Evroset vs MIA - combats locaux

L'histoire autour des appareils confisqués à la société Euroset continue de prendre de l'ampleur, nous avons délibérément pris un court temps mort afin de décrire la situation dans son développement le plus complètement possible. Ainsi, le deuxième épisode de la série peut-être longue de la lutte entre le ministère de l'Intérieur et l'Euroset, et le champ de bataille n'est pas un lot spécifique de marchandises, mais les questions fondamentales de "qui est le patron de la maison". Il s'est passé beaucoup de choses ces derniers jours. Premièrement, la première vague de publications a suscité l'intérêt du grand public pour le sujet, mais n'a en aucun cas touché le département «K» du ministère de l'Intérieur de la Russie ni provoqué une réponse du service de presse du Ministère de l'intérieur de la Fédération de Russie. Il y avait une impression que les tentatives de l'Euroset pour forcer les représentants du ministère de l'Intérieur à réagir au moins d'une manière ou d'une autre avec leurs déclarations dures étaient vaines. Le lundi 3 avril, le sujet principal de la presse de profil et d'affaires était le sort du lot confisqué et les conséquences possibles pour l'entreprise.

4 avril Le service de presse du ministère de l'Intérieur de la Fédération de Russie a publié une déclaration officielle, qui indiquait ce qui suit (pour le moment, il n'est disponible que sur le flux Interfax) :

  • À la suite d'une opération spéciale du département "K" du ministère de l'Intérieur de la Fédération de Russie, en collaboration avec le FSB de Russie, le 29 mars, une cargaison de 167 500 téléphones portables est arrivée à Sheremetyevo-2 du Pakistan a été arrêté ;
  • Lors de l'inspection de la cargaison, il a été constaté que la grande majorité des appareils de communication cellulaire n'étaient pas destinés à être utilisés sur le territoire de la Russie. Le lot de téléphones a été produit au Brésil, en Chine et à Singapour pour leur usage interne, c'est-à-dire adapté à un pays et à un opérateur de télécommunications spécifiques, ne répondant pas aux exigences russes ;
  • Le destinataire des marchandises est la société Euroset, dont les dirigeants ont dissimulé le fait que les téléphones importés en Russie sont des marchandises contrefaites. La législation douanière et la loi de la Fédération de Russie sur le droit d'auteur et les droits connexes ont été violées. Une base de preuves est en cours de collecte pour traduire les auteurs en justice.

La réponse de l'Euroset a suivi presque immédiatement, les commentaires d'Eldar Razroev, le président de la société, ont été envoyés à toutes les publications. Nous leur donnerons sans coupures.

"La déclaration du ministère de l'Intérieur de la Fédération de Russie témoigne d'une incompétence totale et d'une falsification délibérée de données dans le but d'induire le public en erreur. Je considère qu'il est indigne de défendre "l'honneur de l'uniforme" en diffusant de fausses informations", a déclaré Eldar Razroev, président de la société Euroset.

Les faits de violation du droit d'auteur et des droits voisins protégés par la législation pertinente doivent être établis en premier lieu à la demande du titulaire du droit d'auteur. Motorola est le titulaire du droit d'auteur et des droits connexes, ainsi que des droits de propriété industrielle dans ce cas.

Les téléphones ont été importés de Singapour, pas du Pakistan.

Les téléphones ont été achetés auprès de Motorola et sont à 100 % destinés à être utilisés en Russie (vous pouvez vérifier auprès de Motorola).

Dans la nature, il n'existe pas de téléphones GSM conçus pour être utilisés uniquement au Brésil, en Chine et à Singapour. Il n'est pas difficile d'obtenir une explication appropriée du Ministère des technologies de l'information et des communications de la Fédération de Russie. Tous les téléphones importés par la société disposent d'un certificat de conformité délivré par des organismes agréés.

Le deuxième acte est le même et le fantôme des États-Unis

Comme dans toute tragi-comédie, au second acte, les acteurs doivent non seulement réchauffer le public, mais l'entraîner dans l'action, ne pas le laisser détourner le regard. La mise en scène de cette performance (que les participants m'en excusent, pour eux c'est du sérieux) est excellente. Pour une raison quelconque, aucun des collègues de l'atelier ne s'est souvenu de la phrase forte prononcée par Sergei Meshcheryakov, chef du département de la sécurité économique du ministère de l'Intérieur, en août 2005. Cela sonnait dans le sens où le ministère de l'Intérieur s'interroge sur le marché russe de la téléphonie mobile et sur la société Euroset en tant que leader. À ce moment-là, en direct sur Ekho Moskvy, le président du conseil d'administration d'Euroset, Yevgeny Chichvarkin, a paré cette déclaration avec la déclaration suivante : « Nous achetons des marchandises en Russie. Si le ministère de l'Intérieur a des questions, qu'il pose la question au service des douanes. Les événements d'aujourd'hui visent à prouver qu'il ne vaut pas la peine de ne pas être ami avec le ministère de l'Intérieur, mais se quereller avec ce département est dangereux, pour les affaires, bien sûr. L'Euroset s'en est pleinement rendu compte et a tenté, par le biais d'un débat public sur le problème, de se protéger au moins d'une manière ou d'une autre des revendications du ministère de l'Intérieur. La querelle publique était passionnante, d'autant plus que tout ce que disait l'Euroset était vrai et présentait le ministère de l'Intérieur sous un jour défavorable. La déclaration officielle du ministère de l'Intérieur n'a résisté à aucune critique, comme on dit, "l'affaire a été cousue avec du fil blanc". À ce moment-là, Euroset a gagné les premiers points du public, a reçu, curieusement, le soutien de collègues de la boutique. Mardi, la nervosité du marché a atteint son apogée. Le résultat des actions du ministère de l'Intérieur et des explications indistinctes était le fait que la plupart des grandes entreprises de Moscou considéraient les actions du ministère de l'Intérieur comme un vol officiel. En attendant que les détails soient clarifiés, chacun a préféré réduire au maximum le volume de téléphones importés et reporter les commandes à une date ultérieure (d'une semaine à deux).

Il est curieux que les distributeurs de Saint-Pétersbourg aient perçu la situation de manière opposée et, comme en septembre 2005, aient commencé à augmenter le volume des livraisons de téléphones afin de combler une éventuelle lacune du produit sur le marché. Je souligne que, malgré toutes les déclarations du ministère de l'Intérieur sur les bonnes intentions de lutter pour la collecte des impôts, le marché vit depuis six mois dans des conditions de prix différentes. Un certain nombre d'acteurs de Saint-Pétersbourg fournissent des téléphones avec un paiement de 12 à 15 % de leur coût, tandis que la TVA à elle seule est de 18 %, et le montant total pour un appareil « blanc » représente environ 24 % de son coût. L'inégalité des prix existe uniquement en raison de la sélectivité de la lutte contre l'importation illégale de biens. Pour une raison quelconque, seules les entreprises de Moscou ont été impliquées dans cette lutte au cours des six derniers mois, alors que le volume d'inspections à Saint-Pétersbourg était minime et n'a touché que les acteurs de second rang, ceux qui n'ont pas de contrats directs avec les fabricants.

Il n'y aura pas de pénurie de téléphones en raison de commandes reprogrammées, et les prix pour les consommateurs n'augmenteront pas car le marché stagne et les stocks sont suffisants. Cela peut être dit avec confiance tout en maintenant cette situation même jusqu'à 3-4 semaines. Les distributeurs continueront d'importer de nouveaux articles, mais en quantités minimes, ce qui fera augmenter leurs prix, cela ne s'applique qu'aux modèles des segments de prix moyens et élevés. La situation sera de courte durée, mais aura un impact sur les ventes de plusieurs modèles.

Personne n'a écrit ou parlé à ce sujet, toutes les publications se sont tournées vers le côté spectaculaire du problème, la relation entre l'Euroset et le ministère de l'Intérieur. Et ici une publication extrêmement efficace est parue dans le journal Kommersant, elle a donné une impulsion à l'émergence d'une nouvelle stratégie, une ligne de défense dans le comportement de l'Euroset.

La publication de Kommersant s'appelait "Le ministère de l'Intérieur a attrapé une contrefaçon", son original peut être lu ici - http://www.kommersant.ru/doc.html?DocID=663668&IssueId=30060

Dans l'article, le conflit s'est construit non seulement autour de la relation entre « Euroset et le ministère de l'Intérieur », mais aussi « les entreprises occidentales, en particulier Motorola et l'État russe ». Le message principal de l'article était que Motorola est extrêmement indigné par le comportement du ministère de l'Intérieur, préparant "en relation avec l'incident, un appel officiel à l'ambassade des États-Unis en Russie". Voici les mots les plus efficaces de ce matériel qui font référence à Motorola et qui ont été prononcés par la responsable de la division des appareils mobiles de Motorola en Russie et dans la CEI, Inga Churashova :

  • Nous sommes perplexes face aux actions des forces de l'ordre prises contre nos produits et compromettant le développement des activités des entreprises étrangères en Russie. La situation où des produits d'une valeur de plus de 19 millions de dollars sont saisis et transférés dans l'entrepôt d'une entreprise qui nous est inconnue sans émettre aucun document est très préoccupante. Cet incident, en plus des pertes matérielles directes, porte atteinte à la réputation commerciale de Motorola ;
  • La cargaison de téléphones provenait de Singapour, et non du Pakistan, comme le prétendent les forces de l'ordre.Jusqu'à 90 % des produits de Motorola destinés aux marchés GSM sont fabriqués en Chine et à Singapour, mais cela ne signifie pas que ces modèles ne sont conçus que pour fonctionner dans ces pays. Les téléphones fournis étaient destinés spécifiquement à la Russie ;
  • La cargaison confisquée a été livrée en Russie par un avion affrété par Motorola, et le constructeur américain a payé une assurance contre les risques pendant le transport vers Moscou. "C'est la preuve de l'origine légale des produits", déclare Inga Churashova. "Je note que les forces de l'ordre russes ne nous ont pas contactés pour un examen du lot de téléphones confisqués. Et sans examen, les téléphones ne peuvent pas être reconnus comme des contrefaçons". .” En outre, Motorola a noté que les autorités douanières avaient procédé à une inspection de la cargaison et que les droits avaient été acquittés en totalité. Cette information a été confirmée par Kommersant et l'attachée de presse du Service fédéral des douanes, Irina Skibinskaya.

Le matériel a provoqué l'effet d'une bombe qui explose au ministère de l'Intérieur, en particulier, pour tous ceux qui ont été impliqués d'une manière ou d'une autre dans cette affaire. Il est apparu sous un nouveau jour, sentant le scandale international, et la conclusion hâtive disait que Motorola se battrait jusqu'au bout pour ses téléphones, et la confiscation affecte directement l'activité de ce constructeur. Le ministère de l'Intérieur s'est empressé de retirer sa déclaration selon laquelle les téléphones étaient reconnus comme contrefaits et a cessé de commenter cette situation. La déclaration a été retirée après un appel d'un correspondant de Kommersant au ministère de l'Intérieur, avant même la publication du matériel, mais après avoir exprimé son objectif, les problèmes qu'il soulevait.

Oui, et il y avait de quoi s'inquiéter, car une chose est une confrontation tranquille et relativement pacifique à l'intérieur du pays, une autre chose est un scandale international, dans ce cas, les conclusions seront évidemment tirées par la direction de l'État, et personne ne peut prédire ce qu'ils seront. La situation est devenue incontrôlable des deux côtés et a commencé à se développer selon ses propres lois . p>

La société Euroset, ayant trouvé un point sensible au sein du ministère de l'Intérieur, a décidé de l'influencer autant que possible. La principale ligne de conduite est de déplacer les problèmes sur les épaules de Motorola, dans tous les commentaires, il semble que la société ne rencontre aucun problème avec les marchandises saisies, et Motorola fera toutes les réclamations monétaires, elle collectera également de l'argent par le biais de poursuites contre le ministère des Affaires Intérieures. Une volonté banale d'entraîner une grande entreprise dans un conflit, de recevoir en sa personne non seulement une protection, mais aussi un soutien à très haut niveau. Le bluff est beau et presque sans espoir dans sa tentative.

Il n'y avait aucune condition préalable à des actions actives de Motorola, et l'entreprise est certainement préoccupée par la situation autour de son principal distributeur, mais pas au point de se précipiter imprudemment pour sa défense et d'utiliser toutes ses capacités administratives. La société a fait un certain nombre de déclarations sur la situation, puis a publié une déclaration officielle, c'était la première et peut-être la dernière. Chez Motorola, tous les documents ont été transférés au service juridique, pour le moment tout commentaire sur la situation est interdit à tous les employés. Il faut comprendre que la taille du lot pour l'entreprise est petite, n'a pas d'impact sérieux sur son activité en Russie, et encore moins à l'échelle mondiale. En prévision de la publication des résultats financiers sur le marché mondial, toute nouvelle négative pour Motorola est contre-indiquée. Une conclusion simple en découle : Motorola ne se battra pas aux côtés de l'Euroset jusqu'au bout dans cette situation ; Si le ministère de l'Intérieur avait fait preuve de plus de souplesse et d'ingéniosité en la matière, la réaction aurait été encore plus faible. Jetons un coup d'œil à la déclaration officielle de l'entreprise :

"Le 29 mars 2006, Motorola a été informée par son distributeur russe, Euroset, qu'un lot de téléphones portables Motorola avait été saisi par des représentants du bureau du procureur.

Motorola confirme par la présente qu'un lot de 167 500 téléphones mobiles Motorola a été livré à Euroset-OPT, conformément à un accord de fourniture directe conclu entre eux, et est arrivé à Moscou le 20 mars 2006. Nous confirmons également que ces téléphones ont été fabriqués dans les installations de production de Motorola à l'étranger et sont destinés au marché russe. La conformité de ces téléphones aux normes établies est confirmée par les documents nécessaires.

Motorola dispose de documents confirmant ce qui précède et est prêt à coopérer avec les autorités gouvernementales compétentes et d'autres personnes afin de fournir des éclaircissements supplémentaires sur ce problème et de résoudre la situation.

Le retour d'Euroset

De nombreux journalistes ont été invités à participer à la conférence de presse "Saisie de biens - la lutte contre la contrebande ou autre chose ?". Il s'est tenu à Interfax le jeudi 6 avril. Nous vous offrons une occasion unique d'écouter tout ce qui s'est passé lors de cette conférence de presse, l'enregistrement complet est disponible uniquement chez nous. Je ferai une réserve que l'enregistrement a été fait sur un Sony Ericsson K750i et que le volume n'est pas toujours adapté, il est préférable de l'écouter sur un PC.

La tactique d'Euroset était basée sur le fait que l'entreprise essayait de jouer la carte de Motorola. De nombreuses déclarations ont déclaré que le problème ne concernait pas seulement et pas tant Euroset que Motorola. Il a été mentionné que les forces de l'ordre s'occuperaient d'une poursuite intentée par une société étrangère, et ce n'est pas une blague. Beaucoup de mots ont été prononcés, mais le point culminant a été la déclaration de Boris Levin, vice-président d'Euroset pour la sécurité et le support juridique : « Nous ne supporterons pas la responsabilité ou les pertes, mais Motorola. Bien sûr, nous ne les paierons pas, et le montant que nous avons payé en impôts est d'environ un quart, 24 % des 19 millions que nous recevrons de Motorola. Pour se justifier, on a dit qu'il s'agissait d'une contrefaçon (60 minutes d'enregistrement). Une déclaration forte qui n'a fait que convaincre les journalistes que les problèmes incombent au constructeur. En réalité, la situation est complètement différente, ici l'Euroset n'a pas d'atouts, et avec de telles déclarations, l'entreprise s'enfonce dans ses retranchements.

Chaque distributeur a une certaine ligne de crédit et, selon celle-ci, reçoit la marchandise, l'argent réel n'est pas payé pour cela à la première étape. C'était donc, apparemment, avec cette cargaison, la durée d'un prêt de matières premières est aujourd'hui d'environ 60 jours. Après les événements d'août, afin de réduire les risques, tous les fabricants ont accepté les conditions de livraison de CIP Moscou, dans de telles conditions, la cargaison n'est expédiée qu'à une société russe, le distributeur officiel à Moscou. C'est-à-dire que le fabricant lui-même est responsable de la livraison des marchandises à l'entrepôt de Moscou, en particulier à l'aéroport. Dans ce cas, l'avion qui est arrivé était sous la responsabilité de Motorola. Si le ministère de l'Intérieur devait confisquer l'envoi à ce stade, avant le dédouanement, il saisirait en effet les marchandises qui appartenaient au fabricant et non à son distributeur. Mais cela ne s'est pas produit et la cargaison a été prise après le transfert, c'est-à-dire que Motorola a rempli sa part du contrat. A partir de là, l'entreprise n'est plus concernée que par un problème : que le distributeur paie la marchandise à temps pour la marchandise (on simplifie la situation, il y a aussi les prix de vente conseillés, l'image de l'entreprise, etc., mais c'est pas important pour l'explication actuelle). Je souligne que le distributeur peut faire ce qu'il veut avec les téléphones, même le détruire, c'est son produit, selon le contrat, et en l'acceptant, le distributeur a accepté toutes les conditions financières de l'accord. À cet égard, la déclaration selon laquelle l'entreprise ne paiera pas les factures ne signifie qu'une chose : le gel de tous les échanges avec elle jusqu'à ce que la dette soit payée. La réputation de l'entreprise en souffre énormément, elle commence à rencontrer des problèmes avec les produits d'un seul fabricant.

Mais ce n'est pas tout. Le fabricant assure toutes les marchandises et les relations avec les distributeurs contre les assureurs internationaux. Dans notre cas, il s'agit d'ATradius. En plus des produits Motorola, la société assure d'autres fabricants parmi les cinq grands. Après ne pas avoir reçu d'argent du distributeur, Motorola initie un remboursement auprès de l'assureur, ce sont ses risques. L'assureur, à son tour, en règle générale, recharge les risques sur d'autres compagnies d'assurance. Mais il n'y a aucune charité ici: si le distributeur refuse de payer, l'assureur réduit les lignes de crédit et leur provision pour tous les fabricants jusqu'à ce que la dette lui soit payée. Autrement dit, en termes simples, cela bloque le canal de financement de l'entreprise, la met sous une ration de famine. Compte tenu de la taille de la société Euroset, un tel régime pourrait aggraver considérablement sa position, et la société ne franchira jamais une telle étape. Une conclusion simple en découle : soit la déclaration faite est impulsive et ne poursuit que des objectifs de relations publiques, soit l'entreprise est dans une situation désespérée et ne dispose pas d'un fonds de roulement suffisant. La seconde est peu probable, mais qui sait avec certitude ?

Quelle est la prochaine ?

Dans cette situation, tout est du côté de l'Euroset, il a une position très forte et il est très difficile de trouver au moins une excuse pour ne pas retourner la marchandise à l'entreprise. Vous pouvez retarder ce processus dans le temps, vous énerver, mais vous devrez rendre les téléphones. Pour les forces de l'ordre, cela crée un précédent dangereux, car il y a beaucoup de victimes d'un tel arbitraire et elles peuvent «tenter leur chance», également faire appel à l'opinion publique, ce qui créera un lourd fardeau pour le ministère de l'Intérieur, et ne leur permettra pas de se comporter ainsi. Cela signifie que le ministère de l'Intérieur utilise tous les moyens pour mettre à genoux la société Euroset, pour la punir. De sorte qu'il serait répugnant pour d'autres d'essayer même de protester d'une manière ou d'une autre contre les actions du ministère de l'Intérieur. Selon la situation particulière, les auteurs seront retrouvés dans le système, ils seront punis grossièrement. Mais apportera-t-il un soulagement à l'entreprise dans son ensemble? Je pense que non. Après tout, "prendre" l'argent des entreprises rapporte des millions de dollars par an et a longtemps été mis sur le tapis roulant. Personne ne se séparera d'une telle friandise de son plein gré. L'État, d'autre part, manque de volonté politique et de désir de rétablir l'ordre dans ce domaine (ceci s'applique à tous les aspects de l'État et des entreprises). Je me souviens de l'expression bien connue selon laquelle "chaque nation mérite le gouvernement qu'elle a". Si tel est le cas, regardons au moins un film en série avec la participation du ministère de l'Intérieur et de l'Euroset, la prochaine série, apparemment, est déjà mardi la semaine prochaine.

Evroset vs MIA - combats locaux

L'histoire autour des appareils confisqués à la société Euroset continue de prendre de l'ampleur, nous avons délibérément pris un court temps mort afin de décrire la situation dans son développement le plus complètement possible. Ainsi, le deuxième épisode de la série peut-être longue de la lutte entre le ministère de l'Intérieur et l'Euroset, et le champ de bataille n'est pas un lot spécifique de marchandises, mais les questions fondamentales de "qui est le patron de la maison". Il s'est passé beaucoup de choses ces derniers jours. Premièrement, la première vague de publications a suscité l'intérêt du grand public pour le sujet, mais n'a en aucun cas touché le département «K» du ministère de l'Intérieur de la Russie ni provoqué une réponse du service de presse du Ministère de l'intérieur de la Fédération de Russie. Il y avait une impression que les tentatives de l'Euroset pour forcer les représentants du ministère de l'Intérieur à réagir au moins d'une manière ou d'une autre avec leurs déclarations dures étaient vaines. Le lundi 3 avril, le sujet principal de la presse de profil et d'affaires était le sort du lot confisqué et les conséquences possibles pour l'entreprise.

4 avril Le service de presse du ministère de l'Intérieur de la Fédération de Russie a publié une déclaration officielle, qui indiquait ce qui suit (pour le moment, il n'est disponible que sur le flux Interfax) :

  • À la suite d'une opération spéciale du département "K" du ministère de l'Intérieur de la Fédération de Russie, en collaboration avec le FSB de Russie, le 29 mars, une cargaison de 167 500 téléphones portables est arrivée à Sheremetyevo-2 du Pakistan a été arrêté ;
  • Lors de l'inspection de la cargaison, il a été constaté que la grande majorité des appareils de communication cellulaire n'étaient pas destinés à être utilisés sur le territoire de la Russie. Le lot de téléphones a été produit au Brésil, en Chine et à Singapour pour leur usage interne, c'est-à-dire adapté à un pays et à un opérateur de télécommunications spécifiques, ne répondant pas aux exigences russes ;
  • Le destinataire des marchandises est la société Euroset, dont les dirigeants ont dissimulé le fait que les téléphones importés en Russie sont des marchandises contrefaites. La législation douanière et la loi de la Fédération de Russie sur le droit d'auteur et les droits connexes ont été violées. Une base de preuves est en cours de collecte pour traduire les auteurs en justice.

La réponse de l'Euroset a suivi presque immédiatement, les commentaires d'Eldar Razroev, le président de la société, ont été envoyés à toutes les publications. Nous les donnerons sans coupures.

"La déclaration du ministère de l'Intérieur de la Fédération de Russie témoigne d'une incompétence totale et d'une falsification délibérée de données dans le but d'induire le public en erreur. Je considère qu'il est indigne de défendre "l'honneur de l'uniforme" en diffusant de fausses informations", a déclaré Eldar Razroev, président de la société Euroset.

Les faits de violation du droit d'auteur et des droits voisins protégés par la législation pertinente doivent être établis en premier lieu à la demande du titulaire du droit d'auteur. Dans ce cas, Motorola est titulaire du droit d'auteur et des droits connexes, ainsi que des droits de propriété industrielle.

Les téléphones ont été importés de Singapour, pas du Pakistan.

Les téléphones ont été achetés auprès de Motorola et sont à 100 % destinés à être utilisés en Russie (vous pouvez vérifier auprès de Motorola).

Dans la nature, il n'existe pas de téléphones GSM conçus pour être utilisés uniquement au Brésil, en Chine et à Singapour. Il n'est pas difficile d'obtenir une explication appropriée du Ministère des technologies de l'information et des communications de la Fédération de Russie. Tous les téléphones importés par la société disposent d'un certificat de conformité délivré par des organismes agréés.

Le deuxième acte est le même et le fantôme des États-Unis

Comme dans toute tragi-comédie, au second acte, les acteurs doivent non seulement réchauffer le public, mais l'entraîner dans l'action, ne pas le laisser détourner le regard. La mise en scène de cette performance (que les participants m'excusent, pour eux c'est du sérieux) est excellente. Pour une raison quelconque, aucun des collègues de l'atelier ne s'est souvenu de la phrase forte prononcée par Sergei Meshcheryakov, chef du département de la sécurité économique du ministère de l'Intérieur, en août 2005. Cela sonnait dans le sens où le ministère de l'Intérieur s'interroge sur le marché russe de la téléphonie mobile et sur la société Euroset en tant que leader. À ce moment-là, en direct sur Ekho Moskvy, le président du conseil d'administration d'Euroset, Yevgeny Chichvarkin, a paré cette déclaration avec la déclaration suivante : « Nous achetons des marchandises en Russie. Si le ministère de l'Intérieur a des questions, qu'il pose la question au service des douanes. Les événements d'aujourd'hui visent à prouver qu'il ne vaut pas la peine de ne pas être ami avec le ministère de l'Intérieur, et que se quereller avec ce département est dangereux, pour les affaires, bien sûr. L'Euroset s'en est pleinement rendu compte et a tenté, par le biais d'un débat public sur le problème, de se protéger au moins d'une manière ou d'une autre des revendications du ministère de l'Intérieur. La querelle publique était passionnante, d'autant plus que tout ce que disait l'Euroset était vrai et présentait le ministère de l'Intérieur sous un jour défavorable. La déclaration officielle du ministère de l'Intérieur n'a résisté à aucune critique, comme on dit, "l'affaire a été cousue avec du fil blanc". À ce moment, Euroset a gagné les premiers points du public, a reçu, curieusement, le soutien de collègues de la boutique. Mardi, la nervosité du marché a atteint son apogée. Le résultat des actions du ministère de l'Intérieur et des explications indistinctes était le fait que la plupart des grandes entreprises de Moscou considéraient les actions du ministère de l'Intérieur comme un vol officiel. En attendant que les détails soient clarifiés, chacun a préféré réduire au maximum le volume de téléphones importés et reporter les commandes à une date ultérieure (d'une semaine à deux).

Il est curieux que les distributeurs de Saint-Pétersbourg aient perçu la situation de manière opposée et, comme en septembre 2005, aient commencé à augmenter le volume des livraisons de téléphones afin de combler une éventuelle lacune du produit sur le marché. Je souligne que, malgré toutes les déclarations du ministère de l'Intérieur sur les bonnes intentions de lutter pour la collecte des impôts, le marché vit depuis six mois dans des conditions de prix différentes. Un certain nombre d'acteurs de Saint-Pétersbourg fournissent des téléphones avec un paiement de 12 à 15 % de leur coût, tandis que la TVA à elle seule est de 18 %, et le montant total pour un appareil « blanc » représente environ 24 % de son coût. L'inégalité des prix existe uniquement en raison de la sélectivité de la lutte contre l'importation illégale de biens. Pour une raison quelconque, seules les entreprises de Moscou ont été impliquées dans cette lutte au cours des six derniers mois, alors que le volume d'inspections à Saint-Pétersbourg était minime et n'a touché que les acteurs de second rang, ceux qui n'ont pas de contrats directs avec les fabricants.

Il n'y aura pas de pénurie de téléphones en raison de commandes reprogrammées, et les prix pour les consommateurs n'augmenteront pas car le marché stagne et les stocks sont suffisants. Cela peut être dit avec confiance tout en maintenant cette situation même jusqu'à 3-4 semaines. Les distributeurs continueront d'importer de nouveaux articles, mais en quantités minimes, ce qui fera augmenter leurs prix, cela ne s'applique qu'aux modèles des segments de prix moyens et élevés. La situation sera de courte durée, mais aura un impact sur les ventes de plusieurs modèles.

Personne n'a écrit ou parlé à ce sujet, toutes les publications se sont tournées vers le côté spectaculaire du problème, la relation entre l'Euroset et le ministère de l'Intérieur. Et ici une publication extrêmement efficace est parue dans le journal Kommersant, elle a donné une impulsion à l'émergence d'une nouvelle stratégie, une ligne de défense dans le comportement de l'Euroset.

La publication de Kommersant s'appelait "Le ministère de l'Intérieur a attrapé une contrefaçon", son original peut être lu ici - http://www.kommersant.ru/doc.html?DocID=663668&IssueId=30060

Dans l'article, le conflit s'est construit non seulement autour de la relation entre « Euroset et le ministère de l'Intérieur », mais aussi « les entreprises occidentales, en particulier Motorola et l'État russe ». Le message principal de l'article était que Motorola est extrêmement indigné par le comportement du ministère de l'Intérieur, préparant "en relation avec l'incident, un appel officiel à l'ambassade des États-Unis en Russie". Voici les mots les plus efficaces de ce matériel qui font référence à Motorola et qui ont été prononcés par la responsable de la division des appareils mobiles de Motorola en Russie et dans la CEI, Inga Churashova :

  • Nous sommes perplexes face aux actions des forces de l'ordre prises contre nos produits et compromettant le développement des activités des entreprises étrangères en Russie. La situation où des produits d'une valeur de plus de 19 millions de dollars sont saisis et transférés dans l'entrepôt d'une entreprise qui nous est inconnue sans émettre aucun document est très préoccupante. Cet incident, en plus des pertes matérielles directes, porte atteinte à la réputation commerciale de Motorola ;
  • La cargaison de téléphones provenait de Singapour, et non du Pakistan, comme le prétendent les forces de l'ordre.Jusqu'à 90 % des produits de Motorola destinés aux marchés GSM sont fabriqués en Chine et à Singapour, mais cela ne signifie pas que ces modèles ne sont conçus que pour fonctionner dans ces pays. Les téléphones fournis étaient destinés spécifiquement à la Russie ;
  • La cargaison confisquée a été livrée en Russie par un avion affrété par Motorola, et le constructeur américain a payé une assurance contre les risques pendant le transport vers Moscou. "C'est la preuve de l'origine légale des produits", déclare Inga Churashova. "Je note que les forces de l'ordre russes ne nous ont pas contactés pour un examen du lot de téléphones confisqués. Et sans examen, les téléphones ne peuvent pas être reconnus comme des contrefaçons". .” En outre, Motorola a noté que les autorités douanières avaient procédé à une inspection de la cargaison et que les droits avaient été acquittés en totalité. Cette information a été confirmée par Kommersant et l'attachée de presse du Service fédéral des douanes, Irina Skibinskaya.

Le matériel a provoqué l'effet d'une bombe qui explose au ministère de l'Intérieur, en particulier, pour tous ceux qui ont été impliqués d'une manière ou d'une autre dans cette affaire. Il est apparu sous un nouveau jour, sentant le scandale international, et la conclusion hâtive disait que Motorola se battrait jusqu'au bout pour ses téléphones, et la confiscation affecte directement l'activité de ce constructeur. Le ministère de l'Intérieur s'est empressé de retirer sa déclaration selon laquelle les téléphones étaient reconnus comme contrefaits et a cessé de commenter cette situation. La déclaration a été retirée après un appel d'un correspondant de Kommersant au ministère de l'Intérieur, avant même la publication du matériel, mais après avoir exprimé son objectif, les problèmes qu'il soulevait.

Oui, et il y avait de quoi s'inquiéter, car une chose est une confrontation tranquille et relativement pacifique à l'intérieur du pays, une autre chose est un scandale international, dans ce cas, les conclusions seront évidemment tirées par la direction de l'État, et personne ne peut prédire ce qu'ils seront. La situation est devenue incontrôlable des deux côtés et a commencé à se développer selon ses propres lois . p>

La société Euroset, ayant trouvé un point sensible au sein du ministère de l'Intérieur, a décidé de l'influencer autant que possible. La principale ligne de conduite est de déplacer les problèmes sur les épaules de Motorola, dans tous les commentaires, il semble que la société ne rencontre aucun problème avec les marchandises saisies, et Motorola fera toutes les réclamations monétaires, elle collectera également de l'argent par le biais de poursuites contre le ministère des Affaires Intérieures. Une volonté banale d'entraîner une grande entreprise dans un conflit, de recevoir en sa personne non seulement une protection, mais aussi un soutien à très haut niveau. Le bluff est beau et presque sans espoir dans sa tentative.

Il n'y avait aucune condition préalable à des actions actives de Motorola, et l'entreprise est certainement préoccupée par la situation autour de son principal distributeur, mais pas au point de se précipiter imprudemment pour sa défense et d'utiliser toutes ses capacités administratives. La société a fait un certain nombre de déclarations sur la situation, puis a publié une déclaration officielle, c'était la première et peut-être la dernière. Chez Motorola, tous les documents ont été transférés au service juridique, pour le moment tout commentaire sur la situation est interdit à tous les employés. Il faut comprendre que la taille du lot pour l'entreprise est petite, n'a pas d'impact sérieux sur son activité en Russie, et encore moins à l'échelle mondiale. En prévision de la publication des résultats financiers sur le marché mondial, toute nouvelle négative pour Motorola est contre-indiquée. Une conclusion simple en découle : Motorola ne se battra pas aux côtés de l'Euroset jusqu'au bout dans cette situation ; Si le ministère de l'Intérieur avait fait preuve de plus de souplesse et d'ingéniosité en la matière, la réaction aurait été encore plus faible. Jetons un coup d'œil à la déclaration officielle de l'entreprise :

"Le 29 mars 2006, Motorola a été informée par son distributeur russe, Euroset, qu'un lot de téléphones portables Motorola avait été saisi par des représentants du bureau du procureur.

Motorola confirme par la présente qu'un lot de 167 500 téléphones mobiles Motorola a été livré à Euroset-OPT, conformément à un accord de fourniture directe conclu entre eux, et est arrivé à Moscou le 20 mars 2006. Nous confirmons également que ces téléphones ont été fabriqués dans les installations de production de Motorola à l'étranger et sont destinés au marché russe. La conformité de ces téléphones aux normes établies est confirmée par les documents nécessaires.

Motorola dispose de documents confirmant ce qui précède et est prêt à coopérer avec les autorités gouvernementales compétentes et d'autres personnes afin de fournir des éclaircissements supplémentaires sur ce problème et de résoudre la situation.

Le retour d'Euroset

De nombreux journalistes ont été invités à participer à la conférence de presse "Saisie de biens - la lutte contre la contrebande ou autre chose ?". Il s'est tenu à Interfax le jeudi 6 avril. Nous vous offrons une occasion unique d'écouter tout ce qui s'est passé lors de cette conférence de presse, l'enregistrement complet est disponible uniquement chez nous. Je ferai une réserve que l'enregistrement a été fait sur un Sony Ericsson K750i et que le volume n'est pas toujours adapté, il est préférable de l'écouter sur un PC.

La tactique d'Euroset était basée sur le fait que l'entreprise essayait de jouer la carte de Motorola. De nombreuses déclarations ont déclaré que le problème ne concernait pas seulement et pas tant Euroset que Motorola. Il a été mentionné que les forces de l'ordre s'occuperaient d'une poursuite intentée par une société étrangère, et ce n'est pas une blague. Beaucoup de mots ont été prononcés, mais le point culminant a été la déclaration de Boris Levin, vice-président d'Euroset pour la sécurité et le support juridique : « Nous ne supporterons pas la responsabilité ou les pertes, mais Motorola. Bien sûr, nous ne les paierons pas, et le montant que nous avons payé en impôts est d'environ un quart, 24 % des 19 millions que nous recevrons de Motorola. Pour se justifier, on a dit qu'il s'agissait d'une contrefaçon (60 minutes d'enregistrement). Une déclaration forte qui n'a fait que convaincre les journalistes que les problèmes incombent au constructeur. En réalité, la situation est complètement différente, ici l'Euroset n'a pas d'atouts, et avec de telles déclarations, l'entreprise s'enfonce dans ses retranchements.

Chaque distributeur a une certaine ligne de crédit et, selon celle-ci, reçoit la marchandise, l'argent réel n'est pas payé pour cela à la première étape. C'était donc, apparemment, avec cette cargaison, la durée d'un prêt de matières premières est aujourd'hui d'environ 60 jours. Après les événements d'août, afin de réduire les risques, tous les fabricants ont accepté les conditions de livraison de CIP Moscou, dans de telles conditions, la cargaison n'est expédiée qu'à une société russe, le distributeur officiel à Moscou. C'est-à-dire que le fabricant lui-même est responsable de la livraison des marchandises à l'entrepôt de Moscou, en particulier à l'aéroport. Dans ce cas, l'avion qui est arrivé était sous la responsabilité de Motorola. Si le ministère de l'Intérieur devait confisquer l'envoi à ce stade, avant le dédouanement, il saisirait en effet les marchandises qui appartenaient au fabricant et non à son distributeur. Mais cela ne s'est pas produit et la cargaison a été prise après le transfert, c'est-à-dire que Motorola a rempli sa part du contrat. A partir de là, l'entreprise n'est plus concernée que par un problème : que le distributeur paie la marchandise à temps pour la marchandise (on simplifie la situation, il y a aussi les prix de vente conseillés, l'image de l'entreprise, etc., mais c'est pas important pour l'explication actuelle). Je souligne que le distributeur peut faire ce qu'il veut avec les téléphones, même le détruire, c'est son produit, selon le contrat, et en l'acceptant, le distributeur a accepté toutes les conditions financières de l'accord. À cet égard, la déclaration selon laquelle l'entreprise ne paiera pas les factures ne signifie qu'une chose : le gel de tous les échanges avec elle jusqu'à ce que la dette soit payée. La réputation de l'entreprise en souffre énormément, elle commence à rencontrer des problèmes avec les produits d'un seul fabricant.

Mais ce n'est pas tout. Le fabricant assure toutes les marchandises et les relations avec les distributeurs contre les assureurs internationaux. Dans notre cas, il s'agit d'ATradius. En plus des produits Motorola, la société assure d'autres fabricants parmi les cinq grands. Après ne pas avoir reçu d'argent du distributeur, Motorola initie un remboursement auprès de l'assureur, ce sont ses risques. L'assureur, à son tour, en règle générale, recharge les risques sur d'autres compagnies d'assurance. Mais il n'y a aucune charité ici: si le distributeur refuse de payer, l'assureur réduit les lignes de crédit et leur provision pour tous les fabricants jusqu'à ce que la dette lui soit payée. Autrement dit, en termes simples, cela bloque le canal de financement de l'entreprise, la met sous une ration de famine. Compte tenu de la taille de la société Euroset, un tel régime pourrait aggraver considérablement sa position, et la société ne franchira jamais une telle étape. Une conclusion simple en découle : soit la déclaration faite est impulsive et ne poursuit que des objectifs de relations publiques, soit l'entreprise est dans une situation désespérée et ne dispose pas d'un fonds de roulement suffisant. La seconde est peu probable, mais qui sait avec certitude ?

D'après ce que je n'ai pas aimé à propos de la conférence de presse, il convient de noter qu'elle a été invoquée à plusieurs reprises sur le faible coût des modèles saisis, le fait qu'ils s'adressent à ceux qui ne peuvent pas utiliser les communications maintenant en raison du niveau élevé coût des téléphones. Il a été dit que les téléphones confisqués avaient été fournis dans le cadre d'un contrat avec l'association 3GSM, et personne, à l'exception d'Euroset, ne pouvait y parvenir. En effet, une partie de la cargaison devrait être constituée de Motorola C113 ultra-bon marché. Mais si nous jouons avec les chiffres fournis par la société Euroset, nous obtiendrons environ 89 $ comme prix moyen du téléphone. Cela signifie qu'en plus du C113, il y avait beaucoup de téléphones plus chers dans le lot (environ 30 % du lot). Le calcul de l'offre peut être fait très simplement: soustrayez 24% du montant, ce sont des frais fiscaux, puis divisez par le nombre de téléphones. La négligence ou l'inexactitude délibérée vise également à créer une certaine image de l'Euroset, une sorte de relations publiques même dans une telle situation.

Raconter tout ce qui s'est passé en conférence de presse dans son intégralité est une tâche ingrate, je recommande d'écouter le dossier, ça vaut le coup. Des déclarations nettes et fortes ont été faites suffisamment, elles dureront longtemps. Par ailleurs, il a été souligné qu'Euroset ne prévoyait pas d'intenter des poursuites contre le ministère de l'Intérieur, l'entreprise n'est pas en guerre avec l'État, elle ne fait que demander justice. Comment y parvenir en dehors du système judiciaire n'est pas tout à fait clair pour moi, l'opinion publique est un outil puissant, mais il n'a aucune force juridique. C'est-à-dire que l'Euroset espère que le système étatique se guérira de lui-même ; genre de bêtises.

Quelle est la prochaine ?

Dans cette situation, tout est du côté de l'Euroset, il a une position très forte et il est très difficile de trouver au moins une excuse pour ne pas retourner la marchandise à l'entreprise. Vous pouvez retarder ce processus dans le temps, vous énerver, mais vous devrez rendre les téléphones. Pour les forces de l'ordre, cela crée un précédent dangereux, car il y a beaucoup de victimes d'un tel arbitraire et elles peuvent «tenter leur chance», également faire appel à l'opinion publique, ce qui créera un lourd fardeau pour le ministère de l'Intérieur, et ne leur permettra pas de se comporter ainsi. Cela signifie que le ministère de l'Intérieur utilise tous les moyens pour mettre à genoux la société Euroset, pour la punir. De sorte qu'il serait répugnant pour d'autres d'essayer même de protester d'une manière ou d'une autre contre les actions du ministère de l'Intérieur. Selon la situation particulière, les auteurs seront retrouvés dans le système, ils seront punis grossièrement. Mais apportera-t-il un soulagement à l'entreprise dans son ensemble? Je pense que non. Après tout, "prendre" l'argent des entreprises rapporte des millions de dollars par an et a longtemps été mis sur le tapis roulant. Personne ne se séparera d'une telle friandise de son plein gré. L'État, d'autre part, manque de volonté politique et de désir de rétablir l'ordre dans ce domaine (ceci s'applique à tous les aspects de l'État et des entreprises). Je me souviens de l'expression bien connue selon laquelle "chaque nation mérite le gouvernement qu'elle a". Si tel est le cas, regardons au moins un film en série avec la participation du ministère de l'Intérieur et de l'Euroset, la prochaine série, apparemment, est déjà mardi la semaine prochaine.

Evroset vs MIA - batailles locales

L'histoire autour des appareils confisqués à la société Euroset continue de prendre de l'ampleur, nous avons délibérément pris un court temps mort afin de décrire la situation dans son développement le plus complètement possible. Ainsi, le deuxième épisode de la série peut-être longue de la lutte entre le ministère de l'Intérieur et l'Euroset, et le champ de bataille n'est pas un lot spécifique de marchandises, mais les questions fondamentales de "qui est le patron de la maison". Il s'est passé beaucoup de choses ces derniers jours. Premièrement, la première vague de publications a suscité l'intérêt du grand public pour le sujet, mais n'a en aucun cas touché le département «K» du ministère de l'Intérieur de la Russie ni provoqué une réponse du service de presse du Ministère de l'intérieur de la Fédération de Russie. Il y avait une impression que les tentatives de l'Euroset pour forcer les représentants du ministère de l'Intérieur à réagir au moins d'une manière ou d'une autre avec leurs déclarations dures étaient vaines. Le lundi 3 avril, le sujet principal de la presse de profil et d'affaires était le sort du lot confisqué et les conséquences possibles pour l'entreprise.

4 avril Le service de presse du ministère de l'Intérieur de la Fédération de Russie a publié une déclaration officielle, qui indiquait ce qui suit (pour le moment, il n'est disponible que sur le flux Interfax) :

  • À la suite d'une opération spéciale du département "K" du ministère de l'Intérieur de la Fédération de Russie, en collaboration avec le FSB de Russie, le 29 mars, une cargaison de 167 500 téléphones portables est arrivée à Sheremetyevo-2 du Pakistan a été arrêté ;
  • Lors de l'inspection de la cargaison, il a été constaté que la grande majorité des appareils de communication cellulaire n'étaient pas destinés à être utilisés sur le territoire de la Russie. Le lot de téléphones a été produit au Brésil, en Chine et à Singapour pour leur usage interne, c'est-à-dire adapté à un pays et à un opérateur de télécommunications spécifiques, ne répondant pas aux exigences russes ;
  • Le destinataire des marchandises est la société Euroset, dont les dirigeants ont dissimulé le fait que les téléphones importés en Russie sont des marchandises contrefaites. La législation douanière et la loi de la Fédération de Russie sur le droit d'auteur et les droits connexes ont été violées. Une base de preuves est en cours de collecte pour traduire les auteurs en justice.

La réponse de l'Euroset a suivi presque immédiatement, les commentaires d'Eldar Razroev, le président de la société, ont été envoyés à toutes les publications. Nous les donnerons sans coupures.

"La déclaration du ministère de l'Intérieur de la Fédération de Russie témoigne d'une incompétence totale et d'une falsification délibérée de données dans le but d'induire le public en erreur. Je considère qu'il est indigne de défendre "l'honneur de l'uniforme" en diffusant de fausses informations", a déclaré Eldar Razroev, président de la société Euroset.

Les faits de violation du droit d'auteur et des droits voisins protégés par la législation pertinente doivent être établis en premier lieu à la demande du titulaire du droit d'auteur. Motorola est le titulaire du droit d'auteur et des droits connexes, ainsi que des droits de propriété industrielle dans ce cas.

Les téléphones ont été importés de Singapour, pas du Pakistan.

Les téléphones ont été achetés auprès de Motorola et sont à 100 % destinés à être utilisés en Russie (vous pouvez vérifier auprès de Motorola).

Dans la nature, il n'existe pas de téléphones GSM conçus pour être utilisés uniquement au Brésil, en Chine et à Singapour. Il n'est pas difficile d'obtenir une explication appropriée du Ministère des technologies de l'information et des communications de la Fédération de Russie. Tous les téléphones importés par la société disposent d'un certificat de conformité délivré par des organismes agréés.

Le deuxième acte est le même et le fantôme des États-Unis

Comme dans toute tragi-comédie, au second acte, les acteurs doivent non seulement réchauffer le public, mais l'entraîner dans l'action, ne pas le laisser détourner le regard. La mise en scène de cette performance (que les participants m'excusent, pour eux c'est du sérieux) est excellente. Pour une raison quelconque, aucun des collègues de l'atelier ne s'est souvenu de la phrase forte prononcée par Sergei Meshcheryakov, chef du département de la sécurité économique du ministère de l'Intérieur, en août 2005. Cela sonnait dans le sens où le ministère de l'Intérieur s'interroge sur le marché russe de la téléphonie mobile et sur la société Euroset en tant que leader. À ce moment-là, en direct sur Ekho Moskvy, le président du conseil d'administration d'Euroset, Yevgeny Chichvarkin, a paré cette déclaration avec la déclaration suivante : « Nous achetons des marchandises en Russie. Si le ministère de l'Intérieur a des questions, qu'il pose la question au service des douanes. Les événements d'aujourd'hui visent à prouver qu'il ne vaut pas la peine de ne pas être ami avec le ministère de l'Intérieur, et que se quereller avec ce département est dangereux, pour les affaires, bien sûr. L'Euroset s'en est pleinement rendu compte et a tenté, par le biais d'un débat public sur le problème, de se protéger au moins d'une manière ou d'une autre des revendications du ministère de l'Intérieur. La querelle publique était passionnante, d'autant plus que tout ce que disait l'Euroset était vrai et présentait le ministère de l'Intérieur sous un jour défavorable. La déclaration officielle du ministère de l'Intérieur n'a résisté à aucune critique, comme on dit, "l'affaire a été cousue avec du fil blanc". À ce moment, Euroset a gagné les premiers points du public, a reçu, curieusement, le soutien de collègues de la boutique. Mardi, la nervosité du marché a atteint son apogée. Le résultat des actions du ministère de l'Intérieur et des explications indistinctes était le fait que la plupart des grandes entreprises de Moscou considéraient les actions du ministère de l'Intérieur comme un vol officiel. En attendant que les détails soient clarifiés, chacun a préféré réduire au maximum le volume de téléphones importés et reporter les commandes à une date ultérieure (d'une semaine à deux).

Il est curieux que les distributeurs de Saint-Pétersbourg aient perçu la situation de manière opposée et, comme en septembre 2005, aient commencé à augmenter le volume des livraisons de téléphones afin de combler une éventuelle lacune du produit sur le marché. Je souligne que, malgré toutes les déclarations du ministère de l'Intérieur sur les bonnes intentions de lutter pour la collecte des impôts, le marché vit depuis six mois dans des conditions de prix différentes. Un certain nombre d'acteurs de Saint-Pétersbourg fournissent des téléphones avec un paiement de 12 à 15 % de leur coût, tandis que la TVA à elle seule est de 18 %, et le montant total pour un appareil « blanc » représente environ 24 % de son coût. L'inégalité des prix existe uniquement en raison de la sélectivité de la lutte contre l'importation illégale de biens. Pour une raison quelconque, seules les entreprises de Moscou ont été impliquées dans cette lutte au cours des six derniers mois, alors que le volume d'inspections à Saint-Pétersbourg était minime et n'a touché que les acteurs de second rang, ceux qui n'ont pas de contrats directs avec les fabricants.

Il n'y aura pas de pénurie de téléphones en raison de commandes reprogrammées, et les prix pour les consommateurs n'augmenteront pas car le marché stagne et les stocks sont suffisants. Cela peut être dit avec confiance tout en maintenant cette situation même jusqu'à 3-4 semaines. Les distributeurs continueront d'importer de nouveaux articles, mais en quantités minimes, ce qui fera augmenter leurs prix, cela ne s'applique qu'aux modèles des segments de prix moyens et élevés. La situation sera de courte durée, mais aura un impact sur les ventes de plusieurs modèles.

Personne n'a écrit ou parlé à ce sujet, toutes les publications se sont tournées vers le côté spectaculaire du problème, la relation entre l'Euroset et le ministère de l'Intérieur. Et ici une publication extrêmement efficace est parue dans le journal Kommersant, elle a donné une impulsion à l'émergence d'une nouvelle stratégie, une ligne de défense dans le comportement de l'Euroset.

La publication de Kommersant s'appelait "Le ministère de l'Intérieur a attrapé une contrefaçon", son original peut être lu ici - http://www.kommersant.ru/doc.html?DocID=663668&IssueId=30060

Dans l'article, le conflit s'est construit non seulement autour de la relation entre « Euroset et le ministère de l'Intérieur », mais aussi « les entreprises occidentales, en particulier Motorola et l'État russe ». Le message principal de l'article était que Motorola est extrêmement indigné par le comportement du ministère de l'Intérieur, préparant "en relation avec l'incident, un appel officiel à l'ambassade des États-Unis en Russie". Voici les mots les plus efficaces de ce matériel qui font référence à Motorola et qui ont été prononcés par la responsable de la division des appareils mobiles de Motorola en Russie et dans la CEI, Inga Churashova :

  • Nous sommes perplexes face aux actions des forces de l'ordre prises contre nos produits et compromettant le développement des activités des entreprises étrangères en Russie. La situation où des produits d'une valeur de plus de 19 millions de dollars sont saisis et transférés dans l'entrepôt d'une entreprise qui nous est inconnue sans émettre aucun document est très préoccupante. Cet incident, en plus des pertes matérielles directes, porte atteinte à la réputation commerciale de Motorola ;
  • La cargaison de téléphones provenait de Singapour, et non du Pakistan, comme le prétendent les forces de l'ordre.Jusqu'à 90 % des produits de Motorola destinés aux marchés GSM sont fabriqués en Chine et à Singapour, mais cela ne signifie pas que ces modèles ne sont conçus que pour fonctionner dans ces pays. Les téléphones fournis étaient destinés spécifiquement à la Russie ;
  • La cargaison confisquée a été livrée en Russie par un avion affrété par Motorola, et le constructeur américain a payé une assurance contre les risques pendant le transport vers Moscou. "C'est la preuve de l'origine légale des produits", déclare Inga Churashova. "Je note que les forces de l'ordre russes ne nous ont pas contactés pour un examen du lot de téléphones confisqués. Et sans examen, les téléphones ne peuvent pas être reconnus comme des contrefaçons". .” En outre, Motorola a noté que les autorités douanières avaient procédé à une inspection de la cargaison et que les droits avaient été acquittés en totalité. Cette information a été confirmée par Kommersant et l'attachée de presse du Service fédéral des douanes, Irina Skibinskaya.

Le matériel a provoqué l'effet d'une bombe qui explose au ministère de l'Intérieur, en particulier, pour tous ceux qui ont été impliqués d'une manière ou d'une autre dans cette affaire. Il est apparu sous un nouveau jour, empestant un scandale international, et la conclusion hâtive disait que Motorola se battrait jusqu'au bout pour ses téléphones, et la confiscation affecte directement les affaires de ce constructeur. Le ministère de l'Intérieur s'est empressé de retirer sa déclaration selon laquelle les téléphones étaient reconnus comme contrefaits et a cessé de commenter cette situation. La déclaration a été retirée après un appel d'un correspondant de Kommersant au ministère de l'Intérieur, avant même la publication du matériel, mais après avoir exprimé son objectif, les problèmes qu'il soulevait.

Oui, et il y avait de quoi s'inquiéter, car une chose est une confrontation tranquille et relativement pacifique à l'intérieur du pays, une autre chose est un scandale international, dans ce cas, les conclusions seront évidemment tirées par la direction de l'État, et personne ne peut prédire ce qu'ils seront. La situation est devenue incontrôlable des deux côtés et a commencé à se développer selon ses propres lois . p>

La société Euroset, ayant trouvé un point sensible au sein du ministère de l'Intérieur, a décidé de l'influencer autant que possible. La principale ligne de conduite est de déplacer les problèmes sur les épaules de Motorola, dans tous les commentaires, il semble que la société ne rencontre aucun problème avec les marchandises saisies, et Motorola fera toutes les réclamations monétaires, elle collectera également de l'argent par le biais de poursuites contre le ministère des Affaires Intérieures. Une volonté banale d'entraîner une grande entreprise dans un conflit, de recevoir en sa personne non seulement une protection, mais aussi un soutien à très haut niveau. Le bluff est beau et presque sans espoir dans sa tentative.

Il n'y avait aucune condition préalable à des actions actives de Motorola, et l'entreprise est certainement préoccupée par la situation autour de son principal distributeur, mais pas au point de se précipiter imprudemment pour sa défense et d'utiliser toutes ses capacités administratives. La société a fait un certain nombre de déclarations sur la situation, puis a publié une déclaration officielle, c'était la première et peut-être la dernière. Chez Motorola, tous les documents ont été transférés au service juridique, pour le moment tout commentaire sur la situation est interdit à tous les employés. Il faut comprendre que la taille du lot pour l'entreprise est petite, n'a pas d'impact sérieux sur son activité en Russie, et encore moins à l'échelle mondiale. En prévision de la publication des résultats financiers sur le marché mondial, toute nouvelle négative pour Motorola est contre-indiquée. Une conclusion simple en découle : Motorola ne se battra pas aux côtés de l'Euroset jusqu'au bout dans cette situation ; Si le ministère de l'Intérieur avait fait preuve de plus de souplesse et d'ingéniosité en la matière, la réaction aurait été encore plus faible. Jetons un coup d'œil à la déclaration officielle de l'entreprise :

"Le 29 mars 2006, Motorola a été informée par son distributeur russe, Euroset, qu'un lot de téléphones portables Motorola avait été saisi par des représentants du bureau du procureur.

Motorola confirme par la présente qu'un lot de 167 500 téléphones mobiles Motorola a été livré à Euroset-OPT, conformément à un accord de fourniture directe conclu entre eux, et est arrivé à Moscou le 20 mars 2006. Nous confirmons également que ces téléphones ont été fabriqués dans les installations de production de Motorola à l'étranger et sont destinés au marché russe. La conformité de ces téléphones aux normes établies est confirmée par les documents nécessaires.

Motorola dispose de documents confirmant ce qui précède et est prêt à coopérer avec les autorités gouvernementales compétentes et d'autres personnes afin de fournir des éclaircissements supplémentaires sur ce problème et de résoudre la situation.

Le retour d'Euroset

De nombreux journalistes ont été invités à participer à la conférence de presse "Saisie de biens - la lutte contre la contrebande ou autre chose ?". Il s'est tenu à Interfax le jeudi 6 avril. Nous vous offrons une occasion unique d'écouter tout ce qui s'est passé lors de cette conférence de presse, l'enregistrement complet est disponible uniquement chez nous. Je ferai une réserve que l'enregistrement a été fait sur un Sony Ericsson K750i et que le volume n'est pas toujours adapté, il est préférable de l'écouter sur un PC.

La tactique d'Euroset était basée sur le fait que l'entreprise essayait de jouer la carte de Motorola. De nombreuses déclarations ont déclaré que le problème ne concernait pas seulement et pas tant Euroset que Motorola. Il a été mentionné que les forces de l'ordre s'occuperaient d'une poursuite intentée par une société étrangère, et ce n'est pas une blague. Beaucoup de mots ont été prononcés, mais le point culminant a été la déclaration de Boris Levin, vice-président d'Euroset pour la sécurité et le support juridique : « Nous ne supporterons pas la responsabilité ou les pertes, mais Motorola. Bien sûr, nous ne les paierons pas, et le montant que nous avons payé en impôts est d'environ un quart, 24 % des 19 millions que nous recevrons de Motorola. Pour se justifier, on a dit qu'il s'agissait d'une contrefaçon (60 minutes d'enregistrement). Une déclaration forte qui n'a fait que convaincre les journalistes que les problèmes incombent au constructeur. En réalité, la situation est complètement différente, ici l'Euroset n'a pas d'atouts, et avec de telles déclarations, l'entreprise s'enfonce dans ses retranchements.

Chaque distributeur a une certaine ligne de crédit et, selon celle-ci, reçoit la marchandise, l'argent réel n'est pas payé pour cela à la première étape. C'était donc, apparemment, avec cette cargaison, la durée d'un prêt de matières premières est aujourd'hui d'environ 60 jours. Après les événements d'août, afin de réduire les risques, tous les fabricants ont accepté les conditions de livraison de CIP Moscou, dans de telles conditions, la cargaison n'est expédiée qu'à une société russe, le distributeur officiel à Moscou. C'est-à-dire que le fabricant lui-même est responsable de la livraison des marchandises à l'entrepôt de Moscou, en particulier à l'aéroport. Dans ce cas, l'avion qui est arrivé était sous la responsabilité de Motorola. Si le ministère de l'Intérieur devait confisquer l'envoi à ce stade, avant le dédouanement, il saisirait en effet les marchandises qui appartenaient au fabricant et non à son distributeur. Mais cela ne s'est pas produit et la cargaison a été prise après le transfert, c'est-à-dire que Motorola a rempli sa part du contrat. A partir de là, l'entreprise n'est plus concernée que par un problème : que le distributeur paie la marchandise à temps pour la marchandise (on simplifie la situation, il y a aussi les prix de vente conseillés, l'image de l'entreprise, etc., mais c'est pas important pour l'explication actuelle). Je souligne que le distributeur peut faire ce qu'il veut avec les téléphones, même le détruire, c'est son produit, selon le contrat, et en l'acceptant, le distributeur a accepté toutes les conditions financières de l'accord. À cet égard, la déclaration selon laquelle l'entreprise ne paiera pas les factures ne signifie qu'une chose : le gel de tous les échanges avec elle jusqu'à ce que la dette soit payée. La réputation de l'entreprise en souffre énormément, elle commence à rencontrer des problèmes avec les produits d'un seul fabricant.

Mais ce n'est pas tout. Le fabricant assure toutes les marchandises et les relations avec les distributeurs contre les assureurs internationaux. Dans notre cas, il s'agit d'ATradius. En plus des produits Motorola, la société assure d'autres fabricants parmi les cinq grands. Après ne pas avoir reçu d'argent du distributeur, Motorola initie un remboursement auprès de l'assureur, ce sont ses risques. L'assureur, à son tour, en règle générale, recharge les risques sur d'autres compagnies d'assurance. Mais il n'y a aucune charité ici: si le distributeur refuse de payer, l'assureur réduit les lignes de crédit et leur provision pour tous les fabricants jusqu'à ce que la dette lui soit payée. Autrement dit, en termes simples, cela bloque le canal de financement de l'entreprise, la met sous une ration de famine. Compte tenu de la taille de la société Euroset, un tel régime pourrait aggraver considérablement sa position, et la société ne franchira jamais une telle étape. Une conclusion simple en découle : soit la déclaration faite est impulsive et ne poursuit que des objectifs de relations publiques, soit l'entreprise est dans une situation désespérée et ne dispose pas d'un fonds de roulement suffisant. La seconde est peu probable, mais qui sait avec certitude ?

D'après ce que je n'ai pas aimé à propos de la conférence de presse, il convient de noter qu'elle a été invoquée à plusieurs reprises sur le faible coût des modèles saisis, le fait qu'ils s'adressent à ceux qui ne peuvent pas utiliser les communications maintenant en raison du niveau élevé coût des téléphones. Il a été dit que les téléphones confisqués avaient été fournis dans le cadre d'un contrat avec l'association 3GSM, et personne, à l'exception d'Euroset, ne pouvait y parvenir. En effet, une partie de la cargaison devrait être constituée de Motorola C113 ultra-bon marché. Mais si nous jouons avec les chiffres fournis par la société Euroset, nous obtiendrons environ 89 $ comme prix moyen du téléphone. Cela signifie qu'en plus du C113, il y avait beaucoup de téléphones plus chers dans le lot (environ 30 % du lot). Le calcul de l'offre peut être fait très simplement: soustrayez 24% du montant, ce sont des frais fiscaux, puis divisez par le nombre de téléphones. La négligence ou l'inexactitude délibérée vise également à créer une certaine image de l'Euroset, une sorte de relations publiques même dans une telle situation.

Raconter tout ce qui s'est passé en conférence de presse dans son intégralité est une tâche ingrate, je conseille d'écouter le dossier, ça vaut le coup. Des déclarations nettes et fortes ont été faites suffisamment, elles dureront longtemps. Par ailleurs, il a été souligné qu'Euroset ne prévoyait pas d'intenter des poursuites contre le ministère de l'Intérieur, l'entreprise n'est pas en guerre avec l'État, elle ne fait que demander justice. Comment y parvenir en dehors du système judiciaire n'est pas tout à fait clair pour moi, l'opinion publique est un outil puissant, mais il n'a aucune force juridique. C'est-à-dire que l'Euroset espère que le système étatique se guérira de lui-même ; genre de bêtises.

Quelle est la prochaine ?

Dans cette situation, tout est du côté de l'Euroset, il a une position très forte et il est très difficile de trouver au moins une excuse pour ne pas retourner la marchandise à l'entreprise. Vous pouvez retarder ce processus dans le temps, vous énerver, mais vous devrez rendre les téléphones. Pour les forces de l'ordre, cela crée un précédent dangereux, car il y a beaucoup de victimes d'un tel arbitraire et elles peuvent «tenter leur chance», également faire appel à l'opinion publique, ce qui créera un lourd fardeau pour le ministère de l'Intérieur, et ne leur permettra pas de se comporter ainsi. Cela signifie que le ministère de l'Intérieur utilise tous les moyens pour mettre à genoux la société Euroset, pour la punir. De sorte qu'il serait répugnant pour d'autres d'essayer même de protester d'une manière ou d'une autre contre les actions du ministère de l'Intérieur. Selon la situation spécifique, les auteurs seront trouvés dans le système, ils seront punis grossièrement. Mais apportera-t-il un soulagement à l'entreprise dans son ensemble? Je pense que non. Après tout, "prendre" l'argent des entreprises rapporte des millions de dollars par an et a longtemps été mis sur le tapis roulant. Personne ne se séparera d'une telle friandise de son plein gré. L'État, d'autre part, manque de volonté politique et de désir de rétablir l'ordre dans ce domaine (ceci s'applique à tous les aspects de l'État et des entreprises). Je me souviens de l'expression bien connue selon laquelle "chaque nation mérite le gouvernement qu'elle a". Si tel est le cas, regardons au moins un film en série avec la participation du ministère de l'Intérieur et de l'Euroset, la prochaine série, apparemment, est déjà mardi la semaine prochaine.

Evroset vs MIA - combats locaux

L'histoire autour des appareils confisqués à la société Euroset continue de prendre de l'ampleur, nous avons délibérément pris un court temps mort afin de décrire la situation dans son développement le plus complètement possible. Ainsi, le deuxième épisode de la série peut-être longue de la lutte entre le ministère de l'Intérieur et l'Euroset, et le champ de bataille n'est pas un lot spécifique de marchandises, mais les questions fondamentales de "qui est le patron de la maison". Il s'est passé beaucoup de choses ces derniers jours. Premièrement, la première vague de publications a suscité l'intérêt du grand public pour le sujet, mais n'a en aucun cas touché le département «K» du ministère de l'Intérieur de la Russie ni provoqué une réponse du service de presse du Ministère de l'intérieur de la Fédération de Russie. Il y avait une impression que les tentatives de l'Euroset pour forcer les représentants du ministère de l'Intérieur à réagir au moins d'une manière ou d'une autre avec leurs déclarations dures étaient vaines. Le lundi 3 avril, le sujet principal de la presse de profil et d'affaires était le sort du lot confisqué et les conséquences possibles pour l'entreprise.

Le 4 avril, le service de presse du ministère de l'Intérieur de la Fédération de Russie a publié un message officiel, qui indiquait ce qui suit (pour le moment, il n'est disponible que sur le fil Interfax) :

  • À la suite d'une opération spéciale du département "K" du ministère de l'Intérieur de la Fédération de Russie, en collaboration avec le FSB de Russie, le 29 mars, une cargaison de 167 500 téléphones portables est arrivée à Sheremetyevo-2 du Pakistan a été arrêté ;
  • Lors de l'inspection de la cargaison, il a été constaté que la grande majorité des appareils de communication cellulaire n'étaient pas destinés à être utilisés sur le territoire de la Russie. Le lot de téléphones a été produit au Brésil, en Chine et à Singapour pour leur usage interne, c'est-à-dire adapté à un pays et à un opérateur de télécommunications spécifiques, ne répondant pas aux exigences russes ;
  • Le destinataire des marchandises est la société Euroset, dont les dirigeants ont dissimulé le fait que les téléphones importés en Russie sont des marchandises contrefaites. La législation douanière et la loi de la Fédération de Russie sur le droit d'auteur et les droits connexes ont été violées. Une base de preuves est en cours de collecte pour traduire les auteurs en justice.

La réponse de l'Euroset a suivi presque immédiatement, les commentaires d'Eldar Razroev, le président de la société, ont été envoyés à toutes les publications. Nous les donnerons sans coupures.

"La déclaration du ministère de l'Intérieur de la Fédération de Russie témoigne d'une incompétence totale et d'une falsification délibérée de données dans le but d'induire le public en erreur. Je considère qu'il est indigne de défendre "l'honneur de l'uniforme" en diffusant de fausses informations", a déclaré Eldar Razroev, président de la société Euroset.

Les faits de violation du droit d'auteur et des droits voisins protégés par la législation pertinente doivent être établis en premier lieu à la demande du titulaire du droit d'auteur. Motorola est le titulaire du droit d'auteur et des droits connexes, ainsi que des droits de propriété industrielle dans ce cas.

Les téléphones ont été importés de Singapour, pas du Pakistan.

Les téléphones ont été achetés auprès de Motorola et sont à 100 % destinés à être utilisés en Russie (vous pouvez vérifier auprès de Motorola).

Dans la nature, il n'existe pas de téléphones GSM conçus pour être utilisés uniquement au Brésil, en Chine et à Singapour. Il n'est pas difficile d'obtenir une explication appropriée du Ministère des technologies de l'information et des communications de la Fédération de Russie. Tous les téléphones importés par la société disposent d'un certificat de conformité délivré par des organismes agréés.

Le deuxième acte est le même et le fantôme des États-Unis

Comme dans toute tragi-comédie, au second acte, les acteurs doivent non seulement réchauffer le public, mais l'entraîner dans l'action, ne pas le laisser détourner le regard. La mise en scène de cette performance (que les participants m'excusent, pour eux c'est du sérieux) est excellente. Pour une raison quelconque, aucun des collègues de l'atelier ne s'est souvenu de la phrase forte prononcée par Sergei Meshcheryakov, chef du département de la sécurité économique du ministère de l'Intérieur, en août 2005. Cela sonnait dans le sens où le ministère de l'Intérieur s'interroge sur le marché russe de la téléphonie mobile et sur la société Euroset en tant que leader. À ce moment-là, en direct sur Ekho Moskvy, le président du conseil d'administration d'Euroset, Yevgeny Chichvarkin, a paré cette déclaration avec la déclaration suivante : « Nous achetons des marchandises en Russie. Si le ministère de l'Intérieur a des questions, qu'il pose la question au service des douanes. Les événements d'aujourd'hui visent à prouver qu'il ne vaut pas la peine de ne pas être ami avec le ministère de l'Intérieur, et que se quereller avec ce département est dangereux, pour les affaires, bien sûr. L'Euroset s'en est pleinement rendu compte et a tenté, par le biais d'un débat public sur le problème, de se protéger au moins d'une manière ou d'une autre des revendications du ministère de l'Intérieur. La querelle publique était passionnante, d'autant plus que tout ce que disait l'Euroset était vrai et présentait le ministère de l'Intérieur sous un jour défavorable. La déclaration officielle du ministère de l'Intérieur n'a résisté à aucune critique, comme on dit, "l'affaire a été cousue avec du fil blanc". À ce moment, Euroset a gagné les premiers points du public, a reçu, curieusement, le soutien de collègues de la boutique. Mardi, la nervosité du marché a atteint son apogée. Le résultat des actions du ministère de l'Intérieur et des explications indistinctes était le fait que la plupart des grandes entreprises de Moscou considéraient les actions du ministère de l'Intérieur comme un vol officiel. En attendant que les détails soient clarifiés, chacun a préféré réduire au maximum le volume de téléphones importés et reporter les commandes à une date ultérieure (d'une semaine à deux).

Il est curieux que les distributeurs de Saint-Pétersbourg aient perçu la situation de manière opposée et, comme en septembre 2005, aient commencé à augmenter le volume des livraisons de téléphones afin de combler une éventuelle lacune du produit sur le marché. Je souligne que, malgré toutes les déclarations du ministère de l'Intérieur sur les bonnes intentions de lutter pour la collecte des impôts, le marché vit depuis six mois dans des conditions de prix différentes. Un certain nombre d'acteurs de Saint-Pétersbourg fournissent des téléphones avec un paiement de 12 à 15 % de leur coût, tandis que la TVA à elle seule est de 18 %, et le montant total pour un appareil « blanc » représente environ 24 % de son coût. L'inégalité des prix existe uniquement en raison de la sélectivité de la lutte contre l'importation illégale de biens. Pour une raison quelconque, seules les entreprises de Moscou ont été impliquées dans cette lutte au cours des six derniers mois, alors que le volume d'inspections à Saint-Pétersbourg était minime et n'a touché que les acteurs de second rang, ceux qui n'ont pas de contrats directs avec les fabricants.

Il n'y aura pas de pénurie de téléphones en raison de commandes reprogrammées, et les prix pour les consommateurs n'augmenteront pas car le marché stagne et les stocks sont suffisants. Cela peut être dit avec confiance tout en maintenant cette situation même jusqu'à 3-4 semaines. Les distributeurs continueront d'importer de nouveaux articles, mais en quantités minimes, ce qui fera augmenter leurs prix, cela ne s'applique qu'aux modèles des segments de prix moyens et élevés. La situation sera de courte durée, mais aura un impact sur les ventes de plusieurs modèles.

Personne n'a écrit ou parlé à ce sujet, toutes les publications se sont tournées vers le côté spectaculaire du problème, la relation entre l'Euroset et le ministère de l'Intérieur. Et ici une publication extrêmement efficace est parue dans le journal Kommersant, elle a donné une impulsion à l'émergence d'une nouvelle stratégie, une ligne de défense dans le comportement de l'Euroset.

La publication de Commersant s'appelait "Le ministère de l'Intérieur a attrapé une contrefaçon", son original peut être lu ici - http://www.kommersant.ru/doc.html?DocID=663668&IssueId=30060

Dans l'article, le conflit s'est construit non seulement autour de la relation entre « Euroset et le ministère de l'Intérieur », mais aussi « les entreprises occidentales, en particulier Motorola et l'État russe ». Le message principal de l'article était que Motorola est extrêmement indigné par le comportement du ministère de l'Intérieur, préparant "en relation avec l'incident, un appel officiel à l'ambassade des États-Unis en Russie". Voici les mots les plus efficaces de ce matériel qui font référence à Motorola et qui ont été prononcés par la responsable de la division des appareils mobiles de Motorola en Russie et dans la CEI, Inga Churashova :

  • Nous sommes perplexes face aux actions des forces de l'ordre prises contre nos produits et compromettant le développement des activités des entreprises étrangères en Russie. La situation où des produits d'une valeur de plus de 19 millions de dollars sont saisis et transférés dans l'entrepôt d'une entreprise qui nous est inconnue sans émettre aucun document est très préoccupante. Cet incident, en plus des pertes matérielles directes, porte atteinte à la réputation commerciale de Motorola ;
  • La cargaison de téléphones provenait de Singapour, et non du Pakistan, comme le prétendent les forces de l'ordre.Jusqu'à 90 % des produits de Motorola destinés aux marchés GSM sont fabriqués en Chine et à Singapour, mais cela ne signifie pas que ces modèles ne sont conçus que pour fonctionner dans ces pays. Les téléphones fournis étaient destinés spécifiquement à la Russie ;
  • La cargaison confisquée a été livrée en Russie par un avion affrété par Motorola, et le constructeur américain a payé une assurance contre les risques pendant le transport vers Moscou. "C'est la preuve de l'origine légale des produits", déclare Inga Churashova. "Je note que les forces de l'ordre russes ne nous ont pas contactés pour un examen du lot de téléphones confisqués. Et sans examen, les téléphones ne peuvent pas être reconnus comme des contrefaçons". .” En outre, Motorola a noté que les autorités douanières avaient procédé à une inspection de la cargaison et que les droits avaient été acquittés en totalité. Cette information a été confirmée par Kommersant et l'attachée de presse du Service fédéral des douanes, Irina Skibinskaya.

Le matériel a provoqué l'effet d'une bombe qui explose au ministère de l'Intérieur, en particulier, pour tous ceux qui ont été impliqués d'une manière ou d'une autre dans cette affaire. Il est apparu sous un nouveau jour, empestant un scandale international, et la conclusion hâtive disait que Motorola se battrait jusqu'au bout pour ses téléphones, et la confiscation affecte directement les affaires de ce constructeur. Le ministère de l'Intérieur s'est empressé de retirer sa déclaration selon laquelle les téléphones étaient reconnus comme contrefaits et a cessé de commenter cette situation. La déclaration a été retirée après un appel d'un correspondant de Kommersant au ministère de l'Intérieur, avant même la publication du matériel, mais après avoir exprimé son objectif, les problèmes qu'il soulevait.

Oui, et il y avait de quoi s'inquiéter, car une chose est une confrontation tranquille et relativement pacifique à l'intérieur du pays, une autre chose est un scandale international, dans ce cas, les conclusions seront évidemment tirées par la direction de l'État, et personne ne peut prédire ce qu'ils seront. La situation est devenue incontrôlable des deux côtés et a commencé à se développer selon ses propres lois.

Oui, et il y avait de quoi s'inquiéter, car une chose est une confrontation silencieuse et relativement pacifique à l'intérieur du pays, une autre chose est un scandale international, dans ce cas, les conclusions seront évidemment tirées par la direction de l'État, et personne peuvent prédire ce qu'ils seront. La situation est devenue incontrôlable des deux côtés et a commencé à se développer selon leurs propres lois.

La société Euroset, ayant trouvé un point sensible au sein du ministère de l'Intérieur, a décidé de l'influencer autant que possible. La principale ligne de conduite est de déplacer les problèmes sur les épaules de Motorola, dans tous les commentaires, il semble que la société ne rencontre aucun problème avec les marchandises saisies, et Motorola fera toutes les réclamations monétaires, elle collectera également de l'argent par le biais de poursuites contre le ministère des Affaires Intérieures. Une volonté banale d'entraîner une grande entreprise dans un conflit, de recevoir en sa personne non seulement une protection, mais aussi un soutien à très haut niveau. Le bluff est beau et presque sans espoir dans sa tentative.

Il n'y avait aucune condition préalable à des actions actives de Motorola, et l'entreprise est certainement préoccupée par la situation autour de son principal distributeur, mais pas au point de se précipiter imprudemment pour sa défense et d'utiliser toutes ses capacités administratives. La société a fait un certain nombre de déclarations sur la situation, puis a publié une déclaration officielle, c'était la première et peut-être la dernière. Chez Motorola, tous les documents ont été transférés au service juridique, pour le moment tout commentaire sur la situation est interdit à tous les employés.Il faut comprendre que la taille du lot pour l'entreprise est petite, n'a pas d'impact sérieux sur son activité en Russie, et encore moins à l'échelle mondiale. En prévision de la publication des résultats financiers sur le marché mondial, toute nouvelle négative pour Motorola est contre-indiquée. Une conclusion simple en découle : Motorola ne se battra pas aux côtés de l'Euroset jusqu'au bout dans cette situation ; Si le ministère de l'Intérieur avait fait preuve de plus de souplesse et d'ingéniosité en la matière, la réaction aurait été encore plus faible. Jetons un coup d'œil à la déclaration officielle de l'entreprise :

"Le 29 mars 2006, Motorola a été informée par son distributeur russe, Euroset, qu'un lot de téléphones portables Motorola avait été saisi par des représentants du bureau du procureur.

Motorola confirme par la présente qu'un lot de 167 500 téléphones mobiles Motorola a été livré à Euroset-OPT, conformément à un accord de fourniture directe conclu entre eux, et est arrivé à Moscou le 20 mars 2006. Nous confirmons également que ces téléphones ont été fabriqués dans les installations de production de Motorola à l'étranger et sont destinés au marché russe. La conformité de ces téléphones aux normes établies est confirmée par les documents nécessaires.

Motorola dispose de documents confirmant ce qui précède et est prêt à coopérer avec les autorités gouvernementales compétentes et d'autres personnes afin de fournir des éclaircissements supplémentaires sur ce problème et de résoudre la situation.

Le retour d'Euroset

De nombreux journalistes ont été invités à participer à la conférence de presse "Saisie de biens - la lutte contre la contrebande ou autre chose ?". Il s'est tenu à Interfax le jeudi 6 avril. Nous vous offrons une occasion unique d'écouter tout ce qui s'est passé lors de cette conférence de presse, l'enregistrement complet est disponible uniquement chez nous. Je ferai une réserve que l'enregistrement a été fait sur un Sony Ericsson K750i et que le volume n'est pas toujours adapté, il est préférable de l'écouter sur un PC.

La tactique d'Euroset était basée sur le fait que l'entreprise essayait de jouer la carte de Motorola. De nombreuses déclarations ont déclaré que le problème ne concernait pas seulement et pas tant Euroset que Motorola. Il a été mentionné que les forces de l'ordre s'occuperaient d'une poursuite intentée par une société étrangère, et ce n'est pas une blague. Beaucoup de mots ont été prononcés, mais le point culminant a été la déclaration de Boris Levin, vice-président d'Euroset pour la sécurité et le support juridique : « Nous ne supporterons pas la responsabilité ou les pertes, mais Motorola. Bien sûr, nous ne les paierons pas, et le montant que nous avons payé en impôts est d'environ un quart, 24 % des 19 millions que nous recevrons de Motorola. Pour se justifier, on a dit qu'il s'agissait d'une contrefaçon (60 minutes d'enregistrement). Une déclaration forte qui n'a fait que convaincre les journalistes que les problèmes incombent au constructeur. En réalité, la situation est complètement différente, ici l'Euroset n'a pas d'atouts, et avec de telles déclarations, l'entreprise s'enfonce dans ses retranchements.

Chaque distributeur a une certaine ligne de crédit et, selon celle-ci, reçoit la marchandise, l'argent réel n'est pas payé pour cela à la première étape. C'était donc, apparemment, avec cette cargaison, la durée d'un prêt de matières premières est aujourd'hui d'environ 60 jours. Après les événements d'août, afin de réduire les risques, tous les fabricants ont accepté les conditions de livraison de CIP Moscou, dans de telles conditions, la cargaison n'est expédiée qu'à une société russe, le distributeur officiel à Moscou. C'est-à-dire que le fabricant lui-même est responsable de la livraison des marchandises à l'entrepôt de Moscou, en particulier à l'aéroport. Dans ce cas, l'avion qui est arrivé était sous la responsabilité de Motorola. Si le ministère de l'Intérieur devait confisquer l'envoi à ce stade, avant le dédouanement, il saisirait en effet les marchandises qui appartenaient au fabricant et non à son distributeur. Mais cela ne s'est pas produit et la cargaison a été prise après le transfert, c'est-à-dire que Motorola a rempli sa part du contrat. A partir de là, l'entreprise n'est plus concernée que par un problème : que le distributeur paie la marchandise à temps pour la marchandise (on simplifie la situation, il y a aussi les prix de vente conseillés, l'image de l'entreprise, etc., mais c'est pas important pour l'explication actuelle). Je souligne que le distributeur peut faire ce qu'il veut avec les téléphones, même le détruire, c'est son produit, selon le contrat, et en l'acceptant, le distributeur a accepté toutes les conditions financières de l'accord. À cet égard, la déclaration selon laquelle l'entreprise ne paiera pas les factures ne signifie qu'une chose : le gel de tous les échanges avec elle jusqu'à ce que la dette soit payée. La réputation de l'entreprise en souffre énormément, elle commence à rencontrer des problèmes avec les produits d'un seul fabricant.

Mais ce n'est pas tout. Le fabricant assure toutes les marchandises et les relations avec les distributeurs contre les assureurs internationaux. Dans notre cas, il s'agit d'ATradius. En plus des produits Motorola, la société assure d'autres fabricants parmi les cinq grands. Après ne pas avoir reçu d'argent du distributeur, Motorola initie un remboursement auprès de l'assureur, ce sont ses risques. L'assureur, à son tour, en règle générale, recharge les risques sur d'autres compagnies d'assurance. Mais il n'y a aucune charité ici: si le distributeur refuse de payer, l'assureur réduit les lignes de crédit et leur provision pour tous les fabricants jusqu'à ce que la dette lui soit payée. Autrement dit, en termes simples, cela bloque le canal de financement de l'entreprise, la met sous une ration de famine. Compte tenu de la taille de la société Euroset, un tel régime pourrait aggraver considérablement sa position, et la société ne franchira jamais une telle étape. Une conclusion simple en découle : soit la déclaration faite est impulsive et ne poursuit que des objectifs de relations publiques, soit l'entreprise est dans une situation désespérée et ne dispose pas d'un fonds de roulement suffisant. La seconde est peu probable, mais qui sait avec certitude ?

D'après ce que je n'ai pas aimé à propos de la conférence de presse, il convient de noter qu'elle a été invoquée à plusieurs reprises sur le faible coût des modèles saisis, le fait qu'ils s'adressent à ceux qui ne peuvent pas utiliser les communications maintenant en raison du niveau élevé coût des téléphones. Il a été dit que les téléphones confisqués avaient été fournis dans le cadre d'un contrat avec l'association 3GSM, et personne, à l'exception d'Euroset, ne pouvait y parvenir. En effet, une partie de la cargaison devrait être constituée de Motorola C113 ultra-bon marché. Mais si nous jouons avec les chiffres fournis par la société Euroset, nous obtiendrons environ 89 $ comme prix moyen du téléphone. Cela signifie qu'en plus du C113, il y avait beaucoup de téléphones plus chers dans le lot (environ 30 % du lot). Le calcul de l'offre peut être fait très simplement: soustrayez 24% du montant, ce sont des frais fiscaux, puis divisez par le nombre de téléphones. La négligence ou l'inexactitude délibérée vise également à créer une certaine image de l'Euroset, une sorte de relations publiques même dans une telle situation.

Raconter tout ce qui s'est passé en conférence de presse dans son intégralité est une tâche ingrate, je recommande d'écouter le dossier, ça vaut le coup. Des déclarations nettes et fortes ont été faites suffisamment, elles dureront longtemps. Par ailleurs, il a été souligné qu'Euroset ne prévoyait pas d'intenter des poursuites contre le ministère de l'Intérieur, l'entreprise n'est pas en guerre avec l'État, elle ne fait que demander justice. Comment y parvenir en dehors du système judiciaire n'est pas tout à fait clair pour moi, l'opinion publique est un outil puissant, mais il n'a aucune force juridique. C'est-à-dire que l'Euroset espère que le système étatique se guérira de lui-même ; genre de bêtises.

Quelle est la prochaine ?

Dans cette situation, tout est du côté de l'Euroset, il a une position très forte et il est très difficile de trouver au moins une excuse pour ne pas retourner la marchandise à l'entreprise. Vous pouvez retarder ce processus dans le temps, vous énerver, mais vous devrez rendre les téléphones. Pour les forces de l'ordre, cela crée un précédent dangereux, car il y a beaucoup de victimes d'un tel arbitraire et elles peuvent «tenter leur chance», également faire appel à l'opinion publique, ce qui créera un lourd fardeau pour le ministère de l'Intérieur, et ne leur permettra pas de se comporter ainsi. Cela signifie que le ministère de l'Intérieur utilise tous les moyens pour mettre à genoux la société Euroset, pour la punir. De sorte qu'il serait répugnant pour d'autres d'essayer même de protester d'une manière ou d'une autre contre les actions du ministère de l'Intérieur. Selon la situation particulière, les auteurs seront retrouvés dans le système, ils seront punis grossièrement. Mais apportera-t-il un soulagement à l'entreprise dans son ensemble? Je pense que non. Après tout, "prendre" l'argent des entreprises rapporte des millions de dollars par an et a longtemps été mis sur le tapis roulant. Personne ne se séparera d'une telle friandise de son plein gré. L'État, d'autre part, manque de volonté politique et de désir de rétablir l'ordre dans ce domaine (ceci s'applique à tous les aspects de l'État et des entreprises). Je me souviens de l'expression bien connue selon laquelle "chaque nation mérite le gouvernement qu'elle a". Si tel est le cas, regardons au moins un film en série avec la participation du ministère de l'Intérieur et de l'Euroset, la prochaine série, apparemment, est déjà mardi la semaine prochaine.