartes flash. La plus grande taille de la carte a rendu possible une plus grande quantité de mémoire flash, ce qui était très important, car la première carte PC de type I, la quantité la plus courante n'était que d'un mégaoctet. Théoriquement, une interface 32 bits était censée offrir un avantage en termes de vitesse de lecture/écriture, mais il a fallu des années avant que cela ne commence à avoir de l'importance. Pendant plusieurs années, les facteurs déterminants dans le choix d'un standard étaient la taille de la carte et la prévalence des emplacements correspondants.

Bien sûr, les concepteurs de cartes flash auraient tourné leur attention vers le facteur de forme de type III avec son épaisseur de 10,5 mm, mais à cette époque, la mémoire flash était trop difficile à concurrencer avec les disques durs. La différence de prix absorbait tous les avantages de la fiabilité de la mémoire flash et de sa faible consommation d'énergie. Ainsi, le type III est resté le facteur de forme pour les disques durs amovibles, comme initialement prévu dans PCMCIA. Il y avait des exceptions, mais elles étaient rares et éloignées des périphériques d'E/S.

Un slot pour une PC-Card Type III avait un design très original. En même temps, il s'agissait d'une paire d'emplacements de type II, situés à proximité l'un de l'autre, même sans partition. Les cartes de type III pouvaient utiliser les quatre rangées de broches, bien qu'en pratique, elles se contentaient souvent de deux. Cette conception s'est avérée si pratique qu'elle est devenue pendant longtemps la solution standard pour presque tous les ordinateurs portables. Il a existé pendant de nombreuses années, jusqu'à ce que les lecteurs PCMCIA amovibles soient remplacés par des solutions plus modernes.

Emplacements de carte PC de type II et de type III

La plupart des ordinateurs portables disposent désormais d'un emplacement de type II, et c'est suffisant. Apparemment, les ordinateurs portables avec des emplacements PC-Card Type II seront vendus jusqu'à ce que le bus PCI soit remplacé par le nouveau PCI-Express, qui correspond à la nouvelle norme de carte d'extension - ExpressCard, qui a ses propres facteurs de forme qui ne sont pas compatibles avec PC- Carte et interfaces.

Facteurs de forme PC-Card et ExpressCard

ExpressCard contre. CardBus

En parlant de facteurs de forme PC-Card, on ne peut manquer de mentionner la tentative de Toshiba de créer un autre facteur de forme - Type IV. Son épaisseur était de 16,0 mm. Le facteur de forme a échoué et n'a été revendiqué par personne d'autre que Toshiba. Dans les ordinateurs portables d'autres sociétés, il n'y avait pas de place pour un autre emplacement, qui, de plus, avait une telle taille «non mobile». Le type IV s'est rapidement éteint, ne laissant derrière lui que le nom.

En 1995, une nouvelle norme est apparue, PCMCIA 2.1, basée sur le bus CardBus. En fait, il s'agissait d'un bus PCI 32 bits avec une fréquence de 33 MHz, mais adapté au facteur de forme PC-Card. CardBus permettait à une paire d'appareils de communiquer directement sans solliciter le processeur, ce qui était un sérieux avantage pour ces années. Les nouvelles cartes n'étaient pas compatibles avec les slots 16 bits, mais cela n'a posé aucun problème particulier. Assez rapidement, les cartes 16 bits et les emplacements 16 bits sont tombés en désuétude. Les cartes CardBus Type II ont conservé leur pertinence à ce jour et ont de bonnes caractéristiques, par exemple, une capacité de mémoire de 16 Go et une vitesse de lecture de 133X (20 Mo/s) ne surprennent plus personne désormais. Certes, ces cartes ne sont pas devenues plus petites.

À l'origine de l'industrie des cartes mémoire de masse, les PC-Cards ont également lancé plusieurs tendances majeures qui existent encore dans cette industrie aujourd'hui. Ainsi, dans le domaine des supports de stockage amovibles, la concurrence entre la mémoire flash et les disques durs ne s'arrête pas aujourd'hui. Toutes ces années, du côté de ces derniers, le seul plus est le moindre coût d'une unité de mémoire. Le reste des pros en 1991 étaient du côté de la mémoire flash, qui n'a pas de pièces mobiles. La mémoire flash est nettement moins sensible aux chocs et aux vibrations, peut fonctionner sur une plage de températures et d'humidité plus large et consomme beaucoup moins d'énergie que les disques durs. Déjà sur l'exemple de la PC-Card, il était clair que le flash est préférable, et ce n'est qu'une question de prix. Depuis lors, les développeurs de mémoire flash n'ont cessé de travailler pour la rendre moins chère, mais cela ne les a pas menés à la victoire finale, car les développeurs de disques durs travaillent également en vain. Cette lutte est toujours en cours et se poursuivra probablement pendant un certain temps. Il est fort possible que le vainqueur de cette confrontation ne soit pas déterminé, car ses participants se disperseront dans différentes "catégories de poids": les cartes flash commenceront incontestablement à mener en taille miniature et les disques durs - en vitesse.

De plus, en même temps que la PC-Card, il y avait une tendance à implémenter des cartes mémoire et des périphériques d'E/S amovibles au même format. Cette approche eut des conséquences assez particulières. Plusieurs normes de cartes mémoire qui ne répondent pas aux exigences modernes de miniaturisation sont restées assez courantes, car beaucoup de choses ont été implémentées dans les mêmes facteurs de forme, à l'exception de la mémoire. Les périphériques d'E / S ne peuvent pas être insérés dans des cartes mémoire miniatures. Même si cela fonctionne techniquement, il ne sera pas pratique d'utiliser de tels appareils. Ainsi, les anciennes normes continuent de vivre. De nombreux appareils mobiles sont équipés d'emplacements correspondants. En particulier, pour cette raison, les cartes PC elles-mêmes ne sont pas encore éteintes. Certains types d'emplacements ont même une chance de devenir des connecteurs standard pour connecter des périphériques à des appareils mobiles.

En conclusion, il convient de noter une autre tendance, dont le premier exemple était la PC-Card. Il s'agit de la pratique consistant à utiliser des cartes plus petites dans des emplacements pour cartes plus grands. Le premier exemple était trois facteurs de forme PC-Card, mais les choses ne se sont pas arrêtées là. Au début des années 90, l'idée était évidente que même une carte avec une longueur et une largeur plus petites peut être connectée via un slot PC-Card à l'aide d'un adaptateur spécial, et avec la même interface, un simple adaptateur. Ainsi, il existe aujourd'hui des adaptateurs PC-Card pour toutes les normes courantes de cartes mémoire.

Adaptateur PC-Card pour cartes CompactFlash

En tant que mémoire supplémentaire pour les ordinateurs portables, les cartes nécessitant un adaptateur spécial présentaient peu d'intérêt, car elles étaient plus compliquées et la compacité avait un effet très notable sur le prix. Cependant, une nouvelle application a été trouvée pour ces cartes - le transfert de données. Les réseaux étaient peu développés, les disquettes fatiguaient par leur manque de fiabilité, et toutes les poches ne tenaient pas. Il y avait un besoin de "disquettes non mécaniques" compactes, en réponse à quoi plusieurs nouvelles normes de cartes mémoire sont apparues. En fait, un nouveau domaine est apparu dans le monde numérique qui mérite une attention particulière.

Historique des cartes mémoire

Il n'existe probablement aucune autre classe d'appareils de ce type, dont toute l'histoire serait si étroitement liée à l'histoire de l'industrie mobile. Les appareils mobiles et les cartes mémoire sont apparus presque simultanément et depuis lors, ils se sont développés main dans la main, stimulant continuellement le développement les uns des autres. Ils sont tellement imbriqués qu'en suivant l'évolution des cartes mémoire, on peut jeter un regard neuf sur chaque époque de l'histoire du mobile... c'est ce que nous allons essayer de faire.

Partie 1. L'ère des ordinateurs portables

L'histoire des cartes mémoire a commencé vers 1989. Dans l'ensemble, l'histoire du développement intensif des appareils mobiles a commencé en même temps.

C'était une période difficile pour l'industrie mobile. "Lourd" au sens littéral - le poids des appareils mobiles a été mesuré en kilogrammes. Naturellement, à cette époque, les appareils mobiles étaient principalement compris comme des "ordinateurs mobiles", en d'autres termes, des ordinateurs portables.

Les utilisateurs qui commençaient tout juste à s'habituer au concept de "mobile" ont été confrontés aux tout premiers problèmes d'une vie numérique mobile. Curieusement, le premier de ces problèmes était la difficulté de modifier un ordinateur portable.

Les utilisateurs qui commençaient tout juste à s'habituer au concept de « mobile » ont été confrontés aux tout premiers problèmes d'une vie numérique mobile. Curieusement, le premier de ces problèmes était la difficulté de modifier un ordinateur portable. Voyage en ligne ሚኒባስ ታክሲ አገልግሎት .

Les gens ont payé très cher la possibilité de transporter dans un sac un monstre lourd avec un écran indiscernable, un clavier inconfortable et un 386e processeur. Naturellement, pour leur argent, ils voulaient au moins un confort minimal. Ils n'aimaient pas fouiller dans l'ordinateur portable avec un tournevis ou le faire glisser vers les experts chaque fois qu'ils avaient besoin d'ajouter quelque chose à sa configuration.

Requis d'ajouter fréquemment. Il n'y avait pas assez de périphériques et il n'y avait pas de clé USB à l'époque. Encore plus souvent, il n'y avait pas assez d'espace sur le disque dur. À cette époque, les volumes des disques durs étaient calculés en mégaoctets ou, dans les cas extrêmes, en dizaines de mégaoctets. Pas étonnant que tant de gens l'aient raté. Chaque fabricant d'ordinateurs portables a résolu ce problème à sa manière, il n'y avait pas de normes, mais, en théorie, la plupart des solutions se résumaient à l'utilisation de modules externes avec des disques durs ou de la mémoire flash. Bien sûr, ils ne conviennent tous qu'aux ordinateurs portables du fabricant respectif, ce qui a beaucoup agacé les utilisateurs. Ça ne pouvait pas durer longtemps comme ça.

Le moment de la fin de ce gâchis et du début de l'ère des normes de cartes flash est considéré comme la fondation en 1989 d'une organisation au nom imprononçable PCMCIA (Personal Computer Memory Card International Association). Cette association a réuni plus d'une centaine d'entreprises pour créer une norme internationale pour les cartes d'extension, et elle a réussi. À cette époque, le seul concurrent de PCMCIA était le JEIDA purement japonais, mais la guerre des normes n'a pas fonctionné. Déjà en 1991, ces organisations ont publié de nouvelles versions de leurs normes, JEIDA 4.1 et PCMCIA 2.0, qui étaient complètement identiques et représentaient en fait une seule norme, appelée PC-Card.

La norme était basée sur une nouvelle architecture, plutôt originalement nommée PCMCIA (cette fois, il signifiait "Peripheral Component MicroChannel Interconnect Architecture"). Il prévoyait le branchement "à chaud" des cartes d'extension, c'est-à-dire que pour brancher une carte, il n'était pas nécessaire d'éteindre l'ordinateur. Sous cette architecture, les cartes ont été produites dans trois facteurs de forme différents : Type I, Type II et Type III. Les trois facteurs de forme avaient la même longueur et la même largeur (85,6 x 54,0 mm), mais une épaisseur différente et un nombre de contacts différent.

Au départ, les cartes mémoire flash étaient conçues pour le facteur de forme de type I, qui comportait une seule rangée de contacts et une épaisseur de 3,3 mm. Les cartes de type I pouvaient être insérées à la fois dans l'emplacement de type I correspondant et dans d'autres emplacements de facteur de forme, mais l'emplacement de type I ne permettait pas l'utilisation de cartes de type II et de type III, de sorte que les ordinateurs portables n'étaient presque pas équipés d'emplacements de type I.

En dehors des ordinateurs portables, le facteur de forme de type I n'avait aucun avantage sur le type II plus épais (5,0 mm). Les cartes des deux facteurs de forme tiennent parfaitement dans une poche, et il n'y avait aucune valeur d'image de minceur à cette époque. Mais le type II avait deux rangées de broches et pouvait prendre en charge des interfaces 32 bits, en plus des interfaces 16 bits, comme le type I. En conséquence, le facteur de forme de type I a reçu très peu de distribution.

PCMCIA prévoyait le type II pour les périphériques d'E/S tels que les modems et les cartes réseau, mais rien dans la norme n'empêchait l'utilisation de ce facteur de forme pour les cartes flash. La plus grande taille de la carte a rendu possible une plus grande quantité de mémoire flash, ce qui était très important, car la première carte PC de type I, la quantité la plus courante n'était que d'un mégaoctet. Théoriquement, une interface 32 bits était censée offrir un avantage en termes de vitesse de lecture/écriture, mais il a fallu des années avant que cela ne commence à avoir de l'importance. Pendant plusieurs années, les facteurs déterminants dans le choix d'un standard étaient la taille de la carte et la prévalence des emplacements correspondants.

Bien sûr, les concepteurs de cartes flash auraient porté leur attention sur le facteur de forme de type III avec son épaisseur de 10,5 mm, mais à cette époque, la mémoire flash était trop difficile à concurrencer avec les disques durs. La différence de prix a absorbé tous les avantages de la fiabilité de la mémoire flash et de sa faible consommation d'énergie. Ainsi, le type III est resté le facteur de forme pour les disques durs amovibles, comme initialement prévu dans PCMCIA. Il y avait des exceptions, mais elles étaient rares et éloignées des périphériques d'E/S.

Un slot pour une PC-Card Type III avait un design très original. En même temps, il s'agissait d'une paire d'emplacements de type II, situés à proximité l'un de l'autre, même sans partition. Les cartes de type III pouvaient utiliser les quatre rangées de broches, bien qu'en pratique, elles se contentaient souvent de deux. Cette conception s'est avérée si pratique qu'elle est devenue pendant longtemps la solution standard pour presque tous les ordinateurs portables. Il a existé pendant de nombreuses années, jusqu'à ce que les lecteurs PCMCIA amovibles soient remplacés par des solutions plus modernes.

Emplacements de carte PC de type II et de type III

La plupart des ordinateurs portables disposent désormais d'un emplacement de type II, et c'est suffisant. Apparemment, les ordinateurs portables avec des emplacements PC-Card Type II seront vendus jusqu'à ce que le bus PCI soit remplacé par le nouveau PCI-Express, qui correspond à la nouvelle norme de carte d'extension - ExpressCard, qui a ses propres facteurs de forme qui ne sont pas compatibles avec PC- Carte et interfaces.

Facteurs de forme PC-Card et ExpressCard

ExpressCard contre. CardBus

En parlant de facteurs de forme PC-Card, on ne peut manquer de mentionner la tentative de Toshiba de créer un autre facteur de forme - Type IV. Son épaisseur était de 16,0 mm. Le facteur de forme n'a pas réussi et n'était demandé par personne d'autre que Toshiba. Dans les ordinateurs portables d'autres sociétés, il n'y avait pas de place pour un autre emplacement, qui, de plus, avait une telle taille «non mobile». Le type IV s'est rapidement éteint, ne laissant derrière lui que le nom.

En 1995, une nouvelle norme est apparue, PCMCIA 2.1, basée sur le bus CardBus. En fait, il s'agissait d'un bus PCI 32 bits avec une fréquence de 33 MHz, mais adapté au facteur de forme PC-Card. CardBus permettait à une paire d'appareils de communiquer directement sans solliciter le processeur, ce qui était un sérieux avantage pour ces années. Les nouvelles cartes n'étaient pas compatibles avec les slots 16 bits, mais cela n'a posé aucun problème particulier. Assez rapidement, les cartes 16 bits et les emplacements 16 bits sont tombés en désuétude. Les cartes CardBus Type II ont conservé leur pertinence à ce jour et ont de bonnes caractéristiques, par exemple, une capacité de mémoire de 16 Go et une vitesse de lecture de 133X (20 Mo/s) ne surprennent plus personne désormais. Certes, ces cartes ne sont pas devenues plus petites.

À l'origine de l'industrie des cartes mémoire de masse, les PC-Cards ont également lancé plusieurs tendances majeures qui existent encore dans cette industrie aujourd'hui. Ainsi, dans le domaine des supports de stockage amovibles, la concurrence entre la mémoire flash et les disques durs ne s'arrête pas aujourd'hui. Toutes ces années, du côté de ces derniers, le seul plus est le moindre coût d'une unité de mémoire. Le reste des pros en 1991 étaient du côté de la mémoire flash, qui n'a pas de pièces mobiles. La mémoire flash est nettement moins sensible aux chocs et aux vibrations, peut fonctionner sur une plage de températures et d'humidité plus large et consomme beaucoup moins d'énergie que les disques durs. Déjà sur l'exemple de la PC-Card, il était clair que le flash est préférable, et ce n'est qu'une question de prix. Depuis lors, les développeurs de mémoire flash n'ont cessé de travailler pour la rendre moins chère, mais cela ne les a pas menés à la victoire finale, car les développeurs de disques durs travaillent également en vain. Cette lutte est toujours en cours et se poursuivra probablement pendant un certain temps. Il est fort possible que le vainqueur de cette confrontation ne soit pas déterminé, car ses participants se disperseront dans différentes "catégories de poids": les cartes flash commenceront incontestablement à mener en taille miniature et les disques durs - en vitesse.

De plus, en même temps que la PC-Card, il y avait une tendance à implémenter des cartes mémoire et des périphériques d'E/S amovibles au même format. Cette approche eut des conséquences assez particulières. Plusieurs normes de cartes mémoire qui ne répondent pas aux exigences modernes de miniaturisation sont restées assez courantes, car beaucoup de choses ont été implémentées dans les mêmes facteurs de forme, à l'exception de la mémoire. Les périphériques d'E / S ne peuvent pas être insérés dans des cartes mémoire miniatures. Même si cela fonctionne techniquement, il ne sera pas pratique d'utiliser de tels appareils. Ainsi, les anciennes normes continuent de vivre. De nombreux appareils mobiles sont équipés d'emplacements correspondants. En particulier, pour cette raison, les cartes PC elles-mêmes ne sont pas encore éteintes. Certains types d'emplacements ont même une chance de devenir des connecteurs standard pour connecter des périphériques à des appareils mobiles.

En conclusion, il convient de noter une autre tendance, dont le premier exemple était la PC-Card. Il s'agit de la pratique consistant à utiliser des cartes plus petites dans des emplacements pour cartes plus grands. Le premier exemple était trois facteurs de forme PC-Card, mais les choses ne se sont pas arrêtées là. Au début des années 90, l'idée était évidente que même une carte avec une longueur et une largeur plus petites peut être connectée via un slot PC-Card à l'aide d'un adaptateur spécial, et avec la même interface, un simple adaptateur. Ainsi, il existe aujourd'hui des adaptateurs PC-Card pour toutes les normes courantes de cartes mémoire.

Adaptateur PC-Card pour cartes CompactFlash

En tant que mémoire supplémentaire pour les ordinateurs portables, les cartes nécessitant un adaptateur spécial n'avaient que peu d'intérêt, car elles étaient plus compliquées et la compacité avait un effet très notable sur le prix. Cependant, une nouvelle application a été trouvée pour ces cartes - le transfert de données. Les réseaux étaient peu développés, les disquettes fatiguaient par leur manque de fiabilité, et toutes les poches ne tenaient pas. Il y avait un besoin de "disquettes non mécaniques" compactes, en réponse à quoi plusieurs nouvelles normes de cartes mémoire sont apparues. En fait, un nouveau domaine est apparu dans le monde numérique qui mérite une attention particulière.