Virus mobiles : pas encore un problème mondial, mais loin d'être un mythe

Un autre bulletin d'activité virale pour les six derniers mois est apparu sur le site Web de Kaspersky Lab http://www.viruslist.com. Le document est intéressant en soi et vaut la peine d'être lu dans son intégralité, mais nous nous intéressons plus à la partie virus mobile.

Il y a exactement deux ans et demi, votre obéissant serviteur a tourmenté Evgeny Kaspersky pendant une quinzaine de minutes avec des questions sur les perspectives d'apparition et de propagation d'une "infection" spécifique aux téléphones portables. Si nous nettoyons les résultats de la conversation des enveloppes de politesse et des phrases générales, le résumé pourrait être formulé comme suit : "Vous, journalistes, donnez simplement des sensations. Il n'y a pas de virus pour les téléphones portables et il est peu probable qu'ils apparaissent." Citation de notre matériel de fin 2003 :

"Les téléphones portables ordinaires n'ont jamais été menacés par des logiciels malveillants et il est peu probable qu'ils le soient à l'avenir. Java est un environnement bien protégé, totalement peu prometteur du point de vue des créateurs de virus. Les défauts mineurs sont rapidement corrigés et il n'y a aucune raison de s'inquiéter. Ce que l'on appelle à tort des "virus téléphoniques", ce sont en fait les conséquences d'un traitement incorrect de certaines commandes. En effet, on peut rappeler le fameux "tueur de Siemens", dont plus d'une dizaine d'utilisateurs de combinés de la 35e série a souffert : en essayant d'ouvrir un message SMS avec un mot astucieusement conçu, le téléphone s'est bloqué désespérément (je connais le mot, mais je ne le dirai pas !).La seule chose qui m'a sauvé a été d'échanger la carte SIM dans n'importe quel autre appareil, ce qui vous permet d'effacer le message sans l'ouvrir. Avec les smartphones, la situation est ambiguë. La diffusion à grande échelle de codes malveillants nécessite la grande popularité d'un certain système d'exploitation de smartphone et, en même temps, la présence de failles dans sa protection ; selon Eugene, les grandes entreprises (fabricants de smartphones professionnels) connaissent trop bien ces problèmes et ne marchent probablement pas sur un râteau. Jusqu'à présent, il est beaucoup plus dangereux de télécharger un fichier infecté sur un smartphone, qui peut ensuite être transféré sur un ordinateur de travail, en contournant les moniteurs antivirus et les pare-feu. Cependant, à l'avenir, une infection adaptée aux smartphones pourrait bien apparaître - pourquoi pas ? Lorsqu'une maladie apparaît, un remède apparaît.

Au cours des dernières années, la situation concernant les virus pour les téléphones mobiles a radicalement changé et nous avons aujourd'hui un ensemble presque complet d'animaux divers. Pour citer les auteurs du rapport : « Au début de 2006, les créateurs de virus "mobiles" sont devenus plus actifs, lançant un certain nombre de programmes malveillants qualitativement nouveaux pour les téléphones mobiles. Leurs développements se distinguaient par une variété de plates-formes cibles et de directions d'expansion dans le domaine des technologies mobiles ». Au deuxième trimestre de cette année, la quantité a commencé à se transformer en qualité: il n'y avait presque pas d'échantillons fondamentalement nouveaux, mais ceux existants ont été affinés et améliorés. Le graphique ci-dessous montre la dynamique de croissance du nombre de variantes connues de virus mobiles.

Je ne veux effrayer personne, mais les virus et les chevaux de Troie pour téléphones portables sont une véritable menace pour la "santé" des combinés et/ou l'état du compte personnel auprès de votre opérateur préféré. Quelques exemples tirés du rapport :

  • Les chevaux de Troie Cardtrap installent divers chevaux de Troie pour les systèmes Win32 sur la carte mémoire du téléphone.
  • Le ver Comwar, qui se propage sous forme de MMS, est devenu le code malveillant le plus répandu dans le trafic MMS.
  • En avril, le premier espion complet a été découvert, que ses créateurs ont vendu sur leur site Web pour 50 USD : Flexispy prend le contrôle total d'un smartphone et envoie des informations sur les appels passés et les SMS envoyés à un attaquant.
  • Le virus Cxover peut être considéré comme le premier malware mobile multiplateforme. Lorsqu'il démarre, il vérifie de quel type de système d'exploitation il s'agit et, exécuté sur un ordinateur personnel, recherche les appareils mobiles disponibles via ActiveSync. Le virus se copie ensuite via ActiveSync sur l'appareil trouvé. Une fois dans le téléphone (ou le PDA), le virus essaie alors de faire la procédure inverse - de se copier sur un ordinateur personnel. De plus, il peut supprimer des fichiers utilisateur sur l'appareil mobile.
  • L'infection par des logiciels malveillants de pratiquement tous les téléphones portables existants, ce qui semblait impossible jusqu'à récemment, s'est avérée être une réalité. Un tel cheval de Troie opère apparemment dans la « nature » depuis un certain temps, et il y en a même eu des victimes. Le cheval de Troie s'appelait Trojan-SMS.J2ME.RedBrowser.
  • Worm.SymbOS.StealWar - Espion Pbstealer et ver Comwar. L'auteur de StealWar les a combinés dans un module, et le résultat était un ver qui a les caractéristiques de ses deux "parents" (voler les données du carnet d'adresses et s'envoyer via MMS).

Comment faire face à tout ce fléau ? Au minimum, vérifiez le programme avec un antivirus avant de le télécharger sur votre smartphone et n'activez pas le Bluetooth en mode "visible par tous". Selon le rapport, Bluetooth est potentiellement vulnérable non seulement à une attaque par un ver mobile, mais également à une attaque de pirate utilisant l'une des nombreuses vulnérabilités BT. En général, le fait est qu'un logiciel antivirus devra être installé sur les smartphones et même sur les téléphones ordinaires.

Où est l'argent, Zin ?

Vous pouvez parler longuement du prix réel et virtuel des données volées sur votre téléphone, mais il existe aussi des exemples assez précis. Le même cheval de Troie Flexispy "commercial" (50 $) qui envoie des informations sur les appels passés et les SMS envoyés à son "propriétaire". Une autre source de revenus est l'envoi discret de SMS vers des numéros payants. De tels SMS peuvent être facturés pour quelques dollars pièce, et le propriétaire de ce "service" peut, en principe, recevoir jusqu'à 40% du bénéfice total. Il y a un an, organiser un tel programme n'était pas facile, mais très simple. Désormais, les règles d'enregistrement de ces "fournisseurs de contenu" sont devenues plus strictes, mais, comme on dit, "ce serait un creux, mais il y aura un cochon". Ruslan Malashin, PDG de Movable Company commente :

En général, vous avez couvert le problème de la fraude basée sur nos services SMS, qui nous préoccupe de plus en plus ces derniers temps (note de l'auteur - nous parlons de notre matériel récent /articles/2006/content-providing2.shtml ).

Le facteur humain dans cette direction fait ses propres ajustements. Pour la première fois, notre entreprise a rencontré des problèmes auxquels ni nous ni les opérateurs ne nous attendions il y a un mois. Comme vous l'avez correctement noté dans l'article ci-dessus, il est difficile de faire face à de telles manifestations de "ruse", mais nous prenons des mesures. De plus, avec succès, en quelque sorte: l'inclusion de la pré-modération de tous les nouveaux projets, ainsi que la vérification des données modifiées par l'utilisateur du projet. Auparavant, le contrôle était effectué après coup après 2-3 jours. Cette étape aide à résoudre le problème de la création à la fois de faux projets et de projets manifestement "problématiques". La deuxième étape est l'introduction d'instructions détaillées pour évaluer la qualité du service fourni par l'abonné, c'est-à-dire qu'après avoir reçu un message SMS de réponse, l'abonné se voit proposer une petite enquête qui vous permet de "blanchir" les projets existants et leur application . Si l'abonné n'est pas satisfait du service fourni, et cela est tout à fait compréhensible lorsque notre "sous-partenaire" dit que le coût d'un message est d'un ordre de grandeur inférieur au vrai, nous donnons des informations à l'abonné trompé sur le vrai état des lieux (cultiver une culture SMS) et, en complément, rembourser le coût des SMS à l'abonné en créditant de l'argent sur le compte de l'opérateur mobile de l'abonné après vérification du fait d'envoyer des SMS depuis un numéro précis.

Dans ce dernier cas, nous recevons sans équivoque toutes les données du sous-partenaire "sale" et, dès le premier SMS, nous sommes déjà en mesure de prendre des mesures pour l'éliminer.

Je voudrais me concentrer sur le fait que nous luttons contre les fraudeurs par divers moyens et avec assez de succès. Mais, comme cela arrive souvent, nous n'étions tout simplement pas prêts pour un tel battage médiatique et, par conséquent, une augmentation du pourcentage de fraude.

Au fait, revenons à la question du "gonflement" artificiel des soldes des comptes personnels des tarifs "Profi" de Saint-Pétersbourg : je me demande combien de personnes ont réussi à encaisser des centimes de prix via des services SMS payants ? Si, bien sûr, réussi. Cents par cents, et avec le processus mis sur une base industrielle, on parle de milliers de dollars de "gains" virtuels mensuels. Si vous croyez le détail tiré de l'un des forums.

Virus mobiles : pas encore un problème mondial, mais loin d'être un mythe

Un autre bulletin d'activité virale pour les six derniers mois est apparu sur le site Web de Kaspersky Lab http://www.viruslist.com. Le document est intéressant en soi et vaut la peine d'être lu dans son intégralité, mais nous nous intéressons plus à la partie virus mobile.

Il y a exactement deux ans et demi, votre obéissant serviteur a tourmenté Evgeny Kaspersky pendant une quinzaine de minutes avec des questions sur les perspectives d'apparition et de propagation d'une "infection" spécifique aux téléphones portables. Si nous nettoyons les résultats de la conversation des enveloppes de politesse et des phrases générales, le résumé pourrait être formulé comme suit : "Vous, journalistes, donnez simplement des sensations. Il n'y a pas de virus pour les téléphones portables et il est peu probable qu'ils apparaissent." Citation de notre matériel de fin 2003 :

"Les téléphones portables ordinaires n'ont jamais été menacés par des logiciels malveillants et il est peu probable qu'ils le soient à l'avenir. Java est un environnement bien protégé, totalement peu prometteur du point de vue des créateurs de virus. Les défauts mineurs sont rapidement corrigés et il n'y a aucune raison de s'inquiéter. Ce que l'on appelle à tort des "virus téléphoniques", ce sont en fait les conséquences d'un traitement incorrect de certaines commandes. En effet, on peut rappeler le fameux "tueur de Siemens", dont plus d'une dizaine d'utilisateurs de combinés de la 35e série a souffert : lorsque j'ai essayé d'ouvrir un message SMS avec un mot astucieusement conçu, le téléphone s'est bloqué désespérément (je connais le mot, mais je ne le dirai pas !). La seule chose qui m'a sauvé a été d'échanger la carte SIM dans n'importe quel autre appareil, ce qui vous permet d'effacer le message sans l'ouvrir. La situation avec les smartphones est ambiguë.La diffusion à grande échelle de codes malveillants nécessite la grande popularité d'un certain système d'exploitation de smartphone et, en même temps, la présence de failles dans sa protection ; selon Eugene, les grandes entreprises (fabricants de smartphones professionnels) connaissent trop bien ces problèmes et ne marchent probablement pas sur un râteau. Jusqu'à présent, il est beaucoup plus dangereux de télécharger un fichier infecté sur un smartphone, qui peut ensuite être transféré sur un ordinateur de travail, en contournant les moniteurs antivirus et les pare-feu. Cependant, à l'avenir, une infection adaptée aux smartphones pourrait bien apparaître - pourquoi pas ? Lorsqu'une maladie apparaît, un remède apparaît.

Au cours des dernières années, la situation concernant les virus pour téléphones mobiles a radicalement changé, et aujourd'hui nous avons presque un ensemble complet d'animaux divers. Pour citer les auteurs du rapport : « Au début de 2006, les créateurs de virus "mobiles" sont devenus plus actifs, lançant un certain nombre de programmes malveillants qualitativement nouveaux pour les téléphones mobiles. Leurs développements se distinguaient par une variété de plates-formes cibles et de directions d'expansion dans le domaine des technologies mobiles ». Au deuxième trimestre de cette année, la quantité a commencé à se transformer en qualité: il n'y avait presque pas d'échantillons fondamentalement nouveaux, mais ceux existants ont été affinés et améliorés. Le graphique ci-dessous montre la dynamique de la croissance du nombre de variantes connues de virus mobiles.

Je ne veux effrayer personne, mais les virus et les chevaux de Troie pour téléphones portables sont une véritable menace pour la "santé" des combinés et/ou l'état du compte personnel auprès de votre opérateur préféré. Quelques exemples tirés du rapport :

Comment faire face à tout ce fléau ? Au minimum, vérifiez le programme avec un antivirus avant de le télécharger sur votre smartphone et n'activez pas le Bluetooth en mode "visible par tous". Selon le rapport, Bluetooth est potentiellement vulnérable non seulement à une attaque par un ver mobile, mais également à une attaque de pirate utilisant l'une des nombreuses vulnérabilités BT. En général, le fait est qu'un logiciel antivirus devra être installé sur les smartphones et même sur les téléphones ordinaires.

Où est l'argent, Zin ?

Vous pouvez parler longuement du prix réel et virtuel des données volées sur votre téléphone, mais il existe aussi des exemples assez précis. Le même cheval de Troie Flexispy "commercial" (50 $) qui envoie des informations sur les appels passés et les SMS envoyés à son "propriétaire". Une autre source de revenus est l'envoi discret de SMS vers des numéros payants. De tels SMS peuvent être facturés pour quelques dollars pièce, et le propriétaire de ce "service" peut, en principe, recevoir jusqu'à 40% du bénéfice total. Il y a un an, organiser un tel programme n'était pas facile, mais très simple. Désormais, les règles d'enregistrement de ces "fournisseurs de contenu" sont devenues plus strictes, mais, comme on dit, "ce serait un creux, mais il y aura un cochon". Ruslan Malashin, PDG de Movable Company commente :

En général, vous avez couvert le problème de la fraude basée sur nos services SMS, qui nous préoccupe de plus en plus ces derniers temps (note de l'auteur - nous parlons de notre matériel récent /articles/2006/content-providing2.shtml ).

Le facteur humain dans cette direction fait ses propres ajustements. Pour la première fois, notre entreprise a rencontré des problèmes auxquels ni nous ni les opérateurs ne nous attendions il y a un mois. Comme vous l'avez correctement noté dans l'article ci-dessus, il est difficile de faire face à de telles manifestations de "ruse", mais nous prenons des mesures. De plus, avec succès, en quelque sorte: l'inclusion de la pré-modération de tous les nouveaux projets, ainsi que la vérification des données modifiées par l'utilisateur du projet. Auparavant, le contrôle était effectué après coup après 2-3 jours. Cette étape aide à résoudre le problème de la création à la fois de faux projets et de projets manifestement "problématiques". La deuxième étape est l'introduction d'instructions détaillées pour évaluer la qualité du service fourni par l'abonné, c'est-à-dire qu'après avoir reçu un message SMS de réponse, l'abonné se voit proposer une petite enquête qui vous permet de "blanchir" les projets existants et leur application . Si l'abonné n'est pas satisfait du service fourni, et cela est tout à fait compréhensible lorsque notre "sous-partenaire" dit que le coût d'un message est d'un ordre de grandeur inférieur au vrai, nous donnons des informations à l'abonné trompé sur le vrai état des lieux (cultiver une culture SMS) et, en complément, rembourser le coût des SMS à l'abonné en créditant de l'argent sur le compte de l'opérateur mobile de l'abonné après vérification du fait d'envoyer des SMS depuis un numéro précis.

Dans ce dernier cas, nous recevons sans équivoque toutes les données du sous-partenaire "sale" et, dès le premier SMS, nous sommes déjà en mesure de prendre des mesures pour l'éliminer.

Je voudrais me concentrer sur le fait que nous luttons contre les fraudeurs par divers moyens et avec assez de succès. Mais, comme cela arrive souvent, nous n'étions tout simplement pas prêts pour un tel battage médiatique et, par conséquent, une augmentation du pourcentage de fraude.

Au fait, revenons à la question du "gonflement" artificiel des soldes des comptes personnels des tarifs "Profi" de Saint-Pétersbourg : je me demande combien de personnes ont réussi à encaisser des centimes de prix via des services SMS payants ? Si, bien sûr, réussi. Cents par cents, et avec le processus mis sur une base industrielle, on parle de milliers de dollars de "gains" virtuels mensuels. Si vous croyez le détail tiré de l'un des forums.

Virus mobiles : pas encore un problème mondial, mais loin d'être un mythe

Un autre bulletin d'activité virale pour les six derniers mois est apparu sur le site Web de Kaspersky Lab http://www.viruslist.com. Le document est intéressant en soi et vaut la peine d'être lu dans son intégralité, mais nous nous intéressons plus à la partie virus mobile.

Il y a exactement deux ans et demi, votre obéissant serviteur a tourmenté Evgeny Kaspersky pendant une quinzaine de minutes avec des questions sur les perspectives d'apparition et de propagation d'une "infection" spécifique aux téléphones portables. Si nous nettoyons les résultats de la conversation des enveloppes de politesse et des phrases générales, le résumé pourrait être formulé comme suit : "Vous, journalistes, donnez simplement des sensations. Il n'y a pas de virus pour les téléphones portables et il est peu probable qu'ils apparaissent." Citation de notre matériel de fin 2003 :

"Les téléphones portables ordinaires n'ont jamais été menacés par des logiciels malveillants et il est peu probable qu'ils le soient à l'avenir. Java est un environnement bien protégé, totalement peu prometteur du point de vue des créateurs de virus. Les défauts mineurs sont rapidement corrigés et il n'y a aucune raison de s'inquiéter. Ce que l'on appelle à tort des "virus téléphoniques", ce sont en fait les conséquences d'un traitement incorrect de certaines commandes. En effet, on peut rappeler le fameux "tueur de Siemens", dont plus d'une dizaine d'utilisateurs de combinés de la 35e série a souffert : lorsque j'ai essayé d'ouvrir un message SMS avec un mot astucieusement conçu, le téléphone s'est bloqué désespérément (je connais le mot, mais je ne le dirai pas !). La seule chose qui m'a sauvé a été d'échanger la carte SIM dans n'importe quel autre appareil, ce qui vous permet d'effacer le message sans l'ouvrir. La situation avec les smartphones est ambiguë.La diffusion à grande échelle de codes malveillants nécessite la grande popularité d'un certain système d'exploitation de smartphone et, en même temps, la présence de failles dans sa protection ; selon Eugene, les grandes entreprises (fabricants de smartphones professionnels) connaissent trop bien ces problèmes et ne marchent probablement pas sur un râteau. Jusqu'à présent, il est beaucoup plus dangereux de télécharger un fichier infecté sur un smartphone, qui peut ensuite être transféré sur un ordinateur de travail, en contournant les moniteurs antivirus et les pare-feu. Cependant, à l'avenir, une infection adaptée aux smartphones pourrait bien apparaître - pourquoi pas ? Lorsqu'une maladie apparaît, un remède apparaît.

Au cours des dernières années, la situation concernant les virus pour les téléphones mobiles a radicalement changé et nous avons aujourd'hui un ensemble presque complet d'animaux divers. Pour citer les auteurs du rapport : « Au début de 2006, les créateurs de virus "mobiles" sont devenus plus actifs, lançant un certain nombre de programmes malveillants qualitativement nouveaux pour les téléphones mobiles. Leurs développements se distinguaient par une variété de plates-formes cibles et de directions d'expansion dans le domaine des technologies mobiles ». Au deuxième trimestre de cette année, la quantité a commencé à se transformer en qualité: il n'y avait presque pas d'échantillons fondamentalement nouveaux, mais ceux existants ont été affinés et améliorés. Le graphique ci-dessous montre la dynamique de croissance du nombre de variantes connues de virus mobiles.

Je ne veux effrayer personne, mais les virus et les chevaux de Troie pour téléphones portables sont une véritable menace pour la "santé" des combinés et/ou l'état du compte personnel auprès de votre opérateur préféré. Quelques exemples tirés du rapport :

  • Les chevaux de Troie Cardtrap installent divers chevaux de Troie pour les systèmes Win32 sur la carte mémoire du téléphone.
  • Le ver Comwar, qui se propage sous forme de MMS, est devenu le code malveillant le plus répandu dans le trafic MMS.
  • En avril, le premier espion complet a été découvert, que ses créateurs ont vendu sur leur site Web pour 50 USD : Flexispy prend le contrôle total d'un smartphone et envoie des informations sur les appels passés et les SMS envoyés à un attaquant.
  • Le virus Cxover peut être considéré comme le premier malware mobile multiplateforme. Lorsqu'il démarre, il vérifie de quel type de système d'exploitation il s'agit et, exécuté sur un ordinateur personnel, recherche les appareils mobiles disponibles via ActiveSync. Le virus se copie ensuite via ActiveSync sur l'appareil trouvé. Une fois dans le téléphone (ou le PDA), le virus essaie alors de faire la procédure inverse - de se copier sur un ordinateur personnel. En outre, il peut supprimer des fichiers utilisateur sur l'appareil mobile.
  • L'infection par des logiciels malveillants de pratiquement tous les téléphones portables existants, ce qui semblait impossible jusqu'à récemment, s'est avérée être une réalité. Un tel cheval de Troie opère apparemment dans la « nature » depuis un certain temps, et il y en a même eu des victimes. Le cheval de Troie s'appelait Trojan-SMS.J2ME.RedBrowser.
  • Worm.SymbOS.StealWar - Espion Pbstealer et ver Comwar. L'auteur de StealWar les a combinés dans un module, et le résultat était un ver qui a les caractéristiques de ses deux "parents" (voler les données du carnet d'adresses et s'envoyer via MMS).

Comment faire face à tout ce fléau ? Au minimum, vérifiez le programme avec un antivirus avant de le télécharger sur votre smartphone et n'activez pas le Bluetooth en mode "visible par tous". Selon le rapport, Bluetooth est potentiellement vulnérable non seulement à une attaque par un ver mobile, mais également à une attaque de pirate utilisant l'une des nombreuses vulnérabilités BT. En général, le fait est qu'un logiciel antivirus devra être installé sur les smartphones et même sur les téléphones ordinaires.

Où est l'argent, Zin ?

Vous pouvez parler longuement du prix réel et virtuel des données volées sur votre téléphone, mais il existe aussi des exemples assez précis. Le même cheval de Troie Flexispy "commercial" (50 $) qui envoie des informations sur les appels passés et les SMS envoyés à son "propriétaire". Une autre source de revenus est l'envoi discret de SMS vers des numéros payants. De tels SMS peuvent être facturés pour quelques dollars pièce, et le propriétaire de ce "service" peut, en principe, recevoir jusqu'à 40% du bénéfice total. Il y a un an, organiser un tel programme n'était pas facile, mais très simple. Désormais, les règles d'enregistrement de ces "fournisseurs de contenu" sont devenues plus strictes, mais, comme on dit, "ce serait un creux, mais il y aura un cochon". Ruslan Malashin, PDG de Movable Company commente :

En général, vous avez couvert le problème de la fraude basée sur nos services SMS, qui nous préoccupe de plus en plus ces derniers temps (note de l'auteur - nous parlons de notre matériel récent /articles/2006/content-providing2.shtml ).

Le facteur humain dans cette direction fait ses propres ajustements. Pour la première fois, notre entreprise a rencontré des problèmes auxquels ni nous ni les opérateurs ne nous attendions il y a un mois. Comme vous l'avez correctement noté dans l'article ci-dessus, il est difficile de faire face à de telles manifestations de "ruse", mais nous prenons des mesures. De plus, avec succès, en quelque sorte: l'inclusion de la pré-modération de tous les nouveaux projets, ainsi que la vérification des données modifiées par l'utilisateur du projet. Auparavant, le contrôle était effectué après coup après 2-3 jours. Cette étape aide à résoudre le problème de la création à la fois de faux projets et de projets manifestement "problématiques". La deuxième étape est l'introduction d'instructions détaillées pour évaluer la qualité du service fourni par l'abonné, c'est-à-dire qu'après avoir reçu un message SMS de réponse, l'abonné se voit proposer une petite enquête qui vous permet de "blanchir" les projets existants et leur application . Si l'abonné n'est pas satisfait du service fourni, et cela est tout à fait compréhensible lorsque notre "sous-partenaire" dit que le coût d'un message est d'un ordre de grandeur inférieur au vrai, nous donnons des informations à l'abonné trompé sur le vrai état des lieux (cultiver une culture SMS) et, en complément, rembourser le coût des SMS à l'abonné en créditant de l'argent sur le compte de l'opérateur mobile de l'abonné après vérification du fait d'envoyer des SMS depuis un numéro précis.

Dans ce dernier cas, nous recevons sans équivoque toutes les données du sous-partenaire "sale" et, dès le premier SMS, nous sommes déjà en mesure de prendre des mesures pour l'éliminer.

Je voudrais me concentrer sur le fait que nous luttons contre les fraudeurs par divers moyens et avec assez de succès. Mais, comme cela arrive souvent, nous n'étions tout simplement pas prêts pour un tel battage médiatique et, par conséquent, une augmentation du pourcentage de fraude.

Au fait, revenons à la question du "gonflement" artificiel des soldes des comptes personnels des tarifs "Profi" de Saint-Pétersbourg : je me demande combien de personnes ont réussi à encaisser des centimes de prix via des services SMS payants ? Si, bien sûr, réussi. Cents par cents, et avec le processus mis sur une base industrielle, on parle de milliers de dollars de "gains" virtuels mensuels. Si vous croyez le détail tiré de l'un des forums.

Virus mobiles : pas encore un problème mondial, mais loin d'être un mythe

Un autre bulletin d'activité virale pour les six derniers mois est apparu sur le site Web de Kaspersky Lab http://www.viruslist.com. Le document est intéressant en soi et vaut la peine d'être lu dans son intégralité, mais nous nous intéressons plus à la partie virus mobile.

Il y a exactement deux ans et demi, votre obéissant serviteur a tourmenté Evgeny Kaspersky pendant une quinzaine de minutes avec des questions sur les perspectives d'apparition et de propagation d'une "infection" spécifique aux téléphones portables. Si nous nettoyons les résultats de la conversation des enveloppes de politesse et des phrases générales, le résumé pourrait être formulé comme suit : "Vous, journalistes, donnez simplement des sensations. Il n'y a pas de virus pour les téléphones portables et il est peu probable qu'ils apparaissent." Citation de notre matériel de fin 2003 :

"Les téléphones portables ordinaires n'ont jamais été menacés par des logiciels malveillants et il est peu probable qu'ils le soient à l'avenir. Java est un environnement bien protégé, totalement peu prometteur du point de vue des créateurs de virus. Les défauts mineurs sont rapidement corrigés et il n'y a aucune raison de s'inquiéter. Ce que l'on appelle à tort des "virus téléphoniques", ce sont en fait les conséquences d'un traitement incorrect de certaines commandes. En effet, on peut rappeler le fameux "tueur de Siemens", dont plus d'une dizaine d'utilisateurs de combinés de la 35e série a souffert : lorsque j'ai essayé d'ouvrir un message SMS avec un mot astucieusement conçu, le téléphone s'est bloqué désespérément (je connais le mot, mais je ne le dirai pas !). La seule chose qui m'a sauvé a été d'échanger la carte SIM dans n'importe quel autre appareil, ce qui vous permet d'effacer le message sans l'ouvrir. La situation avec les smartphones est ambiguë.La diffusion à grande échelle de codes malveillants nécessite la grande popularité d'un certain système d'exploitation de smartphone et, en même temps, la présence de failles dans sa protection ; selon Eugene, les grandes entreprises (fabricants de smartphones professionnels) connaissent trop bien ces problèmes et ne marchent probablement pas sur un râteau. Jusqu'à présent, il est beaucoup plus dangereux de télécharger un fichier infecté sur un smartphone, qui peut ensuite être transféré sur un ordinateur de travail, en contournant les moniteurs antivirus et les pare-feu. Cependant, à l'avenir, une infection adaptée aux smartphones pourrait bien apparaître - pourquoi pas ? Lorsqu'une maladie apparaît, un remède apparaît.

Au cours des dernières années, la situation concernant les virus pour téléphones mobiles a radicalement changé, et aujourd'hui nous avons presque un ensemble complet d'animaux divers. Pour citer les auteurs du rapport : « Au début de 2006, les créateurs de virus "mobiles" sont devenus plus actifs, lançant un certain nombre de programmes malveillants qualitativement nouveaux pour les téléphones mobiles. Leurs développements se distinguaient par une variété de plates-formes cibles et de directions d'expansion dans le domaine des technologies mobiles ». Au deuxième trimestre de cette année, la quantité a commencé à se transformer en qualité: il n'y avait presque pas d'échantillons fondamentalement nouveaux, mais ceux existants ont été affinés et améliorés. Le graphique ci-dessous montre la dynamique de la croissance du nombre de variantes connues de virus mobiles.

Je ne veux effrayer personne, mais les virus et les chevaux de Troie pour téléphones portables sont une véritable menace pour la "santé" des combinés et/ou l'état du compte personnel auprès de votre opérateur préféré. Quelques exemples tirés du rapport :

  • Les chevaux de Troie Cardtrap installent divers chevaux de Troie pour les systèmes Win32 sur la carte mémoire du téléphone.
  • Le ver Comwar, qui se propage sous forme de MMS, est devenu le code malveillant le plus répandu dans le trafic MMS.
  • En avril, le premier espion complet a été découvert, que ses créateurs ont vendu sur leur site Web pour 50 USD : Flexispy prend le contrôle total d'un smartphone et envoie des informations sur les appels passés et les SMS envoyés à un attaquant.
  • Le virus Cxover peut être considéré comme le premier malware mobile multiplateforme.Lorsqu'il démarre, il vérifie de quel type de système d'exploitation il s'agit et, exécuté sur un ordinateur personnel, recherche les appareils mobiles disponibles via ActiveSync. Le virus se copie ensuite via ActiveSync sur l'appareil trouvé. Une fois dans le téléphone (ou le PDA), le virus essaie alors de faire la procédure inverse - de se copier sur un ordinateur personnel. De plus, il peut supprimer des fichiers utilisateur sur l'appareil mobile.
  • L'infection par des logiciels malveillants de pratiquement tous les téléphones portables existants, ce qui semblait impossible jusqu'à récemment, s'est avérée être une réalité. Un tel cheval de Troie opère apparemment dans la « nature » depuis un certain temps, et il y en a même eu des victimes. Le cheval de Troie s'appelait Trojan-SMS.J2ME.RedBrowser.
  • Worm.SymbOS.StealWar - Espion Pbstealer et ver Comwar. L'auteur de StealWar les a combinés dans un module, et le résultat était un ver qui a les caractéristiques de ses deux "parents" (voler les données du carnet d'adresses et s'envoyer via MMS).

Comment faire face à tout ce fléau ? Au minimum, vérifiez le programme avec un antivirus avant de le télécharger sur votre smartphone et n'activez pas le Bluetooth en mode "visible par tous". Selon le rapport, Bluetooth est potentiellement vulnérable non seulement à une attaque par un ver mobile, mais également à une attaque de pirate utilisant l'une des nombreuses vulnérabilités BT. En général, le fait est qu'un logiciel antivirus devra être installé sur les smartphones et même sur les téléphones ordinaires.

Où est l'argent, Zin ?

Vous pouvez parler longuement du prix réel et virtuel des données volées sur votre téléphone, mais il existe aussi des exemples assez précis. Le même cheval de Troie Flexispy "commercial" (50 $) qui envoie des informations sur les appels passés et les SMS envoyés à son "propriétaire". Une autre source de revenus est l'envoi discret de SMS vers des numéros payants. De tels SMS peuvent être facturés pour quelques dollars pièce, et le propriétaire de ce "service" peut, en principe, recevoir jusqu'à 40% du bénéfice total. Il y a un an, organiser un tel programme n'était pas facile, mais très simple. Désormais, les règles d'enregistrement de ces "fournisseurs de contenu" sont devenues plus strictes, mais, comme on dit, "ce serait un creux, mais il y aura un cochon". Ruslan Malashin, PDG de Movable Company commente :

En général, vous avez couvert le problème de la fraude basée sur nos services SMS, qui nous préoccupe de plus en plus ces derniers temps (note de l'auteur - nous parlons de notre matériel récent /articles/2006/content-providing2.shtml ).

Le facteur humain dans cette direction fait ses propres ajustements. Pour la première fois, notre entreprise a rencontré des problèmes auxquels ni nous ni les opérateurs ne nous attendions il y a un mois. Comme vous l'avez correctement noté dans l'article ci-dessus, il est difficile de faire face à de telles manifestations de "ruse", mais nous prenons des mesures. De plus, avec succès, en quelque sorte: l'inclusion de la pré-modération de tous les nouveaux projets, ainsi que la vérification des données modifiées par l'utilisateur du projet. Auparavant, le contrôle était effectué après coup après 2-3 jours. Cette étape aide à résoudre le problème de la création à la fois de faux projets et de projets manifestement "problématiques". La deuxième étape est l'introduction d'instructions détaillées pour évaluer la qualité du service fourni par l'abonné, c'est-à-dire qu'après avoir reçu un message SMS de réponse, l'abonné se voit proposer une petite enquête qui vous permet de "blanchir" les projets existants et leur application . Si l'abonné n'est pas satisfait du service fourni, et cela est tout à fait compréhensible lorsque notre "sous-partenaire" dit que le coût d'un message est d'un ordre de grandeur inférieur au vrai, nous donnons des informations à l'abonné trompé sur le vrai état des lieux (cultiver une culture SMS) et, en complément, rembourser le coût des SMS à l'abonné en créditant de l'argent sur le compte de l'opérateur mobile de l'abonné après vérification du fait d'envoyer des SMS depuis un numéro précis.

Dans ce dernier cas, nous recevons sans équivoque toutes les données du sous-partenaire "sale" et, dès le premier SMS, nous sommes déjà en mesure de prendre des mesures pour l'éliminer.

Je voudrais me concentrer sur le fait que nous luttons contre les fraudeurs par divers moyens et avec assez de succès. Mais, comme cela arrive souvent, nous n'étions tout simplement pas prêts pour un tel battage médiatique et, par conséquent, une augmentation du pourcentage de fraude.

Au fait, revenons à la question du "gonflement" artificiel des soldes des comptes personnels des tarifs "Profi" de Saint-Pétersbourg : je me demande combien de personnes ont réussi à encaisser des centimes de prix via des services SMS payants ? Si, bien sûr, réussi. Cents par cents, et avec le processus mis sur une base industrielle, on parle de milliers de dollars de "gains" virtuels mensuels. Si vous croyez le détail tiré de l'un des forums.