Analyse de canapé n° 133. Comment une idée se transforme en smartphone sur le comptoir. Première étape

La première partie de l'histoire, sur la façon dont une idée devient un smartphone et, plus largement, comment les idées deviennent des appareils, a reçu un bon accueil. Pour une meilleure compréhension de ce matériel, vous devez en savoir plus sur l'étape zéro, au cours de laquelle l'idée est convertie en une description technique et certaines fonctions de l'appareil sont sélectionnées. Ceci est important pour comprendre la logique de ce processus.

Dès la première étape, nous avons déjà un ensemble de caractéristiques de l'appareil et une compréhension de son coût en rayon, le prix cible en composants (à peu près cette compréhension existe), et le travail ennuyeux d'estimer comment le créer commence. Il y a deux mots les plus importants dans ce jeu : BOM et R&D.

Pourquoi la R&D n'est pas toujours plus importante que la nomenclature - qu'est-ce que c'est

Ne laissez pas ces acronymes vous effrayer si vous ne les avez pas encore entendus, ils représentent des termes très banals - recherche et développement (recherche et développement), ainsi que le coût des matériaux (BOM - nomenclature). Chaque corporation a une procédure interne et des budgets distincts pour chaque direction. Même si cela semble ennuyeux et qu'il semble que l'organisation de l'entreprise n'a rien à voir avec le développement de produits, ce n'est pas le cas. Par exemple, dans la plupart des entreprises, le budget de développement est séparé, et il est alloué non pas au groupe de travail, mais à l'unité de recherche. C'est-à-dire qu'en choisissant à l'étape zéro certaines fonctions qui n'existaient pas encore pour les produits de votre entreprise, vous devez les obtenir en R&D, qui est associée à l'évaluation de votre proposition, ainsi qu'à la protection du projet. Les paramètres selon lesquels cette évaluation a lieu varient d'une entreprise à l'autre, mais, en règle générale, ils sont les suivants :

  • Temps et coût de développement, estimés en R&D ;
  • Capacité à appliquer le développement à toute une gamme d'appareils (ce qui réduit les coûts de R&D pour un appareil particulier, car les coûts sont transférés à tous les modèles) ;
  • L'importance de la fonction pour le consommateur (évaluation par des analystes, s'il existe déjà des analogues sur le marché, ou groupes de discussion et/ou études) ;
  • La disponibilité de la base d'éléments pour le développement d'une fonction, la disponibilité des composants, la facilité de leur réalisation ou la complexité des approvisionnements ;
  • Facilité de répétition du développement par les concurrents, perspectives d'obtention de brevets (il s'agit d'une appréciation par des juristes qui sont affectés à ce travail).

Conventionnellement, les technologies peuvent être divisées en technologies existantes et connues sur le marché, c'est-à-dire les développements qui doivent être répétés et contournés par les brevets d'autres personnes. En règle générale, ils ont déjà une base d'éléments, il existe différents fournisseurs de solutions (y compris des logiciels). Cela se traduit par un algorithme de recherche pour des développements similaires, et ici les coûts sont estimés pour suivre le chemin par vous-même ou acheter un développement tiers (en option, accordez-lui une licence). Dans certains cas, les fabricants achètent l'ensemble de l'entreprise pour économiser de l'argent, car la licence par appareil est élevée et devient coûteuse.

Armchair analytics #133. Comment une idée se transforme en smartphone sur le compteur. Première étape

Par exemple, Apple a introduit pour la première fois l'interface sans fil Qi pour charger les smartphones en 2017, mais contrairement à ses concurrents, elle a été lente, car les ingénieurs n'avaient aucune expérience avec la norme. Les ingénieurs de la société avaient deux voies lors du développement de la prochaine génération d'appareils. La première est d'apprendre au sein de l'entreprise ce qui a pris plusieurs années aux autres, pour cela vous pouvez acquérir les ingénieurs adéquats. Mais cela ne garantit pas que vous pourrez contourner les brevets d'autres personnes. La deuxième façon est plus simple - trouver une petite entreprise qui a ses propres développements, brevets et qui est sur le marché depuis longtemps. Apple a pris un vrai risque et a racheté une petite startup néo-zélandaise, PowerbyProxi, qui développe des chargeurs sans fil depuis 2007.

Je ne doute pas qu'un jour ou l'autre, Apple pourrait apprendre à ajouter une charge sans fil rapide à ses appareils. Mais en termes de développement de smartphones de nouvelle génération très spécifiques, l'entreprise n'a pas eu le temps pour cela. Et donc une décision simple et claire a été prise, ce n'est pas la tâche des ingénieurs, mais plutôt des managers en R&D, qui ont correctement estimé les coûts en temps et en argent. Dans le département de développement, tout est évalué non seulement par le budget, c'est-à-dire par l'argent, mais aussi par le temps. Et si dans d'autres divisions de l'entreprise, le temps ne joue pas un tel rôle, alors pour la R&D, c'est l'un des principaux paramètres.Dans l'un des laboratoires d'une grande entreprise mondiale, une telle affiche était accrochée. Il représentait un sablier et la légende disait : "Vous pouvez acheter d'autres sabliers, mais vous ne pouvez pas dépasser le temps." Cette affiche véhicule l'essence même, et l'idée de R&D est une course contre la montre, et pas toujours de la science pure sans délais et résultats solides, même si cette dernière est suffisante dans les grandes entreprises. Mais on parle de choses appliquées, où le temps prime.

Permettez-moi de vous donner un autre exemple qui expliquera l'importance de la R&D pour le produit final. Sony a une excellente division qui produit des modules pour caméras, ils sont utilisés par la plupart du marché, y compris Samsung, qui a sa propre production, mais les modules de Sony ne sont pas de pire qualité et en même temps ils sont moins chers pour l'entreprise. Le calendrier de développement de nouveaux modules est compréhensible et n'est pas lié à la sortie de nouveaux modèles de smartphones Sony, mais plutôt, les smartphones commencent à être créés au fur et à mesure que les modules sont prêts et en fonction de leur coût. Mais il y a un petit problème ici, les modules de Sony apparaissent à un moment où leur raffinement et leur ajustement logiciel dans les smartphones ne sont plus possibles, c'est-à-dire qu'ils ne reçoivent évidemment pas les meilleurs algorithmes de traitement d'image. On peut dire qu'il s'agit d'une sorte de désynchronisation entre la R&D des modules caméras et les smartphones. Elle s'est développée historiquement, et toutes les tentatives pour les ramener à un dénominateur commun ont échoué. Pourquoi? La réponse réside dans le fait que différentes personnes le font. Ainsi, pour la production de modules, il est important qu'ils apparaissent à temps, et ce qui arrivera aux smartphones Sony n'est pas du tout important. Ce sont des divisions différentes, des managers différents, et rien que le nom Sony les lie, ils n'ont aucune obligation commune. Et à chaque fois, la tentative de synchronisation de ce processus se heurtait à une résistance interne, puisque la production de modules et leur vente en pâtiraient directement, ce qui signifie que Sony aurait moins d'argent. Et par conséquent, la division des smartphones et leur développement se sont vu confier des tâches napoléoniennes, à savoir accomplir un exploit dans les plus brefs délais et créer des algorithmes pour un matériel spécifique. Et Sony n'a jamais été capable de le faire.

Armchair analytics #133. Comment une idée se transforme en smartphone sur le compteur. Premier pas

Le piège dans lequel la R&D de la division mobile de Sony est tombée et tombe est typique - le choix est entre lancer les derniers modules de caméra avec de meilleures caractéristiques, mais pas de logiciels prêts à l'emploi, ou travailler avec d'anciens modules, mais de meilleurs algorithmes . Sony choisit la première voie pour garder une longueur d'avance sur le marché. Ce que cela mène, nous le savons tous très bien, c'est que le cordonnier se retrouve sans bottes. Il est surprenant que les smartphones Sony soient les premiers à recevoir le dernier matériel, mais ne réalisent pas son potentiel. Et les smartphones sur des modules conditionnellement anciens prennent de meilleures photos du point de vue d'un utilisateur ordinaire. Merveilleux? Pas du tout. C'est une faille dans les décisions qui sont prises dans l'entreprise. Cette histoire ne porte pas tant sur la technologie, mais sur les questions d'organisation, de gestion.

Regardons Samsung, qui, à première vue, vit dans le même paradigme. L'entreprise aime intégrer les dernières solutions dans ses appareils, du moins cela semble être le cas de l'extérieur. En pratique, ce n'est absolument pas le cas, ce qui se voit clairement dans l'exemple des caméras. Les prototypes du S8/S8+/Note 8 comportaient des caméras avec leur propre mémoire, ce qui permettait d'implémenter à la fois le ralenti à 960 ips et un certain nombre d'autres modes. Le coût de telles solutions n'était pas considérablement plus élevé et Samsung pouvait équiper ses appareils de telles caméras, mais ne l'a pas fait.Pourquoi? La réponse réside dans le fait que pour de tels modules, le logiciel n'était pas entièrement prêt et ce que l'utilisateur pouvait obtenir. Bien sûr, il était possible de publier les modèles tels quels, puis d'ajouter de nouvelles fonctionnalités avec des mises à jour. Mais ce n'est pas la bonne façon, car il s'avère que vous disposez de plusieurs appareils expérimentaux sous condition et d'une vaste gamme de smartphones qui ne disposent pas d'une telle solution. Pour Samsung, il est important de ne pas se contenter de déployer une solution et de noter que l'entreprise a été la première. L'une des tâches clés de la R&D est de faire en sorte que la technologie soit produite en série, et donc commercialement réussie.

Pour donner un autre exemple, Huawei et comment ils créent rapidement des smartphones avec deux caméras. Ceci n'est qu'un exemple de travail de R&D réussi, lorsque la technologie apparaît dans différents segments de prix et est utile en même temps. Il devient massif et commercialement réussi. Initialement, cette technologie a été créée pour un appareil, puis étendue à d'autres modèles. C'est l'approche habituelle.

Dans une certaine mesure, l'iPhone X est également un prototype (provisoirement, puisqu'il s'agit d'un produit commercial) qui joue avec le nouveau châssis et les nouvelles technologies d'Apple, y compris FaceID. Initialement, Apple prévoyait de sortir ce produit en 2018, mais a ensuite accéléré. Et en 2018, nous verrons deux modèles construits sur ce châssis, car les coûts de R&D seront déjà moindres en termes de temps.

Les entreprises disposent d'un budget de développement presque illimité, mais ne le mettent jamais en œuvre, car il y a toujours des délais pour certaines technologies et la nécessité de s'y conformer. D'autre part, ayant de gros budgets, vous pouvez créer au sens figuré n'importe quel appareil, il n'y a aucune restriction. Le seul problème est qu'il ne respectera pas les règles internes de l'entreprise, ne coûtera pas autant qu'il le devrait, et plus bas dans la liste. Ici, la question se pose, fermez les yeux et considérez qu'un tel appareil sera quelque chose de nouveau pour le marché et y prendra sa place, ou l'abandonnera. Et le même iPhone X est pleinement un tel appareil qui viole toutes les règles écrites et non écrites de développement au sein d'Apple. Et nous pouvons passer à un paramètre comme BOM.

Coût des matériaux - le prix du problème pour le développeur et le consommateur

À l'étape zéro, vous définissez un "coût cible de l'appareil", c'est-à-dire combien cela coûtera sur l'étagère du magasin. Mais vous commencez tout juste à définir les exigences de l'appareil, vous ne savez pas à quel point cela est réaliste. Ce n'est qu'à la première étape que vous pourrez vous rapprocher de la compréhension si votre appareil atteint ou non votre objectif de coût. Pour cela, un travail plutôt ennuyeux est effectué, qui peut être décrit comme la comptabilité des composants. Vous calculez quels composants sont nécessaires dans votre appareil - au début, ce sont des estimations approximatives. Autrement dit, vous savez exactement combien coûteront une centaine de résistances, condensateurs, isolants, une carte, etc. Et compter leur coût. Inconnu 1-3 Mois Femelle Mixed Breed Maltais il vous reste le coût des nouveaux composants. Par conséquent, dans le budget d'un nouveau produit dans la première étape, la nomenclature se compose de deux parties - composants connus et composants en phase de R&D. Pour les premiers composants, le prix est fixé aux niveaux marginaux, c'est-à-dire que le coût de la résistance ne peut pas être supérieur à tel ou tel. Cela peut être moins, mais rien de plus.

Mais qu'en est-il des composants inconnus ? Parfois, ils n'existent même pas dans la production de masse, et on ne sait pas quel en sera le coût, car le mariage peut dépasser celui calculé, ce qui augmentera le coût du composant à la fois pour son fabricant et pour l'acheteur. Dans la nomenclature, les composants en phase de R&D sont évalués sur divers paramètres. Il existe généralement deux approches. Dans le premier, le développeur du composant est contraint de signer des conditions draconiennes, dans lesquelles il doit assurer la fourniture de tels ou tels volumes à tel ou tel moment. Pour le constructeur, c'est l'approche la plus sûre, puisqu'elle garantit soit qu'il obtienne ce qu'il veut au bon moment, soit le déclenchement des pénalités.

Une illustration en est l'histoire de GT Advanced, une entreprise qui a créé le verre saphir pour l'iPhone 6 mais n'a pas réussi à relever les défis technologiques, et en octobre 2014 a dissous son personnel et a déposé son bilan. Comme vous le savez, il n'y a pas de verre saphir dans l'iPhone 6, bien qu'Apple ait initialement prévu de l'ajouter aux smartphones et d'en faire son avantage concurrentiel. Mais le fournisseur du composant ne pouvait pas le créer - et la création s'entend ici non pas tant comme la création d'un verre spécifique, mais comme un processus de production avec un certain rendement de verres utilisables et leur coût.

Armchair analytics #133. Comment une idée se transforme en smartphone sur le compteur. Première étape

Dans des conditions à peu près similaires, Apple investit dans LG pour obtenir des écrans OLED en 2018-2019 qui répondront à la fois aux termes de référence de l'entreprise et au coût dont elle a besoin pour réduire radicalement le prix des modèles suivants sur le châssis de l'iPhone X.

La deuxième approche pour estimer les composants inconnus au stade de leur R&D dans la nomenclature ressemble à une règle empirique : le coût d'un composant inconnu est corrélé avec le composant le plus proche dans la logique de travail, puis le coût maximum est sélectionné et multiplié par deux. Autrement dit, on suppose que le composant créé ne peut pas coûter plus du double du plus cher des analogues existants, bien que l'analogue ici soit une définition très conditionnelle.

Pour être juste, il existe une troisième approche, lorsque vous prenez le coût final du produit et que vous le multipliez par un certain coefficient, qui doit prendre en compte toutes les inconnues. La plupart ou presque toutes les entreprises essaient d'éviter cette approche, car elle dit une chose simple : vous ne contrôlez pas la nomenclature pour plusieurs postes à la fois, et lorsque le nombre d'inconnues est supérieur à deux, vous pouvez dire en toute confiance que vous avez un problème. . Le coût de l'iPhone X au sein d'Apple a été précisément calculé de cette troisième manière, lorsque toutes les inconnues ont été couvertes par le surcoût et ont ainsi résolu le problème de calcul. C'est une approche très grossière qui ne fonctionne pas à long terme car elle corrompt l'équipe de développement. Pourquoi vous tuer à la recherche de composants si vous avez déjà créé des conditions confortables pour vous-même et êtes prêt à fermer les yeux sur le fait qu'ils ne valent pas ce qu'ils devraient. Il est possible que pour l'iPhone X, Apple ait opté pour une seule fois, car ils procédaient de leurs tâches et de la rapidité de mise sur le marché du produit. La nécessité d'exécuter le modèle dès que possible.

Très souvent, vous voyez des estimations de nomenclature externes pour des modèles spécifiques, elles sont basées sur ce que les chercheurs trouvent à l'intérieur des appareils lorsqu'ils les démontent. De plus, ils prennent des prix moyens qui ne tiennent pas compte des remises réelles de chaque entreprise auprès des fournisseurs. Ou certains composants peuvent coûter beaucoup plus cher que prévu. Il s'agit toujours d'une estimation approximative, qui donne facilement une erreur de 10 à 30 % selon le modèle. Par exemple, l'erreur de nomenclature de l'iPhone X est assez importante.

Armchair analytics #133. Comment une idée se transforme en smartphone sur le compteur. Première étape

C'est facile à prouver, puisque la valeur intrinsèque d'un produit pour Apple et le prix en rayon ont toujours une différence de 40-45%, pas plus. Et le coût de la R&D n'est pas si élevé pour n'importe quel produit, il correspond jusqu'à 5% de son coût dans des conditions de production de masse. Le coût élevé de l'iPhone X n'est pas un caprice conscient d'Apple et une tentative de rendre le smartphone très cher, c'est une étape forcée découlant du coût de développement et des composants.

Si la nomenclature dépasse de 5 à 10 % l'objectif, la plupart des entreprises reconsidèrent le sort du modèle. Par exemple, en A5/A7 2018, le coût des appareils est plus élevé du fait des composants utilisés (nomenclature tout aussi élevée), le sort de ces appareils a été considéré à part, puisqu'ils seront 10% plus chers que les modèles actuels au moment de Libération. C'est-à-dire que ces appareils commencent à casser la gamme élancée, à grimper sur le territoire des fleurons de l'année précédente. L'exemple est limite, car si la nomenclature était supérieure de 15 %, ces appareils seraient modifiés au-delà de toute reconnaissance afin de respecter le coût final, et la plupart de leurs capacités seraient coupées.

Les tentatives pour atteindre le coût cible de l'appareil et la nomenclature sont très importantes sur le plan idéologique, car elles contrôlent un paramètre tel que le rapport qualité/prix. Plus vous économisez sur les composants, plus le coût de la machine sur l'étagère est faible, et si vous pouvez fournir des composants plus récents et de meilleure qualité et maintenir le prix bas, l'attrait de la machine ne fera qu'augmenter. Et chaque entreprise se bat pour cela. Apple a essayé de se conformer à ce paramètre et l'a examiné, mais en 2017, pour une raison quelconque, ils ont décidé de l'abandonner, le considérant sans importance. Bien qu'il faille noter que cela a commencé avec le MacBook, et pas du tout avec l'iPhone.

Il faut jusqu'à une semaine pour créer la nomenclature initiale, puis ce document devient l'un des documents clés du projet, tout le monde est guidé par celui-ci - concepteurs, ingénieurs, ceux qui achètent des composants auprès de partenaires et, bien sûr, R&D. Tout au long du développement, il existe différentes versions de la nomenclature, il y en a des centaines au total, mais avant que les aspects techniques de l'appareil ne soient finalisés, il existe généralement plusieurs versions de la nomenclature. Un exemple typique est la sortie de modèles avec différents types d'écran - OLED et IPS. Ce ne sont que deux options de nomenclature, chacune étant prise en compte, au final, celle qui s'avère la plus opportune en fonction d'autres paramètres entre en production.

Combien de temps dure la première étape et que se passe-t-il d'autre ?

Habituellement, la première étape de développement prend environ un mois, on peut l'appeler préparation technique, lorsqu'ils passent de l'idée à l'épine dorsale du projet, ils commencent à construire de la viande dessus. À ce stade, les concepteurs commencent à dessiner des options pour l'appareil, mais ce sont les premiers croquis qui n'ont rien à voir avec la réalité. Il s'agit d'une recherche d'identité basée sur les caractéristiques de l'appareil (géométrie de l'écran, coût cible, etc., certaines caractéristiques clés). Les concepteurs ont une tâche difficile, car ils n'imaginent pas encore les dimensions exactes de l'appareil, ils ne les recevront que dans un mois, lorsqu'il y aura une ébauche plus ou moins finale sur la nomenclature et les dimensions de tous les composants déjà suivre les fournisseurs sélectionnés et leurs solutions.

Finaliser la nomenclature sous une forme ou une autre est important pour que vous obteniez les dimensions possibles de l'appareil dans le programme et que vous commenciez à travailler avec elles. Personne ne tolère le vide, et encore plus les smartphones modernes, donc les dimensions sont ajustées en fonction des composants sélectionnés. Dans les appareils complexes, cela peut prendre plus de temps. Pour accélérer le processus, ils trichent lorsqu'on dit au fournisseur que les composants doivent être de telle ou telle taille. Par exemple, si vous démontez les batteries de certains appareils, vous serez surpris de voir qu'ils disposent d'un espace libre où vous pouvez étendre la batterie elle-même et augmenter sa capacité. Pourquoi ne l'ont-ils pas fait ? La question n'est pas du tout le coût de la batterie, la différence y est minime. La question est que l'appareil a été conçu dans le cadre d'une des nomenclatures, qui s'est avérée peu précise.

Ceux qui ont accès aux documents sur les futurs appareils voient souvent l'entrée suivante dans la ligne de description avec une batterie - 3000 mAh, TBD. C'est-à-dire que la capacité approximative est de 3000 mAh, mais cela devrait être confirmé ultérieurement. En fait, cette capacité peut rester la même ou augmenter, personne ne le sait jusqu'à l'assemblage des prototypes et des accords avec le fournisseur de batteries (il peut également trancher le problème de deux manières - pour fabriquer une batterie d'une plus grande capacité pour la taille commandée ou, au contraire, de laisser de l'espace libre, alors chaque entreprise décide comment le faire). Et donc le fabricant de smartphones lui-même saura ce moment dernier, bien que cela semble assez drôle.

La première étape est furieuse, c'est un tas de tables, des calculs constants, une communication avec la R&D, ainsi qu'avec ceux qui achètent des composants, se battant pour chaque centime. Mais sans une première étape bien planifiée, le produit ne s'avérera pas intéressant, c'est l'épine dorsale, sur laquelle la viande se construit plus tard. Et la deuxième étape commence, lorsque le design est créé et, en parallèle, la création de prototypes. En moyenne, comme déjà mentionné, la première étape prend jusqu'à un mois, dans les cas complexes jusqu'à deux, mais pas plus. Nous parlerons de la deuxième étape dans un article séparé, puisqu'il ne sera pas possible d'en parler brièvement.

Analyse de canapé n° 133. Comment une idée se transforme en smartphone sur le comptoir. Première étape

La première partie de l'histoire, sur la façon dont une idée devient un smartphone et, plus largement, comment les idées deviennent des appareils, a reçu un bon accueil. Pour une meilleure compréhension de ce matériel, vous devez en savoir plus sur l'étape zéro, au cours de laquelle l'idée est convertie en une description technique et certaines fonctions de l'appareil sont sélectionnées. Ceci est important pour comprendre la logique de ce processus.

Dès la première étape, nous avons déjà un ensemble de caractéristiques de l'appareil et une compréhension de son coût en rayon, le prix cible en composants (à peu près cette compréhension existe), et le travail ennuyeux d'estimer comment le créer commence. Il y a deux mots les plus importants dans ce jeu : BOM et R&D.

Pourquoi la R&D n'est pas toujours plus importante que la nomenclature - qu'est-ce que c'est

Ne laissez pas ces acronymes vous effrayer si vous ne les avez pas encore entendus, ils représentent des termes très banals - recherche et développement (recherche et développement), ainsi que le coût des matériaux (BOM - nomenclature). Chaque corporation a une procédure interne et des budgets distincts pour chaque direction. Même si cela semble ennuyeux et qu'il semble que l'organisation de l'entreprise n'a rien à voir avec le développement de produits, ce n'est pas le cas. Par exemple, dans la plupart des entreprises, le budget de développement est séparé, et il est alloué non pas au groupe de travail, mais à l'unité de recherche. C'est-à-dire qu'en choisissant à l'étape zéro certaines fonctions qui n'existaient pas encore pour les produits de votre entreprise, vous devez les obtenir en R&D, qui est associée à l'évaluation de votre proposition, ainsi qu'à la protection du projet. Les paramètres selon lesquels cette évaluation a lieu varient d'une entreprise à l'autre, mais, en règle générale, ils sont les suivants :

  • Temps et coût de développement, estimés en R&D ;
  • Capacité à appliquer le développement à toute une gamme d'appareils (ce qui réduit les coûts de R&D pour un appareil particulier, car les coûts sont transférés à tous les modèles) ;
  • L'importance de la fonction pour le consommateur (évaluation par des analystes, s'il existe déjà des analogues sur le marché, ou groupes de discussion et/ou études) ;
  • La disponibilité de la base d'éléments pour le développement d'une fonction, la disponibilité des composants, la facilité de leur réalisation ou la complexité des approvisionnements ;
  • Facilité de répétition du développement par les concurrents, perspectives d'obtention de brevets (il s'agit d'une appréciation par des juristes qui sont affectés à ce travail).

Conventionnellement, les technologies peuvent être divisées en technologies existantes et connues sur le marché, c'est-à-dire les développements qui doivent être répétés et contournés par les brevets d'autres personnes. En règle générale, ils ont déjà une base d'éléments, il existe différents fournisseurs de solutions (y compris des logiciels). Cela se traduit par un algorithme de recherche pour des développements similaires, et ici les coûts sont estimés pour suivre le chemin par vous-même ou acheter un développement tiers (en option, accordez-lui une licence). Dans certains cas, les fabricants achètent l'ensemble de l'entreprise pour économiser de l'argent, car la licence par appareil est élevée et devient coûteuse.

Armchair analytics #133. Comment une idée se transforme en smartphone sur le compteur. Première étape

Par exemple, Apple a introduit pour la première fois l'interface sans fil Qi pour charger les smartphones en 2017, mais contrairement à ses concurrents, elle a été lente, car les ingénieurs n'avaient aucune expérience avec la norme. Les ingénieurs de la société avaient deux voies lors du développement de la prochaine génération d'appareils. La première est d'apprendre au sein de l'entreprise ce qui a pris plusieurs années aux autres, pour cela vous pouvez acquérir les ingénieurs adéquats. Mais cela ne garantit pas que vous pourrez contourner les brevets d'autres personnes. La deuxième façon est plus simple - trouver une petite entreprise qui a ses propres développements, brevets et qui est sur le marché depuis longtemps. Apple a pris un vrai risque et a racheté une petite startup néo-zélandaise, PowerbyProxi, qui développe des chargeurs sans fil depuis 2007.

Je ne doute pas qu'un jour ou l'autre, Apple pourrait apprendre à ajouter une charge sans fil rapide à ses appareils. Mais en termes de développement de smartphones de nouvelle génération très spécifiques, l'entreprise n'a pas eu le temps pour cela. Et donc une décision simple et claire a été prise, ce n'est pas la tâche des ingénieurs, mais plutôt des managers en R&D, qui ont correctement estimé les coûts en temps et en argent. Dans le département de développement, tout est évalué non seulement par le budget, c'est-à-dire par l'argent, mais aussi par le temps. Et si dans d'autres divisions de l'entreprise, le temps ne joue pas un tel rôle, alors pour la R&D, c'est l'un des principaux paramètres.Dans l'un des laboratoires d'une grande entreprise mondiale, une telle affiche était accrochée. Il représentait un sablier et la légende disait : "Vous pouvez acheter d'autres sabliers, mais vous ne pouvez pas dépasser le temps." Cette affiche véhicule l'essence même, et l'idée de R&D est une course contre la montre, et pas toujours de la science pure sans délais et résultats solides, même si cette dernière est suffisante dans les grandes entreprises. Mais on parle de choses appliquées, où le temps prime.

Permettez-moi de vous donner un autre exemple qui expliquera l'importance de la R&D pour le produit final. Sony a une excellente division qui produit des modules pour caméras, ils sont utilisés par la plupart du marché, y compris Samsung, qui a sa propre production, mais les modules de Sony ne sont pas de pire qualité et en même temps ils sont moins chers pour l'entreprise. Le calendrier de développement de nouveaux modules est compréhensible et n'est pas lié à la sortie de nouveaux modèles de smartphones Sony, mais plutôt, les smartphones commencent à être créés au fur et à mesure que les modules sont prêts et en fonction de leur coût. Mais il y a un petit problème ici, les modules de Sony apparaissent à un moment où leur raffinement et leur ajustement logiciel dans les smartphones ne sont plus possibles, c'est-à-dire qu'ils ne reçoivent évidemment pas les meilleurs algorithmes de traitement d'image. On peut dire qu'il s'agit d'une sorte de désynchronisation entre la R&D des modules caméras et les smartphones. Elle s'est développée historiquement, et toutes les tentatives pour les ramener à un dénominateur commun ont échoué. Pourquoi? La réponse réside dans le fait que différentes personnes le font. Ainsi, pour la production de modules, il est important qu'ils apparaissent à temps, et ce qui arrivera aux smartphones Sony n'est pas du tout important. Ce sont des divisions différentes, des managers différents, et rien que le nom Sony les lie, ils n'ont aucune obligation commune. Et à chaque fois, la tentative de synchronisation de ce processus se heurtait à une résistance interne, puisque la production de modules et leur vente en pâtiraient directement, ce qui signifie que Sony aurait moins d'argent. Et par conséquent, la division des smartphones et leur développement se sont vu confier des tâches napoléoniennes, à savoir accomplir un exploit dans les plus brefs délais et créer des algorithmes pour un matériel spécifique. Et Sony n'a jamais été capable de le faire.

Armchair analytics #133. Comment une idée se transforme en smartphone sur le compteur. Premier pas

Le piège dans lequel la R&D de la division mobile de Sony est tombée et tombe est typique - le choix est entre lancer les derniers modules de caméra avec de meilleures caractéristiques, mais pas de logiciels prêts à l'emploi, ou travailler avec d'anciens modules, mais de meilleurs algorithmes . Sony choisit la première voie pour garder une longueur d'avance sur le marché. Ce que cela mène, nous le savons tous très bien, c'est que le cordonnier se retrouve sans bottes. Il est surprenant que les smartphones Sony soient les premiers à recevoir le dernier matériel, mais ne réalisent pas son potentiel. Et les smartphones sur des modules conditionnellement anciens prennent de meilleures photos du point de vue d'un utilisateur ordinaire. Merveilleux? Pas du tout. C'est une faille dans les décisions qui sont prises dans l'entreprise. Cette histoire ne porte pas tant sur la technologie, mais sur les questions d'organisation, de gestion.

Regardons Samsung, qui, à première vue, vit dans le même paradigme. L'entreprise aime intégrer les dernières solutions dans ses appareils, du moins cela semble être le cas de l'extérieur. En pratique, ce n'est absolument pas le cas, ce qui se voit clairement dans l'exemple des caméras. Les prototypes du S8/S8+/Note 8 comportaient des caméras avec leur propre mémoire, ce qui permettait d'implémenter à la fois le ralenti à 960 ips et un certain nombre d'autres modes. Le coût de telles solutions n'était pas considérablement plus élevé et Samsung pouvait équiper ses appareils de telles caméras, mais ne l'a pas fait.Pourquoi? La réponse réside dans le fait que pour de tels modules, le logiciel n'était pas entièrement prêt et ce que l'utilisateur pouvait obtenir. Bien sûr, il était possible de publier les modèles tels quels, puis d'ajouter de nouvelles fonctionnalités avec des mises à jour. Mais ce n'est pas la bonne façon, car il s'avère que vous disposez de plusieurs appareils expérimentaux sous condition et d'une vaste gamme de smartphones qui ne disposent pas d'une telle solution. Pour Samsung, il est important de ne pas se contenter de déployer une solution et de noter que l'entreprise a été la première. L'une des tâches clés de la R&D est de faire en sorte que la technologie soit produite en série, et donc commercialement réussie.

Pour donner un autre exemple, Huawei et comment ils créent rapidement des smartphones avec deux caméras. Ceci n'est qu'un exemple de travail de R&D réussi, lorsque la technologie apparaît dans différents segments de prix et est utile en même temps. Il devient massif et commercialement réussi. Initialement, cette technologie a été créée pour un appareil, puis étendue à d'autres modèles. C'est l'approche habituelle.

Dans une certaine mesure, l'iPhone X est également un prototype (provisoirement, puisqu'il s'agit d'un produit commercial) qui joue avec le nouveau châssis et les nouvelles technologies d'Apple, y compris FaceID. Initialement, Apple prévoyait de sortir ce produit en 2018, mais a ensuite accéléré. Et en 2018, nous verrons deux modèles construits sur ce châssis, car les coûts de R&D seront déjà moindres en termes de temps.

Les entreprises disposent d'un budget de développement presque illimité, mais ne le mettent jamais en œuvre, car il y a toujours des délais pour certaines technologies et la nécessité de s'y conformer. D'autre part, ayant de gros budgets, vous pouvez créer au sens figuré n'importe quel appareil, il n'y a aucune restriction. Le seul problème est qu'il ne respectera pas les règles internes de l'entreprise, ne coûtera pas autant qu'il le devrait, et plus bas dans la liste. Ici, la question se pose, fermez les yeux et considérez qu'un tel appareil sera quelque chose de nouveau pour le marché et y prendra sa place, ou l'abandonnera. Et le même iPhone X est pleinement un tel appareil qui viole toutes les règles écrites et non écrites de développement au sein d'Apple. Et nous pouvons passer à un paramètre comme BOM.

Coût des matériaux - le prix du problème pour le développeur et le consommateur

À l'étape zéro, vous définissez un "coût cible de l'appareil", c'est-à-dire combien cela coûtera sur l'étagère du magasin. Mais vous commencez tout juste à définir les exigences de l'appareil, vous ne savez pas à quel point cela est réaliste. Ce n'est qu'à la première étape que vous pourrez vous rapprocher de la compréhension si votre appareil atteint ou non votre objectif de coût. Pour cela, un travail plutôt ennuyeux est effectué, qui peut être décrit comme la comptabilité des composants. Vous calculez quels composants sont nécessaires dans votre appareil - au début, ce sont des estimations approximatives. Autrement dit, vous savez exactement combien coûteront une centaine de résistances, condensateurs, isolants, une carte, etc. Et compter leur coût. Inconnu 1-3 Mois Femelle Mixed Breed Maltais il vous reste le coût des nouveaux composants. Par conséquent, dans le budget d'un nouveau produit dans la première étape, la nomenclature se compose de deux parties - composants connus et composants en phase de R&D. Pour les premiers composants, le prix est fixé aux niveaux marginaux, c'est-à-dire que le coût de la résistance ne peut pas être supérieur à tel ou tel. Cela peut être moins, mais rien de plus.

Mais qu'en est-il des composants inconnus ? Parfois, ils n'existent même pas dans la production de masse, et on ne sait pas quel en sera le coût, car le mariage peut dépasser celui calculé, ce qui augmentera le coût du composant à la fois pour son fabricant et pour l'acheteur. Dans la nomenclature, les composants en phase de R&D sont évalués sur divers paramètres. Il existe généralement deux approches. Dans le premier, le développeur du composant est contraint de signer des conditions draconiennes, dans lesquelles il doit assurer la fourniture de tels ou tels volumes à tel ou tel moment. Pour le constructeur, c'est l'approche la plus sûre, puisqu'elle garantit soit qu'il obtienne ce qu'il veut au bon moment, soit le déclenchement des pénalités.

Une illustration en est l'histoire de GT Advanced, une entreprise qui a créé le verre saphir pour l'iPhone 6 mais n'a pas réussi à relever les défis technologiques, et en octobre 2014 a dissous son personnel et a déposé son bilan. Comme vous le savez, il n'y a pas de verre saphir dans l'iPhone 6, bien qu'Apple ait initialement prévu de l'ajouter aux smartphones et d'en faire son avantage concurrentiel. Mais le fournisseur du composant ne pouvait pas le créer - et la création s'entend ici non pas tant comme la création d'un verre spécifique, mais comme un processus de production avec un certain rendement de verres utilisables et leur coût.

Armchair analytics #133. Comment une idée se transforme en smartphone sur le compteur. Première étape

Dans des conditions à peu près similaires, Apple investit dans LG pour obtenir des écrans OLED en 2018-2019 qui répondront à la fois aux termes de référence de l'entreprise et au coût dont elle a besoin pour réduire radicalement le prix des modèles suivants sur le châssis de l'iPhone X.

La deuxième approche pour estimer les composants inconnus au stade de leur R&D dans la nomenclature ressemble à une règle empirique : le coût d'un composant inconnu est corrélé avec le composant le plus proche dans la logique de travail, puis le coût maximum est sélectionné et multiplié par deux. Autrement dit, on suppose que le composant créé ne peut pas coûter plus du double du plus cher des analogues existants, bien que l'analogue ici soit une définition très conditionnelle.

Par souci d'équité, il existe une troisième approche, lorsque vous prenez le coût final du produit et que vous le multipliez par un certain coefficient, qui doit prendre en compte toutes les inconnues. La plupart ou presque toutes les entreprises essaient d'éviter cette approche, car elle dit une chose simple : vous ne contrôlez pas la nomenclature pour plusieurs postes à la fois, et lorsque le nombre d'inconnues est supérieur à deux, vous pouvez dire en toute confiance que vous avez un problème. . Le coût de l'iPhone X au sein d'Apple a été précisément calculé de cette troisième manière, lorsque toutes les inconnues ont été couvertes par le surcoût et ont ainsi résolu le problème de calcul. C'est une approche très grossière qui ne fonctionne pas à long terme car elle corrompt l'équipe de développement. Pourquoi vous tuer à la recherche de composants si vous avez déjà créé des conditions confortables pour vous-même et êtes prêt à fermer les yeux sur le fait qu'ils ne valent pas ce qu'ils devraient. Il est possible que pour l'iPhone X, Apple ait opté pour une seule fois, car ils procédaient de leurs tâches et de la rapidité de mise sur le marché du produit. La nécessité d'exécuter le modèle dès que possible.

Très souvent, vous voyez des estimations de nomenclature externes pour des modèles spécifiques, elles sont basées sur ce que les chercheurs trouvent à l'intérieur des appareils lorsqu'ils les démontent. De plus, ils prennent des prix moyens qui ne tiennent pas compte des remises réelles de chaque entreprise auprès des fournisseurs. Ou certains composants peuvent coûter beaucoup plus cher que prévu. Il s'agit toujours d'une estimation approximative, qui donne facilement une erreur de 10 à 30 % selon le modèle. Par exemple, l'erreur de nomenclature de l'iPhone X est assez importante.

Armchair analytics #133. Comment une idée se transforme en smartphone sur le compteur. Première étape

C'est facile à prouver, puisque la valeur intrinsèque d'un produit pour Apple et le prix en rayon ont toujours une différence de 40-45%, pas plus. Et le coût de la R&D n'est pas si élevé pour n'importe quel produit, il correspond jusqu'à 5% de son coût dans des conditions de production de masse. Le coût élevé de l'iPhone X n'est pas un caprice conscient d'Apple et une tentative de rendre le smartphone très cher, c'est une étape forcée découlant du coût de développement et des composants.

Si la nomenclature dépasse de 5 à 10 % l'objectif, la plupart des entreprises reconsidèrent le sort du modèle. Par exemple, en A5/A7 2018, le coût des appareils est plus élevé du fait des composants utilisés (nomenclature tout aussi élevée), le sort de ces appareils a été considéré à part, puisqu'ils seront 10% plus chers que les modèles actuels au moment de Libération. C'est-à-dire que ces appareils commencent à casser la gamme élancée, à grimper sur le territoire des fleurons de l'année précédente. L'exemple est limite, car si la nomenclature était supérieure de 15 %, ces appareils seraient modifiés au-delà de toute reconnaissance afin de respecter le coût final, et la plupart de leurs capacités seraient coupées.

Les tentatives pour atteindre le coût cible de l'appareil et la nomenclature sont très importantes sur le plan idéologique, car elles contrôlent un paramètre tel que le rapport qualité/prix. Plus vous économisez sur les composants, plus le coût de la machine sur l'étagère est faible, et si vous pouvez fournir des composants plus récents et de meilleure qualité et maintenir le prix bas, l'attrait de la machine ne fera qu'augmenter. Et chaque entreprise se bat pour cela. Apple a essayé de se conformer à ce paramètre et l'a examiné, mais en 2017, pour une raison quelconque, ils ont décidé de l'abandonner, le considérant sans importance. Bien qu'il faille noter que cela a commencé avec le MacBook, et pas du tout avec l'iPhone.

Il faut jusqu'à une semaine pour créer la nomenclature initiale, puis ce document devient l'un des documents clés du projet, tout le monde est guidé par celui-ci - concepteurs, ingénieurs, ceux qui achètent des composants auprès de partenaires et, bien sûr, R&D. Tout au long du développement, il existe différentes versions de la nomenclature, il y en a des centaines au total, mais avant que les aspects techniques de l'appareil ne soient finalisés, il existe généralement plusieurs versions de la nomenclature. Un exemple typique est la sortie de modèles avec différents types d'écran - OLED et IPS. Ce ne sont que deux options de nomenclature, chacune étant prise en compte, au final, celle qui s'avère la plus opportune en fonction d'autres paramètres entre en production.

Combien de temps dure la première étape et que se passe-t-il d'autre ?

Habituellement, la première étape de développement prend environ un mois, on peut l'appeler préparation technique, lorsqu'ils passent de l'idée à l'épine dorsale du projet, ils commencent à construire de la viande dessus. À ce stade, les concepteurs commencent à dessiner des options pour l'appareil, mais ce sont les premiers croquis qui n'ont rien à voir avec la réalité. Il s'agit d'une recherche d'identité basée sur les caractéristiques de l'appareil (géométrie de l'écran, coût cible, etc., certaines caractéristiques clés). Les concepteurs ont une tâche difficile, car ils n'imaginent pas encore les dimensions exactes de l'appareil, ils ne les recevront que dans un mois, lorsqu'il y aura une ébauche plus ou moins finale sur la nomenclature et les dimensions de tous les composants déjà suivre les fournisseurs sélectionnés et leurs solutions.

Finaliser la nomenclature sous une forme ou une autre est important pour que vous obteniez les dimensions possibles de l'appareil dans le programme et que vous commenciez à travailler avec elles. Personne ne tolère le vide, et encore plus les smartphones modernes, donc les dimensions sont ajustées en fonction des composants sélectionnés. Dans les appareils complexes, cela peut prendre plus de temps. Pour accélérer le processus, ils trichent lorsqu'on dit au fournisseur que les composants doivent être de telle ou telle taille. Par exemple, si vous démontez les batteries de certains appareils, vous serez surpris de voir qu'ils disposent d'un espace libre où vous pouvez étendre la batterie elle-même et augmenter sa capacité. Pourquoi ne l'ont-ils pas fait ? La question n'est pas du tout le coût de la batterie, la différence y est minime. La question est que l'appareil a été conçu dans le cadre d'une des nomenclatures, qui s'est avérée peu précise.

Ceux qui ont accès aux documents sur les futurs appareils voient souvent l'entrée suivante dans la ligne de description avec une batterie - 3000 mAh, à déterminer. C'est-à-dire que la capacité approximative est de 3000 mAh, mais cela devrait être confirmé ultérieurement. En fait, cette capacité peut rester la même ou augmenter, personne ne le sait jusqu'à l'assemblage des prototypes et des accords avec le fournisseur de batteries (il peut également trancher le problème de deux manières - pour fabriquer une batterie d'une plus grande capacité pour la taille commandée ou, au contraire, de laisser de l'espace libre, alors chaque entreprise décide comment le faire). Et donc le fabricant de smartphones lui-même saura ce dernier moment, même si cela semble assez drôle.

La première étape est furieuse, c'est un tas de tables, des calculs constants, une communication avec la R&D, ainsi qu'avec ceux qui achètent des composants, se battant pour chaque centime. Mais sans une première étape bien planifiée, le produit ne s'avérera pas intéressant, c'est l'épine dorsale, sur laquelle la viande se construit plus tard. Et la deuxième étape commence, lorsque le design est créé et, en parallèle, la création de prototypes. En moyenne, comme déjà mentionné, la première étape prend jusqu'à un mois, dans les cas complexes jusqu'à deux, mais pas plus. Nous parlerons de la deuxième étape dans un article séparé, puisqu'il ne sera pas possible d'en parler brièvement.

Analyse de canapé n° 133. Comment une idée se transforme en smartphone sur le comptoir. Première étape

La première partie de l'histoire, sur la façon dont une idée devient un smartphone et, plus largement, comment les idées deviennent des appareils, a reçu un bon accueil. Pour une meilleure compréhension de ce matériel, vous devez en savoir plus sur l'étape zéro, au cours de laquelle l'idée est convertie en une description technique et certaines fonctions de l'appareil sont sélectionnées. Ceci est important pour comprendre la logique de ce processus.

Dès la première étape, nous avons déjà un ensemble de caractéristiques de l'appareil et une compréhension de son coût en rayon, le prix cible en composants (à peu près cette compréhension existe), et le travail ennuyeux d'estimer comment le créer commence. Il y a deux mots les plus importants dans ce jeu : BOM et R&D.

Pourquoi la R&D n'est pas toujours plus importante que la nomenclature - qu'est-ce que c'est

Ne laissez pas ces acronymes vous effrayer si vous ne les avez pas encore entendus, ils représentent des termes très banals - recherche et développement (recherche et développement), ainsi que le coût des matériaux (BOM - nomenclature). Chaque corporation a une procédure interne et des budgets distincts pour chaque direction. Même si cela semble ennuyeux et qu'il semble que l'organisation de l'entreprise n'a rien à voir avec le développement de produits, ce n'est pas le cas. Par exemple, dans la plupart des entreprises, le budget de développement est séparé, et il est alloué non pas au groupe de travail, mais à l'unité de recherche. C'est-à-dire qu'en choisissant à l'étape zéro certaines fonctions qui n'existaient pas encore pour les produits de votre entreprise, vous devez les obtenir en R&D, qui est associée à l'évaluation de votre proposition, ainsi qu'à la protection du projet. Les paramètres selon lesquels cette évaluation a lieu varient d'une entreprise à l'autre, mais, en règle générale, ils sont les suivants :

  • Temps et coût de développement, estimés en R&D ;
  • Capacité à appliquer le développement à toute une gamme d'appareils (ce qui réduit les coûts de R&D pour un appareil particulier, car les coûts sont transférés à tous les modèles) ;
  • L'importance de la fonction pour le consommateur (évaluation par des analystes, s'il existe déjà des analogues sur le marché, ou groupes de discussion et/ou études) ;
  • La disponibilité de la base d'éléments pour le développement d'une fonction, la disponibilité des composants, la facilité de leur réalisation ou la complexité des approvisionnements ;
  • Facilité de répétition du développement par les concurrents, perspectives d'obtention de brevets (il s'agit d'une appréciation par des juristes qui sont affectés à ce travail).

Conventionnellement, les technologies peuvent être divisées en technologies existantes et connues sur le marché, c'est-à-dire les développements qui doivent être répétés et contournés par les brevets d'autres personnes. En règle générale, ils ont déjà une base d'éléments, il existe différents fournisseurs de solutions (y compris des logiciels). Cela se traduit par un algorithme de recherche pour des développements similaires, et ici les coûts sont estimés pour suivre le chemin par vous-même ou acheter un développement tiers (en option, accordez-lui une licence). Dans certains cas, les fabricants achètent l'ensemble de l'entreprise pour économiser de l'argent, car la licence par appareil est élevée et devient coûteuse.

Armchair analytics #133. Comment une idée se transforme en smartphone sur le compteur. Première étape

Par exemple, Apple a introduit pour la première fois l'interface sans fil Qi pour charger les smartphones en 2017, mais contrairement à ses concurrents, elle a été lente, car les ingénieurs n'avaient aucune expérience avec la norme. Les ingénieurs de la société avaient deux voies lors du développement de la prochaine génération d'appareils. La première est d'apprendre au sein de l'entreprise ce qui a pris plusieurs années aux autres, pour cela vous pouvez acquérir les ingénieurs adéquats. Mais cela ne garantit pas que vous pourrez contourner les brevets d'autres personnes. La deuxième façon est plus simple - trouver une petite entreprise qui a ses propres développements, brevets et qui est sur le marché depuis longtemps. Apple a pris un vrai risque et a racheté une petite startup néo-zélandaise, PowerbyProxi, qui développe des chargeurs sans fil depuis 2007.

Je ne doute pas qu'un jour ou l'autre, Apple pourrait apprendre à ajouter une charge sans fil rapide à ses appareils. Mais en termes de développement de smartphones de nouvelle génération très spécifiques, l'entreprise n'a pas eu le temps pour cela. Et donc une décision simple et claire a été prise, ce n'est pas la tâche des ingénieurs, mais plutôt des managers en R&D, qui ont correctement estimé les coûts en temps et en argent. Dans le département de développement, tout est évalué non seulement par le budget, c'est-à-dire par l'argent, mais aussi par le temps. Et si dans d'autres divisions de l'entreprise, le temps ne joue pas un tel rôle, alors pour la R&D, c'est l'un des principaux paramètres.Dans l'un des laboratoires d'une grande entreprise mondiale, une telle affiche était accrochée. Il représentait un sablier et la légende disait : "Vous pouvez acheter d'autres sabliers, mais vous ne pouvez pas dépasser le temps." Cette affiche véhicule l'essence même, et l'idée de R&D est une course contre la montre, et pas toujours de la science pure sans délais et résultats solides, même si cette dernière est suffisante dans les grandes entreprises. Mais on parle de choses appliquées, où le temps prime.

Permettez-moi de vous donner un autre exemple qui expliquera l'importance de la R&D pour le produit final. Sony a une excellente division qui produit des modules pour caméras, ils sont utilisés par la plupart du marché, y compris Samsung, qui a sa propre production, mais les modules de Sony ne sont pas de pire qualité et en même temps ils sont moins chers pour l'entreprise. Le calendrier de développement de nouveaux modules est compréhensible et n'est pas lié à la sortie de nouveaux modèles de smartphones Sony, mais plutôt, les smartphones commencent à être créés au fur et à mesure que les modules sont prêts et en fonction de leur coût. Mais il y a un petit problème ici, les modules de Sony apparaissent à un moment où leur raffinement et leur ajustement logiciel dans les smartphones ne sont plus possibles, c'est-à-dire qu'ils ne reçoivent évidemment pas les meilleurs algorithmes de traitement d'image. On peut dire qu'il s'agit d'une sorte de désynchronisation entre la R&D des modules caméras et les smartphones. Elle s'est développée historiquement, et toutes les tentatives pour les ramener à un dénominateur commun ont échoué. Pourquoi? La réponse réside dans le fait que différentes personnes le font. Ainsi, pour la production de modules, il est important qu'ils apparaissent à temps, et ce qui arrivera aux smartphones Sony n'est pas du tout important. Ce sont des divisions différentes, des managers différents, et rien que le nom Sony les lie, ils n'ont aucune obligation commune. Et à chaque fois, la tentative de synchronisation de ce processus se heurtait à une résistance interne, puisque la production de modules et leur vente en pâtiraient directement, ce qui signifie que Sony aurait moins d'argent. Et par conséquent, la division des smartphones et leur développement se sont vu confier des tâches napoléoniennes, à savoir accomplir un exploit dans les plus brefs délais et créer des algorithmes pour un matériel spécifique. Et Sony n'a jamais été capable de le faire.

Armchair analytics #133. Comment une idée se transforme en smartphone sur le compteur. Premier pas

Le piège dans lequel la R&D de la division mobile de Sony est tombée et tombe est typique - le choix est entre lancer les derniers modules de caméra avec de meilleures caractéristiques, mais pas de logiciels prêts à l'emploi, ou travailler avec d'anciens modules, mais de meilleurs algorithmes . Sony choisit la première voie pour garder une longueur d'avance sur le marché. Ce que cela mène, nous le savons tous très bien, c'est que le cordonnier se retrouve sans bottes. Il est surprenant que les smartphones Sony soient les premiers à recevoir le dernier matériel, mais ne réalisent pas son potentiel. Et les smartphones sur des modules conditionnellement anciens prennent de meilleures photos du point de vue d'un utilisateur ordinaire. Merveilleux? Pas du tout. C'est une faille dans les décisions qui sont prises dans l'entreprise. Cette histoire ne porte pas tant sur la technologie, mais sur les questions d'organisation, de gestion.

Regardons Samsung, qui, à première vue, vit dans le même paradigme. L'entreprise aime intégrer les dernières solutions dans ses appareils, du moins cela semble être le cas de l'extérieur. En pratique, ce n'est absolument pas le cas, ce qui se voit clairement dans l'exemple des caméras. Les prototypes du S8/S8+/Note 8 comportaient des caméras avec leur propre mémoire, ce qui permettait d'implémenter à la fois le ralenti à 960 ips et un certain nombre d'autres modes. Le coût de telles solutions n'était pas considérablement plus élevé et Samsung pouvait équiper ses appareils de telles caméras, mais ne l'a pas fait.Pourquoi? La réponse réside dans le fait que pour de tels modules, le logiciel n'était pas entièrement prêt et ce que l'utilisateur pouvait obtenir. Bien sûr, il était possible de publier les modèles tels quels, puis d'ajouter de nouvelles fonctionnalités avec des mises à jour. Mais ce n'est pas la bonne façon, car il s'avère que vous disposez de plusieurs appareils expérimentaux sous condition et d'une vaste gamme de smartphones qui ne disposent pas d'une telle solution. Pour Samsung, il est important de ne pas se contenter de déployer une solution et de noter que l'entreprise a été la première. L'une des tâches clés de la R&D est de faire en sorte que la technologie soit produite en série, et donc commercialement réussie.

Pour donner un autre exemple, Huawei et comment ils créent rapidement des smartphones avec deux caméras. Ceci n'est qu'un exemple de travail de R&D réussi, lorsque la technologie apparaît dans différents segments de prix et est utile en même temps. Il devient massif et commercialement réussi. Initialement, cette technologie a été créée pour un appareil, puis étendue à d'autres modèles. C'est l'approche habituelle.

Dans une certaine mesure, l'iPhone X est également un prototype (provisoirement, puisqu'il s'agit d'un produit commercial) qui joue avec le nouveau châssis et les nouvelles technologies d'Apple, y compris FaceID. Initialement, Apple prévoyait de sortir ce produit en 2018, mais a ensuite accéléré. Et en 2018, nous verrons deux modèles construits sur ce châssis, car les coûts de R&D seront déjà moindres en termes de temps.

Les entreprises disposent d'un budget de développement presque illimité, mais ne le mettent jamais en œuvre, car il y a toujours des délais pour certaines technologies et la nécessité de s'y conformer. D'autre part, ayant de gros budgets, vous pouvez créer au sens figuré n'importe quel appareil, il n'y a aucune restriction. Le seul problème est qu'il ne respectera pas les règles internes de l'entreprise, ne coûtera pas autant qu'il le devrait, et plus bas dans la liste. Ici, la question se pose, fermez les yeux et considérez qu'un tel appareil sera quelque chose de nouveau pour le marché et y prendra sa place, ou l'abandonnera. Et le même iPhone X est pleinement un tel appareil qui viole toutes les règles écrites et non écrites de développement au sein d'Apple. Et nous pouvons passer à un paramètre comme BOM.

Coût des matériaux - le prix du problème pour le développeur et le consommateur

À l'étape zéro, vous définissez un "coût cible de l'appareil", c'est-à-dire combien cela coûtera sur l'étagère du magasin. Mais vous commencez tout juste à définir les exigences de l'appareil, vous ne savez pas à quel point cela est réaliste. Ce n'est qu'à la première étape que vous pourrez vous rapprocher de la compréhension si votre appareil atteint ou non votre objectif de coût. Pour cela, un travail plutôt ennuyeux est effectué, qui peut être décrit comme la comptabilité des composants. Vous calculez quels composants sont nécessaires dans votre appareil - au début, ce sont des estimations approximatives. Autrement dit, vous savez exactement combien coûteront une centaine de résistances, condensateurs, isolants, une carte, etc. Et calculez leur valeur. Inconnu 1-3 Mois Femelle Mixed Breed Maltais il vous reste le coût des nouveaux composants. Par conséquent, dans le budget d'un nouveau produit dans la première étape, la nomenclature se compose de deux parties - composants connus et composants en phase de R&D. Pour les premiers composants, le prix est fixé aux niveaux marginaux, c'est-à-dire que le coût de la résistance ne peut pas être supérieur à tel ou tel. Cela peut être moins, mais rien de plus.

Mais qu'en est-il des composants inconnus ? Parfois, ils n'existent même pas dans la production de masse, et on ne sait pas quel en sera le coût, car le mariage peut dépasser celui calculé, ce qui augmentera le coût du composant à la fois pour son fabricant et pour l'acheteur. Dans la nomenclature, les composants en phase de R&D sont évalués sur divers paramètres. Il existe généralement deux approches. Dans le premier, le développeur du composant est contraint de signer des conditions draconiennes, dans lesquelles il doit assurer la fourniture de tels ou tels volumes à tel ou tel moment. Pour le constructeur, c'est l'approche la plus sûre, puisqu'elle garantit soit qu'il obtienne ce qu'il veut au bon moment, soit le déclenchement des pénalités.

Une illustration en est l'histoire de GT Advanced, une entreprise qui a créé le verre saphir pour l'iPhone 6 mais n'a pas réussi à relever les défis technologiques, et en octobre 2014 a dissous son personnel et a déposé son bilan. Comme vous le savez, il n'y a pas de verre saphir dans l'iPhone 6, bien qu'Apple ait initialement prévu de l'ajouter aux smartphones et d'en faire son avantage concurrentiel. Mais le fournisseur du composant ne pouvait pas le créer - et la création s'entend ici non pas tant comme la création d'un verre spécifique, mais comme un processus de production avec un certain rendement de verres utilisables et leur coût.

Armchair analytics #133. Comment une idée se transforme en smartphone sur le compteur. Première étape

Dans des conditions à peu près similaires, Apple investit dans LG pour obtenir des écrans OLED en 2018-2019 qui répondront à la fois aux termes de référence de l'entreprise et au coût dont elle a besoin pour réduire radicalement le prix des modèles suivants sur le châssis de l'iPhone X.

La deuxième approche pour estimer les composants inconnus au stade de leur R&D dans la nomenclature ressemble à une règle empirique : le coût d'un composant inconnu est corrélé avec le composant le plus proche dans la logique de travail, puis le coût maximum est sélectionné et multiplié par deux. Autrement dit, on suppose que le composant créé ne peut pas coûter plus du double du plus cher des analogues existants, bien que l'analogue ici soit une définition très conditionnelle.

Pour être juste, il existe une troisième approche, lorsque vous prenez le coût final du produit et que vous le multipliez par un certain coefficient, qui doit prendre en compte toutes les inconnues. La plupart ou presque toutes les entreprises essaient d'éviter cette approche, car elle dit une chose simple : vous ne contrôlez pas la nomenclature pour plusieurs postes à la fois, et lorsque le nombre d'inconnues est supérieur à deux, vous pouvez dire en toute confiance que vous avez un problème. . Le coût de l'iPhone X au sein d'Apple a été précisément calculé de cette troisième manière, lorsque toutes les inconnues ont été couvertes par le surcoût et ont ainsi résolu le problème de calcul. C'est une approche très grossière qui ne fonctionne pas à long terme car elle corrompt l'équipe de développement. Pourquoi vous tuer à la recherche de composants si vous avez déjà créé des conditions confortables pour vous-même et êtes prêt à fermer les yeux sur le fait qu'ils ne valent pas ce qu'ils devraient. Il est possible que pour l'iPhone X, Apple ait opté pour une seule fois, car ils procédaient de leurs tâches et de la rapidité de mise sur le marché du produit. La nécessité d'exécuter le modèle dès que possible.

Très souvent, vous voyez des estimations de nomenclature externes pour des modèles spécifiques, elles sont basées sur ce que les chercheurs trouvent à l'intérieur des appareils lorsqu'ils les démontent. De plus, ils prennent des prix moyens qui ne tiennent pas compte des remises réelles de chaque entreprise auprès des fournisseurs. Ou certains composants peuvent coûter beaucoup plus cher que prévu. Il s'agit toujours d'une estimation approximative, qui donne facilement une erreur de 10 à 30 % selon le modèle. Par exemple, l'erreur de nomenclature de l'iPhone X est assez importante.

Armchair analytics #133. Comment une idée se transforme en smartphone sur le compteur. Première étape

C'est facile à prouver, puisque la valeur intrinsèque d'un produit pour Apple et le prix en rayon ont toujours une différence de 40-45%, pas plus. Et le coût de la R&D n'est pas si élevé pour n'importe quel produit, il correspond jusqu'à 5% de son coût dans des conditions de production de masse. Le coût élevé de l'iPhone X n'est pas un caprice conscient d'Apple et une tentative de rendre le smartphone très cher, c'est une étape forcée découlant du coût de développement et des composants.

Si la nomenclature dépasse de 5 à 10 % l'objectif, la plupart des entreprises reconsidèrent le sort du modèle. Par exemple, en A5/A7 2018, le coût des appareils est plus élevé du fait des composants utilisés (nomenclature tout aussi élevée), le sort de ces appareils a été considéré à part, puisqu'ils seront 10% plus chers que les modèles actuels au moment de Libération. C'est-à-dire que ces appareils commencent à casser la gamme élancée, à grimper sur le territoire des fleurons de l'année précédente. L'exemple est limite, car si la nomenclature était supérieure de 15 %, ces appareils seraient modifiés au-delà de toute reconnaissance afin de respecter le coût final, et la plupart de leurs capacités seraient coupées.

Les tentatives pour atteindre le coût cible de l'appareil et la nomenclature sont très importantes sur le plan idéologique, car elles contrôlent un paramètre tel que le rapport qualité/prix. Plus vous économisez sur les composants, plus le coût de la machine sur l'étagère est faible, et si vous pouvez fournir des composants plus récents et de meilleure qualité et maintenir le prix bas, l'attrait de la machine ne fera qu'augmenter. Et chaque entreprise se bat pour cela. Apple a essayé de se conformer à ce paramètre et l'a examiné, mais en 2017, pour une raison quelconque, ils ont décidé de l'abandonner, le considérant sans importance. Bien qu'il faille noter que cela a commencé avec le MacBook, et pas du tout avec l'iPhone.

Il faut jusqu'à une semaine pour créer la nomenclature initiale, puis ce document devient l'un des documents clés du projet, tout le monde est guidé par celui-ci - concepteurs, ingénieurs, ceux qui achètent des composants auprès de partenaires et, bien sûr, R&D. Tout au long du développement, il existe différentes versions de la nomenclature, il y en a des centaines au total, mais avant que les aspects techniques de l'appareil ne soient finalisés, il existe généralement plusieurs versions de la nomenclature. Un exemple typique est la sortie de modèles avec différents types d'écran - OLED et IPS. Ce ne sont que deux options de nomenclature, chacune étant prise en compte, au final, celle qui s'avère la plus opportune en fonction d'autres paramètres entre en production.

Combien de temps dure la première étape et que se passe-t-il d'autre ?

Habituellement, la première étape de développement prend environ un mois, on peut l'appeler préparation technique, lorsqu'ils passent de l'idée à l'épine dorsale du projet, ils commencent à construire de la viande dessus. À ce stade, les concepteurs commencent à dessiner des options pour l'appareil, mais ce sont les premiers croquis qui n'ont rien à voir avec la réalité. Il s'agit d'une recherche d'identité basée sur les caractéristiques de l'appareil (géométrie de l'écran, coût cible, etc., certaines caractéristiques clés). Les concepteurs ont une tâche difficile, car ils n'imaginent pas encore les dimensions exactes de l'appareil, ils ne les recevront que dans un mois, lorsqu'il y aura une ébauche plus ou moins finale sur la nomenclature et les dimensions de tous les composants déjà suivre les fournisseurs sélectionnés et leurs solutions.

Finaliser la nomenclature sous une forme ou une autre est important pour que vous obteniez les dimensions possibles de l'appareil dans le programme et que vous commenciez à travailler avec elles. Personne ne tolère le vide, et encore plus les smartphones modernes, donc les dimensions sont ajustées en fonction des composants sélectionnés. Dans les appareils complexes, cela peut prendre plus de temps. Pour accélérer le processus, ils trichent lorsqu'on dit au fournisseur que les composants doivent être de telle ou telle taille. Par exemple, si vous démontez les batteries de certains appareils, vous serez surpris de voir qu'ils disposent d'un espace libre où vous pouvez étendre la batterie elle-même et augmenter sa capacité. Pourquoi ne l'ont-ils pas fait ? La question n'est pas du tout le coût de la batterie, la différence y est minime. La question est que l'appareil a été conçu dans le cadre d'une des nomenclatures, qui s'est avérée peu précise.

Ceux qui ont accès aux documents sur les futurs appareils voient souvent l'entrée suivante dans la ligne de description avec une batterie - 3000 mAh, TBD. C'est-à-dire que la capacité approximative est de 3000 mAh, mais cela devrait être confirmé ultérieurement. En fait, cette capacité peut rester la même ou augmenter, personne ne le sait jusqu'à l'assemblage des prototypes et des accords avec le fournisseur de batteries (il peut également trancher le problème de deux manières - pour fabriquer une batterie d'une plus grande capacité pour la taille commandée ou, au contraire, de laisser de l'espace libre, alors chaque entreprise décide comment le faire). Et donc le fabricant de smartphones lui-même saura ce moment dernier, bien que cela semble assez drôle.

Dès la première étape, nous avons déjà un ensemble de caractéristiques de l'appareil et une compréhension de son coût en rayon, le prix cible en composants (à peu près cette compréhension existe), et le travail ennuyeux d'estimer comment le créer commence. Il y a deux mots les plus importants dans ce jeu : BOM et R&D.

Pourquoi la R&D n'est pas toujours plus importante que la nomenclature - qu'est-ce que c'est

Ne laissez pas ces acronymes vous effrayer si vous ne les avez pas encore entendus, ils représentent des termes très banals - recherche et développement (recherche et développement), ainsi que le coût des matériaux (BOM - nomenclature). Chaque corporation a une procédure interne et des budgets distincts pour chaque direction. Même si cela semble ennuyeux et qu'il semble que l'organisation de l'entreprise n'a rien à voir avec le développement de produits, ce n'est pas le cas. Par exemple, dans la plupart des entreprises, le budget de développement est séparé, et il est alloué non pas au groupe de travail, mais à l'unité de recherche. C'est-à-dire qu'en choisissant à l'étape zéro certaines fonctions qui n'existaient pas encore pour les produits de votre entreprise, vous devez les obtenir en R&D, qui est associée à l'évaluation de votre proposition, ainsi qu'à la protection du projet. Les paramètres selon lesquels cette évaluation a lieu varient d'une entreprise à l'autre, mais, en règle générale, ils sont les suivants :

  • Temps et coût de développement, estimés en R&D ;
  • Capacité à appliquer le développement à toute une gamme d'appareils (ce qui réduit les coûts de R&D pour un appareil particulier, car les coûts sont transférés à tous les modèles) ;
  • L'importance de la fonction pour le consommateur (évaluation par des analystes, s'il existe déjà des analogues sur le marché, ou groupes de discussion et/ou études) ;
  • La disponibilité de la base d'éléments pour le développement d'une fonction, la disponibilité des composants, la facilité de leur réalisation ou la complexité des approvisionnements ;
  • Facilité de répétition du développement par les concurrents, perspectives d'obtention de brevets (il s'agit d'une appréciation par des juristes qui sont affectés à ce travail).

Conventionnellement, les technologies peuvent être divisées en technologies existantes et connues sur le marché, c'est-à-dire les développements qui doivent être répétés et contournés par les brevets d'autres personnes. En règle générale, ils ont déjà une base d'éléments, il existe différents fournisseurs de solutions (y compris des logiciels). Cela se traduit par un algorithme de recherche pour des développements similaires, et ici les coûts sont estimés pour suivre le chemin par vous-même ou acheter un développement tiers (en option, accordez-lui une licence). Dans certains cas, les fabricants achètent l'ensemble de l'entreprise pour économiser de l'argent, car la licence par appareil est élevée et devient coûteuse.

Par exemple, Apple a introduit pour la première fois l'interface sans fil Qi pour charger les smartphones en 2017, mais contrairement à ses concurrents, elle a été lente, car les ingénieurs n'avaient aucune expérience avec la norme. Les ingénieurs de la société avaient deux voies lors du développement de la prochaine génération d'appareils. La première est d'apprendre au sein de l'entreprise ce qui a pris plusieurs années aux autres, pour cela vous pouvez acquérir les ingénieurs adéquats. Mais cela ne garantit pas que vous pourrez contourner les brevets d'autres personnes. La deuxième façon est plus simple - trouver une petite entreprise qui a ses propres développements, brevets et qui est sur le marché depuis longtemps. Apple a pris un vrai risque et a racheté une petite startup néo-zélandaise, PowerbyProxi, qui développe des chargeurs sans fil depuis 2007.

Je ne doute pas qu'un jour ou l'autre, Apple pourrait apprendre à ajouter une charge sans fil rapide à ses appareils. Mais en termes de développement de smartphones de nouvelle génération très spécifiques, l'entreprise n'a pas eu le temps pour cela. Et donc une décision simple et claire a été prise, ce n'est pas la tâche des ingénieurs, mais plutôt des managers en R&D, qui ont correctement estimé les coûts en temps et en argent. Dans le département de développement, tout est évalué non seulement par le budget, c'est-à-dire par l'argent, mais aussi par le temps. Et si dans d'autres divisions de l'entreprise, le temps ne joue pas un tel rôle, alors pour la R&D, c'est l'un des principaux paramètres. Dans l'un des laboratoires d'une grande entreprise mondiale, une telle affiche était accrochée. Il représentait un sablier et la légende disait : "Vous pouvez acheter d'autres sabliers, mais vous ne pouvez pas dépasser le temps." Cette affiche véhicule l'essence même, et l'idée de R&D est une course contre la montre, et pas toujours de la science pure sans délais et résultats solides, même si cette dernière est suffisante dans les grandes entreprises. Mais on parle de choses appliquées, où le temps prime.

Permettez-moi de vous donner un autre exemple qui expliquera l'importance de la R&D pour le produit final. Sony a une excellente division qui produit des modules pour caméras, ils sont utilisés par la plupart du marché, y compris Samsung, qui a sa propre production, mais les modules de Sony ne sont pas de pire qualité et en même temps ils sont moins chers pour l'entreprise. Le calendrier de développement de nouveaux modules est compréhensible et n'est pas lié à la sortie de nouveaux modèles de smartphones Sony, mais plutôt, les smartphones commencent à être créés au fur et à mesure que les modules sont prêts et en fonction de leur coût. Mais il y a un petit problème ici, les modules de Sony apparaissent à un moment où leur raffinement et leur ajustement logiciel dans les smartphones ne sont plus possibles, c'est-à-dire qu'ils ne reçoivent évidemment pas les meilleurs algorithmes de traitement d'image. On peut dire qu'il s'agit d'une sorte de désynchronisation entre la R&D des modules caméras et les smartphones. Elle s'est développée historiquement, et toutes les tentatives pour les ramener à un dénominateur commun ont échoué. Pourquoi? La réponse réside dans le fait que différentes personnes le font. Ainsi, pour la production de modules, il est important qu'ils apparaissent à temps, et ce qui arrivera aux smartphones Sony n'est pas du tout important. Ce sont des divisions différentes, des managers différents, et rien que le nom Sony les lie, ils n'ont aucune obligation commune. Et à chaque fois, la tentative de synchronisation de ce processus se heurtait à une résistance interne, puisque la production de modules et leur vente en pâtiraient directement, ce qui signifie que Sony aurait moins d'argent. Et par conséquent, la division des smartphones et leur développement se sont vu confier des tâches napoléoniennes, à savoir accomplir un exploit dans les plus brefs délais et créer des algorithmes pour un matériel spécifique. Et Sony n'a jamais été capable de le faire.

Le piège dans lequel la R&D de la division mobile de Sony est tombée et tombe est typique - le choix est entre lancer les derniers modules de caméra avec de meilleures caractéristiques, mais pas de logiciels prêts à l'emploi, ou travailler avec d'anciens modules, mais de meilleurs algorithmes . Sony choisit la première voie pour garder une longueur d'avance sur le marché. Ce que cela mène, nous le savons tous très bien, c'est que le cordonnier se retrouve sans bottes. Il est surprenant que les smartphones Sony soient les premiers à recevoir le dernier matériel, mais ne réalisent pas son potentiel. Et les smartphones sur des modules conditionnellement anciens prennent de meilleures photos du point de vue d'un utilisateur ordinaire. Merveilleux? Pas du tout. C'est une faille dans les décisions qui sont prises dans l'entreprise. Cette histoire ne porte pas tant sur la technologie, mais sur les questions d'organisation, de gestion.

Regardons Samsung, qui, à première vue, vit dans le même paradigme. L'entreprise aime intégrer les dernières solutions dans ses appareils, du moins cela semble être le cas de l'extérieur. En pratique, ce n'est absolument pas le cas, ce qui se voit clairement dans l'exemple des caméras. Les prototypes du S8/S8+/Note 8 comportaient des caméras avec leur propre mémoire, ce qui permettait d'implémenter à la fois le ralenti à 960 ips et un certain nombre d'autres modes. Le coût de ces solutions n'était pas considérablement plus élevé et Samsung pouvait équiper ses appareils de telles caméras, mais ne l'a pas fait. Pourquoi? La réponse réside dans le fait que pour de tels modules, le logiciel n'était pas entièrement prêt et ce que l'utilisateur pouvait obtenir. Bien sûr, il était possible de publier les modèles tels quels, puis d'ajouter de nouvelles fonctionnalités avec des mises à jour. Mais ce n'est pas la bonne façon, car il s'avère que vous disposez de plusieurs appareils expérimentaux sous condition et d'une vaste gamme de smartphones qui ne disposent pas d'une telle solution. Pour Samsung, il est important de ne pas se contenter de déployer une solution et de noter que l'entreprise a été la première. L'une des tâches clés de la R&D est de faire en sorte que la technologie soit produite en série, et donc commercialement réussie.

Pour donner un autre exemple, Huawei et comment ils créent rapidement des smartphones avec deux caméras. Ceci n'est qu'un exemple de travail de R&D réussi, lorsque la technologie apparaît dans différents segments de prix et est utile en même temps. Il devient massif et commercialement réussi. Initialement, cette technologie a été créée pour un appareil, puis étendue à d'autres modèles. C'est l'approche habituelle.

Dans une certaine mesure, l'iPhone X est également un prototype (provisoirement, puisqu'il s'agit d'un produit commercial) qui joue avec le nouveau châssis et les nouvelles technologies d'Apple, y compris FaceID. Initialement, Apple prévoyait de sortir ce produit en 2018, mais a ensuite accéléré. Et en 2018, nous verrons deux modèles construits sur ce châssis, car les coûts de R&D seront déjà moindres en termes de temps.

Les entreprises disposent d'un budget de développement presque illimité, mais ne le mettent jamais en œuvre, car il y a toujours des délais pour certaines technologies et la nécessité de s'y conformer. D'autre part, ayant de gros budgets, vous pouvez créer au sens figuré n'importe quel appareil, il n'y a aucune restriction. Le seul problème est qu'il ne respectera pas les règles internes de l'entreprise, ne coûtera pas autant qu'il le devrait, et plus bas dans la liste. Ici, la question se pose, fermez les yeux et considérez qu'un tel appareil sera quelque chose de nouveau pour le marché et y prendra sa place, ou l'abandonnera. Et le même iPhone X est pleinement un tel appareil qui viole toutes les règles écrites et non écrites de développement au sein d'Apple. Et nous pouvons passer à un paramètre comme BOM.

Coût des matériaux - le prix du problème pour le développeur et le consommateur

À l'étape zéro, vous définissez un "coût cible de l'appareil", c'est-à-dire combien cela coûtera sur l'étagère du magasin. Mais vous commencez tout juste à définir les exigences de l'appareil, vous ne savez pas à quel point cela est réaliste. Ce n'est qu'à la première étape que vous pourrez vous rapprocher de la compréhension si votre appareil atteint ou non votre objectif de coût. Pour cela, un travail plutôt ennuyeux est effectué, qui peut être décrit comme la comptabilité des composants. Vous calculez quels composants sont nécessaires dans votre appareil - au début, ce sont des estimations approximatives. Autrement dit, vous savez exactement combien coûteront une centaine de résistances, condensateurs, isolants, une carte, etc. Et compter leur coût. Inconnu pour vous 1-3 Mois Femelle Mixed Breed Maltais est le coût des nouveaux composants. Par conséquent, dans le budget d'un nouveau produit dans la première étape, la nomenclature se compose de deux parties - composants connus et composants en phase de R&D. Pour les premiers composants, le prix est fixé aux niveaux marginaux, c'est-à-dire que le coût de la résistance ne peut pas être supérieur à tel ou tel. Cela peut être moins, mais rien de plus.

À l'étape zéro, vous fixez le «coût cible de l'appareil», c'est-à-dire combien cela coûtera sur l'étagère du magasin. Mais vous commencez tout juste à définir les exigences de l'appareil, vous ne savez pas à quel point cela est réaliste. Ce n'est qu'à la première étape que vous pourrez vous rapprocher de la compréhension si votre appareil atteint ou non votre objectif de coût. Pour cela, un travail plutôt ennuyeux est effectué, qui peut être décrit comme la comptabilité des composants. Vous calculez quels composants sont nécessaires dans votre appareil - au début, ce sont des estimations approximatives. Autrement dit, vous savez exactement combien coûteront une centaine de résistances, condensateurs, isolants, une carte, etc. Et compter leur coût. inconnu 1-3 mois femelle mixte Race maltaise 1-3 Mois Femelle Race Mixte Maltais il vous reste le coût des nouveaux composants. Par conséquent, dans le budget d'un nouveau produit dans la première étape, la nomenclature se compose de deux parties - composants connus et composants en phase de R&D. Pour les premiers composants, le prix est fixé aux niveaux marginaux, c'est-à-dire que le coût de la résistance ne peut pas être supérieur à tel ou tel. C'est peut-être moins, mais rien de plus.

Mais qu'en est-il des composants inconnus ? Parfois, ils n'existent même pas dans la production de masse, et on ne sait pas quel en sera le coût, car le mariage peut dépasser celui calculé, ce qui augmentera le coût du composant à la fois pour son fabricant et pour l'acheteur. Dans la nomenclature, les composants en phase de R&D sont évalués sur divers paramètres. Il existe généralement deux approches. Dans le premier, le développeur du composant est contraint de signer des conditions draconiennes, dans lesquelles il doit assurer la fourniture de tels ou tels volumes à tel ou tel moment. Pour le constructeur, c'est l'approche la plus sûre, puisqu'elle garantit soit qu'il obtienne ce qu'il veut au bon moment, soit le déclenchement des pénalités.

Une illustration en est l'histoire de GT Advanced, une entreprise qui a créé le verre saphir pour l'iPhone 6 mais n'a pas réussi à relever les défis technologiques, et en octobre 2014 a dissous son personnel et a déposé son bilan. Comme vous le savez, il n'y a pas de verre saphir dans l'iPhone 6, bien qu'Apple ait initialement prévu de l'ajouter aux smartphones et d'en faire son avantage concurrentiel. Mais le fournisseur du composant ne pouvait pas le créer - et la création s'entend ici non pas tant comme la création d'un verre spécifique, mais comme un processus de production avec un certain rendement de verres utilisables et leur coût.

Dans des conditions à peu près similaires, Apple investit dans LG pour obtenir des écrans OLED en 2018-2019 qui répondront à la fois aux termes de référence de l'entreprise et au coût dont elle a besoin pour réduire radicalement le prix des modèles suivants sur le châssis de l'iPhone X.

La deuxième approche pour estimer les composants inconnus au stade de leur R&D dans la nomenclature ressemble à une règle empirique : le coût d'un composant inconnu est corrélé avec le composant le plus proche dans la logique de travail, puis le coût maximum est sélectionné et multiplié par deux. Autrement dit, on suppose que le composant créé ne peut pas coûter plus du double du plus cher des analogues existants, bien que l'analogue ici soit une définition très conditionnelle.

Pour être juste, il existe une troisième approche, lorsque vous prenez le coût final du produit et que vous le multipliez par un certain coefficient, qui doit prendre en compte toutes les inconnues. La plupart ou presque toutes les entreprises essaient d'éviter cette approche, car elle dit une chose simple : vous ne contrôlez pas la nomenclature pour plusieurs postes à la fois, et lorsque le nombre d'inconnues est supérieur à deux, vous pouvez dire en toute confiance que vous avez un problème. . Le coût de l'iPhone X au sein d'Apple a été précisément calculé de cette troisième manière, lorsque toutes les inconnues ont été couvertes par le surcoût et ont ainsi résolu le problème de calcul. C'est une approche très grossière qui ne fonctionne pas à long terme car elle corrompt l'équipe de développement. Pourquoi vous tuer à la recherche de composants si vous avez déjà créé des conditions confortables pour vous-même et êtes prêt à fermer les yeux sur le fait qu'ils ne valent pas ce qu'ils devraient. Il est possible que pour l'iPhone X, Apple ait opté pour une seule fois, car ils procédaient de leurs tâches et de la rapidité de mise sur le marché du produit. La nécessité d'exécuter le modèle dès que possible.

Très souvent, vous voyez des estimations de nomenclature externes pour des modèles spécifiques, elles sont basées sur ce que les chercheurs trouvent à l'intérieur des appareils lorsqu'ils les démontent. De plus, ils prennent des prix moyens qui ne tiennent pas compte des remises réelles de chaque entreprise auprès des fournisseurs. Ou certains composants peuvent coûter beaucoup plus cher que prévu. Il s'agit toujours d'une estimation approximative, qui donne facilement une erreur de 10 à 30 % selon le modèle. Par exemple, l'erreur de nomenclature de l'iPhone X est assez importante.

C'est facile à prouver, puisque la valeur intrinsèque d'un produit pour Apple et le prix en rayon ont toujours une différence de 40-45%, pas plus. Et le coût de la R&D n'est pas si élevé pour n'importe quel produit, il correspond jusqu'à 5% de son coût dans des conditions de production de masse. Le coût élevé de l'iPhone X n'est pas un caprice conscient d'Apple et une tentative de rendre le smartphone très cher, c'est une étape forcée découlant du coût de développement et des composants.

Si la nomenclature dépasse de 5 à 10 % l'objectif, la plupart des entreprises reconsidèrent le sort du modèle. Par exemple, en A5/A7 2018, le coût des appareils est plus élevé du fait des composants utilisés (nomenclature tout aussi élevée), le sort de ces appareils a été considéré à part, puisqu'ils seront 10% plus chers que les modèles actuels au moment de Libération. C'est-à-dire que ces appareils commencent à casser la gamme élancée, à grimper sur le territoire des fleurons de l'année précédente. L'exemple est limite, car si la nomenclature était supérieure de 15 %, ces appareils seraient modifiés au-delà de toute reconnaissance afin de respecter le coût final, et la plupart de leurs capacités seraient coupées.

Les tentatives pour atteindre le coût cible de l'appareil et la nomenclature sont très importantes sur le plan idéologique, car elles contrôlent un paramètre tel que le rapport qualité/prix. Plus vous économisez sur les composants, plus le coût de la machine sur l'étagère est faible, et si vous pouvez fournir des composants plus récents et de meilleure qualité et maintenir le prix bas, l'attrait de la machine ne fera qu'augmenter. Et chaque entreprise se bat pour cela. Apple a essayé de se conformer à ce paramètre et l'a examiné, mais en 2017, pour une raison quelconque, ils ont décidé de l'abandonner, le considérant sans importance. Bien qu'il faille noter que cela a commencé avec le MacBook, et pas du tout avec l'iPhone.

Il faut jusqu'à une semaine pour créer la nomenclature initiale, puis ce document devient l'un des documents clés du projet, tout le monde est guidé par celui-ci - concepteurs, ingénieurs, ceux qui achètent des composants auprès de partenaires et, bien sûr, R&D. Tout au long du développement, il existe différentes versions de la nomenclature, il y en a des centaines au total, mais avant que les aspects techniques de l'appareil ne soient finalisés, il existe généralement plusieurs versions de la nomenclature. Un exemple typique est la sortie de modèles avec différents types d'écran - OLED et IPS. Ce ne sont que deux options de nomenclature, chacune étant prise en compte, au final, celle qui s'avère la plus opportune en fonction d'autres paramètres entre en production.

Combien de temps dure la première étape et que se passe-t-il d'autre ?

Habituellement, la première étape de développement prend environ un mois, on peut l'appeler préparation technique, lorsqu'ils passent de l'idée à l'épine dorsale du projet, ils commencent à construire de la viande dessus. À ce stade, les concepteurs commencent à dessiner des options pour l'appareil, mais ce sont les premiers croquis qui n'ont rien à voir avec la réalité. Il s'agit d'une recherche d'identité basée sur les caractéristiques de l'appareil (géométrie de l'écran, coût cible, etc., certaines caractéristiques clés). Les concepteurs ont une tâche difficile, car ils n'imaginent pas encore les dimensions exactes de l'appareil, ils ne les recevront que dans un mois, lorsqu'il y aura une ébauche plus ou moins finale sur la nomenclature et les dimensions de tous les composants déjà suivre les fournisseurs sélectionnés et leurs solutions.

Finaliser la nomenclature sous une forme ou une autre est important pour que vous obteniez les dimensions possibles de l'appareil dans le programme et que vous commenciez à travailler avec elles. Personne ne tolère le vide, et encore plus les smartphones modernes, donc les dimensions sont ajustées en fonction des composants sélectionnés. Dans les appareils complexes, cela peut prendre plus de temps. Pour accélérer le processus, ils trichent lorsqu'on dit au fournisseur que les composants doivent être de telle ou telle taille. Par exemple, si vous démontez les batteries de certains appareils, vous serez surpris de voir qu'ils disposent d'un espace libre où vous pouvez étendre la batterie elle-même et augmenter sa capacité. Pourquoi ne l'ont-ils pas fait ? La question n'est pas du tout le coût de la batterie, la différence y est minime. La question est que l'appareil a été conçu dans le cadre d'une des nomenclatures, qui s'est avérée peu précise.

Ceux qui ont accès aux documents sur les futurs appareils voient souvent l'entrée suivante dans la ligne de description avec une batterie - 3000 mAh, TBD. C'est-à-dire que la capacité approximative est de 3000 mAh, mais cela devrait être confirmé ultérieurement. En fait, cette capacité peut rester la même ou augmenter, personne ne le sait jusqu'à l'assemblage des prototypes et des accords avec le fournisseur de batteries (il peut également trancher le problème de deux manières - pour fabriquer une batterie d'une plus grande capacité pour la taille commandée ou, au contraire, de laisser de l'espace libre, alors chaque entreprise décide comment le faire). Et donc le fabricant de smartphones lui-même saura ce moment dernier, bien que cela semble assez drôle.

La première étape est furieuse, c'est un tas de tables, des calculs constants, une communication avec la R&D, ainsi qu'avec ceux qui achètent des composants, se battant pour chaque centime. Mais sans une première étape bien planifiée, le produit ne s'avérera pas intéressant, c'est l'épine dorsale, sur laquelle la viande se construit plus tard. Et la deuxième étape commence, lorsque le design est créé et, en parallèle, la création de prototypes. En moyenne, comme déjà mentionné, la première étape prend jusqu'à un mois, dans les cas complexes jusqu'à deux, mais pas plus. Nous parlerons de la deuxième étape dans un article séparé, puisqu'il ne sera pas possible d'en parler brièvement.