Analyse de canapé n° 33. Système d'exploitation national russe "Trou noir"

La chanson "Nautilus" tourne dans ma tête, et des pages s'ouvrent dans le navigateur, qui décrivent que le ministère russe des Communications et M. Nikiforov, qui est le ministre, vont créer un système d'exploitation national pour mobile appareils avec de l'argent de l'État. Il y a peu d'informations, comme toujours dans de tels cas, quelque part elles sont envahies de détails farfelus, quelque part elles sont présentées comme s'il s'agissait d'une copie conforme. Le ministre n'a jamais donné aux citoyens des explications détaillées sur ce que son département va faire exactement, mais cette fois, il y a suffisamment d'informations disponibles pour organiser un débriefing et voir à quel point le projet de plate-forme mobile est utopique pour la Russie. Étant donné que le ministre n'a donné aucun nom à ce projet et que nous devons opérer avec au moins un nom, je propose de nommer notre plate-forme "Black Hole". Cependant, vous pouvez alors organiser un concours national et trouver un nom plus sonore. Mais je ne m'égarerai pas en moquant les responsables, je vais essayer de décrire au mieux ce qui se passe et de donner une analyse de ce que cela va aboutir.

Contenu

La substitution des importations ou les raisons de l'apparition de l'OS mobile russe

Dès que les relations avec les pays occidentaux se sont détériorées, l'économie russe a commencé à rechercher des domaines dans lesquels il est possible de procéder à la substitution des importations. Ce terme est sur toutes les lèvres, il a fait grincer des dents, même s'il n'a rien de mauvais en soi. L'idée que la Russie, en tant que pays, devrait essayer de se fournir en nourriture, en production de haute technologie, ainsi qu'en technologies d'aujourd'hui et de préférence de demain, est proche et compréhensible pour tout le monde.

Au ministère des Communications, toute idée liée à la substitution des importations est perçue avec un grand intérêt, car toutes les activités du ministère dans le domaine des télécommunications sont liées au travail avec de grands fabricants de logiciels internationaux (Microsoft, Oracle, etc.) , les fabricants de matériel pour les réseaux terrestres et mobiles (Cisco, Huawei, Alcatel-Lucent, Ericsson, etc.), dans une moindre mesure avec le segment de marché grand public, qui comprend les fabricants de terminaux, tels que les téléphones, les tablettes ou les ordinateurs. La part du lion des affaires est concentrée dans l'infrastructure et les logiciels, tandis que les appareils eux-mêmes ne représentent qu'une part insignifiante du gâteau dans le contexte général. Si vous suivez les communiqués de presse du ministère des télécoms et des communications de masse au cours des dernières années, un détail intéressant vous sera révélé, le ministère coopère très étroitement avec les grandes entreprises, leurs employés sont membres de divers comités, influencent l'adoption de nombreuses décisions , agissant en tant qu'experts.

Je me risquerais à suggérer que toute tentative d'affecter les principaux domaines des affaires et des sociétés peut finalement conduire à la perte d'argent budgétaire, de compétences et au fait que le ministère se mettra sous un jour désavantageux. En l'absence de technologies propres à la Russie, dont le ministère des Télécoms et des Communications de masse est également responsable, il est nécessaire de créer une vague d'activités, mais il faut choisir le moindre de deux maux. Le ministère a le choix. La première option consiste à toucher les principaux acteurs du marché, à changer les règles du jeu et à forcer les grandes entreprises à suivre les souhaits de la Russie. Cela entraînera des conflits, des scandales et nécessitera une connaissance précise du marché et de ses réalités. Le but ici est de ne pas nuire. À mon avis, le ministère est incapable de faire un tel travail en principe. La deuxième option est plus simple et résout le problème politique d'être dans la tendance à la substitution des importations. Dans ce deuxième scénario, il faut créer un buzz autour d'une idée qui n'affecte pas le statu quo actuel sur le segment réel du marché des télécoms, et, si possible, crée également une nouvelle direction de développement pour le ministère, pour lequel l'argent du budget peut être attiré. C'est ainsi qu'apparaît le projet Black Hole, dans lequel le système d'exploitation russe pour appareils mobiles sera créé.

Le sondage du sol a commencé en février de cette année, j'en ai parlé en détail dans "Spikers".

Que s'est-il passé l'autre jour et comment voient-ils le nouveau système d'exploitation du ministère des Télécoms et des Communications de masse ? Pour ce faire, vous pouvez lire ce texte dans RBC, ci-dessous je vais le citer):

Le 14 mai, le ministère des Télécoms et des Communications de masse a organisé une réunion entre le chef du département, Nikolai Nikiforov, avec des employés de la société finlandaise Jolla et des représentants de l'industrie informatique russe, a annoncé vendredi le ministère. La réunion a discuté de la création d'un système d'exploitation mobile (OS) indépendant en Russie, qui est conforme aux plans du ministère pour la substitution des importations. La réunion a réuni le président du conseil d'administration de Jolla Antti Saarnio, CTO et concepteur en chef de la société, ainsi que le directeur de la diffusion de Yandex Technologies Grigory Bakunov et le PDG du développeur du système d'exploitation Alt Linux Alexey Smirnov.

Un nouveau système d'exploitation indépendant sera développé par des informaticiens russes, et la base du futur produit pourrait être le système d'exploitation open source Sailfish développé par Jolla (en plus du système d'exploitation, il crée des smartphones et des tablettes), ont déclaré les participants à la réunion RBC.

Jolla est une entreprise internationale, "dans la structure de ses propriétaires, en plus des Finlandais, il y a des actionnaires russes et chinois", est cité le ministre Nikiforov dans le message du ministère des Télécoms et des Communications de masse. Comme une source du marché l'a confié à RBC, l'actionnaire russe de Jolla est le groupe ESN de Grigory Berezkin, dont la fortune, selon le magazine Forbes, est de 0,6 milliard de dollars (140e place dans le classement des hommes d'affaires les plus riches de Russie). Cette information a été confirmée à RBC par un représentant de l'ESN. Selon lui, la participation d'une entreprise finlandaise au cycle d'investissement est l'un des derniers projets de l'UST. L'interlocuteur de RBC a refusé de divulguer le volume des investissements et la part de l'entreprise reçue en retour. L'employé de Jolla n'a pas répondu à la demande de RBC.

Le groupe ESN est spécialisé dans les actifs énergétiques. Berezkin détient à 100 % Rusenergoresurs et Rusenergosbyt M, ainsi que 51 % de Rusenergosbyt et 75 % de Rusenergotelecom. ESN détient les sociétés d'ingénierie Engineering Center UES et Energoauditkontrol, ainsi que le terminal pétrolier Uyarsky (100%) et le terminal de Skovorodino, région de l'Amour (50%). Les actifs médias du groupe comprennent le journal Metro (détenteur d'une franchise depuis 2009), la maison d'édition Komsomolskaya Pravda (85 %) et la maison d'édition RZD-Partner (80 %).

Il est prévu de travailler sur un nouveau système d'exploitation mobile en coopération avec des spécialistes des pays BRICS, a indiqué le ministère des Communications dans un communiqué. "Le nouveau système d'exploitation mobile Sailfish est en cours de création par une société finno-russe-chinoise. Nous attendons l'adhésion de l'Inde, du Brésil et de l'Afrique du Sud", a écrit le chef du ministère des Communications sur son Twitter au lendemain de la réunion. Nikiforov a suggéré de créer un consortium international qui comprendrait des sociétés informatiques de Russie, du Brésil, d'Inde, de Chine et d'Afrique du Sud. Leurs employés, par exemple, pourront travailler sur les projets du consortium un jour par semaine, et les autres jours pour faire leur travail principal, a déclaré à RBC un représentant du ministère des Télécoms et des Communications de masse. "Les entreprises informatiques fourniront leurs spécialistes, leur temps sera payé par l'État et leur travail développera le projet", a-t-il ajouté.

La question de savoir comment le nouveau système d'exploitation se développera après sa création n'a pas été abordée avec les représentants des sociétés informatiques, a déclaré à RBC une source proche des participants à la réunion. Le ministère des Télécoms et des Communications de masse veut créer un nouveau produit et ne pas utiliser la version actuelle de Sailfish, a noté l'interlocuteur de RBC. Le succès du système d'exploitation dépendra de son appréciation par les utilisateurs finaux et les fabricants d'appareils, a-t-il souligné.

Avez-vous une photo ? Une sorte de fantasmagorie qui soulève plus de questions qu'elle n'apporte de réponses. Mais avant de passer au débriefing, je souhaite exprimer quelques réflexions que je considère comme correctes en termes de sécurité nationale de la Russie et de toute cette histoire :

  • La Russie, en tant qu'État indépendant, a besoin de ses propres systèmes d'exploitation pour les PC et les appareils mobiles. La tâche principale de ces systèmes d'exploitation est de garantir la protection des données contre les fuites au niveau du système. Champ d'application : armée, agences gouvernementales, etc. ;
  • L'étroitesse du créneau où les systèmes d'exploitation nationaux peuvent être utilisés à la fois pour les PC et les équipements mobiles ne nous permet pas de dire qu'il s'agit d'un produit commercial de masse ; son développement à ce titre entraîne automatiquement une dispersion des fonds et des efforts de développeurs. Mais cela contredit également les lois en vigueur - l'État n'est pas un acteur du marché commercial et de masse de l'informatique ;
  • Un régulateur de la part de l'État, en particulier le ministère des Télécoms et des Communications de masse, ne peut pas agir en tant que développeur d'un système d'exploitation commercial pour le marché de masse, ainsi que déterminer les paramètres d'un tel système et / ou y investir de l'argent. Les obstacles juridiques peuvent, en théorie, être contournés, mais le système lui-même devrait intéresser les entreprises publiques et les autorités et répondre à leurs besoins. Un tel système n'a rien à voir avec le marché de masse en raison de diverses exigences ;
  • La différence entre les exigences d'un système d'exploitation d'entreprise et d'un OS de masse ne permet pas de parler de la possibilité de développer simultanément les deux branches et de la réussite d'un tel projet sur le long terme. Par exemple, les exigences de l'armée se situeront dans un domaine et les souhaits des utilisateurs ordinaires commenceront par une nouvelle version du jouet décontracté.

Debriefing №1, ou système d'exploitation national oublié de Yandex

Commençons par un simple, la Russie a déjà un système d'exploitation national créé par Yandex, il s'appelle Yandex.Kit et est basé sur le code open source Android. Yandex a annoncé Yandex.Kit le 19 février 2014, il s'agit d'un développement entièrement russe qui ressemble à un module complémentaire pour Android, n'utilise que des codes ouverts Android et semble unique à tous points de vue. Parmi les avantages, on peut noter la prise en charge des applications Android standard et le contrôle total du système par Yandex. A l'intérieur, pas de services de Google et pas de code d'entreprise qui serait fermé et opaque. Il est difficile d'appeler un tel développement non russe, il s'agit d'un système d'exploitation Android à part entière avec de nombreuses modifications apportées par Yandex. Étant donné qu'il ne s'agit pas d'un module complémentaire, il était impossible d'installer Yandex.Kit sur les smartphones et tablettes existants, il était nécessaire d'adapter le système et les pilotes pour un matériel spécifique. En Russie, seuls quelques modèles sont apparus sur Yandex.Kit, ils n'ont pas réussi et ont lamentablement échoué dans les ventes. Selon diverses estimations, le nombre d'appareils vendus ne dépassait pas plusieurs milliers d'unités en un an. Le communiqué de presse de l'introduction de Keith indiquait :

"Yandex.Kit sera utile non seulement pour les utilisateurs, mais aussi pour les fabricants d'appareils Android. Les premiers reçoivent un téléphone pratique, les seconds reçoivent les services et technologies nécessaires pour le créer à des conditions flexibles. Nous partageons les bénéfices que Yandex.Kit apportera avec le fabricant de l'appareil », déclare Yuri Vecher, responsable de Yandex Distribution. — Nous sommes ouverts à la coopération avec toutes les entreprises de fabrication d'appareils Android, sur tous les marchés. Pour la Russie, l'Ukraine, la Biélorussie, le Kazakhstan et la Turquie, nous avons des solutions toutes faites. Pour ceux qui travaillent dans d'autres pays, nous sommes heureux de fournir un ensemble de services de base, sans lesquels il est impossible de créer un firmware. Le communiqué de presse est disponible ici.

En avril, la nouvelle de la fermeture de Yandex.Kit en tant que projet au sein de l'entreprise a été largement débattue, mais les représentants de Yandex l'ont démenti. Cependant, aucune nouvelle concernant Yandex.Kit n'est entendue, tout comme les nouvelles versions n'apparaissent pas.

Il m'est très difficile de comprendre pourquoi le ministère des Télécoms et des Communications de masse, rencontrant Yandex, connaissant bien, en théorie, le marché russe, ne sait pas qu'il dispose déjà d'un système d'exploitation russe. Confus par ce qui est au cœur d'Android ? Mais ce n'est pas l'Android de Google avec ses services, mais juste le cœur du système open source, qui peut être vérifié de haut en bas. Le même "Alt Linux" comme version de notre système d'exploitation ne dérange personne, bien que les codes sources soient écrits Samsung Galaxy S8 64 Go Gris pas en Russie. Pouvez-vous expliquer quelle est la différence d'approche ?

Je pense que l'oubli de Yandex.Kit est dû au fait que cet OS n'est pas rentable pour les officiels. Son principal inconvénient est qu'il a déjà été créé et qu'aucun effort n'est nécessaire pour cela. Je ne veux pas paraître mercantile, mais généralement les efforts de création aboutissent à des budgets bien définis de la part de l'Etat. Permettez-moi de vous rappeler que le prédécesseur de M. Nikiforov, le ministre des Communications Igor Shchegolev, a approuvé le prototype de la plate-forme logicielle nationale, qui s'appelait à juste titre "Windows russe". C'était fin 2011. Dans le cadre du programme d'État "Société de l'information", 490 millions de roubles devaient être alloués à sa création (uniquement pour 2012). Le concours pour le développement a été remporté par Penguin Software, qui, par coïncidence, appartenait à l'ancien ministre des Communications Leonid Reiman (via le fonds NGI). Pour des raisons peu claires, le projet n'a pas eu lieu, fin 2011, il a été vivement critiqué dans la presse, et il est possible que ce soit la raison de son arrêt.

En 2015, seuls les efforts initiaux pour créer une version mobile du système d'exploitation peuvent être estimés en toute sécurité à un milliard de roubles et plus. Est-ce beaucoup ou peu ?

Regardons combien la société finlandaise Jolla, qui est mentionnée dans le cadre de la création du système d'exploitation national russe, a coûté en 2013. L'entreprise est privée, mais on sait que 6,25% des parts ont été acquises par le fonds d'investissement chinois China Fortune Holding pour un montant de 1 million d'euros (source). Il s'avère que la valorisation totale de l'entreprise est de 16 millions d'euros. Pour comprendre la valeur de l'entreprise en roubles, vous pouvez la calculer au taux actuel, elle sera d'environ 900 millions de roubles. Mais c'est le prix de toute l'entreprise ! Avec tous les brevets, toutes les technologies, c'est-à-dire dans son intégralité. Il est clair que dans un an et demi sa valeur pourrait changer, mais pas de façon drastique, l'ordre des chiffres reste approximativement le même. En 2014, selon le rapport de l'entreprise, elle a attiré des investissements à hauteur de 34 millions d'euros. Pendant ce temps, Jolla n'a pas montré beaucoup de succès dans les ventes d'appareils. Il n'y a pas de chiffres de vente officiels, en Russie, où le smartphone de l'entreprise est vendu, les ventes restent misérables, pires que celles du YotaPhone 2.

Je suis totalement inconnu du groupe ESN, qui a pris une participation dans Jolla, a agi en tant qu'investisseur. Ce groupe n'a effectué aucune transaction avec des actifs de télécommunications. Personne au monde ne suppose que Jolla puisse obtenir un succès notable, et les perspectives de vente des smartphones et tablettes de cette société sont très floues. Ils ne sont pas très demandés, le volume des ventes est minime et est calculé dans les lots minimum pouvant être commandés dans les usines. D'un point de vue matériel, Jolla n'a pas d'expérience unique dans la création d'appareils, son point fort est le logiciel OS. Et seulement.

En comparant Yandex et Jolla du point de vue d'un responsable russe, je parierais sur Yandex. Premièrement, il s'agit principalement d'une entreprise russe avec un centre de développement dans le pays. Deuxièmement, la société a déjà de l'expérience dans la création de son propre système d'exploitation basé sur Android. Si, pour une raison quelconque, Android ne convient pas, vous pouvez utiliser des codes MeeGo / Maemo ouverts et créer votre propre shell pour eux avec le même succès. C'est à peu près le même ordre de travail. Mais pour une raison quelconque, Yandex n'est pas considéré comme un candidat à ce rôle. Il est possible que l'entreprise ne veuille pas prendre de risques et se récuse. Ne sait pas. Mais le fait que Yandex ait en fait réduit tous les travaux sur les appareils et n'ait pas sorti de tablette sous sa propre marque est un fait. Ainsi que le fait que les personnes embauchées par l'entreprise pour travailler avec des appareils ont déjà quitté l'entreprise.

Débriefing #2. Qui a besoin d'un système d'exploitation nu ?

Lorsque Yandex s'est plaint auprès du FAS à propos de Google, l'un des arguments de l'entreprise était le suivant : personne n'a besoin d'appareils Android sans le Play Store, et c'est un avantage concurrentiel que Google utilise. Pas littéralement, mais c'est le sens. Dans d'innombrables interviews, cette idée a été promue à plusieurs reprises. Je ne suis pas près de savoir comment Yandex retourne les faits, mais nier que le Play Store est un facteur de succès pour la plate-forme Android est stupide. Selon les dernières données, il y a 1,5 million d'applications dans le magasin ! Le même Jolla a introduit le support des applications Android pour son SailFish, puisque l'entreprise ne peut pas compter sur les développeurs, personne n'écrira de logiciel pour sa plate-forme. Avant Jolla, toutes les autres alternatives étaient confrontées à ce problème - Blackberry (incluait également la prise en charge des applications Android), FireFox (partiellement sorti à cause de html5), Microsoft (payait et payait des développeurs importants pour le portage d'applications sur Windows Phone, mais cela n'a toujours aucun sens dans ce cas - le logiciel est de pire en pire sur le plan fonctionnel).

Il s'avère que pour le succès du système d'exploitation, vous avez besoin d'un élément tel que les programmes. Si vous créez votre propre logiciel, pratiquement personne ne l'écrira sous le système d'exploitation Black Hole, car il n'y a aucun périphérique dessus. À titre d'exemple, je voudrais citer Tizen, Samsung a dépensé au total environ un milliard de dollars (.) en développeurs et n'a pas pu garantir que Tizen se rapproche même de Windows Phone en termes de logiciels. Et ce, malgré le volume des ventes d'appareils en millions d'unités dans le monde.

Je doute sincèrement que le ministère des Télécoms et des Communications de masse devienne un client prospère et soit en mesure de créer un nombre suffisant de programmes pour le système d'exploitation Black Hole en peu de temps. Et ce même si la création de chacun de ces programmes sera rémunérée à des tarifs commerciaux. Utopie dans tous les sens.

Et ici, nous arrivons à nouveau à la partie la plus amusante. Que cela nous plaise ou non, il n'y a qu'un seul moyen de compatibilité : rendre votre système d'exploitation tel que les programmes Android puissent s'y exécuter. Et encore une fois, avec tristesse, je regarde vers Yandex.Kit, qui est construit sur Android, il n'est pas nécessaire d'inventer des émulateurs, comme Sailfish / Blackberry, qui réduisent la vitesse de l'appareil, limitent les performances des programmes et leur nombre. Pourquoi choisir un OS alternatif, si au final on arrive toujours à Android ? Pouvez-vous répondre à ma question stupide et naïve ? Pendant longtemps, j'ai essayé de trouver au moins une raison, mais j'ai finalement abandonné.

Débriefing #3. Qui produira les appareils ?

Pour que quelqu'un puisse voir le système d'exploitation national russe dans la vie, certaines entreprises doivent adapter le matériel, écrire des pilotes et lancer les smartphones et tablettes correspondants sur le marché. Qui fera cela, et surtout, pourquoi ?

Posons la question de l'autre côté. Qui deviendra le client et paiera la production de tels appareils ? La réponse évidente, apparemment, devrait ressembler à ceci - l'État. Supposons que le système d'exploitation Black Hole créé soit idéal, prend en charge toutes les applications d'Android - oubliez que c'est même théoriquement impossible. Oublié. Nous avons un système d'exploitation idéal, dont le coût de développement est tombé sur l'État. Et pour le rendre populaire, l'État ne facturera pas ce système d'exploitation, le rendra gratuit à fabriquer, l'ouvrira à n'importe quelle entreprise. C'est comme l'un des scénarios.

Les Chinois vont-ils se précipiter pour produire leurs téléphones sur ce système d'exploitation ? Non. Pourquoi? Ils devront apprendre à le porter sur des morceaux de fer spécifiques. Eh bien, nous avons rencontré un problème, obtenu plus d'argent du budget et effectué le portage sur toutes les plates-formes matérielles courantes. Fabriqué gratuitement. Les entreprises chinoises vont-elles sortir des appareils ? Non. Pourquoi? Ils doivent montrer qu'il existe une demande pour de tels dispositifs. Le ministère des Télécoms et des Communications de masse sera-t-il en mesure de le faire ? Je doute. Par exemple, il existe une société telle que Nokia/Microsoft. Il essaie depuis de nombreuses années d'intéresser divers fabricants de smartphones à la plate-forme Windows Phone. Paye pour le développement des appareils, leur sortie, prend le coût maximum.Et quelqu'un essaie de jouer à ce jeu, mais à la fin il n'y a pas de vente. Et puis d'autres entreprises arrêtent de produire de tels appareils. Si l'on compare le ministère des Communications et Microsoft, il me semble que Microsoft a plus d'opportunités d'investir dans la plateforme. Mais cette société américaine, ayant dépensé environ 6,5 milliards de dollars depuis 2010 (sans compter l'achat de la division Nokia, c'est encore plus d'argent), n'a pas été en mesure d'atteindre une part de marché significative pour ses appareils.

Pour l'utilisateur final, le système d'exploitation Black Hole n'apportera aucune qualité brillante, il l'ignorera simplement. Voulez-vous une preuve? Nous rappelons les ventes de Yandex.Kit, qui ne l'étaient pas. Exactement la même histoire.

Dans le résidu sec, ou à quoi ça sert

Veuillez noter que même une analyse superficielle du projet de système d'exploitation national pour les appareils mobiles du ministère des Télécoms et des Communications de masse montre la substitution des concepts et son échec complet. Ce projet ne peut pas se dérouler sous cette forme, puisqu'une approche a été initialement formulée qui n'implique pas l'obtention d'un produit fonctionnel. En tout cas, l'expérience du marché (y compris mon expérience dans la création d'appareils) dit qu'il s'agit d'une utopie. Il n'y a personne au ministère des Télécoms et des Communications de masse qui ait de l'expérience dans la création d'appareils et/ou de systèmes d'exploitation. Les deux équipes russes ayant une expérience similaire n'ont reçu aucune demande, et je suis sûr qu'elles ne sont même pas connues du ministère, car elles n'entretiennent pas de contacts.

Pour moi, parler d'un système d'exploitation national pour les appareils mobiles à ce titre ressemble à un projet politique du ministère des Télécoms et des Communications de masse, dans lequel il est prévu de créer une activité vigoureuse ou quelque chose comme ça. Les responsables pensent à juste titre que pendant la création d'un tel système, beaucoup de choses peuvent changer et ensuite tout peut être attribué à des circonstances extérieures, elles seront certainement trouvées.

Le projet n'est pas viable et entraînera un gaspillage de l'argent du budget. Nous avons une manière civilisée d'arrêter ce non-sens, à savoir proposer que le ministère des communications et des médias organise des audiences publiques sur ce projet, implique des experts indépendants dans les domaines concernés, et sur la base des résultats de ces travaux, une décision est prise décidé de financer ou non le projet. Pour ce faire, il est nécessaire d'attirer le maximum d'attention sur l'ensemble de la situation, je vous serais donc reconnaissant de diffuser un lien vers ce matériel. Il me semble qu'il est tout à fait en notre pouvoir d'arrêter le gaspillage d'argent qui vient de nos impôts.

Analyse de canapé n° 33. Système d'exploitation national russe "Trou noir"

La chanson "Nautilus" tourne dans ma tête, et des pages s'ouvrent dans le navigateur, qui décrivent que le ministère russe des Communications et M. Nikiforov, qui est le ministre, vont créer un système d'exploitation national pour mobile appareils avec de l'argent de l'État. Il y a peu d'informations, comme toujours dans de tels cas, quelque part elles sont envahies de détails farfelus, quelque part elles sont présentées comme s'il s'agissait d'une copie conforme. Le ministre n'a jamais donné aux citoyens des explications détaillées sur ce que son département va faire exactement, mais cette fois, il y a suffisamment d'informations disponibles pour organiser un débriefing et voir à quel point le projet de plate-forme mobile est utopique pour la Russie. Étant donné que le ministre n'a donné aucun nom à ce projet et que nous devons opérer avec au moins un nom, je propose de nommer notre plate-forme "Black Hole". Cependant, vous pouvez alors organiser un concours national et trouver un nom plus sonore. Mais je ne m'égarerai pas en moquant les responsables, je vais essayer de décrire au mieux ce qui se passe et de donner une analyse de ce que cela va aboutir.

Contenu

La substitution des importations ou les raisons de l'apparition de l'OS mobile russe

Dès que les relations avec les pays occidentaux se sont détériorées, l'économie russe a commencé à rechercher des domaines dans lesquels il est possible de procéder à la substitution des importations. Ce terme est sur toutes les lèvres, il a fait grincer des dents, même s'il n'a rien de mauvais en soi. L'idée que la Russie, en tant que pays, devrait essayer de se fournir en nourriture, en production de haute technologie, ainsi qu'en technologies d'aujourd'hui et de préférence de demain, est proche et compréhensible pour tout le monde.

Au ministère des Communications, toute idée liée à la substitution des importations est perçue avec un grand intérêt, car toutes les activités du ministère dans le domaine des télécommunications sont liées au travail avec de grands fabricants de logiciels internationaux (Microsoft, Oracle, etc.) , les fabricants de matériel pour les réseaux terrestres et mobiles (Cisco, Huawei, Alcatel-Lucent, Ericsson, etc.), dans une moindre mesure avec le segment de marché grand public, qui comprend les fabricants de terminaux, tels que les téléphones, les tablettes ou les ordinateurs. La part du lion des affaires est concentrée dans l'infrastructure et les logiciels, tandis que les appareils eux-mêmes ne représentent qu'une part insignifiante du gâteau dans le contexte général. Si vous suivez les communiqués de presse du ministère des télécoms et des communications de masse au cours des dernières années, un détail intéressant vous sera révélé, le ministère coopère très étroitement avec les grandes entreprises, leurs employés sont membres de divers comités, influencent l'adoption de nombreuses décisions , agissant en tant qu'experts.

Je me risquerais à suggérer que toute tentative d'affecter les principaux domaines des affaires et des sociétés peut finalement conduire à la perte d'argent budgétaire, de compétences et au fait que le ministère se mettra sous un jour désavantageux. En l'absence de technologies propres à la Russie, dont le ministère des Télécoms et des Communications de masse est également responsable, il est nécessaire de créer une vague d'activités, mais il faut choisir le moindre de deux maux. Le ministère a le choix. La première option consiste à toucher les principaux acteurs du marché, à changer les règles du jeu et à forcer les grandes entreprises à suivre les souhaits de la Russie. Cela entraînera des conflits, des scandales et nécessitera une connaissance précise du marché et de ses réalités. Le but ici est de ne pas nuire. À mon avis, le ministère est incapable de faire un tel travail en principe. La deuxième option est plus simple et résout le problème politique d'être dans la tendance à la substitution des importations. Dans ce deuxième scénario, il faut créer un buzz autour d'une idée qui n'affecte pas le statu quo actuel sur le segment réel du marché des télécoms, et, si possible, crée également une nouvelle direction de développement pour le ministère, pour lequel l'argent du budget peut être attiré. C'est ainsi qu'apparaît le projet Black Hole, dans lequel le système d'exploitation russe pour appareils mobiles sera créé.

Le sondage du sol a commencé en février de cette année, j'en ai parlé en détail dans "Spikers".

Que s'est-il passé l'autre jour et comment voient-ils le nouveau système d'exploitation du ministère des Télécoms et des Communications de masse ? Pour ce faire, vous pouvez lire ce texte dans RBC, ci-dessous je vais le citer):

Le 14 mai, le ministère des Télécoms et des Communications de masse a organisé une réunion entre le chef du département, Nikolai Nikiforov, avec des employés de la société finlandaise Jolla et des représentants de l'industrie informatique russe, a annoncé vendredi le ministère. La réunion a discuté de la création d'un système d'exploitation mobile (OS) indépendant en Russie, qui est conforme aux plans du ministère pour la substitution des importations. La réunion a réuni le président du conseil d'administration de Jolla Antti Saarnio, CTO et concepteur en chef de la société, ainsi que le directeur de la diffusion de Yandex Technologies Grigory Bakunov et le PDG du développeur du système d'exploitation Alt Linux Alexey Smirnov.

Un nouveau système d'exploitation indépendant sera développé par des informaticiens russes, et la base du futur produit pourrait être le système d'exploitation open source Sailfish développé par Jolla (en plus du système d'exploitation, il crée des smartphones et des tablettes), ont déclaré les participants à la réunion RBC.

Jolla est une entreprise internationale, "dans la structure de ses propriétaires, en plus des Finlandais, il y a des actionnaires russes et chinois", est cité le ministre Nikiforov dans le message du ministère des Télécoms et des Communications de masse. Comme une source du marché l'a confié à RBC, l'actionnaire russe de Jolla est le groupe ESN de Grigory Berezkin, dont la fortune, selon le magazine Forbes, est de 0,6 milliard de dollars (140e place dans le classement des hommes d'affaires les plus riches de Russie). Cette information a été confirmée à RBC par un représentant de l'ESN. Selon lui, la participation d'une entreprise finlandaise au cycle d'investissement est l'un des derniers projets de l'UST. L'interlocuteur de RBC a refusé de divulguer le volume des investissements et la part de l'entreprise reçue en retour. L'employé de Jolla n'a pas répondu à la demande de RBC.

Le groupe ESN est spécialisé dans les actifs énergétiques. Berezkin détient à 100 % Rusenergoresurs et Rusenergosbyt M, ainsi que 51 % de Rusenergosbyt et 75 % de Rusenergotelecom. ESN détient les sociétés d'ingénierie Engineering Center UES et Energoauditkontrol, ainsi que le terminal pétrolier Uyarsky (100%) et le terminal de Skovorodino, région de l'Amour (50%). Les actifs médias du groupe comprennent le journal Metro (détenteur d'une franchise depuis 2009), la maison d'édition Komsomolskaya Pravda (85 %) et la maison d'édition RZD-Partner (80 %).

Il est prévu de travailler sur un nouveau système d'exploitation mobile en coopération avec des spécialistes des pays BRICS, a indiqué le ministère des Communications dans un communiqué. "Le nouveau système d'exploitation mobile Sailfish est en cours de création par une société finno-russe-chinoise. Nous attendons l'adhésion de l'Inde, du Brésil et de l'Afrique du Sud", a écrit le chef du ministère des Communications sur son Twitter au lendemain de la réunion. Nikiforov a suggéré de créer un consortium international qui comprendrait des sociétés informatiques de Russie, du Brésil, d'Inde, de Chine et d'Afrique du Sud. Leurs employés, par exemple, pourront travailler sur les projets du consortium un jour par semaine, et les autres jours pour faire leur travail principal, a déclaré à RBC un représentant du ministère des Télécoms et des Communications de masse. "Les entreprises informatiques fourniront leurs spécialistes, leur temps sera payé par l'État et leur travail développera le projet", a-t-il ajouté.

La question de savoir comment le nouveau système d'exploitation se développera après sa création n'a pas été abordée avec les représentants des sociétés informatiques, a déclaré à RBC une source proche des participants à la réunion. Le ministère des Télécoms et des Communications de masse veut créer un nouveau produit et ne pas utiliser la version actuelle de Sailfish, a noté l'interlocuteur de RBC. Le succès du système d'exploitation dépendra de son appréciation par les utilisateurs finaux et les fabricants d'appareils, a-t-il souligné.

Avez-vous une photo ? Une sorte de fantasmagorie qui soulève plus de questions qu'elle n'apporte de réponses. Mais avant de passer au débriefing, je souhaite exprimer quelques réflexions que je considère comme correctes en termes de sécurité nationale de la Russie et de toute cette histoire :

  • La Russie, en tant qu'État indépendant, a besoin de ses propres systèmes d'exploitation pour les PC et les appareils mobiles. La tâche principale de ces systèmes d'exploitation est de garantir la protection des données contre les fuites au niveau du système. Champ d'application : armée, agences gouvernementales, etc. ;
  • L'étroitesse du créneau où les systèmes d'exploitation nationaux peuvent être utilisés à la fois pour les PC et les équipements mobiles ne nous permet pas de dire qu'il s'agit d'un produit commercial de masse ; son développement à ce titre entraîne automatiquement une dispersion des fonds et des efforts de développeurs. Mais cela contredit également les lois en vigueur - l'État n'est pas un acteur du marché commercial et de masse de l'informatique ;
  • Un régulateur de la part de l'État, en particulier le ministère des Télécoms et des Communications de masse, ne peut pas agir en tant que développeur d'un système d'exploitation commercial pour le marché de masse, ainsi que déterminer les paramètres d'un tel système et / ou y investir de l'argent. Les obstacles juridiques peuvent, en théorie, être contournés, mais le système lui-même devrait intéresser les entreprises publiques et les autorités et répondre à leurs besoins. Un tel système n'a rien à voir avec le marché de masse en raison de diverses exigences ;
  • La différence entre les exigences d'un système d'exploitation d'entreprise et d'un OS de masse ne permet pas de parler de la possibilité de développer simultanément les deux branches et de la réussite d'un tel projet sur le long terme. Par exemple, les exigences de l'armée se situeront dans un domaine et les souhaits des utilisateurs ordinaires commenceront par une nouvelle version du jouet décontracté.

Debriefing №1, ou le système d'exploitation national oublié de Yandex

Commençons par un simple, la Russie a déjà un système d'exploitation national créé par Yandex, il s'appelle Yandex.Kit et est basé sur le code open source Android. Yandex a annoncé Yandex.Kit le 19 février 2014, il s'agit d'un développement entièrement russe qui ressemble à un module complémentaire pour Android, n'utilise que des codes ouverts Android et semble unique à tous points de vue. Parmi les avantages, on peut noter la prise en charge des applications Android standard et le contrôle total du système par Yandex. A l'intérieur, pas de services de Google et pas de code d'entreprise qui serait fermé et opaque. Il est difficile d'appeler un tel développement non russe, il s'agit d'un système d'exploitation Android à part entière avec de nombreuses modifications apportées par Yandex. Étant donné qu'il ne s'agit pas d'un module complémentaire, il était impossible d'installer Yandex.Kit sur les smartphones et tablettes existants, il était nécessaire d'adapter le système et les pilotes pour un matériel spécifique. En Russie, seuls quelques modèles sont apparus sur Yandex.Kit, ils n'ont pas réussi et ont lamentablement échoué dans les ventes. Selon diverses estimations, le nombre d'appareils vendus ne dépassait pas plusieurs milliers d'unités en un an. Le communiqué de presse de l'introduction de Keith indiquait :

"Yandex.Kit sera utile non seulement pour les utilisateurs, mais aussi pour les fabricants d'appareils Android. Les premiers reçoivent un téléphone pratique, les seconds reçoivent les services et technologies nécessaires pour le créer à des conditions flexibles. Nous partageons les bénéfices que Yandex.Kit apportera avec le fabricant de l'appareil », déclare Yuri Vecher, responsable de Yandex Distribution. — Nous sommes ouverts à la coopération avec toutes les entreprises de fabrication d'appareils Android, sur tous les marchés. Pour la Russie, l'Ukraine, la Biélorussie, le Kazakhstan et la Turquie, nous avons des solutions toutes faites. Pour ceux qui travaillent dans d'autres pays, nous sommes heureux de fournir un ensemble de services de base, sans lesquels il est impossible de créer un firmware. Le communiqué de presse est disponible ici.

En avril, la nouvelle de la fermeture de Yandex.Kit en tant que projet au sein de l'entreprise a été largement débattue, mais les représentants de Yandex l'ont démenti. Cependant, aucune nouvelle concernant Yandex.Kit n'est entendue, tout comme les nouvelles versions n'apparaissent pas.

Il m'est très difficile de comprendre pourquoi le ministère des Télécoms et des Communications de masse, rencontrant Yandex, connaissant bien, en théorie, le marché russe, ne sait pas qu'il dispose déjà d'un système d'exploitation russe. Confus par ce qui est au cœur d'Android ? Mais ce n'est pas l'Android de Google avec ses services, mais juste le cœur du système open source, qui peut être vérifié de haut en bas. Le même "Alt Linux" comme version de notre système d'exploitation ne dérange personne, bien que les codes sources soient écrits Samsung Galaxy S8 64 Go Gris pas en Russie. Pouvez-vous expliquer quelle est la différence d'approche ?

Je pense que l'oubli de Yandex.Kit est dû au fait que cet OS n'est pas rentable pour les officiels. Son principal inconvénient est qu'il a déjà été créé et qu'aucun effort n'est nécessaire pour cela. Je ne veux pas paraître mercantile, mais généralement les efforts de création aboutissent à des budgets bien définis de la part de l'Etat. Permettez-moi de vous rappeler que le prédécesseur de M. Nikiforov, le ministre des Communications Igor Shchegolev, a approuvé le prototype de la plate-forme logicielle nationale, qui s'appelait à juste titre "Windows russe". C'était fin 2011. Dans le cadre du programme d'État "Société de l'information", 490 millions de roubles devaient être alloués à sa création (uniquement pour 2012). Le concours pour le développement a été remporté par Penguin Software, qui, par coïncidence, appartenait à l'ancien ministre des Communications Leonid Reiman (via le fonds NGI). Pour des raisons peu claires, le projet n'a pas eu lieu, fin 2011, il a été vivement critiqué dans la presse, et il est possible que ce soit la raison de son arrêt.

En 2015, seuls les efforts initiaux pour créer une version mobile du système d'exploitation peuvent être estimés en toute sécurité à un milliard de roubles et plus. Est-ce beaucoup ou peu ?

Regardons combien la société finlandaise Jolla, qui est mentionnée dans le cadre de la création du système d'exploitation national russe, a coûté en 2013. L'entreprise est privée, mais on sait que 6,25% des actions ont été acquises par le fonds d'investissement chinois China Fortune Holding pour un montant de 1 million d'euros (source). Il s'avère que la valorisation totale de l'entreprise est de 16 millions d'euros. Pour comprendre la valeur de l'entreprise en roubles, vous pouvez la calculer au taux actuel, elle sera d'environ 900 millions de roubles. Mais c'est le prix de toute l'entreprise ! Avec tous les brevets, toutes les technologies, c'est-à-dire dans son intégralité. Il est clair que dans un an et demi sa valeur pourrait changer, mais pas de façon drastique, l'ordre des chiffres reste approximativement le même. En 2014, selon le rapport de l'entreprise, elle a attiré des investissements à hauteur de 34 millions d'euros. Pendant ce temps, Jolla n'a pas montré beaucoup de succès dans les ventes d'appareils. Il n'y a pas de chiffres de vente officiels, en Russie, où le smartphone de l'entreprise est vendu, les ventes restent misérables, pires que celles du YotaPhone 2.

Je suis totalement inconnu du groupe ESN, qui a pris une participation dans Jolla, a agi en tant qu'investisseur. Ce groupe n'a effectué aucune transaction avec des actifs de télécommunications. Personne au monde ne suppose que Jolla puisse obtenir un succès notable, et les perspectives de vente des smartphones et tablettes de cette société sont très floues. Ils ne sont pas très demandés, le volume des ventes est minime et est calculé dans les lots minimum pouvant être commandés dans les usines. D'un point de vue matériel, Jolla n'a pas d'expérience unique dans la création d'appareils, son point fort est le logiciel OS. Et seulement.

En comparant Yandex et Jolla du point de vue d'un responsable russe, je parierais sur Yandex. Premièrement, il s'agit principalement d'une entreprise russe avec un centre de développement dans le pays. Deuxièmement, la société a déjà de l'expérience dans la création de son propre système d'exploitation basé sur Android. Si, pour une raison quelconque, Android ne convient pas, vous pouvez utiliser des codes MeeGo / Maemo ouverts et créer votre propre shell pour eux avec le même succès. C'est à peu près le même ordre de travail. Mais pour une raison quelconque, Yandex n'est pas considéré comme un candidat à ce rôle. Il est possible que l'entreprise ne veuille pas prendre de risques et se récuse. Ne sait pas. Mais le fait que Yandex ait en fait réduit tous les travaux sur les appareils et n'ait pas sorti de tablette sous sa propre marque est un fait. Ainsi que le fait que les personnes embauchées par l'entreprise pour travailler avec des appareils ont déjà quitté l'entreprise.

Débriefing #2. Qui a besoin d'un système d'exploitation nu ?

Lorsque Yandex s'est plaint auprès du FAS à propos de Google, l'un des arguments de l'entreprise était le suivant : personne n'a besoin d'appareils Android sans le Play Store, et c'est un avantage concurrentiel que Google utilise. Pas littéralement, mais c'est le sens. Dans d'innombrables interviews, cette idée a été promue à plusieurs reprises. Je ne suis pas près de savoir comment Yandex retourne les faits, mais nier que le Play Store est un facteur de succès pour la plate-forme Android est stupide. Selon les dernières données, il y a 1,5 million d'applications dans le magasin ! Le même Jolla a introduit le support des applications Android pour son SailFish, puisque l'entreprise ne peut pas compter sur les développeurs, personne n'écrira de logiciel pour sa plate-forme. Avant Jolla, toutes les autres alternatives étaient confrontées à ce problème - Blackberry (incluait également la prise en charge des applications Android), FireFox (partiellement sorti à cause de html5), Microsoft (payait et payait des développeurs importants pour le portage d'applications sur Windows Phone, mais cela n'a toujours aucun sens dans ce cas - le logiciel est de pire en pire sur le plan fonctionnel).

Il s'avère que pour le succès du système d'exploitation, vous avez besoin d'un élément tel que les programmes. Si vous créez votre propre logiciel, pratiquement personne ne l'écrira sous le système d'exploitation Black Hole, car il n'y a aucun périphérique dessus. À titre d'exemple, je voudrais citer Tizen, Samsung a dépensé au total environ un milliard de dollars (.) en développeurs et n'a pas pu garantir que Tizen se rapproche même de Windows Phone en termes de logiciels. Et ce, malgré le volume des ventes d'appareils en millions d'unités dans le monde.

Je doute sincèrement que le ministère des Télécoms et des Communications de masse devienne un client prospère et soit en mesure de créer un nombre suffisant de programmes pour le système d'exploitation Black Hole en peu de temps. Et ce même si la création de chacun de ces programmes sera rémunérée à des tarifs commerciaux. Utopie dans tous les sens.

Et ici, nous revenons au plus amusant. Que cela nous plaise ou non, il n'y a qu'un seul moyen de compatibilité : rendre votre système d'exploitation tel que les programmes Android puissent s'y exécuter. Et encore une fois, avec tristesse, je regarde vers Yandex.Kit, qui est construit sur Android, il n'est pas nécessaire d'inventer des émulateurs, comme Sailfish / Blackberry, qui réduisent la vitesse de l'appareil, limitent les performances des programmes et leur nombre. Pourquoi choisir un système d'exploitation alternatif si nous nous retrouvons quand même avec Android ? Pouvez-vous répondre à ma question stupide et naïve ? Pendant longtemps, j'ai essayé de trouver au moins une raison, mais j'ai finalement abandonné.

Débriefing #3. Qui produira les appareils ?

Pour que quelqu'un puisse voir le système d'exploitation national russe dans la vie, certaines entreprises doivent adapter le matériel, écrire des pilotes et lancer les smartphones et tablettes correspondants sur le marché. Qui fera cela, et surtout, pourquoi ?

Posons la question de l'autre côté. Qui deviendra le client et paiera la production de tels appareils ? La réponse évidente, apparemment, devrait ressembler à ceci - l'État. Supposons que le système d'exploitation Black Hole créé soit idéal, prend en charge toutes les applications d'Android - oubliez que c'est même théoriquement impossible. Oublié. Nous avons un système d'exploitation idéal, dont le coût de développement est tombé sur l'État. Et afin de le rendre populaire, l'État ne facturera pas ce système d'exploitation, le rendra gratuit à fabriquer, l'ouvrira à n'importe quelle entreprise. C'est comme l'un des scénarios.

Les Chinois vont-ils se précipiter pour produire leurs téléphones sur ce système d'exploitation ? Non. Pourquoi? Ils devront apprendre à le porter sur des morceaux de fer spécifiques. Eh bien, nous avons rencontré un problème, obtenu plus d'argent du budget et effectué le portage sur toutes les plates-formes matérielles courantes. Fabriqué gratuitement. Les entreprises chinoises produiront-elles des appareils ? Non. Pourquoi? Ils doivent montrer qu'il existe une demande pour de tels dispositifs. Le ministère des Télécoms et des Communications de masse sera-t-il en mesure de le faire ? Je doute. Par exemple, il existe une société telle que Nokia/Microsoft. Il essaie depuis de nombreuses années d'intéresser divers fabricants de smartphones à la plate-forme Windows Phone. Paye pour le développement des appareils, leur sortie, prend le coût maximum.Et quelqu'un essaie de jouer à ce jeu, mais à la fin il n'y a pas de vente. Et puis d'autres entreprises arrêtent de produire de tels appareils. Si l'on compare le ministère des Communications et Microsoft, il me semble que Microsoft a plus d'opportunités d'investir dans la plateforme. Mais cette société américaine, ayant dépensé environ 6,5 milliards de dollars depuis 2010 (sans compter l'achat de la division Nokia, c'est encore plus d'argent), n'a pas été en mesure d'atteindre une part de marché significative pour ses appareils.

Pour l'utilisateur final, le système d'exploitation Black Hole n'apportera aucune qualité brillante, il l'ignorera simplement. Voulez-vous une preuve? Nous rappelons les ventes de Yandex.Kit, qui ne l'étaient pas. Exactement la même histoire.

Dans le résidu sec, ou à quoi ça sert

Veuillez noter que même une analyse superficielle du projet de système d'exploitation national pour les appareils mobiles du ministère des Télécoms et des Communications de masse montre la substitution des concepts et son échec complet. Ce projet ne peut pas se dérouler sous cette forme, puisqu'une approche a été initialement formulée qui n'implique pas l'obtention d'un produit fonctionnel. En tout cas, l'expérience du marché (y compris mon expérience dans la création d'appareils) dit qu'il s'agit d'une utopie. Il n'y a personne au ministère des Télécoms et des Communications de masse qui ait de l'expérience dans la création d'appareils et/ou de systèmes d'exploitation. Les deux équipes russes ayant une expérience similaire n'ont reçu aucune demande, et je suis sûr qu'elles ne sont même pas connues du ministère, car elles n'entretiennent pas de contacts.

Pour moi, parler d'un système d'exploitation national pour les appareils mobiles à ce titre ressemble à un projet politique du ministère des Télécoms et des Communications de masse, dans lequel il est prévu de créer une activité vigoureuse ou quelque chose comme ça. Les responsables pensent à juste titre que pendant la création d'un tel système, beaucoup de choses peuvent changer et ensuite tout peut être attribué à des circonstances extérieures, elles seront certainement trouvées.

Le projet n'est pas viable et entraînera un gaspillage de l'argent du budget. Nous avons une manière civilisée d'arrêter ce non-sens, à savoir proposer que le ministère des communications et des médias organise des audiences publiques sur ce projet, implique des experts indépendants dans les domaines concernés, et sur la base des résultats de ces travaux, une décision est prise décidé de financer ou non le projet. Pour ce faire, il est nécessaire d'attirer le maximum d'attention sur l'ensemble de la situation, je vous serais donc reconnaissant de diffuser un lien vers ce matériel. Il me semble qu'il est tout à fait en notre pouvoir d'arrêter le gaspillage d'argent qui vient de nos impôts.

Analyse de canapé n° 33. Système d'exploitation national russe "Trou noir"

La chanson "Nautilus" tourne dans ma tête, et des pages s'ouvrent dans le navigateur, qui décrivent que le ministère russe des Communications et M. Nikiforov, qui est le ministre, vont créer un système d'exploitation national pour mobile appareils avec de l'argent de l'État. Il y a peu d'informations, comme toujours dans de tels cas, quelque part elles sont envahies de détails farfelus, quelque part elles sont présentées comme s'il s'agissait d'une copie conforme. Le ministre n'a jamais donné aux citoyens des explications détaillées sur ce que son département va faire exactement, mais cette fois, il y a suffisamment d'informations disponibles pour organiser un débriefing et voir à quel point le projet de plate-forme mobile est utopique pour la Russie. Étant donné que le ministre n'a donné aucun nom à ce projet et que nous devons opérer avec au moins un nom, je propose de nommer notre plate-forme "Black Hole". Cependant, vous pouvez alors organiser un concours national et trouver un nom plus sonore. Mais je ne m'égarerai pas en moquant les responsables, je vais essayer de décrire au mieux ce qui se passe et de donner une analyse de ce que cela va aboutir.

Contenu

La substitution des importations ou les raisons de l'apparition de l'OS mobile russe

Dès que les relations avec les pays occidentaux se sont détériorées, l'économie russe a commencé à rechercher des domaines dans lesquels il est possible de procéder à la substitution des importations. Ce terme est sur toutes les lèvres, il a fait grincer des dents, même s'il n'a rien de mauvais en soi. L'idée que la Russie, en tant que pays, devrait essayer de se fournir en nourriture, en production de haute technologie, ainsi qu'en technologies d'aujourd'hui et de préférence de demain, est proche et compréhensible pour tout le monde.

Au ministère des Communications, toute idée liée à la substitution des importations est perçue avec un grand intérêt, car toutes les activités du ministère dans le domaine des télécommunications sont liées au travail avec de grands fabricants de logiciels internationaux (Microsoft, Oracle, etc.) , les fabricants de matériel pour les réseaux terrestres et mobiles (Cisco, Huawei, Alcatel-Lucent, Ericsson, etc.), dans une moindre mesure avec le segment de marché grand public, qui comprend les fabricants de terminaux, tels que les téléphones, les tablettes ou les ordinateurs. La part du lion des affaires est concentrée dans l'infrastructure et les logiciels, tandis que les appareils eux-mêmes ne représentent qu'une part insignifiante du gâteau dans le contexte général. Si vous suivez les communiqués de presse du ministère des télécoms et des communications de masse au cours des dernières années, un détail intéressant vous sera révélé, le ministère coopère très étroitement avec les grandes entreprises, leurs employés sont membres de divers comités, influencent l'adoption de nombreuses décisions , agissant en tant qu'experts.

Je me risquerais à suggérer que toute tentative d'affecter les principaux domaines des affaires et des sociétés peut finalement conduire à la perte d'argent budgétaire, de compétences et au fait que le ministère se mettra sous un jour désavantageux. En l'absence de technologies propres à la Russie, dont le ministère des Télécoms et des Communications de masse est également responsable, il est nécessaire de créer une vague d'activités, mais il faut choisir le moindre de deux maux. Le ministère a le choix. La première option consiste à toucher les principaux acteurs du marché, à changer les règles du jeu et à forcer les grandes entreprises à suivre les souhaits de la Russie. Cela entraînera des conflits, des scandales et nécessitera une connaissance précise du marché et de ses réalités. Le but ici est de ne pas nuire. À mon avis, le ministère est incapable de faire un tel travail en principe. La deuxième option est plus simple et résout le problème politique d'être dans la tendance à la substitution des importations. Dans ce deuxième scénario, il faut créer un buzz autour d'une idée qui n'affecte pas le statu quo actuel sur le segment réel du marché des télécoms, et, si possible, crée également une nouvelle direction de développement pour le ministère, pour lequel l'argent du budget peut être attiré. C'est ainsi qu'apparaît le projet Black Hole, dans lequel le système d'exploitation russe pour appareils mobiles sera créé.

Le sondage du sol a commencé en février de cette année, j'en ai parlé en détail dans "Spikers".

Que s'est-il passé l'autre jour et comment voient-ils le nouveau système d'exploitation du ministère des Télécoms et des Communications de masse ? Pour ce faire, vous pouvez lire ce texte dans RBC, ci-dessous je vais le citer):

Le 14 mai, le ministère des Télécoms et des Communications de masse a organisé une réunion entre le chef du département, Nikolai Nikiforov, avec des employés de la société finlandaise Jolla et des représentants de l'industrie informatique russe, a annoncé vendredi le ministère. La réunion a discuté de la création d'un système d'exploitation mobile (OS) indépendant en Russie, qui est conforme aux plans du ministère pour la substitution des importations. La réunion a réuni le président du conseil d'administration de Jolla Antti Saarnio, CTO et concepteur en chef de la société, ainsi que le directeur de la diffusion de Yandex Technologies Grigory Bakunov et le PDG du développeur du système d'exploitation Alt Linux Alexey Smirnov.

Un nouveau système d'exploitation indépendant sera développé par des informaticiens russes, et la base du futur produit pourrait être le système d'exploitation open source Sailfish développé par Jolla (en plus du système d'exploitation, il crée des smartphones et des tablettes), ont déclaré les participants à la réunion RBC.

Jolla est une entreprise internationale, "dans la structure de ses propriétaires, en plus des Finlandais, il y a des actionnaires russes et chinois", est cité le ministre Nikiforov dans le message du ministère des Télécoms et des Communications de masse. Comme une source du marché l'a confié à RBC, l'actionnaire russe de Jolla est le groupe ESN de Grigory Berezkin, dont la fortune, selon le magazine Forbes, est de 0,6 milliard de dollars (140e place dans le classement des hommes d'affaires les plus riches de Russie). Cette information a été confirmée à RBC par un représentant de l'ESN. Selon lui, la participation d'une entreprise finlandaise au cycle d'investissement est l'un des derniers projets de l'UST. L'interlocuteur de RBC a refusé de divulguer le volume des investissements et la part de l'entreprise reçue en retour. L'employé de Jolla n'a pas répondu à la demande de RBC.

Le groupe ESN est spécialisé dans les actifs énergétiques. Berezkin détient à 100 % Rusenergoresurs et Rusenergosbyt M, ainsi que 51 % de Rusenergosbyt et 75 % de Rusenergotelecom. ESN détient les sociétés d'ingénierie Engineering Center UES et Energoauditkontrol, ainsi que le terminal pétrolier Uyarsky (100%) et le terminal de Skovorodino, région de l'Amour (50%). Les actifs médias du groupe comprennent le journal Metro (détenteur d'une franchise depuis 2009), la maison d'édition Komsomolskaya Pravda (85 %) et la maison d'édition RZD-Partner (80 %).

Il est prévu de travailler sur un nouveau système d'exploitation mobile en coopération avec des spécialistes des pays BRICS, a indiqué le ministère des Communications dans un communiqué. "Le nouveau système d'exploitation mobile Sailfish est en cours de création par une société finno-russe-chinoise. Nous attendons l'adhésion de l'Inde, du Brésil et de l'Afrique du Sud », a écrit le chef du ministère des Communications sur son Twitter au lendemain de la réunion. Nikiforov a suggéré de créer un consortium international qui comprendrait des sociétés informatiques de Russie, du Brésil, d'Inde, de Chine et d'Afrique du Sud. Leurs employés, par exemple, pourront travailler sur les projets du consortium un jour par semaine, et les autres jours pour faire leur travail principal, a déclaré à RBC un représentant du ministère des Télécoms et des Communications de masse. "Les entreprises informatiques fourniront leurs spécialistes, leur temps sera payé par l'État et leur travail développera le projet", a-t-il ajouté.

La question de savoir comment le nouveau système d'exploitation se développera après sa création n'a pas été abordée avec les représentants des sociétés informatiques, a déclaré à RBC une source proche des participants à la réunion. Le ministère des Télécoms et des Communications de masse veut créer un nouveau produit et ne pas utiliser la version actuelle de Sailfish, a noté l'interlocuteur de RBC. Le succès du système d'exploitation dépendra de son appréciation par les utilisateurs finaux et les fabricants d'appareils, a-t-il souligné.

Avez-vous une photo ? Une sorte de fantasmagorie qui soulève plus de questions qu'elle n'apporte de réponses. Mais avant de passer au débriefing, je souhaite exprimer quelques réflexions que je considère comme correctes en termes de sécurité nationale de la Russie et de toute cette histoire :

  • La Russie, en tant qu'État indépendant, a besoin de ses propres systèmes d'exploitation pour les PC et les appareils mobiles. La tâche principale de ces systèmes d'exploitation est de garantir la protection des données contre les fuites au niveau du système. Champ d'application : armée, agences gouvernementales, etc. ;
  • L'étroitesse du créneau où les systèmes d'exploitation nationaux peuvent être utilisés à la fois pour les PC et les équipements mobiles ne nous permet pas de dire qu'il s'agit d'un produit commercial de masse ; son développement à ce titre entraîne automatiquement une dispersion des fonds et des efforts de développeurs. Mais cela contredit également les lois en vigueur - l'État n'est pas un acteur du marché commercial et de masse de l'informatique ;
  • Un régulateur de la part de l'État, en particulier le ministère des Télécoms et des Communications de masse, ne peut pas agir en tant que développeur d'un système d'exploitation commercial pour le marché de masse, ainsi que déterminer les paramètres d'un tel système et / ou y investir de l'argent. Les obstacles juridiques peuvent, en théorie, être contournés, mais le système lui-même devrait intéresser les entreprises publiques et les autorités et répondre à leurs besoins. Un tel système n'a rien à voir avec le marché de masse en raison de diverses exigences ;
  • La différence entre les exigences d'un système d'exploitation d'entreprise et d'un OS de masse ne permet pas de parler de la possibilité de développer simultanément les deux branches et de la réussite d'un tel projet sur le long terme. Par exemple, les exigences de l'armée se situeront dans un domaine et les souhaits des utilisateurs ordinaires commenceront par une nouvelle version du jouet décontracté.

Debriefing №1, ou le système d'exploitation national oublié de Yandex

Commençons par un simple, la Russie a déjà un système d'exploitation national créé par Yandex, il s'appelle Yandex.Kit et est basé sur le code open source Android. Yandex a annoncé Yandex.Kit le 19 février 2014, il s'agit d'un développement entièrement russe qui ressemble à un module complémentaire pour Android, n'utilise que des codes ouverts Android et semble unique à tous points de vue. Parmi les avantages, on peut noter la prise en charge des applications Android standard et le contrôle total du système par Yandex. A l'intérieur, pas de services de Google et pas de code d'entreprise qui serait fermé et opaque. Il est difficile d'appeler un tel développement non russe, il s'agit d'un système d'exploitation Android à part entière avec de nombreuses modifications apportées par Yandex. Étant donné qu'il ne s'agit pas d'un module complémentaire, il était impossible d'installer Yandex.Kit sur les smartphones et tablettes existants, il était nécessaire d'adapter le système et les pilotes pour un matériel spécifique. En Russie, seuls quelques modèles sont apparus sur Yandex.Kit, ils n'ont pas réussi et ont lamentablement échoué dans les ventes. Selon diverses estimations, le nombre d'appareils vendus ne dépassait pas plusieurs milliers d'unités en un an. Le communiqué de presse de l'introduction de Keith indiquait :

"Yandex.Kit sera utile non seulement pour les utilisateurs, mais aussi pour les fabricants d'appareils Android. Les premiers reçoivent un téléphone pratique, les seconds reçoivent les services et technologies nécessaires pour le créer à des conditions flexibles. Nous partageons les bénéfices que Yandex.Kit apportera avec le fabricant de l'appareil », déclare Yuri Vecher, responsable de Yandex Distribution. — Nous sommes ouverts à la coopération avec toutes les entreprises de fabrication d'appareils Android, sur tous les marchés. Pour la Russie, l'Ukraine, la Biélorussie, le Kazakhstan et la Turquie, nous avons des solutions toutes faites. Pour ceux qui travaillent dans d'autres pays, nous sommes heureux de fournir un ensemble de services de base, sans lesquels il est impossible de créer un firmware. Le communiqué de presse est disponible ici.

En avril, la nouvelle de la fermeture de Yandex.Kit en tant que projet au sein de l'entreprise a été largement débattue, mais les représentants de Yandex l'ont démenti. Cependant, aucune nouvelle concernant Yandex.Kit n'est entendue, tout comme les nouvelles versions n'apparaissent pas.

Il m'est très difficile de comprendre pourquoi le ministère des Télécoms et des Communications de masse, rencontrant Yandex, connaissant bien, en théorie, le marché russe, ne sait pas qu'il dispose déjà d'un système d'exploitation russe. Confus par ce qui est au cœur d'Android ? Mais ce n'est pas l'Android de Google avec ses services, mais juste le cœur du système open source, qui peut être vérifié de haut en bas. Le même "Alt Linux" comme version de notre système d'exploitation ne dérange personne, bien que les codes sources soient écrits Samsung Galaxy S8 64 Go Gris pas en Russie. Pouvez-vous expliquer quelle est la différence d'approche ?

Je pense que l'oubli de Yandex.Kit est dû au fait que cet OS n'est pas rentable pour les officiels. Son principal inconvénient est qu'il a déjà été créé et qu'aucun effort n'est nécessaire pour cela. Je ne veux pas paraître mercantile, mais généralement les efforts de création aboutissent à des budgets bien définis de la part de l'Etat. Permettez-moi de vous rappeler que le prédécesseur de M. Nikiforov, le ministre des Communications Igor Shchegolev, a approuvé le prototype de la plate-forme logicielle nationale, qui s'appelait à juste titre "Windows russe". C'était fin 2011. Dans le cadre du programme d'État "Société de l'information", 490 millions de roubles devaient être alloués à sa création (uniquement pour 2012). Le concours pour le développement a été remporté par Penguin Software, qui, par coïncidence, appartenait à l'ancien ministre des Communications Leonid Reiman (via le fonds NGI). Pour des raisons peu claires, le projet n'a pas eu lieu, fin 2011, il a été vivement critiqué dans la presse, et il est possible que ce soit la raison de son arrêt.

En 2015, seuls les efforts initiaux pour créer une version mobile du système d'exploitation peuvent être estimés en toute sécurité à un milliard de roubles et plus. Est-ce beaucoup ou peu ?

Regardons combien la société finlandaise Jolla, qui est mentionnée dans le cadre de la création du système d'exploitation national russe, a coûté en 2013. L'entreprise est privée, mais on sait que 6,25% des parts ont été acquises par le fonds d'investissement chinois China Fortune Holding pour un montant de 1 million d'euros (source). Il s'avère que la valorisation totale de l'entreprise est de 16 millions d'euros. Pour comprendre la valeur de l'entreprise en roubles, vous pouvez la calculer au taux actuel, elle sera d'environ 900 millions de roubles. Mais c'est le prix de toute l'entreprise ! Avec tous les brevets, toutes les technologies, c'est-à-dire dans son intégralité. Il est clair que dans un an et demi sa valeur pourrait changer, mais pas de façon drastique, l'ordre des chiffres reste approximativement le même. En 2014, selon le rapport de l'entreprise, elle a attiré des investissements à hauteur de 34 millions d'euros. Pendant ce temps, Jolla n'a pas montré beaucoup de succès dans les ventes d'appareils. Il n'y a pas de chiffres de vente officiels, en Russie, où le smartphone de l'entreprise est vendu, les ventes restent misérables, pires que celles du YotaPhone 2.

Je suis totalement inconnu du groupe ESN, qui a pris une participation dans Jolla, a agi en tant qu'investisseur. Ce groupe n'a effectué aucune transaction avec des actifs de télécommunications. Personne au monde ne suppose que Jolla puisse obtenir un succès notable, et les perspectives de vente des smartphones et tablettes de cette société sont très floues. Ils ne sont pas très demandés, le volume des ventes est minime et est calculé dans les lots minimum pouvant être commandés dans les usines. D'un point de vue matériel, Jolla n'a pas d'expérience unique dans la création d'appareils, son point fort est le logiciel OS. Et seulement.

En comparant Yandex et Jolla du point de vue d'un responsable russe, je parierais sur Yandex. Premièrement, il s'agit principalement d'une entreprise russe avec un centre de développement dans le pays. Deuxièmement, la société a déjà de l'expérience dans la création de son propre système d'exploitation basé sur Android. Si, pour une raison quelconque, Android ne convient pas, vous pouvez utiliser des codes MeeGo / Maemo ouverts et créer votre propre shell pour eux avec le même succès. C'est à peu près le même ordre de travail. Mais pour une raison quelconque, Yandex n'est pas considéré comme un candidat à ce rôle. Il est possible que l'entreprise ne veuille pas prendre de risques et se récuse. Ne sait pas. Mais le fait que Yandex ait en fait réduit tous les travaux sur les appareils et n'ait pas sorti de tablette sous sa propre marque est un fait. Ainsi que le fait que les personnes embauchées par l'entreprise pour travailler avec des appareils ont déjà quitté l'entreprise.

Débriefing #2. Qui a besoin d'un système d'exploitation nu ?

Lorsque Yandex s'est plaint auprès du FAS à propos de Google, l'un des arguments de l'entreprise était le suivant : personne n'a besoin d'appareils Android sans le Play Store, et c'est un avantage concurrentiel que Google utilise. Pas littéralement, mais c'est le sens. Dans d'innombrables interviews, cette idée a été promue à plusieurs reprises. Je ne suis pas près de savoir comment Yandex retourne les faits, mais nier que le Play Store est un facteur de succès pour la plate-forme Android est stupide. Selon les dernières données, il y a 1,5 million d'applications dans le magasin ! Le même Jolla a introduit le support des applications Android pour son SailFish, puisque l'entreprise ne peut pas compter sur les développeurs, personne n'écrira de logiciel pour sa plate-forme. Avant Jolla, toutes les autres alternatives étaient confrontées à ce problème - Blackberry (incluait également la prise en charge des applications Android), FireFox (partiellement sorti à cause de html5), Microsoft (payait et payait des développeurs importants pour le portage d'applications sur Windows Phone, mais cela n'a toujours aucun sens dans ce cas - le logiciel est de pire en pire sur le plan fonctionnel).

Il s'avère que pour le succès du système d'exploitation, vous avez besoin d'un élément tel que les programmes. Si vous créez votre propre logiciel, pratiquement personne ne l'écrira sous le système d'exploitation Black Hole, car il n'y a aucun périphérique dessus. À titre d'exemple, je voudrais citer Tizen, Samsung a dépensé au total environ un milliard de dollars (.) en développeurs et n'a pas pu garantir que Tizen se rapproche même de Windows Phone en termes de logiciels. Et ce, malgré le volume des ventes d'appareils en millions d'unités dans le monde.

Je doute sincèrement que le ministère des Télécoms et des Communications de masse devienne un client prospère et soit en mesure de créer un nombre suffisant de programmes pour le système d'exploitation Black Hole en peu de temps. Et ce même si la création de chacun de ces programmes sera rémunérée à des tarifs commerciaux. Utopie dans tous les sens.

Et ici, nous revenons au plus amusant. Que cela nous plaise ou non, il n'y a qu'un seul moyen de compatibilité : rendre votre système d'exploitation tel que les programmes Android puissent s'y exécuter. Et encore une fois, avec tristesse, je regarde vers Yandex.Kit, qui est construit sur Android, il n'est pas nécessaire d'inventer des émulateurs, comme Sailfish / Blackberry, qui réduisent la vitesse de l'appareil, limitent les performances des programmes et leur nombre. Pourquoi choisir un système d'exploitation alternatif si nous nous retrouvons quand même avec Android ? Pouvez-vous répondre à ma question stupide et naïve ? Pendant longtemps, j'ai essayé de trouver au moins une raison, mais j'ai finalement abandonné.

Débriefing #3. Qui produira les appareils ?

Pour que quelqu'un puisse voir le système d'exploitation national russe dans la vie, certaines entreprises doivent adapter le matériel, écrire des pilotes et lancer les smartphones et tablettes correspondants sur le marché. Qui fera cela, et surtout, pourquoi ?

Posons la question de l'autre côté. Qui deviendra le client et paiera la production de tels appareils ? La réponse évidente, apparemment, devrait ressembler à ceci - l'État. Supposons que le système d'exploitation Black Hole créé soit idéal, prend en charge toutes les applications d'Android - oubliez que c'est même théoriquement impossible. Oublié. Nous avons un système d'exploitation idéal, dont le coût de développement est tombé sur l'État. Et pour le rendre populaire, l'État ne facturera pas ce système d'exploitation, le rendra gratuit à fabriquer, l'ouvrira à n'importe quelle entreprise. C'est comme l'un des scénarios.

Les Chinois vont-ils se précipiter pour produire leurs téléphones sur ce système d'exploitation ? Non. Pourquoi? Ils devront apprendre à le porter sur des morceaux de fer spécifiques. Eh bien, nous avons rencontré un problème, obtenu plus d'argent du budget et effectué le portage sur toutes les plates-formes matérielles courantes. Fabriqué gratuitement. Les entreprises chinoises vont-elles sortir des appareils ? Non. Pourquoi? Ils doivent montrer qu'il existe une demande pour de tels dispositifs. Le ministère des Télécoms et des Communications de masse sera-t-il en mesure de le faire ? Je doute. Par exemple, il existe une société telle que Nokia/Microsoft. Il essaie depuis de nombreuses années d'intéresser divers fabricants de smartphones à la plate-forme Windows Phone. Paye pour le développement des appareils, leur sortie, prend le coût maximum.Et quelqu'un essaie de jouer à ce jeu, mais à la fin il n'y a pas de vente. Et puis d'autres entreprises arrêtent de produire de tels appareils. Si l'on compare le ministère des Communications et Microsoft, il me semble que Microsoft a plus d'opportunités d'investir dans la plateforme. Mais cette société américaine, ayant dépensé environ 6,5 milliards de dollars depuis 2010 (sans compter l'achat de la division Nokia, c'est encore plus d'argent), n'a pas été en mesure d'atteindre une part de marché significative pour ses appareils.

Pour l'utilisateur final, le système d'exploitation Black Hole n'apportera aucune qualité brillante, il l'ignorera simplement. Voulez-vous une preuve? Nous rappelons les ventes de Yandex.Kit, qui ne l'étaient pas. Exactement la même histoire.

Dans le résidu sec, ou à quoi ça sert

Veuillez noter que même une analyse superficielle du projet de système d'exploitation national pour les appareils mobiles du ministère des Télécoms et des Communications de masse montre la substitution des concepts et son échec complet. Ce projet ne peut pas se dérouler sous cette forme, puisqu'une approche a été initialement formulée qui n'implique pas l'obtention d'un produit fonctionnel. En tout cas, l'expérience du marché (y compris mon expérience dans la création d'appareils) dit qu'il s'agit d'une utopie. Il n'y a personne au ministère des Télécoms et des Communications de masse qui ait de l'expérience dans la création d'appareils et/ou de systèmes d'exploitation. Les deux équipes russes ayant une expérience similaire n'ont reçu aucune demande, et je suis sûr qu'elles ne sont même pas connues du ministère, car elles n'entretiennent pas de contacts.

Pour moi, parler d'un système d'exploitation national pour les appareils mobiles à ce titre ressemble à un projet politique du ministère des Télécoms et des Communications de masse, dans lequel il est prévu de créer une activité vigoureuse ou quelque chose comme ça. Les responsables pensent à juste titre que pendant la création d'un tel système, beaucoup de choses peuvent changer et ensuite tout peut être attribué à des circonstances extérieures, elles seront certainement trouvées.

Le projet n'est pas viable et entraînera un gaspillage de l'argent du budget. Nous avons une manière civilisée d'arrêter ce non-sens, à savoir proposer que le ministère des communications et des médias organise des audiences publiques sur ce projet, implique des experts indépendants dans les domaines concernés, et sur la base des résultats de ces travaux, une décision est prise décidé de financer ou non le projet. Pour ce faire, il est nécessaire d'attirer le maximum d'attention sur l'ensemble de la situation, je vous serais donc reconnaissant de diffuser un lien vers ce matériel. Il me semble qu'il est tout à fait en notre pouvoir d'arrêter le gaspillage d'argent qui vient de nos impôts.

Analyse de canapé n° 33. Système d'exploitation national russe "Trou noir"

La chanson "Nautilus" tourne dans ma tête, et des pages s'ouvrent dans le navigateur, qui décrivent que le ministère russe des Communications et M. Nikiforov, qui est le ministre, vont créer un système d'exploitation national pour mobile appareils avec de l'argent de l'État. Il y a peu d'informations, comme toujours dans de tels cas, quelque part elles sont envahies de détails farfelus, quelque part elles sont présentées comme s'il s'agissait d'une copie conforme. Le ministre n'a jamais donné aux citoyens des explications détaillées sur ce que son département va faire exactement, mais cette fois, il y a suffisamment d'informations disponibles pour organiser un débriefing et voir à quel point le projet de plate-forme mobile est utopique pour la Russie. Étant donné que le ministre n'a donné aucun nom à ce projet et que nous devons opérer avec au moins un nom, je propose de nommer notre plate-forme "Black Hole". Cependant, vous pouvez alors organiser un concours national et trouver un nom plus sonore. Mais je ne m'égarerai pas en moquant les responsables, je vais essayer de décrire au mieux ce qui se passe et de donner une analyse de ce que cela va aboutir.

Contenu

La substitution des importations ou les raisons de l'apparition de l'OS mobile russe

Dès que les relations avec les pays occidentaux se sont détériorées, l'économie russe a commencé à rechercher des domaines dans lesquels il est possible de procéder à la substitution des importations. Ce terme est sur toutes les lèvres, il a fait grincer des dents, même s'il n'a rien de mauvais en soi. L'idée que la Russie, en tant que pays, devrait essayer de se fournir en nourriture, en production de haute technologie, ainsi qu'en technologies d'aujourd'hui et de préférence de demain, est proche et compréhensible pour tout le monde.

Au ministère des Communications, toute idée liée à la substitution des importations est perçue avec un grand intérêt, car toutes les activités du ministère dans le domaine des télécommunications sont liées au travail avec de grands fabricants de logiciels internationaux (Microsoft, Oracle, etc.) , les fabricants de matériel pour les réseaux terrestres et mobiles (Cisco, Huawei, Alcatel-Lucent, Ericsson, etc.), dans une moindre mesure avec le segment de marché grand public, qui comprend les fabricants de terminaux, tels que les téléphones, les tablettes ou les ordinateurs. La part du lion des affaires est concentrée dans l'infrastructure et les logiciels, tandis que les appareils eux-mêmes ne représentent qu'une part insignifiante du gâteau dans le contexte général. Si vous suivez les communiqués de presse du ministère des télécoms et des communications de masse au cours des dernières années, un détail intéressant vous sera révélé, le ministère coopère très étroitement avec les grandes entreprises, leurs employés sont membres de divers comités, influencent l'adoption de nombreuses décisions , agissant en tant qu'experts.

Je me risquerais à suggérer que toute tentative d'affecter les principaux domaines des affaires et des sociétés peut finalement conduire à la perte d'argent budgétaire, de compétences et au fait que le ministère se mettra sous un jour désavantageux. En l'absence de technologies propres à la Russie, dont le ministère des Télécoms et des Communications de masse est également responsable, il est nécessaire de créer une vague d'activités, mais il faut choisir le moindre de deux maux. Le ministère a le choix. La première option consiste à toucher les principaux acteurs du marché, à changer les règles du jeu et à forcer les grandes entreprises à suivre les souhaits de la Russie. Cela entraînera des conflits, des scandales et nécessitera une connaissance précise du marché et de ses réalités. Le but ici est de ne pas nuire. À mon avis, le ministère est incapable de faire un tel travail en principe. La deuxième option est plus simple et résout le problème politique d'être dans la tendance à la substitution des importations. Dans ce deuxième scénario, il faut créer un buzz autour d'une idée qui n'affecte pas le statu quo actuel sur le segment réel du marché des télécoms, et, si possible, crée également une nouvelle direction de développement pour le ministère, pour lequel l'argent du budget peut être attiré. C'est ainsi qu'apparaît le projet Black Hole, dans lequel le système d'exploitation russe pour appareils mobiles sera créé.

Le sondage du sol a commencé en février de cette année, j'en ai parlé en détail dans "Spikers".

Que s'est-il passé l'autre jour et comment voient-ils le nouveau système d'exploitation du ministère des Télécoms et des Communications de masse ? Pour ce faire, vous pouvez lire ce texte dans RBC, ci-dessous je vais le citer):

Le 14 mai, le ministère des Télécoms et des Communications de masse a organisé une réunion entre le chef du département, Nikolai Nikiforov, avec des employés de la société finlandaise Jolla et des représentants de l'industrie informatique russe, a annoncé vendredi le ministère. La réunion a discuté de la création d'un système d'exploitation mobile (OS) indépendant en Russie, qui est conforme aux plans du ministère pour la substitution des importations. La réunion a réuni le président du conseil d'administration de Jolla Antti Saarnio, CTO et concepteur en chef de la société, ainsi que le directeur de la diffusion de Yandex Technologies Grigory Bakunov et le PDG du développeur du système d'exploitation Alt Linux Alexey Smirnov.

Un nouveau système d'exploitation indépendant sera développé par des informaticiens russes, et la base du futur produit pourrait être le système d'exploitation open source Sailfish développé par Jolla (en plus du système d'exploitation, il crée des smartphones et des tablettes), ont déclaré les participants à la réunion RBC.

Jolla est une entreprise internationale, "dans la structure de ses propriétaires, en plus des Finlandais, il y a des actionnaires russes et chinois", est cité le ministre Nikiforov dans le message du ministère des Télécoms et des Communications de masse. Comme une source du marché l'a confié à RBC, l'actionnaire russe de Jolla est le groupe ESN de Grigory Berezkin, dont la fortune, selon le magazine Forbes, est de 0,6 milliard de dollars (140e place dans le classement des hommes d'affaires les plus riches de Russie). Cette information a été confirmée à RBC par un représentant de l'ESN. Selon lui, la participation d'une entreprise finlandaise au cycle d'investissement est l'un des derniers projets de l'UST. L'interlocuteur de RBC a refusé de divulguer le volume des investissements et la part de l'entreprise reçue en retour. L'employé de Jolla n'a pas répondu à la demande de RBC.

Le groupe ESN est spécialisé dans les actifs énergétiques. Berezkin détient à 100 % Rusenergoresurs et Rusenergosbyt M, ainsi que 51 % de Rusenergosbyt et 75 % de Rusenergotelecom. ESN détient les sociétés d'ingénierie Engineering Center UES et Energoauditkontrol, ainsi que le terminal pétrolier Uyarsky (100%) et le terminal de Skovorodino, région de l'Amour (50%). Les actifs médias du groupe comprennent le journal Metro (détenteur d'une franchise depuis 2009), la maison d'édition Komsomolskaya Pravda (85 %) et la maison d'édition RZD-Partner (80 %).

Il est prévu de travailler sur un nouveau système d'exploitation mobile en coopération avec des spécialistes des pays BRICS, a indiqué le ministère des Communications dans un communiqué. "Le nouveau système d'exploitation mobile Sailfish est en cours de création par une société finno-russe-chinoise. Nous attendons l'adhésion de l'Inde, du Brésil et de l'Afrique du Sud", a écrit le chef du ministère des Communications sur son Twitter au lendemain de la réunion. Nikiforov a suggéré de créer un consortium international qui comprendrait des sociétés informatiques de Russie, du Brésil, d'Inde, de Chine et d'Afrique du Sud. Leurs employés, par exemple, pourront travailler sur les projets du consortium un jour par semaine, et les autres jours pour faire leur travail principal, a déclaré à RBC un représentant du ministère des Télécoms et des Communications de masse. "Les entreprises informatiques fourniront leurs spécialistes, leur temps sera payé par l'État et leur travail développera le projet", a-t-il ajouté.

La question de savoir comment le nouveau système d'exploitation se développera après sa création n'a pas été abordée avec les représentants des sociétés informatiques, a déclaré à RBC une source proche des participants à la réunion. Le ministère des Télécoms et des Communications de masse veut créer un nouveau produit et ne pas utiliser la version actuelle de Sailfish, a noté l'interlocuteur de RBC. Le succès du système d'exploitation dépendra de son appréciation par les utilisateurs finaux et les fabricants d'appareils, a-t-il souligné.

Avez-vous une photo ? Une sorte de fantasmagorie qui soulève plus de questions qu'elle n'apporte de réponses. Mais avant de passer au débriefing, je souhaite exprimer quelques réflexions que je considère comme correctes en termes de sécurité nationale de la Russie et de toute cette histoire :

  • La Russie, en tant qu'État indépendant, a besoin de ses propres systèmes d'exploitation pour les PC et les appareils mobiles. La tâche principale de ces systèmes d'exploitation est de garantir la protection des données contre les fuites au niveau du système. Champ d'application : armée, agences gouvernementales, etc. ;
  • L'étroitesse du créneau où les systèmes d'exploitation nationaux peuvent être utilisés à la fois pour les PC et les équipements mobiles ne nous permet pas de dire qu'il s'agit d'un produit commercial de masse ; son développement à ce titre entraîne automatiquement une dispersion des fonds et des efforts de développeurs. Mais cela contredit également les lois en vigueur - l'État n'est pas un acteur du marché commercial et de masse de l'informatique ;
  • Un régulateur de la part de l'État, en particulier le ministère des Télécoms et des Communications de masse, ne peut pas agir en tant que développeur d'un système d'exploitation commercial pour le marché de masse, ainsi que déterminer les paramètres d'un tel système et / ou y investir de l'argent. Les obstacles juridiques peuvent, en théorie, être contournés, mais le système lui-même devrait intéresser les entreprises publiques et les autorités et répondre à leurs besoins. Un tel système n'a rien à voir avec le marché de masse en raison de diverses exigences ;
  • La différence entre les exigences d'un système d'exploitation d'entreprise et d'un OS de masse ne permet pas de parler de la possibilité de développer simultanément les deux branches et de la réussite d'un tel projet sur le long terme. Par exemple, les exigences de l'armée se situeront dans un domaine et les souhaits des utilisateurs ordinaires commenceront par une nouvelle version du jouet décontracté.

Debriefing №1, ou le système d'exploitation national oublié de Yandex

Commençons par un simple, la Russie a déjà un système d'exploitation national créé par Yandex, il s'appelle Yandex.Kit et est basé sur le code open source Android. Yandex a annoncé Yandex.Kit le 19 février 2014, il s'agit d'un développement entièrement russe qui ressemble à un module complémentaire pour Android, n'utilise que des codes ouverts Android et semble unique à tous points de vue. Parmi les avantages, on peut noter la prise en charge des applications Android standard et le contrôle total du système par Yandex. A l'intérieur, pas de services de Google et pas de code d'entreprise qui serait fermé et opaque. Il est difficile d'appeler un tel développement non russe, il s'agit d'un système d'exploitation Android à part entière avec de nombreuses modifications apportées par Yandex. Étant donné qu'il ne s'agit pas d'un module complémentaire, il était impossible d'installer Yandex.Kit sur les smartphones et tablettes existants, il était nécessaire d'adapter le système et les pilotes pour un matériel spécifique. En Russie, seuls quelques modèles sont apparus sur Yandex.Kit, ils n'ont pas réussi et ont lamentablement échoué dans les ventes. Selon diverses estimations, le nombre d'appareils vendus ne dépassait pas plusieurs milliers d'unités en un an. Le communiqué de presse de l'introduction de Keith indiquait :

"Yandex.Kit sera utile non seulement pour les utilisateurs, mais aussi pour les fabricants d'appareils Android. Les premiers reçoivent un téléphone pratique, les seconds reçoivent les services et technologies nécessaires pour le créer à des conditions flexibles. Nous partageons les bénéfices que Yandex.Kit apportera avec le fabricant de l'appareil », déclare Yuri Vecher, responsable de Yandex Distribution. — Nous sommes ouverts à la coopération avec toutes les entreprises de fabrication d'appareils Android, sur tous les marchés. Pour la Russie, l'Ukraine, la Biélorussie, le Kazakhstan et la Turquie, nous avons des solutions toutes faites. Pour ceux qui travaillent dans d'autres pays, nous sommes heureux de fournir un ensemble de services de base, sans lesquels il est impossible de créer un firmware. Le communiqué de presse est disponible ici.

En avril, la nouvelle de la fermeture de Yandex.Kit en tant que projet au sein de l'entreprise a été largement débattue, mais les représentants de Yandex l'ont démenti. Cependant, aucune nouvelle concernant Yandex.Kit n'est entendue, tout comme les nouvelles versions n'apparaissent pas.

Il m'est très difficile de comprendre pourquoi le ministère des Télécoms et des Communications de masse, rencontrant Yandex, connaissant bien, en théorie, le marché russe, ne sait pas qu'il dispose déjà d'un système d'exploitation russe. Confus par ce qui est au cœur d'Android ? Mais ce n'est pas l'Android de Google avec ses services, mais juste le cœur du système open source, qui peut être vérifié de haut en bas. Le même "Alt Linux" comme version de notre système d'exploitation ne dérange personne, bien que les codes sources aient été écrits par Samsung Galaxy S8 64 Go Gris pas en Russie. Pouvez-vous expliquer quelle est la différence d'approche ?

Il m'est très difficile de comprendre pourquoi le ministère des Télécoms et des Communications de masse, rencontrant Yandex, connaissant bien, en théorie, le marché russe, ne sait pas qu'il dispose déjà d'un système d'exploitation russe. Confus par ce qui est au cœur d'Android ? Mais ce n'est pas l'Android de Google avec ses services, mais juste le cœur du système open source, qui peut être vérifié de haut en bas. Le même "Alt Linux" comme version de notre système d'exploitation ne dérange personne, bien que les codes sources soient écrits Samsung Galaxy S8 64 Go Gris Samsung Galaxy S8 64 Go Gris pas en Russie. Pouvez-vous expliquer la différence d'approche?

Je pense que l'oubli de Yandex.Kit est dû au fait que cet OS n'est pas rentable pour les officiels. Son principal inconvénient est qu'il a déjà été créé et qu'aucun effort n'est nécessaire pour cela. Je ne veux pas paraître mercantile, mais généralement les efforts de création aboutissent à des budgets bien définis de la part de l'Etat. Permettez-moi de vous rappeler que le prédécesseur de M. Nikiforov, le ministre des Communications Igor Shchegolev, a approuvé le prototype de la plate-forme logicielle nationale, qui s'appelait à juste titre "Windows russe". C'était fin 2011. Dans le cadre du programme d'État "Société de l'information", 490 millions de roubles devaient être alloués à sa création (uniquement pour 2012). Le concours pour le développement a été remporté par Penguin Software, qui, par coïncidence, appartenait à l'ancien ministre des Communications Leonid Reiman (via le fonds NGI). Pour des raisons peu claires, le projet n'a pas eu lieu, fin 2011, il a été vivement critiqué dans la presse, et il est possible que ce soit la raison de son arrêt.

En 2015, seuls les efforts initiaux pour créer une version mobile du système d'exploitation peuvent être estimés en toute sécurité à un milliard de roubles et plus. Est-ce beaucoup ou peu ?

Regardons combien la société finlandaise Jolla, qui est mentionnée dans le cadre de la création du système d'exploitation national russe, a coûté en 2013. L'entreprise est privée, mais on sait que 6,25% des parts ont été acquises par le fonds d'investissement chinois China Fortune Holding pour un montant de 1 million d'euros (source). Il s'avère que la valorisation totale de l'entreprise est de 16 millions d'euros. Pour comprendre la valeur de l'entreprise en roubles, vous pouvez la calculer au taux actuel, elle sera d'environ 900 millions de roubles. Mais c'est le prix de toute l'entreprise ! Avec tous les brevets, toutes les technologies, c'est-à-dire dans son intégralité. Il est clair que dans un an et demi sa valeur pourrait changer, mais pas de façon drastique, l'ordre des chiffres reste approximativement le même. En 2014, selon le rapport de l'entreprise, elle a attiré des investissements à hauteur de 34 millions d'euros. Pendant ce temps, Jolla n'a pas montré beaucoup de succès dans les ventes d'appareils. Il n'y a pas de chiffres de vente officiels, en Russie, où le smartphone de l'entreprise est vendu, les ventes restent misérables, pires que celles du YotaPhone 2.

Je suis totalement inconnu du groupe ESN, qui a pris une participation dans Jolla, a agi en tant qu'investisseur. Ce groupe n'a effectué aucune transaction avec des actifs de télécommunications. Personne au monde ne suppose que Jolla puisse obtenir un succès notable, et les perspectives de vente des smartphones et tablettes de cette société sont très floues. Ils ne sont pas très demandés, le volume des ventes est minime et est calculé dans les lots minimum pouvant être commandés dans les usines. D'un point de vue matériel, Jolla n'a pas d'expérience unique dans la création d'appareils, son point fort est le logiciel OS. Et seulement.

En comparant Yandex et Jolla du point de vue d'un responsable russe, je parierais sur Yandex. Premièrement, il s'agit principalement d'une entreprise russe avec un centre de développement dans le pays. Deuxièmement, l'entreprise a déjà de l'expérience dans la création de son propre système d'exploitation basé sur Android. Si, pour une raison quelconque, Android ne convient pas, vous pouvez utiliser des codes MeeGo / Maemo ouverts et créer votre propre shell pour eux avec le même succès. C'est à peu près le même ordre de travail. Mais pour une raison quelconque, Yandex n'est pas considéré comme un candidat à ce rôle. Il est possible que l'entreprise ne veuille pas prendre de risques et se récuse. Ne sait pas. Mais le fait que Yandex ait en fait réduit tout le travail sur les appareils et n'ait pas sorti de tablette sous sa propre marque est un fait. Ainsi que le fait que les personnes embauchées par l'entreprise pour travailler avec des appareils ont déjà quitté l'entreprise.

Débriefing #2. Qui a besoin d'un système d'exploitation nu ?

Lorsque Yandex s'est plaint auprès du FAS à propos de Google, l'un des arguments de l'entreprise était le suivant : personne n'a besoin d'appareils Android sans le Play Store, et c'est un avantage concurrentiel que Google utilise. Pas littéralement, mais c'est le sens. Dans d'innombrables interviews, cette idée a été promue à plusieurs reprises. Je ne suis pas près de savoir comment Yandex retourne les faits, mais nier que le Play Store est un facteur de succès pour la plate-forme Android est stupide. Selon les dernières données, il y a 1,5 million d'applications dans le magasin ! Le même Jolla a introduit le support des applications Android pour son SailFish, puisque l'entreprise ne peut pas compter sur les développeurs, personne n'écrira de logiciel pour sa plate-forme. Avant Jolla, toutes les autres alternatives étaient confrontées à ce problème - Blackberry (incluait également la prise en charge des applications Android), FireFox (partiellement sorti à cause de html5), Microsoft (payait et payait des développeurs importants pour le portage d'applications sur Windows Phone, mais cela n'a toujours aucun sens dans ce cas - le logiciel est de pire en pire sur le plan fonctionnel).

Il s'avère que pour le succès du système d'exploitation, vous avez besoin d'un élément tel que les programmes. Si vous créez votre propre logiciel, pratiquement personne ne l'écrira sous le système d'exploitation Black Hole, car il n'y a aucun périphérique dessus. À titre d'exemple, je voudrais citer Tizen, Samsung a dépensé au total environ un milliard de dollars (.) en développeurs et n'a pas pu garantir que Tizen se rapproche même de Windows Phone en termes de logiciels. Et ce, malgré le volume des ventes d'appareils en millions d'unités dans le monde.

Je doute sincèrement que le ministère des Télécoms et des Communications de masse devienne un client prospère et soit en mesure de créer un nombre suffisant de programmes pour le système d'exploitation Black Hole en peu de temps. Et ce même si la création de chacun de ces programmes sera rémunérée à des tarifs commerciaux. Utopie dans tous les sens.

Et ici, nous arrivons à nouveau à la partie la plus amusante. Que cela nous plaise ou non, il n'y a qu'un seul moyen de compatibilité : rendre votre système d'exploitation tel que les programmes Android puissent s'y exécuter. Et encore une fois, avec tristesse, je regarde vers Yandex.Kit, qui est construit sur Android, il n'est pas nécessaire d'inventer des émulateurs, comme Sailfish / Blackberry, qui réduisent la vitesse de l'appareil, limitent les performances des programmes et leur nombre. Pourquoi choisir un OS alternatif, si au final on arrive toujours à Android ? Pouvez-vous répondre à ma question stupide et naïve ? Pendant longtemps, j'ai essayé de trouver au moins une raison, mais j'ai finalement abandonné.

Débriefing #3. Qui produira les appareils ?

Pour que quelqu'un puisse voir le système d'exploitation national russe dans la vie, certaines entreprises doivent adapter le matériel, écrire des pilotes et lancer les smartphones et tablettes correspondants sur le marché. Qui fera cela, et surtout, pourquoi ?

Posons la question de l'autre côté. Qui deviendra le client et paiera la production de tels appareils ? La réponse évidente, apparemment, devrait ressembler à ceci - l'État. Supposons que le système d'exploitation Black Hole créé soit idéal, prend en charge toutes les applications d'Android - oubliez que c'est même théoriquement impossible. Oublié. Nous avons un système d'exploitation idéal, dont le coût de développement est tombé sur l'État. Et afin de le rendre populaire, l'État ne facturera pas ce système d'exploitation, le rendra gratuit à fabriquer, l'ouvrira à n'importe quelle entreprise. C'est comme l'un des scénarios.

Les Chinois vont-ils se précipiter pour produire leurs téléphones sur ce système d'exploitation ? Non. Pourquoi? Ils devront apprendre à le porter sur des morceaux de fer spécifiques. Eh bien, nous avons rencontré un problème, obtenu plus d'argent du budget et effectué le portage sur toutes les plates-formes matérielles courantes. Fabriqué gratuitement. Les entreprises chinoises produiront-elles des appareils ? Non. Pourquoi? Ils doivent montrer qu'il existe une demande pour de tels dispositifs. Le ministère des Télécoms et des Communications de masse sera-t-il en mesure de le faire ? Je doute. Par exemple, il existe une société telle que Nokia/Microsoft. Il essaie depuis de nombreuses années d'intéresser divers fabricants de smartphones à la plate-forme Windows Phone. Paye pour le développement des appareils, leur sortie, prend le coût maximum.Et quelqu'un essaie de jouer à ce jeu, mais à la fin il n'y a pas de vente. Et puis d'autres entreprises arrêtent de produire de tels appareils. Si l'on compare le ministère des Communications et Microsoft, il me semble que Microsoft a plus d'opportunités d'investir dans la plateforme. Mais cette société américaine, ayant dépensé environ 6,5 milliards de dollars depuis 2010 (sans compter l'achat de la division Nokia, c'est encore plus d'argent), n'a pas été en mesure d'atteindre une part de marché significative pour ses appareils.

Pour l'utilisateur final, le système d'exploitation Black Hole n'apportera aucune qualité brillante, il l'ignorera simplement. Voulez-vous une preuve? Nous rappelons les ventes de Yandex.Kit, qui ne l'étaient pas. Exactement la même histoire.

Dans le résidu sec, ou à quoi ça sert

Veuillez noter que même une analyse superficielle du projet de système d'exploitation national pour les appareils mobiles du ministère des Télécoms et des Communications de masse montre la substitution des concepts et son échec complet. Ce projet ne peut pas se dérouler sous cette forme, puisqu'une approche a été initialement formulée qui n'implique pas l'obtention d'un produit fonctionnel. En tout cas, l'expérience du marché (y compris mon expérience dans la création d'appareils) dit qu'il s'agit d'une utopie. Il n'y a personne au ministère des Télécoms et des Communications de masse qui ait de l'expérience dans la création d'appareils et/ou de systèmes d'exploitation. Les deux équipes russes ayant une expérience similaire n'ont reçu aucune demande, et je suis sûr qu'elles ne sont même pas connues du ministère, car elles n'entretiennent pas de contacts.

Pour moi, parler d'un système d'exploitation national pour les appareils mobiles à ce titre ressemble à un projet politique du ministère des Télécoms et des Communications de masse, dans lequel il est prévu de créer une activité vigoureuse ou quelque chose comme ça. Les responsables pensent à juste titre que pendant la création d'un tel système, beaucoup de choses peuvent changer et ensuite tout peut être attribué à des circonstances extérieures, elles seront certainement trouvées.

Le projet n'est pas viable et entraînera un gaspillage de l'argent du budget. Nous avons une manière civilisée d'arrêter ce non-sens, à savoir proposer que le ministère des communications et des médias organise des audiences publiques sur ce projet, implique des experts indépendants dans les domaines concernés, et sur la base des résultats de ces travaux, une décision est prise décidé de financer ou non le projet. Pour ce faire, il est nécessaire d'attirer le maximum d'attention sur l'ensemble de la situation, je vous serais donc reconnaissant de diffuser un lien vers ce matériel. Il me semble qu'il est tout à fait en notre pouvoir d'arrêter le gaspillage d'argent qui vient de nos impôts.