Analyse de canapé n° 160. Pourquoi MegaFon devient une entreprise privée

Après que l'URSS a cessé d'exister de facto, des relations de marché sont apparues dans l'espace post-soviétique, la première publicité télévisée est apparue, qui a été regardée par tout le pays, puis c'était une nouveauté. La naïveté de ces publicités du cru était étonnante, tout comme la naissance des premières chaînes de télévision. Les managers occidentaux étaient une curiosité, par défaut ils étaient considérés comme des célestes qui avaient accès à des connaissances secrètes, que nos populations locales sont incapables de maîtriser en raison du passé très soviétique. Pour de nombreux managers d'Europe ou des États-Unis, un voyage en Russie était considéré comme une référence - l'absence d'un marché développé, des relations incompréhensibles et bien d'autres problèmes. Mais ceux qui se sont retrouvés en Russie au cours de ces années ne l'ont pas regretté, c'était une époque où des fortunes se faisaient et où le marché de chaque région augmentait de centaines de pour cent par an, et la façon dont vous le mesuriez n'était pas si importante - en argent ou pièces. Cette époque est souvent associée au capitalisme sauvage, à bien des égards, elle découle de la naïveté et d'un manque de compréhension de la façon de bien faire les choses. Hier, le pays vivait selon les mêmes règles, puis a soudainement changé au point d'être méconnaissable. Les opérateurs cellulaires dans les années 90 sont devenus l'avant-garde des affaires, ils avaient de l'argent, les meilleures perspectives de croissance et comprenaient qu'il était nécessaire d'attirer des spécialistes occidentaux, car il n'y avait pas de natifs dans de nombreux domaines.Il est extrêmement difficile aujourd'hui de se rendre compte qu'il n'y avait pas tant de moyens civilisés de lever des capitaux pour le développement des entreprises dans le pays, mais alors la situation était ridicule, le secteur bancaire traversait exactement la même étape de formation. Dans des journaux tels que Kommersant et Vedomosti, il a souvent été question du fait que les entreprises russes ne peuvent pas emprunter de l'argent sur les marchés étrangers et qu'il est totalement impossible de procéder à une introduction en bourse, par exemple, de placer leurs actions à New York ou à Londres. Le leitmotiv de cette époque était d'une simplicité grossière - cela ne vaut pas la peine de grimper avec le museau d'un cochon dans une rangée de Kalash. Il y avait un sentiment exprimé sans détour de l'infériorité des entreprises russes, ce qui n'est pas la même chose que les "bonnes" entreprises occidentales. À bien des égards, le capitalisme de style occidental était idéalisé, il y avait peu d'expérience de travail avec l'Occident et les voix de ceux qui travaillaient encore sur les marchés étrangers sous l'URSS n'étaient pas prises en compte, bien qu'il s'agisse de jugements judicieux. Dans notre pays, ils aiment se précipiter d'un extrême à l'autre. Une introduction en bourse d'une société russe au milieu des années 90 était assez sérieusement assimilée au premier vol dans l'espace, un événement pour les entreprises du même ordre, et presque personne ne croyait que cela était possible. Lorsque VimpelCom (marque Beeline) a annoncé son introduction à la Bourse de New York en 1996, c'est devenu un événement international, il n'y a pas d'exagération ici. Pour la première fois en quatre-vingt-dix ans, une société russe est apparue sur le NYSE, et c'était aussi la première introduction en bourse sur un marché étranger pour une société russe.Nous pouvons dire en toute sécurité que le fondateur de Beeline, Dmitry Zimin, a ouvert la voie au reste et a montré que l'impossible est tout à fait possible, si seulement il y a un désir et une compréhension de ce que vous faites.

Armchair analytics #160. Pourquoi MegaFon devient une entreprise privée

À cette époque, VimpelCom a pu lever environ 60 millions de dollars, cet argent a été utilisé pour développer le réseau, mais la société est également devenue publique. Cela imposait certaines obligations à VimpelCom :

Tapis Shaggy gris moderne
  • Reporting selon les normes des entreprises américaines ;
  • La transparence des chiffres, la nécessité de communiquer les indicateurs clés ;
  • Formation du conseil d'administration selon des règles externes ;
  • Responsabilité devant la Commission des valeurs mobilières des États-Unis (en fait, responsabilité administrative et pénale pour leurs actions aux États-Unis, transfert officiel de ces droits à l'organisme de réglementation aux États-Unis).

L'euphorie était telle que personne ne prêtait attention aux inconvénients potentiels d'une introduction en bourse, on croyait qu'ils n'existaient pas et ne pouvaient pas exister. Tous les gens sont frères, le capitalisme est meilleur que le socialisme, un avenir radieux nous attend, mais avec des slogans différents. D'autres opérateurs n'étaient pas pressés d'emprunter de l'argent sur des bourses externes, la prochaine introduction en bourse de grande envergure a été l'entrée de MTS dans le même NYSE en 2000. Le volume de placement était de 15,4 % pour 305 millions de dollars. Et cette offre publique a également été considérée comme un succès. Au milieu des années 2000, l'une des questions les plus fréquemment posées lors des conférences de presse de MegaFon était : "Quand allez-vous entrer en bourse ?".Sergei Vladimirovich Soldatenkov, me semble-t-il, est fatigué de répondre de temps en temps à cette question. En conséquence, MegaFon est entré en bourse en 2012, ce qui a également été un succès, même si cela a nécessité une restructuration de l'entreprise et de nombreuses procédures, quelque chose s'est amélioré, quelque chose a dû être fait différemment qu'auparavant. Mais il est prudent de dire que l'introduction en bourse de MegaFon a conduit à repenser de nombreux processus de l'opérateur, la nécessité d'être une entreprise plus transparente qu'auparavant. Et l'un des effets secondaires était qu'il était impossible, comme avant, de "croire" à l'évolution du marché, tout avait besoin de justifications, et les actionnaires minoritaires, comme dans des milliers d'autres entreprises à travers le monde, ne voulaient pas risquer leur vie. de l'argent pour un avenir visionnaire. Les actionnaires minoritaires ne sont pas tenus de comprendre l'entreprise dans laquelle ils investissent de l'argent, leur jeu est un investissement dont ils considèrent l'objectif de croissance du capital. La plupart de ces actionnaires privés ne veulent qu'une chose : faire fructifier leur argent et faire du profit. Et donc, dans tout vote, ils sont presque toujours contre les investissements à grande échelle, mais exclusivement pour le versement de dividendes, ici et maintenant.

VimpelCom et MTS ont tous deux été confrontés à l'autre aspect négatif de l'introduction en bourse aux États-Unis : en 2015, le ministère américain de la Justice les a accusés d'accords de corruption en Ouzbékistan, après quoi le même VimpelCom a payé une amende de 795 millions de dollars ! Pensez à la taille de l'amende, c'est un record. À titre de comparaison, en 2016, les revenus de VimpelCom sur tous les marchés de présence s'élevaient à 2,4 milliards de dollars, un an plus tôt, la perte nette était de 647 millions de dollars.

Pour VimpelCom et MTS, l'entrée en bourse sur des bourses externes a été largement caractérisée non seulement par la nécessité de lever des fonds pour le développement, mais aussi par une évaluation externe de la valeur de l'entreprise, une opportunité de la vendre potentiellement à quelqu'un . En 2012, lorsque MegaFon est entré en bourse, l'agenda a changé, le prestige a disparu, seul le côté pragmatique de la question est resté, c'était un moyen relativement peu coûteux de lever des fonds pour le développement. Et maintenant, six ans plus tard, MegaFon va quitter la Bourse de Londres. Voyons d'abord comment MegaFon lui-même en parle et quoi.

Annonce officielle de MegaFon concernant la radiation à Londres

Voici le texte du communiqué de presse, il explique assez clairement ce qui va se passer :

MegaFon Public Joint Stock Company (LSE : MFON), l'opérateur national d'opportunités numériques (« MegaFon » ou la « Société »), annonce par la présente que le conseil d'administration de MegaFon, lors de sa réunion tenue le 15 juillet 2018 , a évalué les avantages dont la Société aurait bénéficié si elle avait conservé son statut d'entreprise publique dont les certificats de dépôt globaux (« GDR ») sont cotés à la Bourse de Londres et dont les actions ordinaires sont cotées à la Bourse de Moscou, a déterminé que le maintien le statut d'entreprise publique n'est pas un objectif stratégique prioritaire de la Société, et a adopté la décision d'approuver le programme d'acquisition d'actions ordinaires et de GDR, ainsi que la radiation des GDR à la Bourse de Londres ("LSE" ).

Le programme d'acquisition d'actions ordinaires et de GDR sera mis en œuvre par MegaFon Investments (Cyprus) Limited (« MICL »), une filiale en propriété exclusive de la Société, sous la forme d'un achat en espèces d'un maximum de 128 950 036 actions ordinaires et GDR émis et placées, constituant 20,8 % de toutes les actions émises et placées de la Société. Le prix d'achat des titres apportés sera de 9,75 USD par action ordinaire et par GDR. Le programme d'acquisition débute le 16 juillet 2018 et devrait se clôturer le 22 août 2018. L'offre de MICL dans le cadre du programme d'acquisition sera faite à tous les détenteurs d'actions ordinaires et de GDR, à l'exception d'USM Holdings et du groupe Gazprombank, et de MICL.

Au 13 juillet 2018, le prix d'achat par action ordinaire incluait une prime de 2,03 USD ou 26,3 % du prix moyen pondéré sur 3 mois de 7,72 USD pour la période se terminant le 13 juillet 2018 (au cours quotidien RUB/ taux de clôture en USD en vigueur pour la période respective se terminant le 13 juillet 2018) et une prime de 1,64 $ ou 20,3 % du cours de clôture des actions ordinaires à la Bourse de Moscou pour le 13 juillet 2018 Au 13 juillet 2018, le prix d'achat par GDR comprenait une prime de 0,98 USD ou 11,1 % du cours moyen pondéré sur 3 mois (8,77 USD) pour la période se terminant le 13 juillet 2018, et une prime de 0,75 USD ou 8,3 % du cours de clôture par GDR au LSE le 13 juillet 2018

Le texte intégral du communiqué de presse est disponible ici.

Armchair analytics #160. Pourquoi MegaFon devient une entreprise privée

Mais nous sommes également intéressés par ce que le PDG de MegaFon, Gevork Vermishyan, a dit à cet égard :

"La proposition de radiation est motivée par les changements stratégiques à grande échelle que nous devons apporter pour achever la transformation de MegaFon d'un opérateur de télécommunications en un leader du marché numérique en Russie.

Alors que nous avons annoncé notre stratégie de transformation en mai 2017, il est clair que l'ampleur et la nature ambitieuses des étapes supplémentaires qui pourraient être nécessaires pour atteindre cet objectif pourraient créer un risque supplémentaire important pour nos actionnaires minoritaires. Ces changements pourraient avoir une incidence négative sur notre OIBDA, la croissance des revenus et les niveaux d'endettement à moyen terme et nécessiter des fonds supplémentaires pour mettre en œuvre notre stratégie et réviser notre précédente politique de dividendes. Compte tenu de ces facteurs et de la volatilité continue des marchés boursiers, le Conseil, compte tenu de la situation actuelle, a conclu qu'il serait approprié d'offrir à nos actionnaires minoritaires la possibilité de sortir avec une prime par rapport à la valeur marchande actuelle de nos actions et GDR."

Qu'adviendra-t-il de MegaFon et quels exemples existe-t-il dans le monde

Pour le marché russe, la radiation de MegaFon est un précédent et un signal clair de ce qui va se passer ensuite, et c'est un événement de la même ampleur que la cotation de VimpelCom sur le NYSE. Dépensant jusqu'à 1,26 milliard de dollars pour racheter des certificats de dépôt mondiaux, MegaFon fait passer la société du statut public au statut privé. Il n'y a pas besoin de transparence vis-à-vis des actionnaires minoritaires, chacun d'entre eux pouvant demander des informations sensibles en termes de plans de développement et d'investissement dans des projets futurs. À bien des égards, la façon dont les entreprises se surveillent les unes les autres est liée aux outils dont disposent les actionnaires minoritaires. Mais la raison principale, peut-être, est loin de là, et Gevork l'a dit franchement et sans ambages. Il s'agit de la mise en œuvre du plan printemps 2017, la transformation de MegaFon d'un opérateur télécom en un opérateur d'opportunités numériques. Il y a trop de choses derrière la phrase générale et simplifiée pour couvrir le sujet dans ce document. Mais si nous regardons brièvement et du haut ce que MegaFon a fait ces dernières années, nous verrons qu'il s'agit d'un test à grande échelle de la technologie blockchain, du travail dans la fintech, de la coopération avec les principales banques, des développements dans le domaine du transport et ville intelligente. Dans le bon sens du terme, MegaFon est un peu tourné vers les technologies et ce qu'elles peuvent apporter dans nos vies. Dans le cadre d'un opérateur mobile classique, l'entreprise est clairement à l'étroit.Si vous regardez le profil des actifs de MegaFon, ce sont des dizaines de milliers de kilomètres de fibre optique qui fonctionnent en Russie et au-delà. L'opérateur dispose à la fois d'un réseau central géant et de centres de données, ainsi que du dernier kilomètre sous forme de communications mobiles. Il reste à ajouter ces services qui deviendront essentiels pour nous tous dans un avenir proche. Le seul problème est que chaque saut technologique nécessite des efforts importants et des investissements colossaux. Par exemple, les investissements dans la 5G ne sont même pas proches de ceux de la 3G ou de la 4G, ils sont d'un ordre de grandeur supérieur, car la technologie est plus difficile à mettre en œuvre en pratique, il faut plus de stations de base, une couverture plus dense. Les mêmes actionnaires minoritaires ne veulent pas la 5G à leurs frais. Veuillez noter que la croissance et la construction les plus intensives de MegaFon ont eu lieu en 2002-2012, c'est-à-dire à l'époque où l'opérateur n'était pas présent en bourse et pouvait dépenser de l'argent sans se retourner contre ses actionnaires minoritaires. Et puis cette période favorable s'est terminée, ce n'est plus si facile.

En lisant des articles sur la radiation de MegaFon, je suis tombé sur de nombreuses références à des sanctions, selon lesquelles ils forcent MegaFon à quitter Londres. À mon avis, c'est un non-sens total qui ne résiste pas à l'examen, et voici pourquoi. Aucun des actionnaires de MegaFon n'est tombé sous le coup des sanctions, et une telle probabilité est faible. Selon les plans de l'entreprise, des investissements importants sont nécessaires dans de nouveaux domaines, qui ne sont pas toujours évidents pour l'opérateur mobile. Il est difficile et myope d'expliquer et de prouver que dans le monde numérique, il faut avoir des bases dans différents domaines, il faut créer rapidement de nouveaux produits et les tester dans la pratique. Les freins sous la forme d'actionnaires minoritaires ne sont pas très bons pour cela, il faut avoir les mains libres pour prendre toutes les décisions, sans regarder personne.

Peut-être, à cet égard, est-il bon de rappeler la radiation de Dell Inc, qui était un record et a eu lieu en 2013. Les actionnaires minoritaires ont fait pression sur l'entreprise, n'ont pas permis la mise en œuvre du programme de développement et ont créé un contexte négatif. En conséquence, Michael Dell a procédé à une radiation, qui a coûté 24,9 milliards de dollars, ce qui est un record en soi. L'héritage qu'il a laissé de la partie publique de l'histoire de Dell peut être considéré en toute sécurité comme les écuries d'Augias, il a fallu plusieurs années pour résoudre les vieux problèmes. Dire que dans un marché des PC aussi troublé, Dell a obtenu un succès gigantesque, est impossible. La société a augmenté sa part de marché et ses ventes, mais continue de lutter pour sa rentabilité. Et la raison en est que dans ces processus qui ont duré de nombreuses années dans son incarnation publique, la maladie est devenue trop ancienne, s'est transformée en inefficacité chronique. De plus, le paiement d'une telle somme d'argent pendant une période aussi difficile sur le marché des PC a rendu la croissance presque impossible.

Armchair analytics #160. Pourquoi MegaFon devient une entreprise privée

Chez MegaFon, la situation n'est même pas proche de celle qui était et reste chez Dell. Le fardeau de la dette est minime, l'activité est stable et de nouvelles opportunités de mise en œuvre de projets s'ouvrent. Je me risquerais à suggérer que nous verrons une nouvelle stratégie, lorsque l'opérateur investit de l'argent en tant que start-up (étape d'amorçage), développe des projets et, après les avoir rentabilisés, en ouvre immédiatement de nouveaux. Dans le statut public, c'est impossible à imaginer, c'est un scénario incroyable, tant il fait peur aux actionnaires minoritaires.

Pour MegaFon, c'est aussi un avantage nécessaire, puisque ni MTS ni VimpelCom ne pourront répéter ces mouvements, ils resteront pieds et poings liés par leur statut public plus leurs actifs étrangers. Pour Tele2, un tel scénario de développement est réel, mais ici la situation est compliquée par le fait que l'opérateur augmente sa part et construit un réseau comme un fou, donc il ne peut pas et n'investira pas dans de nouvelles directions, il n'y a pas assez grand équipe pour cela, il n'y aura pas assez de ressources humaines, ce n'est pas une question d'argent.

Afin de décider de la radiation, la volonté est nécessaire, comme on le voit, dans MegaFon et parmi les actionnaires de la société, elle est pleinement présente. Et je vois cela comme une étape positive, d'ailleurs, cela fait partie de la stratégie à long terme de M. Usmanov et de sa holding, qui est le principal actionnaire de MegaFon (56,32% des actions d'USM Group). En observant les directions dans lesquelles le groupe USM explore le marché et s'essaye, j'ai un casse-tête, même si seule une partie du plan est mise en œuvre, nous verrons un type d'entreprise fondamentalement nouveau, après cela, il est difficile d'appeler MegaFon un opérateur mobile. Peut-être que la chose la plus proche qui me vient à l'esprit est la transformation de NTT DoCoMo dans le passé, lorsqu'ils ont façonné le marché au Japon en mettant à disposition des services qui n'existaient pas dans d'autres pays, même avant l'avènement de l'ère des smartphones. En venant au Japon ces années-là, vous avez compris que vous étiez dans une autre dimension, et les gens autour de vous profitent de ce qui est tout simplement absent dans l'autre monde. Quelque chose de similaire nous attend dans les cinq ou six prochaines années, et je crois qu'il y a toutes les conditions préalables pour cela. Rappelez-vous, à quel niveau technologique notre pays et nos opérateurs ont organisé les Jeux olympiques de Sotchi, la Coupe du monde et d'autres événements, ces événements parlent d'eux-mêmes. Ce n'est pas seulement de classe mondiale, c'est quelque chose de plus. Et maintenant, nous nous sommes définitivement débarrassés des complexes des années 90, lorsque nous regardions les entreprises occidentales et pensions que nous ne pouvions rien faire de tel par nous-mêmes. Ces temps sont passés, nous avons le désir, les compétences et les opportunités de changer tout cela, ici et maintenant. Peut-être que cela semble trop pathétique, peut-être comme slogan. Mais nous sommes vraiment à la veille de grands changements qui nous affecteront en tant que pays. Et chaque puissance a besoin de ses propres piliers technologiques, sans lesquels notre monde n'est nulle part ailleurs. Et c'est la superstructure de notre siècle, semblable à l'électrification de l'URSS. Et y croire ou non, c'est l'affaire de tous. Ceux qui croient font le travail. Le reste verra à nouveau ce que nous pouvons et faisons.

Analyse de canapé n° 160. Pourquoi MegaFon devient une entreprise privée

Après que l'URSS a cessé d'exister de facto, des relations de marché sont apparues dans l'espace post-soviétique, la première publicité télévisée est apparue, qui a été regardée par tout le pays, puis c'était une nouveauté. La naïveté de ces publicités du cru était étonnante, tout comme la naissance des premières chaînes de télévision. Les managers occidentaux étaient une curiosité, par défaut ils étaient considérés comme des célestes qui avaient accès à des connaissances secrètes, que nos populations locales sont incapables de maîtriser en raison du passé très soviétique. Pour de nombreux managers d'Europe ou des États-Unis, un voyage en Russie était considéré comme une référence - l'absence d'un marché développé, des relations incompréhensibles et bien d'autres problèmes. Mais ceux qui se sont retrouvés en Russie au cours de ces années ne l'ont pas regretté, c'était une époque où des fortunes se faisaient et où le marché de chaque région augmentait de centaines de pour cent par an, et la façon dont vous le mesuriez n'était pas si importante - en argent ou pièces. Cette époque est souvent associée au capitalisme sauvage, à bien des égards, elle découle de la naïveté et d'un manque de compréhension de la façon de bien faire les choses. Hier, le pays vivait selon les mêmes règles, puis a soudainement changé au point d'être méconnaissable. Les opérateurs cellulaires dans les années 90 sont devenus l'avant-garde des affaires, ils avaient de l'argent, les meilleures perspectives de croissance et comprenaient qu'il était nécessaire d'attirer des spécialistes occidentaux, car il n'y avait pas de natifs dans de nombreux domaines.Il est extrêmement difficile aujourd'hui de se rendre compte qu'il n'y avait pas tant de moyens civilisés de lever des capitaux pour le développement des entreprises dans le pays, mais alors la situation était ridicule, le secteur bancaire traversait exactement la même étape de formation. Dans des journaux tels que Kommersant et Vedomosti, il a souvent été question du fait que les entreprises russes ne peuvent pas emprunter de l'argent sur les marchés étrangers et qu'il est totalement impossible de procéder à une introduction en bourse, par exemple, de placer leurs actions à New York ou à Londres. Le leitmotiv de cette époque était d'une simplicité grossière - cela ne vaut pas la peine de grimper avec le museau d'un cochon dans une rangée de Kalash. Il y avait un sentiment exprimé sans détour de l'infériorité des entreprises russes, ce qui n'est pas la même chose que les "bonnes" entreprises occidentales. À bien des égards, le capitalisme de style occidental était idéalisé, il y avait peu d'expérience de travail avec l'Occident et les voix de ceux qui travaillaient encore sur les marchés étrangers sous l'URSS n'étaient pas prises en compte, bien qu'il s'agisse de jugements judicieux. Dans notre pays, les gens aiment se précipiter d'un extrême à l'autre. Une introduction en bourse d'une société russe au milieu des années 90 était assez sérieusement assimilée au premier vol dans l'espace, un événement pour les entreprises du même ordre, et presque personne ne croyait que cela était possible. Lorsque VimpelCom (marque Beeline) a annoncé son introduction à la Bourse de New York en 1996, c'est devenu un événement international, il n'y a pas d'exagération ici. Pour la première fois en quatre-vingt-dix ans, une société russe est apparue sur le NYSE, et c'était aussi la première introduction en bourse sur un marché étranger pour une société russe.Nous pouvons dire en toute sécurité que le fondateur de Beeline, Dmitry Zimin, a ouvert la voie au reste et a montré que l'impossible est tout à fait possible, si seulement il y a un désir et une compréhension de ce que vous faites.

Armchair analytics #160. Pourquoi MegaFon devient une entreprise privée

À cette époque, VimpelCom a pu lever environ 60 millions de dollars, cet argent a été utilisé pour développer le réseau, mais la société est également devenue publique. Cela imposait certaines obligations à VimpelCom :

Tapis Shaggy gris moderne
  • Reporting selon les normes des entreprises américaines ;
  • La transparence des chiffres, la nécessité de communiquer les indicateurs clés ;
  • Formation du conseil d'administration selon des règles externes ;
  • Responsabilité devant la Commission des valeurs mobilières des États-Unis (en fait, responsabilité administrative et pénale pour leurs actions aux États-Unis, transfert officiel de ces droits à l'organisme de réglementation aux États-Unis).

L'euphorie était telle que personne ne prêtait attention aux inconvénients potentiels d'une introduction en bourse, on croyait qu'ils n'existaient pas et ne pouvaient pas exister. Tous les gens sont frères, le capitalisme est meilleur que le socialisme, un avenir radieux nous attend, mais avec des slogans différents. D'autres opérateurs n'étaient pas pressés d'emprunter de l'argent sur des bourses externes, la prochaine introduction en bourse de grande envergure a été l'entrée de MTS dans le même NYSE en 2000. Le volume de placement était de 15,4 % pour 305 millions de dollars. Et cette offre publique a également été considérée comme un succès. Au milieu des années 2000, l'une des questions les plus fréquemment posées lors des conférences de presse de MegaFon était : "Quand allez-vous entrer en bourse ?".Sergei Vladimirovich Soldatenkov, me semble-t-il, est fatigué de répondre de temps en temps à cette question. En conséquence, MegaFon est entré en bourse en 2012, ce qui a également été un succès, même si cela a nécessité une restructuration de l'entreprise et de nombreuses procédures, quelque chose s'est amélioré, quelque chose a dû être fait différemment qu'auparavant. Mais il est prudent de dire que l'introduction en bourse de MegaFon a conduit à repenser de nombreux processus de l'opérateur, la nécessité d'être une entreprise plus transparente qu'auparavant. Et l'un des effets secondaires était qu'il était impossible, comme avant, de "croire" à l'évolution du marché, tout avait besoin de justifications, et les actionnaires minoritaires, comme dans des milliers d'autres entreprises à travers le monde, ne voulaient pas risquer leur vie. de l'argent pour un avenir visionnaire. Les actionnaires minoritaires ne sont pas tenus de comprendre l'entreprise dans laquelle ils investissent de l'argent, leur jeu est un investissement dont ils considèrent l'objectif de croissance du capital. La plupart de ces actionnaires privés ne veulent qu'une chose : faire fructifier leur argent et faire du profit. Et donc, dans tout vote, ils sont presque toujours contre les investissements à grande échelle, mais exclusivement pour le versement de dividendes, ici et maintenant.

VimpelCom et MTS ont tous deux été confrontés à l'autre aspect négatif de l'introduction en bourse aux États-Unis : en 2015, le ministère américain de la Justice les a accusés d'accords de corruption en Ouzbékistan, après quoi le même VimpelCom a payé une amende de 795 millions de dollars ! Pensez à la taille de l'amende, c'est un record. À titre de comparaison, en 2016, les revenus de VimpelCom sur tous les marchés de présence s'élevaient à 2,4 milliards de dollars, un an plus tôt, la perte nette était de 647 millions de dollars.

Pour VimpelCom et MTS, l'entrée en bourse sur des bourses externes a été largement caractérisée non seulement par la nécessité de lever des fonds pour le développement, mais aussi par une évaluation externe de la valeur de l'entreprise, une opportunité de la vendre potentiellement à quelqu'un . En 2012, lorsque MegaFon est entré en bourse, l'agenda a changé, le prestige a disparu, seul le côté pragmatique de la question est resté, c'était un moyen relativement peu coûteux de lever des fonds pour le développement. Et maintenant, six ans plus tard, MegaFon va quitter la Bourse de Londres. Voyons d'abord comment MegaFon lui-même en parle et quoi.

Annonce officielle de MegaFon concernant la radiation à Londres

Voici le texte du communiqué de presse, il explique assez clairement ce qui va se passer :

MegaFon Public Joint Stock Company (LSE : MFON), l'opérateur national d'opportunités numériques (« MegaFon » ou la « Société »), annonce par la présente que le conseil d'administration de MegaFon, lors de sa réunion tenue le 15 juillet 2018 , a évalué les avantages dont la Société aurait bénéficié si elle avait conservé son statut d'entreprise publique dont les certificats de dépôt globaux (« GDR ») sont cotés à la Bourse de Londres et dont les actions ordinaires sont cotées à la Bourse de Moscou, a déterminé que le maintien le statut d'entreprise publique n'est pas un objectif stratégique prioritaire de la Société, et a adopté la décision d'approuver le programme d'acquisition d'actions ordinaires et de GDR, ainsi que la radiation des GDR à la Bourse de Londres ("LSE" ).

Le programme d'acquisition d'actions ordinaires et de GDR sera mis en œuvre par MegaFon Investments (Cyprus) Limited (« MICL »), une filiale en propriété exclusive de la Société, sous la forme d'un achat en espèces d'un maximum de 128 950 036 actions ordinaires et GDR émis et placées, constituant 20,8 % de toutes les actions émises et placées de la Société. Le prix d'achat des titres apportés sera de 9,75 USD par action ordinaire et par GDR. Le programme d'acquisition débute le 16 juillet 2018 et devrait se clôturer le 22 août 2018. L'offre de MICL dans le cadre du programme d'acquisition sera faite à tous les détenteurs d'actions ordinaires et de GDR, à l'exception d'USM Holdings et du groupe Gazprombank, et de MICL.

Au 13 juillet 2018, le prix d'achat par action ordinaire incluait une prime de 2,03 USD ou 26,3 % du prix moyen pondéré sur 3 mois de 7,72 USD pour la période se terminant le 13 juillet 2018 (au cours quotidien RUB/ taux de clôture en USD en vigueur pour la période respective se terminant le 13 juillet 2018) et une prime de 1,64 $ ou 20,3 % du cours de clôture des actions ordinaires à la Bourse de Moscou pour le 13 juillet 2018 Au 13 juillet 2018, le prix d'achat par GDR comprenait une prime de 0,98 USD ou 11,1 % du cours moyen pondéré sur 3 mois (8,77 USD) pour la période se terminant le 13 juillet 2018, et une prime de 0,75 USD ou 8,3 % du cours de clôture par GDR au LSE le 13 juillet 2018

Le texte intégral du communiqué de presse est disponible ici.

Armchair analytics #160. Pourquoi MegaFon devient une entreprise privée

Mais nous sommes également intéressés par ce que le PDG de MegaFon, Gevork Vermishyan, a dit à cet égard :

"La proposition de radiation est motivée par les changements stratégiques à grande échelle que nous devons apporter pour achever la transformation de MegaFon d'un opérateur de télécommunications en un leader du marché numérique en Russie.

Alors que nous avons annoncé notre stratégie de transformation en mai 2017, il est clair que l'ampleur et la nature ambitieuses des étapes supplémentaires qui pourraient être nécessaires pour atteindre cet objectif pourraient créer un risque supplémentaire important pour nos actionnaires minoritaires. Ces changements pourraient avoir une incidence négative sur notre OIBDA, la croissance des revenus et les niveaux d'endettement à moyen terme et nécessiter des fonds supplémentaires pour mettre en œuvre notre stratégie et réviser notre précédente politique de dividendes. Compte tenu de ces facteurs et de la volatilité continue des marchés boursiers, le Conseil, compte tenu de la situation actuelle, a conclu qu'il serait approprié d'offrir à nos actionnaires minoritaires la possibilité de sortir avec une prime par rapport à la valeur marchande actuelle de nos actions et GDR."

Qu'adviendra-t-il de MegaFon et quels exemples existe-t-il dans le monde

Pour le marché russe, la radiation de MegaFon est un précédent et un signal clair de ce qui va se passer ensuite, et c'est un événement de la même ampleur que la cotation de VimpelCom sur le NYSE. Dépensant jusqu'à 1,26 milliard de dollars pour racheter des certificats de dépôt mondiaux, MegaFon fait passer la société du statut public au statut privé. Il n'y a pas besoin de transparence vis-à-vis des actionnaires minoritaires, chacun d'entre eux pouvant demander des informations sensibles en termes de plans de développement et d'investissement dans des projets futurs. À bien des égards, la façon dont les entreprises se surveillent les unes les autres est liée aux outils dont disposent les actionnaires minoritaires. Mais la raison principale, peut-être, est loin de là, et Gevork l'a dit franchement et sans ambages. Il s'agit de la mise en œuvre du plan printemps 2017, la transformation de MegaFon d'un opérateur télécom en un opérateur d'opportunités numériques. Il y a trop de choses derrière la phrase générale et simplifiée pour couvrir le sujet dans ce document. Mais si nous regardons brièvement et du haut ce que MegaFon a fait ces dernières années, nous verrons qu'il s'agit d'un test à grande échelle de la technologie blockchain, du travail dans la fintech, de la coopération avec les principales banques, des développements dans le domaine du transport et ville intelligente. Dans le bon sens du terme, MegaFon est un peu tourné vers les technologies et ce qu'elles peuvent apporter dans nos vies. Dans le cadre d'un opérateur mobile classique, l'entreprise est clairement à l'étroit.Si vous regardez le profil des actifs de MegaFon, ce sont des dizaines de milliers de kilomètres de fibre optique qui fonctionnent en Russie et au-delà. L'opérateur dispose à la fois d'un réseau central géant et de centres de données, ainsi que du dernier kilomètre sous forme de communications mobiles. Il reste à ajouter ces services qui deviendront essentiels pour nous tous dans un avenir proche. Le seul problème est que chaque saut technologique nécessite des efforts importants et des investissements colossaux. Par exemple, les investissements dans la 5G ne sont même pas proches de ceux de la 3G ou de la 4G, ils sont d'un ordre de grandeur supérieur, car la technologie est plus difficile à mettre en œuvre en pratique, il faut plus de stations de base, une couverture plus dense. Les mêmes actionnaires minoritaires ne veulent pas la 5G à leurs frais. Veuillez noter que la croissance et la construction les plus intensives de MegaFon ont eu lieu en 2002-2012, c'est-à-dire à l'époque où l'opérateur n'était pas présent en bourse et pouvait dépenser de l'argent sans se retourner contre ses actionnaires minoritaires. Et puis cette période favorable s'est terminée, ce n'est plus si facile.

En lisant des articles sur la radiation de MegaFon, je suis tombé sur de nombreuses références à des sanctions, selon lesquelles ils forcent MegaFon à quitter Londres. À mon avis, c'est un non-sens total qui ne résiste pas à l'examen, et voici pourquoi. Aucun des actionnaires de MegaFon n'est tombé sous le coup des sanctions, et une telle probabilité est faible. Selon les plans de l'entreprise, des investissements importants sont nécessaires dans de nouveaux domaines, qui ne sont pas toujours évidents pour l'opérateur mobile. Il est difficile et myope d'expliquer et de prouver que dans le monde numérique, il faut avoir des bases dans différents domaines, il faut créer rapidement de nouveaux produits et les tester dans la pratique. Les freins sous la forme d'actionnaires minoritaires ne sont pas très bons pour cela, il faut avoir les mains libres pour prendre toutes les décisions, sans regarder personne.

Peut-être, à cet égard, est-il bon de rappeler la radiation de Dell Inc, qui était un record et a eu lieu en 2013. Les actionnaires minoritaires ont fait pression sur l'entreprise, n'ont pas permis la mise en œuvre du programme de développement et ont créé un contexte négatif. En conséquence, Michael Dell a procédé à une radiation, qui a coûté 24,9 milliards de dollars, ce qui est un record en soi. L'héritage qu'il a laissé de la partie publique de l'histoire de Dell peut être considéré en toute sécurité comme les écuries d'Augias, il a fallu plusieurs années pour résoudre les vieux problèmes. Dire que dans un marché des PC aussi troublé, Dell a obtenu un succès gigantesque, est impossible. La société a augmenté sa part de marché et ses ventes, mais continue de lutter pour sa rentabilité. Et la raison en est que dans ces processus qui ont duré de nombreuses années dans son incarnation publique, la maladie est devenue trop ancienne, s'est transformée en inefficacité chronique. De plus, le paiement d'une telle somme d'argent pendant une période aussi difficile sur le marché des PC a rendu la croissance presque impossible.

Armchair analytics #160. Pourquoi MegaFon devient une entreprise privée

Chez MegaFon, la situation n'est même pas proche de celle qui était et reste chez Dell. Le fardeau de la dette est minime, l'activité est stable et de nouvelles opportunités de mise en œuvre de projets s'ouvrent. Je me risquerais à suggérer que nous verrons une nouvelle stratégie, lorsque l'opérateur investit de l'argent en tant que start-up (étape d'amorçage), développe des projets et, après les avoir rentabilisés, en ouvre immédiatement de nouveaux. Dans le statut public, il est impossible d'imaginer cela, c'est un scénario incroyable, tant il fait peur aux actionnaires minoritaires.

Pour MegaFon, c'est aussi un avantage nécessaire, puisque ni MTS ni VimpelCom ne pourront répéter ces mouvements, ils resteront pieds et poings liés par leur statut public plus leurs actifs étrangers. Pour Tele2, un tel scénario de développement est réel, mais ici la situation est compliquée par le fait que l'opérateur augmente sa part et construit un réseau comme un fou, donc il ne peut pas et n'investira pas dans de nouvelles directions, il n'y a pas assez grand équipe pour cela, il n'y aura pas assez de ressources humaines, ce n'est pas une question d'argent.

Afin de décider de la radiation, la volonté est nécessaire, comme on le voit, dans MegaFon et parmi les actionnaires de la société, elle est pleinement présente. Et je vois cela comme une étape positive, d'ailleurs, cela fait partie de la stratégie à long terme de M. Usmanov et de sa holding, qui est le principal actionnaire de MegaFon (56,32% des actions d'USM Group). En observant les directions dans lesquelles le groupe USM explore le marché et s'essaye, j'ai un casse-tête, même si seule une partie du plan est mise en œuvre, nous verrons un type d'entreprise fondamentalement nouveau, après cela, il est difficile d'appeler MegaFon un opérateur mobile. Peut-être que la chose la plus proche qui me vient à l'esprit est la transformation de NTT DoCoMo dans le passé, lorsqu'ils ont façonné le marché au Japon en mettant à disposition des services qui n'existaient pas dans d'autres pays, même avant l'avènement de l'ère des smartphones. En venant au Japon ces années-là, vous avez compris que vous étiez dans une autre dimension, et les gens autour de vous profitent de ce qui est tout simplement absent dans l'autre monde. Quelque chose de similaire nous attend dans les cinq ou six prochaines années, et je crois qu'il y a toutes les conditions préalables pour cela. Rappelez-vous, à quel niveau technologique notre pays et nos opérateurs ont organisé les Jeux olympiques de Sotchi, la Coupe du monde et d'autres événements, ces événements parlent d'eux-mêmes. Ce n'est pas seulement de classe mondiale, c'est quelque chose de plus. Et maintenant, nous nous sommes définitivement débarrassés des complexes des années 90, lorsque nous regardions les entreprises occidentales et pensions que nous ne pouvions rien faire de tel par nous-mêmes. Ces temps sont passés, nous avons le désir, les compétences et les opportunités de changer tout cela, ici et maintenant. Peut-être que cela semble trop pathétique, peut-être comme slogan. Mais nous sommes vraiment à la veille de grands changements qui nous affecteront en tant que pays. Et chaque puissance a besoin de ses propres piliers technologiques, sans lesquels notre monde n'est nulle part ailleurs. Et c'est la superstructure de notre siècle, semblable à l'électrification de l'URSS. Et y croire ou non, c'est l'affaire de tous. Ceux qui croient font le travail. Le reste verra à nouveau ce que nous pouvons et faisons.

Analyse de canapé n° 160. Pourquoi MegaFon devient une entreprise privée

Après que l'URSS a cessé d'exister de facto, des relations de marché sont apparues dans l'espace post-soviétique, la première publicité télévisée est apparue, qui a été regardée par tout le pays, puis c'était une nouveauté. La naïveté de ces publicités du cru était étonnante, tout comme la naissance des premières chaînes de télévision. Les managers occidentaux étaient une curiosité, par défaut ils étaient considérés comme des célestes qui avaient accès à des connaissances secrètes, que nos populations locales sont incapables de maîtriser en raison du passé très soviétique. Pour de nombreux managers d'Europe ou des États-Unis, un voyage en Russie était considéré comme une référence - l'absence d'un marché développé, des relations incompréhensibles et bien d'autres problèmes. Mais ceux qui se sont retrouvés en Russie au cours de ces années ne l'ont pas regretté, c'était une époque où des fortunes se faisaient et où le marché de chaque région augmentait de centaines de pour cent par an, et la façon dont vous le mesuriez n'était pas si importante - en argent ou pièces. Cette époque est souvent associée au capitalisme sauvage, à bien des égards, elle découle de la naïveté et d'un manque de compréhension de la façon de bien faire les choses. Hier, le pays vivait selon les mêmes règles, puis a soudainement changé au point d'être méconnaissable. Les opérateurs cellulaires dans les années 90 sont devenus l'avant-garde des affaires, ils avaient de l'argent, les meilleures perspectives de croissance et comprenaient qu'il était nécessaire d'attirer des spécialistes occidentaux, car il n'y avait pas de natifs dans de nombreux domaines.Il est extrêmement difficile aujourd'hui de se rendre compte qu'il n'y avait pas tant de moyens civilisés de lever des capitaux pour le développement des entreprises dans le pays, mais alors la situation était ridicule, le secteur bancaire traversait exactement la même étape de formation. Dans des journaux tels que Kommersant et Vedomosti, il a souvent été question du fait que les entreprises russes ne peuvent pas emprunter de l'argent sur les marchés étrangers et qu'il est totalement impossible de procéder à une introduction en bourse, par exemple, de placer leurs actions à New York ou à Londres. Le leitmotiv de cette époque était d'une simplicité grossière - cela ne vaut pas la peine de grimper avec le museau d'un cochon dans une rangée de Kalash. Il y avait un sentiment exprimé sans détour de l'infériorité des entreprises russes, ce qui n'est pas la même chose que les "bonnes" entreprises occidentales. À bien des égards, le capitalisme de style occidental était idéalisé, il y avait peu d'expérience de travail avec l'Occident et les voix de ceux qui travaillaient encore sur les marchés étrangers sous l'URSS n'étaient pas prises en compte, bien qu'il s'agisse de jugements judicieux. Dans notre pays, les gens aiment se précipiter d'un extrême à l'autre. Une introduction en bourse d'une société russe au milieu des années 90 était assez sérieusement assimilée au premier vol dans l'espace, un événement pour les entreprises du même ordre, et presque personne ne croyait que cela était possible. Lorsque VimpelCom (marque Beeline) a annoncé son introduction à la Bourse de New York en 1996, c'est devenu un événement international, il n'y a pas d'exagération ici. Pour la première fois en quatre-vingt-dix ans, une société russe est apparue sur le NYSE, et c'était aussi la première introduction en bourse sur un marché étranger pour une société russe.Nous pouvons dire en toute sécurité que le fondateur de Beeline, Dmitry Zimin, a ouvert la voie au reste et a montré que l'impossible est tout à fait possible, si seulement il y a un désir et une compréhension de ce que vous faites.

Armchair analytics #160. Pourquoi MegaFon devient une entreprise privée

À cette époque, VimpelCom a pu lever environ 60 millions de dollars, cet argent a été utilisé pour développer le réseau, mais la société est également devenue publique. Cela imposait certaines obligations à VimpelCom :

Tapis Shaggy gris moderne
  • Reporting selon les normes des entreprises américaines ;
  • La transparence des chiffres, la nécessité de communiquer les indicateurs clés ;
  • Formation du conseil d'administration selon des règles externes ;
  • Responsabilité devant la Commission des valeurs mobilières des États-Unis (en fait, responsabilité administrative et pénale pour leurs actions aux États-Unis, transfert officiel de ces droits à l'organisme de réglementation aux États-Unis).

L'euphorie était telle que personne ne prêtait attention aux inconvénients potentiels d'une introduction en bourse, on croyait qu'ils n'existaient pas et ne pouvaient pas exister. Tous les gens sont frères, le capitalisme est meilleur que le socialisme, un avenir radieux nous attend, mais avec des slogans différents. D'autres opérateurs n'étaient pas pressés d'emprunter de l'argent sur des bourses externes, la prochaine introduction en bourse de grande envergure a été l'entrée de MTS dans le même NYSE en 2000. Le volume de placement était de 15,4 % pour 305 millions de dollars. Et cette offre publique a également été considérée comme un succès. Au milieu des années 2000, l'une des questions les plus fréquemment posées lors des conférences de presse de MegaFon était : "Quand allez-vous entrer en bourse ?".Sergei Vladimirovich Soldatenkov, me semble-t-il, est fatigué de répondre de temps en temps à cette question. En conséquence, MegaFon est entré en bourse en 2012, ce qui a également été un succès, même si cela a nécessité une restructuration de l'entreprise et de nombreuses procédures, quelque chose s'est amélioré, quelque chose a dû être fait différemment qu'auparavant. Mais il est prudent de dire que l'introduction en bourse de MegaFon a conduit à repenser de nombreux processus de l'opérateur, la nécessité d'être une entreprise plus transparente qu'auparavant. Et l'un des effets secondaires était qu'il était impossible, comme avant, de "croire" à l'évolution du marché, tout avait besoin de justifications, et les actionnaires minoritaires, comme dans des milliers d'autres entreprises à travers le monde, ne voulaient pas risquer leur vie. de l'argent pour un avenir visionnaire. Les actionnaires minoritaires ne sont pas tenus de comprendre l'entreprise dans laquelle ils investissent de l'argent, leur jeu est un investissement dont ils considèrent l'objectif de croissance du capital. La plupart de ces actionnaires privés ne veulent qu'une chose : faire fructifier leur argent et faire du profit. Et donc, dans tout vote, ils sont presque toujours contre les investissements à grande échelle, mais exclusivement pour le versement de dividendes, ici et maintenant.

VimpelCom et MTS ont tous deux été confrontés à l'autre aspect négatif de l'introduction en bourse aux États-Unis : en 2015, le ministère américain de la Justice les a accusés d'accords de corruption en Ouzbékistan, après quoi le même VimpelCom a payé une amende de 795 millions de dollars ! Pensez à la taille de l'amende, c'est un record. À titre de comparaison, en 2016, les revenus de VimpelCom sur tous les marchés de présence s'élevaient à 2,4 milliards de dollars, un an plus tôt, la perte nette était de 647 millions de dollars.

Pour VimpelCom et MTS, l'entrée en bourse sur des bourses externes a été largement caractérisée non seulement par la nécessité de lever des fonds pour le développement, mais aussi par une évaluation externe de la valeur de l'entreprise, une opportunité de la vendre potentiellement à quelqu'un . En 2012, lorsque MegaFon est entré en bourse, l'agenda a changé, le prestige a disparu, seul le côté pragmatique de la question est resté, c'était un moyen relativement peu coûteux de lever des fonds pour le développement. Et maintenant, six ans plus tard, MegaFon va quitter la Bourse de Londres. Voyons d'abord comment MegaFon lui-même en parle et quoi.

Annonce officielle de MegaFon concernant la radiation à Londres

Voici le texte du communiqué de presse, il explique assez clairement ce qui va se passer :

MegaFon Public Joint Stock Company (LSE : MFON), l'opérateur national d'opportunités numériques (« MegaFon » ou la « Société »), annonce par la présente que le conseil d'administration de MegaFon, lors de sa réunion tenue le 15 juillet 2018 , a évalué les avantages dont la Société aurait bénéficié si elle avait conservé son statut d'entreprise publique dont les certificats de dépôt globaux (« GDR ») sont cotés à la Bourse de Londres et dont les actions ordinaires sont cotées à la Bourse de Moscou, a déterminé que le maintien le statut d'entreprise publique n'est pas un objectif stratégique prioritaire de la Société, et a adopté la décision d'approuver le programme d'acquisition d'actions ordinaires et de GDR, ainsi que la radiation des GDR à la Bourse de Londres ("LSE" ).

Le programme d'acquisition d'actions ordinaires et de GDR sera mis en œuvre par MegaFon Investments (Cyprus) Limited (« MICL »), une filiale en propriété exclusive de la Société, sous la forme d'un achat en espèces d'un maximum de 128 950 036 actions ordinaires et GDR émis et placées, constituant 20,8 % de toutes les actions émises et placées de la Société. Le prix d'achat des titres apportés sera de 9,75 USD par action ordinaire et par GDR. Le programme d'acquisition débute le 16 juillet 2018 et devrait se clôturer le 22 août 2018. L'offre de MICL dans le cadre du programme d'acquisition sera faite à tous les détenteurs d'actions ordinaires et de GDR, à l'exception d'USM Holdings et du groupe Gazprombank, et de MICL.

Au 13 juillet 2018, le prix d'achat par action ordinaire incluait une prime de 2,03 USD ou 26,3 % du prix moyen pondéré sur 3 mois de 7,72 USD pour la période se terminant le 13 juillet 2018 (au cours quotidien RUB/ taux de clôture en USD en vigueur pour la période respective se terminant le 13 juillet 2018) et une prime de 1,64 $ ou 20,3 % du cours de clôture des actions ordinaires à la Bourse de Moscou pour le 13 juillet 2018 Au 13 juillet 2018, le prix d'achat par GDR comprenait une prime de 0,98 USD ou 11,1 % du cours moyen pondéré sur 3 mois (8,77 USD) pour la période se terminant le 13 juillet 2018, et une prime de 0,75 USD ou 8,3 % du cours de clôture par GDR au LSE le 13 juillet 2018

Le texte intégral du communiqué de presse est disponible ici.

Armchair analytics #160. Pourquoi MegaFon devient une entreprise privée

Mais nous sommes également intéressés par ce que le PDG de MegaFon, Gevork Vermishyan, a dit à cet égard :

"La proposition de radiation est motivée par les changements stratégiques à grande échelle que nous devons apporter pour achever la transformation de MegaFon d'un opérateur de télécommunications en un leader du marché numérique en Russie.

Alors que nous avons annoncé notre stratégie de transformation en mai 2017, il est clair que l'ampleur et la nature ambitieuses des étapes supplémentaires qui pourraient être nécessaires pour atteindre cet objectif pourraient créer un risque supplémentaire important pour nos actionnaires minoritaires. Ces changements pourraient avoir une incidence négative sur notre OIBDA, la croissance des revenus et les niveaux d'endettement à moyen terme et nécessiter des fonds supplémentaires pour mettre en œuvre notre stratégie et réviser notre précédente politique de dividendes. Compte tenu de ces facteurs et de la volatilité continue des marchés boursiers, le Conseil, compte tenu de la situation actuelle, a conclu qu'il serait approprié d'offrir à nos actionnaires minoritaires la possibilité de sortir avec une prime par rapport à la valeur marchande actuelle de nos actions et GDR."

Qu'adviendra-t-il de MegaFon et quels exemples existe-t-il dans le monde

Pour le marché russe, la radiation de MegaFon est un précédent et un signal clair de ce qui va se passer ensuite, et c'est un événement de la même ampleur que la cotation de VimpelCom sur le NYSE. Dépensant jusqu'à 1,26 milliard de dollars pour racheter des certificats de dépôt mondiaux, MegaFon fait passer la société du statut public au statut privé. Il n'y a pas besoin de transparence vis-à-vis des actionnaires minoritaires, chacun d'entre eux pouvant demander des informations sensibles en termes de plans de développement et d'investissement dans des projets futurs. À bien des égards, la façon dont les entreprises se surveillent les unes les autres est liée aux outils dont disposent les actionnaires minoritaires. Mais la raison principale, peut-être, est loin de là, et Gevork l'a dit franchement et sans ambages. Il s'agit de la mise en œuvre du plan printemps 2017, la transformation de MegaFon d'un opérateur télécom en un opérateur d'opportunités numériques. Il y a trop de choses derrière la phrase générale et simplifiée pour couvrir le sujet dans ce document. Mais si nous regardons brièvement et du haut ce que MegaFon a fait ces dernières années, nous verrons qu'il s'agit d'un test à grande échelle de la technologie blockchain, du travail dans la fintech, de la coopération avec les principales banques, des développements dans le domaine du transport et ville intelligente. Dans le bon sens du terme, MegaFon est un peu tourné vers les technologies et ce qu'elles peuvent apporter dans nos vies. Dans le cadre d'un opérateur mobile classique, l'entreprise est clairement à l'étroit.Si vous regardez le profil des actifs de MegaFon, ce sont des dizaines de milliers de kilomètres de fibre optique qui fonctionnent en Russie et au-delà. L'opérateur dispose à la fois d'un réseau central géant et de centres de données, ainsi que du dernier kilomètre sous forme de communications mobiles. Il reste à ajouter ces services qui deviendront essentiels pour nous tous dans un avenir proche. Le seul problème est que chaque saut technologique nécessite des efforts importants et des investissements colossaux. Par exemple, les investissements dans la 5G ne sont même pas proches de ceux de la 3G ou de la 4G, ils sont d'un ordre de grandeur supérieur, car la technologie est plus difficile à mettre en œuvre en pratique, il faut plus de stations de base, une couverture plus dense. Les mêmes actionnaires minoritaires ne veulent pas la 5G à leurs frais. Veuillez noter que la croissance et la construction les plus intensives de MegaFon ont eu lieu en 2002-2012, c'est-à-dire à l'époque où l'opérateur n'était pas présent en bourse et pouvait dépenser de l'argent sans se retourner contre ses actionnaires minoritaires. Et puis cette période favorable s'est terminée, ce n'est plus si facile.

En lisant des articles sur la radiation de MegaFon, je suis tombé sur de nombreuses références à des sanctions, selon lesquelles ils forcent MegaFon à quitter Londres. À mon avis, c'est un non-sens total qui ne résiste pas à l'examen, et voici pourquoi. Aucun des actionnaires de MegaFon n'est tombé sous le coup des sanctions, et une telle probabilité est faible. Selon les plans de l'entreprise, des investissements importants sont nécessaires dans de nouveaux domaines, qui ne sont pas toujours évidents pour l'opérateur mobile. Il est difficile et myope d'expliquer et de prouver que dans le monde numérique, il faut avoir des bases dans différents domaines, il faut créer rapidement de nouveaux produits et les tester dans la pratique. Les freins sous la forme d'actionnaires minoritaires ne sont pas très bons pour cela, il faut avoir les mains libres pour prendre toutes les décisions, sans regarder personne.

Peut-être, à cet égard, est-il bon de rappeler la radiation de Dell Inc, qui était un record et a eu lieu en 2013. Les actionnaires minoritaires ont fait pression sur l'entreprise, n'ont pas permis la mise en œuvre du programme de développement et ont créé un contexte négatif. En conséquence, Michael Dell a procédé à une radiation, qui a coûté 24,9 milliards de dollars, ce qui est un record en soi. L'héritage qu'il a laissé de la partie publique de l'histoire de Dell peut être considéré en toute sécurité comme les écuries d'Augias, il a fallu plusieurs années pour résoudre les vieux problèmes. Dire que dans un marché des PC aussi troublé, Dell a obtenu un succès gigantesque, est impossible. La société a augmenté sa part de marché et ses ventes, mais continue de lutter pour sa rentabilité. Et la raison en est que dans ces processus qui ont duré de nombreuses années dans son incarnation publique, la maladie est devenue trop ancienne, s'est transformée en inefficacité chronique. De plus, le paiement d'une telle somme d'argent pendant une période aussi difficile sur le marché des PC a rendu la croissance presque impossible.

Armchair analytics #160. Pourquoi MegaFon devient une entreprise privée

Chez MegaFon, la situation n'est même pas proche de celle qui était et reste chez Dell. Le fardeau de la dette est minime, l'activité est stable et de nouvelles opportunités de mise en œuvre de projets s'ouvrent. Je me risquerais à suggérer que nous verrons une nouvelle stratégie, lorsque l'opérateur investit de l'argent en tant que start-up (étape d'amorçage), développe des projets et, après les avoir rentabilisés, en ouvre immédiatement de nouveaux. Dans le statut public, c'est impossible à imaginer, c'est un scénario incroyable, tant il fait peur aux actionnaires minoritaires.

Pour MegaFon, c'est aussi un avantage nécessaire, puisque ni MTS ni VimpelCom ne pourront répéter ces mouvements, ils resteront pieds et poings liés par leur statut public plus leurs actifs étrangers. Pour Tele2, un tel scénario de développement est réel, mais ici la situation est compliquée par le fait que l'opérateur augmente sa part et construit un réseau comme un fou, donc il ne peut pas et n'investira pas dans de nouvelles directions, il n'y a pas assez grand équipe pour cela, il n'y aura pas assez de ressources humaines, ce n'est pas une question d'argent.

Afin de décider de la radiation, la volonté est nécessaire, comme on le voit, dans MegaFon et parmi les actionnaires de la société, elle est pleinement présente. Et je vois cela comme une étape positive, d'ailleurs, cela fait partie de la stratégie à long terme de M. Usmanov et de sa holding, qui est le principal actionnaire de MegaFon (56,32% des actions d'USM Group). En observant les directions dans lesquelles le groupe USM explore le marché et s'essaye, j'ai un casse-tête, même si seule une partie du plan est mise en œuvre, nous verrons un type d'entreprise fondamentalement nouveau, après cela, il est difficile d'appeler MegaFon un opérateur mobile. Peut-être que la chose la plus proche qui me vient à l'esprit est la transformation de NTT DoCoMo dans le passé, lorsqu'ils ont façonné le marché au Japon en mettant à disposition des services qui n'existaient pas dans d'autres pays, même avant l'avènement de l'ère des smartphones. En venant au Japon ces années-là, vous avez compris que vous étiez dans une autre dimension, et les gens autour de vous profitent de ce qui est tout simplement absent dans l'autre monde. Quelque chose de similaire nous attend dans les cinq ou six prochaines années, et je crois qu'il y a toutes les conditions préalables pour cela. Rappelez-vous, à quel niveau technologique notre pays et nos opérateurs ont organisé les Jeux olympiques de Sotchi, la Coupe du monde et d'autres événements, ces événements parlent d'eux-mêmes. Ce n'est pas seulement de classe mondiale, c'est quelque chose de plus. Et maintenant, nous nous sommes définitivement débarrassés des complexes des années 90, lorsque nous regardions les entreprises occidentales et pensions que nous ne pouvions rien faire de tel par nous-mêmes. Ces temps sont passés, nous avons le désir, les compétences et les opportunités de changer tout cela, ici et maintenant. Peut-être que cela semble trop pathétique, peut-être comme slogan. Mais nous sommes vraiment à la veille de grands changements qui nous affecteront en tant que pays. Et chaque puissance a besoin de ses propres piliers technologiques, sans lesquels notre monde n'est nulle part ailleurs. Et c'est la superstructure de notre siècle, semblable à l'électrification de l'URSS. Et y croire ou non, c'est l'affaire de tous. Ceux qui croient font le travail. Le reste verra à nouveau ce que nous pouvons et faisons.

Analyse de canapé n° 160. Pourquoi MegaFon devient une entreprise privée

Après que l'URSS a cessé d'exister de facto, des relations de marché sont apparues dans l'espace post-soviétique, la première publicité télévisée est apparue, qui a été regardée par tout le pays, puis c'était une nouveauté. La naïveté de ces publicités du cru était étonnante, tout comme la naissance des premières chaînes de télévision. Les managers occidentaux étaient une curiosité, par défaut ils étaient considérés comme des célestes qui avaient accès à des connaissances secrètes, que nos populations locales sont incapables de maîtriser en raison du passé très soviétique. Pour de nombreux managers d'Europe ou des États-Unis, un voyage en Russie était considéré comme une référence - l'absence d'un marché développé, des relations incompréhensibles et bien d'autres problèmes. Mais ceux qui se sont retrouvés en Russie au cours de ces années ne l'ont pas regretté, c'était une époque où des fortunes se faisaient et où le marché de chaque région augmentait de centaines de pour cent par an, et la façon dont vous le mesuriez n'était pas si importante - en argent ou pièces. Cette époque est souvent associée au capitalisme sauvage, à bien des égards, elle découle de la naïveté et d'un manque de compréhension de la façon de bien faire les choses. Hier, le pays vivait selon les mêmes règles, puis a soudainement changé au point d'être méconnaissable. Les opérateurs cellulaires dans les années 90 sont devenus l'avant-garde des affaires, ils avaient de l'argent, les meilleures perspectives de croissance et comprenaient qu'il était nécessaire d'attirer des spécialistes occidentaux, car il n'y avait pas de natifs dans de nombreux domaines.Il est extrêmement difficile aujourd'hui de se rendre compte qu'il n'y avait pas tant de moyens civilisés de lever des capitaux pour le développement des entreprises dans le pays, mais alors la situation était ridicule, le secteur bancaire traversait exactement la même étape de formation. Dans des journaux tels que Kommersant et Vedomosti, il a souvent été question du fait que les entreprises russes ne peuvent pas emprunter de l'argent sur les marchés étrangers et qu'il est totalement impossible de procéder à une introduction en bourse, par exemple, de placer leurs actions à New York ou à Londres. Le leitmotiv de cette époque était d'une simplicité grossière - cela ne vaut pas la peine de grimper avec le museau d'un cochon dans une rangée de Kalash. Il y avait un sentiment exprimé sans détour de l'infériorité des entreprises russes, ce qui n'est pas la même chose que les "bonnes" entreprises occidentales. À bien des égards, le capitalisme de style occidental était idéalisé, il y avait peu d'expérience de travail avec l'Occident et les voix de ceux qui travaillaient encore sur les marchés étrangers sous l'URSS n'étaient pas prises en compte, bien qu'il s'agisse de jugements judicieux. Dans notre pays, les gens aiment se précipiter d'un extrême à l'autre. Une introduction en bourse d'une société russe au milieu des années 90 était assez sérieusement assimilée au premier vol dans l'espace, un événement pour les entreprises du même ordre, et presque personne ne croyait que cela était possible. Lorsque VimpelCom (marque Beeline) a annoncé son introduction à la Bourse de New York en 1996, c'est devenu un événement international, il n'y a pas d'exagération ici. Pour la première fois en quatre-vingt-dix ans, une société russe est apparue sur le NYSE, et c'était aussi la première introduction en bourse sur un marché étranger pour une société russe.Nous pouvons dire en toute sécurité que le fondateur de Beeline, Dmitry Zimin, a ouvert la voie au reste et a montré que l'impossible est tout à fait possible, si seulement il y a un désir et une compréhension de ce que vous faites.

À cette époque, VimpelCom a pu lever environ 60 millions de dollars, cet argent a été utilisé pour développer le réseau, mais la société est également devenue publique. Cela imposait certaines obligations à VimpelCom :

Tapis Shaggy gris moderne Tapis Shaggy gris moderne
  • Reporting selon les normes des entreprises américaines ;
  • La transparence des chiffres, la nécessité de communiquer les indicateurs clés ;
  • Formation du conseil d'administration selon des règles externes ;
  • Responsabilité devant la Commission des valeurs mobilières des États-Unis (en fait, responsabilité administrative et pénale pour leurs actions aux États-Unis, transfert officiel de ces droits à l'organisme de réglementation aux États-Unis).

L'euphorie était telle que personne ne prêtait attention aux inconvénients potentiels d'une introduction en bourse, on croyait qu'ils n'existaient pas et ne pouvaient pas exister. Tous les gens sont frères, le capitalisme est meilleur que le socialisme, un avenir radieux nous attend, mais avec des slogans différents. D'autres opérateurs n'étaient pas pressés d'emprunter de l'argent sur des bourses externes, la prochaine introduction en bourse de grande envergure a été l'entrée de MTS dans le même NYSE en 2000. Le volume de placement était de 15,4 % pour 305 millions de dollars. Et cette offre publique a également été considérée comme un succès. Au milieu des années 2000, l'une des questions les plus fréquemment posées lors des conférences de presse de MegaFon était : "Quand allez-vous entrer en bourse ?". Sergei Vladimirovich Soldatenkov, me semble-t-il, est fatigué de répondre de temps en temps à cette question.En conséquence, MegaFon est entré en bourse en 2012, ce qui a également été un succès, même si cela a nécessité une restructuration de l'entreprise et de nombreuses procédures, quelque chose s'est amélioré, quelque chose a dû être fait différemment qu'auparavant. Mais il est prudent de dire que l'introduction en bourse de MegaFon a conduit à repenser de nombreux processus de l'opérateur, la nécessité d'être une entreprise plus transparente qu'auparavant. Et l'un des effets secondaires était qu'il était impossible, comme avant, de "croire" à l'évolution du marché, tout avait besoin de justifications, et les actionnaires minoritaires, comme dans des milliers d'autres entreprises à travers le monde, ne voulaient pas risquer leur vie. de l'argent pour un avenir visionnaire. Les actionnaires minoritaires ne sont pas tenus de comprendre l'entreprise dans laquelle ils investissent de l'argent, leur jeu est un investissement dont ils considèrent l'objectif de croissance du capital. La plupart de ces actionnaires privés ne veulent qu'une chose : faire fructifier leur argent et faire du profit. Et donc, dans tout vote, ils sont presque toujours contre les investissements à grande échelle, mais exclusivement pour le versement de dividendes, ici et maintenant.

VimpelCom et MTS ont tous deux été confrontés à l'autre aspect négatif de l'introduction en bourse aux États-Unis : en 2015, le ministère américain de la Justice les a accusés d'accords de corruption en Ouzbékistan, après quoi le même VimpelCom a payé une amende de 795 millions de dollars ! Pensez à la taille de l'amende, c'est un record. À titre de comparaison, en 2016, les revenus de VimpelCom sur tous les marchés de présence s'élevaient à 2,4 milliards de dollars, un an plus tôt, la perte nette était de 647 millions de dollars.

Pour VimpelCom et MTS, l'entrée en bourse sur des bourses externes a été largement caractérisée non seulement par la nécessité de lever des fonds pour le développement, mais aussi par une évaluation externe de la valeur de l'entreprise, une opportunité de la vendre potentiellement à quelqu'un . En 2012, lorsque MegaFon est entré en bourse, l'agenda a changé, le prestige a disparu, seul le côté pragmatique de la question est resté, c'était un moyen relativement peu coûteux de lever des fonds pour le développement. Et maintenant, six ans plus tard, MegaFon va quitter la Bourse de Londres. Voyons d'abord comment MegaFon lui-même en parle et quoi.

Annonce officielle de MegaFon concernant la radiation à Londres

Voici le texte du communiqué de presse, il explique assez clairement ce qui va se passer :

MegaFon Public Joint Stock Company (LSE : MFON), l'opérateur national d'opportunités numériques (« MegaFon » ou la « Société »), annonce par la présente que le conseil d'administration de MegaFon, lors de sa réunion tenue le 15 juillet 2018 , a évalué les avantages dont la Société aurait bénéficié si elle avait conservé son statut d'entreprise publique dont les certificats de dépôt globaux (« GDR ») sont cotés à la Bourse de Londres et dont les actions ordinaires sont cotées à la Bourse de Moscou, a déterminé que le maintien le statut d'entreprise publique n'est pas un objectif stratégique prioritaire de la Société, et a adopté la décision d'approuver le programme d'acquisition d'actions ordinaires et de GDR, ainsi que la radiation des GDR à la Bourse de Londres ("LSE" ).

Le programme d'acquisition d'actions ordinaires et de GDR sera mis en œuvre par MegaFon Investments (Cyprus) Limited (« MICL »), une filiale en propriété exclusive de la Société, sous la forme d'un achat en espèces d'un maximum de 128 950 036 actions ordinaires et GDR émis et placées, constituant 20,8 % de toutes les actions émises et placées de la Société. Le prix d'achat des titres apportés sera de 9,75 USD par action ordinaire et par GDR. Le programme d'acquisition débute le 16 juillet 2018 et devrait se clôturer le 22 août 2018. L'offre de MICL dans le cadre du programme d'acquisition sera faite à tous les détenteurs d'actions ordinaires et de GDR, à l'exception d'USM Holdings et du groupe Gazprombank, et de MICL.

Au 13 juillet 2018, le prix d'achat par action ordinaire incluait une prime de 2,03 USD ou 26,3 % du prix moyen pondéré sur 3 mois de 7,72 USD pour la période se terminant le 13 juillet 2018 (au cours quotidien RUB/ taux de clôture en USD en vigueur pour la période respective se terminant le 13 juillet 2018) et une prime de 1,64 $ ou 20,3 % du cours de clôture des actions ordinaires à la Bourse de Moscou pour le 13 juillet 2018 Au 13 juillet 2018, le prix d'achat par GDR comprenait une prime de 0,98 USD ou 11,1 % du cours moyen pondéré sur 3 mois (8,77 USD) pour la période se terminant le 13 juillet 2018, et une prime de 0,75 USD ou 8,3 % du cours de clôture par GDR au LSE le 13 juillet 2018

Le texte intégral du communiqué de presse est disponible ici.

Mais nous sommes également intéressés par ce que Gevork Vermishyan, PDG de MegaFon, a dit à cet égard :

"La proposition de radiation est motivée par les changements stratégiques à grande échelle que nous devons apporter pour achever la transformation de MegaFon d'un opérateur de télécommunications en un leader du marché numérique en Russie.

Alors que nous avons annoncé notre stratégie de transformation en mai 2017, il est clair que l'ampleur et la nature ambitieuses des étapes supplémentaires qui pourraient être nécessaires pour atteindre cet objectif pourraient créer un risque supplémentaire important pour nos actionnaires minoritaires. Ces changements pourraient avoir une incidence négative sur notre OIBDA, la croissance des revenus et les niveaux d'endettement à moyen terme et nécessiter des fonds supplémentaires pour mettre en œuvre notre stratégie et réviser notre précédente politique de dividendes. Compte tenu de ces facteurs et de la volatilité continue des marchés boursiers, le Conseil, compte tenu de la situation actuelle, a conclu qu'il serait approprié d'offrir à nos actionnaires minoritaires la possibilité de sortir avec une prime par rapport à la valeur marchande actuelle de nos actions et GDR."

Qu'adviendra-t-il de MegaFon et quels exemples existe-t-il dans le monde

Pour le marché russe, la radiation de MegaFon est un précédent et un signal clair de ce qui va se passer ensuite, et c'est un événement de la même ampleur que la cotation de VimpelCom sur le NYSE. Dépensant jusqu'à 1,26 milliard de dollars pour racheter des certificats de dépôt mondiaux, MegaFon fait passer la société du statut public au statut privé. Il n'y a pas besoin de transparence vis-à-vis des actionnaires minoritaires, chacun d'entre eux pouvant demander des informations sensibles en termes de plans de développement et d'investissement dans des projets futurs. À bien des égards, la façon dont les entreprises se surveillent les unes les autres est liée aux outils dont disposent les actionnaires minoritaires.Mais la raison principale, peut-être, est loin de là, et Gevork l'a dit franchement et sans ambages. Il s'agit de la mise en œuvre du plan printemps 2017, la transformation de MegaFon d'un opérateur télécom en un opérateur d'opportunités numériques. Il y a trop de choses derrière la phrase générale et simplifiée pour couvrir le sujet dans ce document. Mais si nous regardons brièvement et du haut ce que MegaFon a fait ces dernières années, nous verrons qu'il s'agit d'un test à grande échelle de la technologie blockchain, du travail dans la fintech, de la coopération avec les principales banques, des développements dans le domaine du transport et ville intelligente. Dans le bon sens du terme, MegaFon est un peu tourné vers les technologies et ce qu'elles peuvent apporter dans nos vies. Dans le cadre d'un opérateur mobile classique, l'entreprise est clairement à l'étroit. Si vous regardez le profil des actifs de MegaFon, ce sont des dizaines de milliers de kilomètres de fibre optique qui fonctionnent en Russie et au-delà. L'opérateur dispose à la fois d'un réseau central géant et de centres de données, ainsi que du dernier kilomètre sous forme de communications mobiles. Il reste à ajouter ces services qui deviendront essentiels pour nous tous dans un avenir proche. Le seul problème est que chaque saut technologique nécessite des efforts importants et des investissements colossaux. Par exemple, les investissements dans la 5G ne sont même pas proches de ceux de la 3G ou de la 4G, ils sont d'un ordre de grandeur supérieur, car la technologie est plus difficile à mettre en œuvre en pratique, il faut plus de stations de base, une couverture plus dense. Les mêmes actionnaires minoritaires ne veulent pas la 5G à leurs frais.Veuillez noter que la croissance et la construction les plus intensives de MegaFon ont eu lieu en 2002-2012, c'est-à-dire à l'époque où l'opérateur n'était pas présent en bourse et pouvait dépenser de l'argent sans se retourner contre ses actionnaires minoritaires. Et puis cette période favorable s'est terminée, ce n'est plus si facile.

En lisant des articles sur la radiation de MegaFon, je suis tombé sur de nombreuses références à des sanctions, selon lesquelles ils forcent MegaFon à quitter Londres. À mon avis, c'est un non-sens total qui ne résiste pas à l'examen, et voici pourquoi. Aucun des actionnaires de MegaFon n'est tombé sous le coup des sanctions, et une telle probabilité est faible. Selon les plans de l'entreprise, des investissements importants sont nécessaires dans de nouveaux domaines, qui ne sont pas toujours évidents pour l'opérateur mobile. Il est difficile et myope d'expliquer et de prouver que dans le monde numérique, il faut avoir des bases dans différents domaines, il faut créer rapidement de nouveaux produits et les tester dans la pratique. Les freins sous la forme d'actionnaires minoritaires ne sont pas très bons pour cela, il faut avoir les mains libres pour prendre toutes les décisions, sans regarder personne.

Peut-être, à cet égard, est-il bon de rappeler la radiation de Dell Inc, qui était un record et a eu lieu en 2013. Les actionnaires minoritaires ont fait pression sur l'entreprise, n'ont pas permis la mise en œuvre du programme de développement et ont créé un contexte négatif. En conséquence, Michael Dell a procédé à une radiation, qui a coûté 24,9 milliards de dollars, ce qui est un record en soi. L'héritage qu'il a laissé de la partie publique de l'histoire de Dell peut être considéré en toute sécurité comme les écuries d'Augias, il a fallu plusieurs années pour résoudre les vieux problèmes. Dire que dans un marché des PC aussi troublé, Dell a obtenu un succès gigantesque, est impossible. La société a augmenté sa part de marché et ses ventes, mais continue de lutter pour sa rentabilité. Et la raison en est que dans ces processus qui ont duré de nombreuses années dans son incarnation publique, la maladie est devenue trop ancienne, s'est transformée en inefficacité chronique. De plus, le paiement d'une telle somme d'argent pendant une période aussi difficile sur le marché des PC a rendu la croissance presque impossible.

Chez MegaFon, la situation n'est même pas proche de celle qui était et reste chez Dell. Le fardeau de la dette est minime, l'activité est stable et de nouvelles opportunités de mise en œuvre de projets s'ouvrent. Je me risquerais à suggérer que nous verrons une nouvelle stratégie, lorsque l'opérateur investit de l'argent en tant que start-up (étape d'amorçage), développe des projets et, après les avoir rentabilisés, en ouvre immédiatement de nouveaux. Dans le statut public, c'est impossible à imaginer, c'est un scénario incroyable, tant il fait peur aux actionnaires minoritaires.

Pour MegaFon, c'est aussi un avantage nécessaire, puisque ni MTS ni VimpelCom ne pourront répéter ces mouvements, ils resteront pieds et poings liés par leur statut public plus leurs actifs étrangers. Pour Tele2, un tel scénario de développement est réel, mais ici la situation est compliquée par le fait que l'opérateur augmente sa part et construit un réseau comme un fou, donc il ne peut pas et n'investira pas dans de nouvelles directions, il n'y a pas assez grand équipe pour cela, il n'y aura pas assez de ressources humaines, ce n'est pas une question d'argent.

Afin de décider de la radiation, la volonté est nécessaire, comme on le voit, dans MegaFon et parmi les actionnaires de la société, elle est pleinement présente. Et je vois cela comme une étape positive, d'ailleurs, cela fait partie de la stratégie à long terme de M. Usmanov et de sa holding, qui est le principal actionnaire de MegaFon (56,32% des actions d'USM Group). En observant les directions dans lesquelles le groupe USM explore le marché et s'essaye, j'ai un casse-tête, même si seule une partie du plan est mise en œuvre, nous verrons un type d'entreprise fondamentalement nouveau, après cela, il est difficile d'appeler MegaFon un opérateur mobile.Peut-être que la chose la plus proche qui me vient à l'esprit est la transformation de NTT DoCoMo dans le passé, lorsqu'ils ont façonné le marché au Japon en mettant à disposition des services qui n'existaient pas dans d'autres pays, même avant l'avènement de l'ère des smartphones. En venant au Japon ces années-là, vous avez compris que vous étiez dans une autre dimension, et les gens autour de vous profitent de ce qui est tout simplement absent dans l'autre monde. Quelque chose de similaire nous attend dans les cinq ou six prochaines années, et je crois qu'il y a toutes les conditions préalables pour cela. Rappelez-vous, à quel niveau technologique notre pays et nos opérateurs ont organisé les Jeux olympiques de Sotchi, la Coupe du monde et d'autres événements, ces événements parlent d'eux-mêmes. Ce n'est pas seulement de classe mondiale, c'est quelque chose de plus. Et maintenant, nous nous sommes définitivement débarrassés des complexes des années 90, lorsque nous regardions les entreprises occidentales et pensions que nous ne pouvions rien faire de tel par nous-mêmes. Ces temps sont passés, nous avons le désir, les compétences et les opportunités de changer tout cela, ici et maintenant. Peut-être que cela semble trop pathétique, peut-être comme slogan. Mais nous sommes vraiment à la veille de grands changements qui nous affecteront en tant que pays. Et chaque puissance a besoin de ses propres piliers technologiques, sans lesquels notre monde n'est nulle part ailleurs. Et c'est la superstructure de notre siècle, semblable à l'électrification de l'URSS. Et y croire ou non, c'est l'affaire de tous. Ceux qui croient font le travail. Le reste verra à nouveau ce que nous pouvons et faisons.